20% des Français ont renoncé ou retardé des soins depuis deux ans

 |  | 256 mots
Lecture 1 min.
Etienne Caniard, président de la Mutualité française qui tient son 40ème congrès à Nice.
Etienne Caniard, président de la Mutualité française qui tient son 40ème congrès à Nice. (Crédits : FNMF/Nathanael MERGUI)
A l'occasion du congrès de la Mutualité Française qui se déroule du18 au 20 octobre à Nice, une enquête du du Cecop et de l'Institut CSA montre que le renoncement aux soins a surtout des causes financières.

Selon une enquête (1) du Centre d'études et de connaissances sur l'opinion publique (CECOP) et l'Institut CSA, publiée jeudi à l'occasion du Congrès de la Mutualité française, "20% des personnes interrogées ont déclaré avoir au cours des deux dernières années renoncé ou retardé des soins plus souvent que par le passé". 

Et les causes sont très claires : à  57% "par manque d'argent",  à 41% "parce que le remboursement aurait été insuffisant", à 22% "par impossibilité d'avoir un rendez-vous auprès du médecin ou du spécialiste",  à 18% "parce qu'il n'y avait pas de prise en charge des soins", à 12% "parce que le médecin ou le spécialiste était trop loin de chez moi", et enfin 8% "par absence de place dans l'établissement de santé où je pouvais aller".

Bref, c'est plus les moyens financiers qui empêchent de se soigner que le défaut de proximité ou le délai d'attente :  75% des Français ont  en effet déclaré avoir accès à des soins satisfaisants dans leur habitat proche, selon l'étude. Et  53% les jugeant "bons", 22% "excellents", 20% "moyens" et seulement 4% "mauvais ou très mauvais". Des résultats qui sont débattus au cours de ces trois jours de congrès de la Mutualité française dont le thème porte pour cette 40eme édition sur l'accès aux soins.

(1) L'enquête a été conduite les 20 et 21 juin 2012 par téléphone auprès d'un échantillon de 1.003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2012 à 23:41 :
La surprise, c'est qu'il y ait que 20%.
a écrit le 19/10/2012 à 23:14 :
Le désengagement progressif mais continu de la sécu dont c'est le rôle de financer le systÚme de santé fait les choux gras des organismes complémentaires dont les revenus ont encore fait un bond de plus de 5.6 pour cent au 1 et semestre
Il n'est qu'à voir la quantité de pub Tv radio journaux affichages en tous genres et même dans les boîtes à lettre postale ou électronique pour se douter que si le gâteau les attire tant ce n'est pas pour nos beaux yeux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :