Blanchiment d'argent : JPMorgan menacée

Les autorités américaines sont "tout près" d'engager des actions contre JPMorgan, selon le New York Times. Bank of America est également dans le collimateur.
(Crédits : Bloomberg)

C?est l'une des opérations anti-blanchiment les plus poussées depuis longtemps aux Etats-Unis. Cette année, les autorités américaines multiplient les actions contre les banques et épient leurs activités passées. Selon le New York Times, plusieurs banques américaines, dont JPMorgan et Bank of America, sont actuellement visées par une enquête menée aux Etats-Unis sur des circuits de blanchiment d'argent qui auraient pu financer le trafic de drogue ou des activités terroristes.
Les autorités seraient ainsi "tout près" d'engager des actions contre JPMorgan et examinent les activités passées de plusieurs autres géants du secteur, dont Bank of America.

Des banques « qui auraient failli »
"Les autorités fédérales et locales enquêtent sur quelques-unes des plus grandes banques américaines qui auraient failli dans leur surveillance de transferts d'argent liquide (...), une faille qui pourrait avoir permis à des trafiquants de drogue et à des terroristes de blanchir de l'argent sale", indique le quotidien, citant plusieurs sources anonymes. Selon le journal, il s'agirait d'une des "actions anti-blanchiment les plus poussées" depuis des dizaines d'années aux Etats-Unis. JPMorgan a déjà été dans le collimateur des régulateurs américains en 2011 pour avoir possiblement enfreint le régime de sanctions économiques imposées par les Etats-Unis à Cuba et à l'Iran, rappelle le quotidien.
 

Des grandes banques européennes également dans le collimateur
Récemment, les autorités américaines ont mis à l'index plusieurs grandes banques européennes dont certaines filiales aux Etats-Unis auraient illégalement commercé avec des pays frappés par des sanctions.
Ainsi, Accusée d'avoir mené des transactions illégales avec l'Iran, la banque britannique Standard Chartered a été contrainte de verser une amende de 340 millions de dollars à la mi-août pour ne pas être interdite d'exercer à Wall Street.
La Royal Bank of Scotland (RBS) serait également visée par une enquête de la Banque centrale des Etats-Unis (Fed) et du département de la Justice pour de possibles violations du régime de sanctions américaines contre l'Iran, toujours selon le New York Times, fin août.
La banque sino-britannique HSBC a pour sa part fait l'objet de révélations fracassantes sur son implication dans une lourde affaire de blanchiment d'argent avec des cartels de drogue mexicain à hauteur de 7 milliards de dollars. Ardoise à laquelle s'ajoute 16 milliards de dollars de transactions secrètes avec l'Iran.
Enfin, les autorités judiciaires américaines mèneraient, toujours selon le même quotidien américain, une enquête contre la Deutsche Bank pour avoir transféré plusieurs milliards de dollars pour le compte notamment de l'Iran et du Soudan.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 17/09/2012 à 13:07
Signaler
Cela devient, hélas, une habitude....

le 17/09/2012 à 13:55
Signaler
Il fallait s'en douter d'un côté il y a avec la crise des banques en manque de cash et de bénefs. De l'autre des montagnes d'argent sale ne sachant pas par où s'écouler et près à lâcher des commissions. La rencontre des 2 est naturelle.

le 17/09/2012 à 14:13
Signaler
A un détail près...les banques ne manquent pas de cash...

à écrit le 17/09/2012 à 7:00
Signaler
Il est beau le monde bancaire!

à écrit le 17/09/2012 à 2:33
Signaler
mieux vaut blanchir de l'argent que de copier apple. Faites le à titre individuel vous verrez que vous risquerez plus que de l'argent.

à écrit le 17/09/2012 à 0:28
Signaler
Pas d'accord, la justice américaine est bien différente de la notre : déjà ces banques vont casquer, en France, voir en Europe, il n'y a même pas d?enquête, cherchez l'erreur. D'autre part, ces amendes sont accompagnées d'avertissements extrêmement s...

à écrit le 16/09/2012 à 19:37
Signaler
340 millions de $ d'amende... c'est un jugement qui ne vaut rien, qu'est-ce qu'un amende de quelques centaines de millions pour des sociétés dont ces activités illégales engendre des milliards?! N'appelons pas ça payer une amende, appelons ça acheter...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.