Mutuelles santé : "la course à la taille n'est pas une fatalité"

 |   |  343  mots
Copyright Reuters
Philippe Mixe, président de la FNIM, défend un modèle de mutuelle "à taille humaine". Il s'insurge contre les concentrations, les accords de branches en assurance santé et les nouvelles normes Solvabilité 2.

Le Président de la fédération nationale indépendante des mutuelles défend une autre idée de la mutualité. Lors d'un rendez-vous avec la presse mercredi 10 octobre, il s'est fait le défenseur des petites mutuelles. La fédération que Philippe Mixe préside, regroupe en effet une trentaine de mutuelles santé qui ensemble couvrent 1,5 millions de personnes protégées.

Refonder la mutualité

Face à l'émergence de géants dans l'univers de la mutualité comme Harmonie Mutuelle, le groupe Istya autour de la MGEN, ou encore Radiance au sein du groupe Humanis, la FNIM voudrait "refonder la mutualité sur ses bases d'origine".

Pour Philippe Mixe, "la course à la taille et aux concentrations vécues dans le monde de la mutualité n'est pas une fatalité, ni une fin en soi".

Les sujets qui fâchent

La FNIM dénonce aussi les incohérences du moment, à commencer par les normes prudentielles Solvabilité 2 qui ne tiennent pas "compte des spécificités du fonctionnement des mutuelles, au nom d'une 'prétendue défense des consommateurs'". Elles accroissent, selon la fédération, "les contraintes administratives, techniques et financières sur les mutuelles de proximité et génère[nt] des frais de gestion importants, à charge de leurs adhérents". Une critique que peuvent sans doute partager les mutuelles de grande taille, aussi bien que la plupart des assureurs mutualistes ou traditionnels.

Par ailleurs, Philippe Mixe souligne la nécessité de maîtriser les dépassements d'honoraires et de revaloriser les tarifs des médecins installés dans le secteur 1 (respectant tarifs conventionnés de la sécurité sociale).

Il critique également la multiplication des accords de branche en santé qu'il estime "préjudiciable aux mutuelles, car ne respectant pas le principe d'une saine et libre concurrence ni celui de la liberté de choix de l'adhérent". Il a d'ailleurs annoncé que l'APAC - Association pour la Promotion de l'Assurance Collective - dont la FNIM est adhérente, saisira l'Autorité de la Concurrence d'ici la fin de l'année sur ce sujet.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2012 à 18:14 :
Excellent article
a écrit le 21/12/2012 à 18:12 :
Merci pour l?article, oui c?est un geste remarquable
a écrit le 10/10/2012 à 18:03 :
Trés bon article , ecrit en toute indépendance (et ce n'est pas de l'ironie! )

Manu
admin de www.mutuelles-info.com
le blog des mutuelles

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :