Bâle III : les 4 questions qui se posent après l'assouplissement des exigences de liquidité

 |   |  670  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les régulateurs et les banquiers centraux du Comité de Bâle ont accepté d'assouplir significativement les exigences de liquidité qu'ils projetaient d'imposer aux banques. Un délai supplémentaire de quatre ans leur a également été accordé: ainsi, le "liquidity coverage ration" (LCR) devra être progressivement mis en oeuvre à partir de 2015 et il sera totalement appliqué à partir de 2019. Si il n'a pas surpris grand monde, cet assouplissement n'en soulève pas moins un certain nombre de questions.

S'agit-il d'une défaite des régulateurs ?

Pas vraiment. A la différence du ratio de capitalisation de Bâle 3, le ratio de liquidité était présenté depuis le début comme un ratio «à l'essai». Il a toujours été dit qu'il devait être étudié, observé et qu'il pourrait faire l'objet d'ajustements jusqu'à mi-2013.

Quelles banques en avaient le plus besoin ?

La décision du Comité de Bâle avantage les banques dont le LCR était  inférieur à la moyenne du secteur, comme les banques françaises, Deutsche Bank, les banques britanniques domestiques et les banques de la périphérie de la zone euro qui bénéficient du soutien de la BCE. En ce qui concerne les banques françaises, l'on sait que soutenues par le Gouverneur de la Banque de France Christian Noyer, elles se sont violemment opposées au ratio de liquidité à court terme (Liquidity coverage ratio ou LCR) dès décembre 2010. Elles font également partie des banques qui ont le plus progressé en Bourse lundi et mardi après l'annonce du Comité de Bâle d'assouplir et de retarder la mise en ?uvre du ratio. En deux séances, le titre Société Générale a bondi de près de 6%, celui de Crédit Agricole a pris près de 4,5%. Le cours de l'action BNP Paribas a, lui, gagné près de 3%, pendant que celui de Natixis s'appréciait de presque 5%. Pour autant - comme bon nombre de leurs concurrentes européennes -, elles avaient déjà considérablement amélioré leur ratio de liquidité à court terme. Dans une note de recherche, JP Morgan estime qu'en juin 2012, le LCR (ancienne définition) de Société Générale s'élevait déjà à 80%, celui de Crédit Agricole SA à 75% et celui de BNP Paribas à 85%. Avec le «LCR nouveau», ces niveaux dépasseraient d'ores et déjà les 100% requis ... à horizon 2019 (113% pour Société Générale, 109% pour Crédit Agricole et 128% pour BNP Paribas d'après les estimations des analystes de JP Morgan). Autrement dit, en combinant un assouplissement du LCR et un report de sa mise en ?uvre, le Comité de Bâle soulage certes les banques françaises, Deutsche Bank ou Barclays, mais il vise surtout les banques des pays périphériques de la zone euro, là où la reprise du crédit est un clé du redémarrage de l'activité. Or ces banques mobilisent l'essentiel de leurs actifs liquides auprès de la BCE afin de se financer...

Comment les régulateurs contrôleront-ils que les actifs soi-disant «liquides» des banques le sont vraiment ?

C'est là le principal défi pour les régulateurs. S'ils permettent aux banques d'inclure dans leurs réserves de liquidité des obligations d'entreprises (notées en catégorie d'investissement), certaines actions ainsi que des emprunts hypothécaires résidentiels titrisés (RMBS au moins notés AA), alors ils devront vérifier que les actifs déclarés comme liquides le sont réellement. En 2008, nombre d'actifs soi-disant liquides se sont finalement révélés totalement illiquides. Reste la question de la dépendance aux trois grandes agences de notation. Largement impliquées dans la débâcle de la crise des subprimes, elles restent aujourd'hui incontournables. De telle sorte que les régulateurs qui disaient pourtant il n'y a pas si longtemps vouloir «se désintoxiquer» des notes des agences n'ont une fois de plus pas trouvé d'autres solutions que de s'y référer.

L'élargissement de la base d'actifs éligibles va-t-il contribuer à gonfler la bulle sur les obligations d'entreprise ?

La décision du Comité de Bâle ne peut que renforcer l'appétit des banques pour les obligations d'entreprises notées en catégorie d'investissement. Au point de contribuer au resserrement des «spreads» (marges) sur les emprunts obligataires émis par les entreprises? S'il est encore trop tôt pour le dire, certains stratèges de marché se posent déjà la question car la situation est extrêmement tendue sur ce marché.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2013 à 17:44 :
et une "ration" de couverture liquide, une!
a écrit le 09/01/2013 à 11:06 :
La seule question qui se pose est : pendant combien de temps en-
core , les Français et d'autres européens accepteront-ils de financer
par l'impôt les erreurs de gestion des dirigeants de banques ( et il n'y a pas que DEXIA , qui n'est qu'un paroxysme du phénomène )?
Jamais de licenciement pour faute ou insuffisance professionnelle ,
mais toujours et encore des stocks options ,des retraites chapeaux.
Réponse de le 09/01/2013 à 14:17 :
oui sauf que les emprunts fait aux banques ont rapporté à l'Etat de coquettes sommes confondez pas avec ce qui s est passé aux USA Renseignez vous
Réponse de le 09/01/2013 à 18:49 :
Apparemment le lobby des banques envoie des snipers pour balancer sa propagande sur les forums et dans les pages de commentaires...une pratique digne du parti communiste chinois !
Du coup vous allez en reprendre une couche :
- à eux seuls, les milliards injectés (et non prêtés, en l'occurrence) dans Dexia dépassent largement les intérêts perçus par l'Etat sur les fameux titres super subordonnés souscrits fin 2009 auprès des banques pour sauver ces dernières d'une mort certaine - et leurs dirigeants du chômage...
- surtout, ces montants sont dérisoires par rapport à l'impact de la crise, d'abord bancaire et para-bancaire (les fameux "véhicules hors bilan" gorgés de subprime...) puis financière et désormais économique et sociale, sur les comptes de la Nation, et donc sur notre prospérité collective. Il suffit pour s'en convaincre de regrder l'évolution dramatique du ratio dette publique / PIB depuis 2007 (du jamais vu en temps de paix !)

Une question, au passage : vous faîtes mine de confondre "emprunts" et "prêts" dans l'espoir de passer pour un outsider, ou est-ce que vous avez simplement besoin d'être "renseigné" ? Si vous êtes vraiment un outsider, de grâce, cessez de vous laisser berner par la propagande des banques et de la rabâcher comme un automate...
Réponse de le 12/01/2013 à 11:41 :
Pour info "contre-propgantiste", Dexia était une banque publique spécialisée dans le financement de collectivité (financement refusé par toute banque digne de ce nom). Ensuite les prets fait au banques étaient au taux de 8%, on est loin du don. tout a été remboursé dans l'année. De plus, ces prets n'avaient pas pour but de "sauver les banques" francaises(elles allaient très bien rassurez vous) mais de rassurer le acteurs financiers pour débloquer le marché interbancaire tétanisé (marché indispensable au financement de l'économie). Quant à votre ratio dette publique/ PIB, aucun rapport avec les banques. Enfin Ne confondez pas les banques US et les banques françaises : aucune similitude.PS : ce n'est parce que vous n'êtes pas d'accord que Mordrakheen fait forcément de la propagande, il exprime juste son avis (et des faits vérifiables...contrairement à vous qui assénez des contrevérités et des ratios décorélés du sujet.)
Réponse de le 12/01/2013 à 15:55 :
la crise économique qui dure depuis la fin 2008 (et son impact dramatique sur les finances publiques), "aucun rapport avec les banques", selon vous... franchement, il fallait oser ! c'est un peu l'histoire du pyromane qui se défend en disant que lui n'a allumé qu'une allumette...pas sa faute si l'allumette a mis le feu à la maison
Mais alors, expliquez nous pourquoi l'économie mondiale s'est liquéfiée à partir du 15 septembre 2008... rien à voir avec la crise bancaire ? et vous m'accusez de proférer des contre-vérités ???
Ceci dit vous admettez que le "marché interbancaire" était "tétanisé"... et justement, il y a qui sur ce marché ? des banques, rien des banques, comme son nom l'indique ;-)

Interessant enfin que vous ecriviez que le financemet de collectivités est "refusé par tout banque digne de ce nom"...evidemment les banques "dignes" que vous défendez préféraient truffer leur bilan (et leur hors bilan) de CDO au subprime.. on connait la suite !
Enfin, si les banques ont pu se refaire si rapidement et rembourser l'Etat "prinicpal et intérêts", ce n'est pas grace aux qualités de gestionnaires de leur dirigeants, mais grâce aux banques centrales qui leur ont donné des centaines de milliards pratiquement pour rien... un peu de décence, de grâce !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :