Le budget tunisien s'ouvre à la finance islamique

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Mille millions de dinars (près de 500 millions d'euros) de sukuk islamiques seront émis en 2013 pour le financement de projets et limiter un déficit croissant.

C'est une petite révolution à l'échelle du budget tunisien, la loi de Finances 2013 prévoit d'émettre des sukuk pour un montant total de 1000 millions de dinars (près de 500 millions d'euros). Le recours à un instrument de finance islamique pour la première fois dans le pays s'explique par un besoin de liquidités et un endettement croissant que les autorités financières cherchent à limiter, la dette publique flirtant avec les 50% du PIB. L'opération nécessitera l'adoption d'une loi cadre, en préparation, pour régir les activités de finance islamique.
Les sukuk sont des titres qui offrent une participation dans des projets. Au lieu de taux d'intérêt, proscrits par la finance islamique, le détenteur partage avec le partenaire émetteurs, les profits -selon un ratio à fixer-comme les risques. «Nous allons émettre ces titres sur le marché international et sur le marché local, un peu moins pour ce dernier explique Chaker Soltani, directeur général de la dette publique et de la coopération financière au ministère des Finances, nous avons besoin de diversifier les sources de financement du budget et d'attirer les investisseurs dans des projets d'infrastructures.» L'émission initiale reste limitée et les notations du pays affecteront la rémunération des sukuk, en effet comme Chaker Soltani le reconnaît: «la Tunisie est malheureusement mal notée ces derniers temps mais nous avons mis au point un bon système.»

Vulgarisation

Un autre challenge va être de convaincre un marché local où la finance islamique est embryonnaire et très mal connue. Comme l'explique Amel Amri, présidente de la Tunisian association for Islamic Finance: «pour le Tunisien, le rapport à la banque, c'est crédit/créance, alors que la finance islamique comprend 14 formes de produits. Il y a un travail immense de vulgarisation à réaliser alors que la plupart des spécialistes de ce secteur sont Tunisiens. L'état n'a pas le choix estime-t-elle, les sukuk sont le meilleur produit pour obtenir des liquidités sans aggraver l'endettement. Cela suppose aussi un engagement du citoyen qui doit faire preuve de maturité, face à la crise sociale, économique et politique...»

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2012 à 18:48 :
Faire confiance sur une base millénaire voilà ce qui peut redonner de la vigueur à l'économie! Tout le monde en connait les règles!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :