Le Crédit Agricole grevé par la Grèce mais tiré par la banque de détail en France

 |   |  557  mots
Le siège social de Crédit Agricole SA à Montrouge, proche de Paris.
Crédit Agricole SA le véhicule coté de la banque verte enregistre une perte de 2,5 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année mais les caisses régionales en France affichent un résultat net positif de 2,2 milliards d'euros.

La banque verte n'a pas encore fini de payer pour la Grèce. A la fin du troisième trimestre, l'impact total de la Grèce sur Crédit Agricole SA s'élève à 3,2 milliards d'euros. Ce chiffre comprenant la vente de la filiale locale Emporiki à Alpha Bank. C'est l'explication principale de la lourde perte nette du véhicule coté de la banque verte qui s'élève à 2,85 milliards d'euros au troisième trimestre et - 2,48 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de 2012.

CASA a dû intégrer dans ses comptes du troisième trimestre, en plus de la Grèce, à une série d'évènement exceptionnels en particulier l'effet de la déconsolidation de Bankinter dont il détient désormais moins de 20% du capital. Parmi les évènements exceptionnels majeurs figurent également la réévaluation de sa dette, la dépréciation des activités de crédit à la consommation en Italie lié à un écart d'acquisition (good will), ainsi que l'effet de la cession de sa filiale de courtage Cheuvreux qui va être reprise par Kepler.

En dehors de ces exceptionnels, le bénéfice net normalisé s'élève à 716 millions d'euros, soit "une performance opérationnelle satisfaisante", estime Crédit Agricole SA. La banque maintient d'ailleurs...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :