Crédit immobilier de France : coup de théâtre des actionnaires, coup de blues pour les salariés

 |   |  286  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Coup de théâtre à l'assemblée générale du CIF : les actionnaires ont invalidé la nomination de son nouveau président, Michel Bouvard. Le processus de restructuration de la banque en difficulté est ainsi remis en question. Les salariés sont inquiets.

Coup de théâtre incroyable dans le dossier crédit immobilier de France (CIF): le nouveau patron de l'établissement en difficulté, Michel Bouvard, qui avait été nommé par l'Elysée pour remplacer Claude Sadoun, à la fin de l'année dernière, n'a pas obtenu l'aval des actionnaires réunis aujourd'hui en assemblée générale. Ceux-ci ont toutefois voté à une courte majorité l'apport de la garantie temporaire de l'Etat, demandant plusieurs précisions par la même occasion. Les 56 SACICAP (Sociétés Anonymes Coopératives d'Intérêt Collectif pour l'Accession à la Propriété) encore à la tête de l'établissement sous perfusion ont donc montré là leur mécontentement vis-à-vis de la solution défendue par le nouvel homme fort de l'entreprise. Celui-ci milite pour la création d'une nouvelle entité avec en soutien un établissement para-public. En l'occurrence, la Banque Postale. Mais celle-ci ne veut pas en entendre parler, préférant récupérer 300 salariés du CIF qui en compte... 2.500.

Quel avenir pour le CIF et ses 2.500 salariés ?

Ce rejet rebat donc les cartes. Il va falloir maintenant trouver quelqu'un d'autre et recommencer à zéro. Et ce, alors que l'établissement doit faire face en mars à l'arrivée à échéance de nouveaux titres de dette. Une très mauvaise nouvelle pour les salariés de l'entreprise qui osaient espérer qu'une solution était en train de se dessiner. Le nouveau dirigeant aura-t-il les mêmes intentions que celles de Michel Bouvard? Va-t-on lui donner une autre feuille de route et avec quel calendrier?
Beaucoup de questions ce soir pour aucune réponse. La mise en gestion extinctive du groupe semble, en tout cas, prendre aujourd'hui le dessus.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2013 à 17:20 :
Les dirigeants des SACICAP (actionnariat du CIF) sont des barons, depuis 1908 ils se transmettent l?entreprise en héritage. Les SACICAP ne payent d?impôts (Jean-Louis BORLOO en 2006 a réussi à leur prendre 500M?). En conséquence les fonds propres ont été constitués avec les impôts du contribuable. (prêts PAP, à Taux Zéro financés par le livret A).
Si le CIF en là c?est uniquement à cause de la gestion des barons qui ne regardent pas plus loin que leurs chers prorogatifs, leur pouvoir, sans aucune considération pour leurs employées, naturellement omis leurs progénitures où amis politiques.

Ci-dessous un extrait du discours de M. Bernard SEVEZ (président par intérim) devant le Senat le 03 10 2012 :
Discours de Monsieur Bernard SEVEZ
Table ronde ? Sénat
03/10/2012
Monsieur le Président, Monsieur le Rapport général, mesdames les sénatrices et messieurs les sénateurs
Je vous remercie de m?avoir convié à cette table ronde.
Tout d?abord je souhaite me présenter.
Je suis Président Directeur Général du Crédit Immobilier de France depuis le 31 aout 2012, Président de la SACICAP de Savoie depuis près de 30 ans, tout comme avant moi mon père et mon grand père, Président du Conseil d?Administration de la financière Rhône Alpes Auvergne.
Enfin, je suis membre du Conseil d?Administration du Crédit Immobilier de France Développement, Holding du Groupe, depuis 10 ans.

Arrêter de vous en prendre à l?état, les agences de notations, aux médias. Demander des comptes à vos dirigeants sur le gestion de votre entreprise.
Réponse de le 27/01/2013 à 1:23 :
bien que beaucoup de vérité sur le copinage, sur les baronnies, sur la gestion sociale déplorable depuis les année 95, il ne faut pas oublier que les SACCI n'étaient pas les seules à ne pas payer d'impôt en faisant la distribution des prêts aidés de l'état, (ce qui n'est plus le cas à ce jour) la comptoir des entrepreneurs le crédit foncier et peut être d'autres distributeurs de prêt PAP de l'époque ont disparus, aussi si le CIF existe toujours c'est qu'il a été mieux géré que les concurrents que j'ai connu dans les années 80. rendons à césar ce qui est à césar, va t'on lui reprocher d'avoir bien gérer. je vous vois rire autant le dire peut être sont'ils devenu richeq grâce à leurs salariés bons petits soldats qui ont trop aimé leur entreprise et oui une histoire d'amour qui tourne mal.
a écrit le 25/01/2013 à 13:49 :
Aucune inquiétude pour les crédits en cours, ils seront gérés normalement jusqu'au terme. Pour résumer : le stock est géré mais il n'y aura plus de nouveaux crédits accordés.
a écrit le 25/01/2013 à 13:28 :
Et quelle est l'avenir des crédits en cours ? est-ce qu'un nouveau contrat sera fait avec une modification des taux ??
Réponse de le 13/02/2015 à 15:43 :
Avez vous pu compte tenu des taux en coure renegocier le votre avec le CIF
Cordialement
Réponse de le 07/07/2016 à 12:07 :
Le réaménagement des taux de crédit sont refusés par le CIFD, nous ne pouvons même pas profiter de la baisse des taux ... , vous pouvez appeler bien souvent , personne ne répond, c'est a se demander si leurs locaux existent toujours, a qui payons nous nos remboursements ? A bon entendeur.
a écrit le 25/01/2013 à 13:24 :
Qui sont les dirigeants et actionnaires de ces SA CICAP ?? Merci à la Tribune de nous le dire
Réponse de le 27/01/2013 à 1:27 :
il n'y a pas de personnes physiques, un mouvement philantropique du début du siècle qui a pris naissance dans le nord de la France ; très très proche du monde HLM ce qui explique leur implication dans l'accession sociale, des sacicap riches des très pauvres qui ne survivront pas.
a écrit le 25/01/2013 à 11:44 :
Aux salaries du CIF, on a vu par ce vote que nos employeurs les SACICAP ne souhaitaient pas voir une option pour sauver les emplois par le nouveau PDG Michel Bouvard. Il a, je crois, fait son maximum, mais ni bercy, ni le tresor, ni ces propres employeurs ( les actionnaires des sacicap) ne souhaite une solution pour les salaries du CIF. Ils preferent tous une solution financiere pour eux-meme. Pas de pitie contre les actionnaires des sacicap, action !!!
a écrit le 25/01/2013 à 11:43 :
Attention les "300" soi disant repris par la banque postale c'est du conditionnel et dans les 2 ans, cela fera belle lurette qu'il n'y aura plus de commerciaux dans un cif en extinction. Encore un effet d'annonce de la BP après avoir pillé les documents sur le savoir faire du CIF dans la dataroom.
a écrit le 25/01/2013 à 10:15 :
comme dirait une pub à la noix " J'aime ma banque "
a écrit le 25/01/2013 à 10:14 :
j'ai été bien content que le CIF me prête à de très bonnes conditions, sous obligation d'ouvrir un compte bancaire chez eux, puisque ce n'est pas une banque de dépôt.
ce sont les banques de dépôt vous appatent avec leurs prêts immo, avec l'audace de dire qu'elle ne gagnent pas d'argent avec, pour mieux vous tenir avec le compte dépôt qu'elles vous font ouvrir et vous taxer avec des frais bidons et des services accessoirs et couteux.
Alors il est C L A I R que le concept du CIF dérange
a écrit le 25/01/2013 à 10:07 :
le CIF n'est pas sur un marché en crise, la demande de financement des ménages modeste sans risque particuliers pour réaliser souvent sa première accession à la propriété sans apport personnel est toujours très présente , et le CIF était jusqu'à maintenant une des rares banques à financer ce type de profil, le problème de refinancement est simplement lié à la confiance des marchés qui réagissent simplement par rapport aux agences de notations, qui elles même réagissent en fonction des nouvelles directives ( bâle III ) dont les banques agissant sur un marché des prêts immobiliers déjà bien encadré et sécurisé subissent la rigidité... l'état n'à fait qu'apporter sa garantie, sans sortir le moindre denier à un "petit " organisme financier indépendant qui menait bien sa barque jusqu'à maintenant... le problème est malheureusement celui qui même la france à sa perte depuis des années, l'incapacité des hommes politiques à comprendre et arbitrer les problèmes dans leur globalité, sans faire le dicernement entre les effets bénéfiques et les effets pervers des décisions prises dans les différents traités.

nos politiques et l'UE mélangent sans cesse les genres, un coup de libéralisme quant ça arrange le capital, un coup d'interventionnisme quant il faut sauver un pote,
Réponse de le 27/01/2013 à 1:37 :
et déçu de ce gouvernement pour qui j'ai voté, dans le dossier du CIF la commission européenne a dit ne pas lier l'extinction d'un établissement à la garantie. C'est une fausse information du gouvernement qui a dicté à chacun de ses députés sénateurs PS et ministre que c'est la commission européenne, il nous manquait plus qu'un gouvernement qui n'a pas le courage de ses actes et qui favorise les copains et contribue allègrement à rajouter plus de 2000 chômeurs ! et tous les artisans promoteurs, constructeurs qui pâtissent de notre arrêt de production. le CIF en période de crise n'a jamais connu de difficulté de production alors que les taux sont bas les familles modestes ne peuvent profiter de cette aubaine. c'est écoeurant.
a écrit le 25/01/2013 à 9:25 :
je ne comprends plus rien !!!!!!!!!!
voilà des organismes qui financent le logement pour les plus pauvres, et ceux-ci se plaignent d'être mal logés ???
et les mêmes coopératives gèrent une banque (CIF) qu'ils veulent aussi faire sauter !!!!!!
JE NE COMPRENDS PLUS RIEN !!!!!!!!
C'est quoi ce B....... ????
a écrit le 25/01/2013 à 9:03 :
Le CIF est, maintenant, sur un marché en crise, l'investissement immobilier, avec une raréfaction du nombre d'emprunteurs candidats et de ceux acceptés. Par ailleurs, son financement est mis à mal par le contexte imposé aux banques. La sagesse voudrait que les frais soient arrêtés. Too bad indeed.
a écrit le 25/01/2013 à 8:43 :
Chute des prêts immobiliers qui ne peut que s accentuer quand on voit le matracage fiscal à venir sur l immobilier, et comme le crédit immobilier de France vit de cette activité , il n y aura pas de miracle, il faudra au minimum réduire la voilure



a écrit le 25/01/2013 à 0:40 :
Et si on parlait des chèques en blanc. 1000 milliards pour les avec la crise et c'est Kerviel qui prend... Selon ce qu'on trouve sur les feuilles du web, la BCE financerait à fonds perdus les Etats en sortant des euros. Seulement des bulles en Europe il en existe encore. On entend dire que la rémunération du capital serait négative, comme le livret par exemple. Et puis les émergents auraient besoin de leurs liquidités pour des investissements internes, ainsi ils ne seraient plus si friands des obligations européennes. Mais si la BCE prend le relais comme aux Etats-Unis, si on dévalue de 20%, quelle influence sur les réserves et le pouvoir d'achat? Mais faire des billets ça va durer combien de temps au lieu de faire de la croissance?
Réponse de le 25/01/2013 à 9:01 :
C'est quoi le rapport avec le CIF et les futur 2500 chomeurs de plus ?
a écrit le 24/01/2013 à 23:48 :
IL FAUT FAIRE UN EXEMPLE EN FRANCE ! QU UNE BANQUE SOIT SACRIFIÉE
Réponse de le 25/01/2013 à 9:44 :
Quand on a aucun intérêt dans la banque et que l'on n'est pas salarié, on peut dire ce genre de truc.
Comme les fils à papa qui travaillent dans la PME héritée et disent "il y a trop d'assistanat".
Réponse de le 25/01/2013 à 12:17 :
Bête votre commentaire, sans intérêt. Ca veut dire quoi au juste un exemple. Et si on en faisait un d'exemple dans votre boite ? La bêtise humaine n'a pas de limite et internet est un défouloir. Allez donc parler avec les 2500 salariés que la Presse méprisent et vont pointer au chômage. Venez donc cher Monsieur, on vous expliquera. ET PUIS ARRETEZ ON EST PAS UNE BANQUE !!!!!!!!!!!!
a écrit le 24/01/2013 à 23:22 :
Aidez-nous, parlez de nous, mais surtout parlez des clients du CIF : des familles a revenus modestes ou irréguliers qui vont rester locataires car aucune banque ne pourra (dixit Bâle III) prendre notre relais dans les mêmes proportions.
Et surtout n'ayez pas peur, en tant que journalistes financiers, d'investiguer et de relater notre dossier : vos colonnes ne provoquerons pas la débâcle du système bancaire français ! N' hesitez pas a venir au devant des salariés pour avoir de la matière pour vos futurs articles sur l'économie sociale ... Car il s'agit tout de même d'un plan social de 2500 emplois en France, minimum !
Réponse de le 25/01/2013 à 9:16 :
rigolo, très rigolo même, lorsque l'on voit que ce sont les 56 SACICAP (Sociétés Anonymes Coopératives d'Intérêt Collectif pour l'Accession à la Propriété) autrement dit des coopératives qui mettent la banque dans la merde !!!! si quelqu'un peut me dire qui est dans ces SACICAP ????
a écrit le 24/01/2013 à 23:12 :
C'est incroyable! C'est génial! C'est la France!
a écrit le 24/01/2013 à 22:58 :
On en a plus que marre des sauvetages des banques avec l'argent des contribuables. Il ne faut surtout pas sauver les banques, il faut laisser couler les banques en difficulté, afin de purger, enfin, le système bancaire qui nous a plongés dans la crise. Il y a beaucoup trop de financiers et de banquiers, il faut en diminuer le nombre. L'état n'a pas les moyens de sauver les banques en permanence, qu'elles prennent leurs responsabilités, c'est trop facile de se verser des bonus à gogo puis de mendier l'aide de l'état.
Réponse de le 25/01/2013 à 8:58 :
tu ne connais pas le dossier, l'aide de l'etat n'est pas gratuite rassure toi, pour 1 millard, 2 seront repris sur les remboursements des clients, et sur les fonds propres du CIF. Ce qui va te couter, c'est les 2500 chomeurs en plus, et les emplois indirectes sur cette debacle environ 7500 de plus. Mais bon, visiblement ta haine des banques t'empeche de voir plus loin que le bout de ton petit nez. Enfin pour ton info, le CIF n'est pas une banque de depot faut pas tout confondre. Rassure toi, on partira avec nos indemnites, nos primes, et 2 ans de chomages que tu vas payer. Merci a toi non non!!!
Réponse de le 25/01/2013 à 9:28 :
je ne comprends R I E N à votre problème !!!
vous avez la garantie de l'Etat pour financer le logement et l'entretien des plus pauvres, alors, OU EST VOTRE PROBLEME ???
Peut-être se trouve-t-il dans le fait que vous pensiez que les pauvres vous rembourseraient ????
Réponse de le 25/01/2013 à 10:50 :
A qui s'adresse vos questions ? moi j'en ai une: lorsqu'on comprends rien a un probleme comme vous l'indiquez pourquoi aborder le sujet ? Enfin, le CIF ne prete pas aux "plus pauvres" il y a encore plus pauvre que les clients du CIF mais pour cela il faut encore s'en rendre compte. Le CIF n'a pas plus de defaillance dans ces remboursements par ces clients que les banques classiques ou avez-vous vu ca ?
Réponse de le 25/01/2013 à 11:53 :
LE CREDIT IMMOBILIER DE FRANCE (CIF) comme son nom l'indique n'est pas une banque!!!
Merci de ne pas confondre ! et de penser aux 2500 salariés et futurs chômeurs, à leurs familles et à toutes les pertes d'emplois que la fermeture du CIF implique!
a écrit le 24/01/2013 à 22:39 :
le credit immobilier de france est une banque qui fait des bénéfices, il est simplement muselé par les nouvelles règles de refinancement des banques qui limitent sa notation et par la même rend plus difficile son accès aux marchés pour refinancer les prêts déja accordés qui génèrent des milliards en marge bénéficiaire..........ces milliards intéressent plus d'une banque ( dont la postale à qui l'état aimerait faire cadeau du pactole ), mais ces banques ne sont pas intéressées par les milliers de salariés à reprendre. ces salariés sont pourtant essentiellement attachés aux services commerciaux qui a prouvé sa capacité à générer des prêts... tout cela est incohérent, à force d'avoir mis dans l'air que l'ennemi c'est la finance, mettre sur le carreau 2500 salariés d'un organisme bancaire performant et qui fait des bénéfices est politiquement moins incorrect que 800 salariés de MITTAL en lorraine....
Réponse de le 24/01/2013 à 23:25 :
Le modèle économique du Crédit Immobilier de France est totalement dépendant des financement de marché parce que cette banque n'a pas de dépot. Ce modèle ne fonctionne plus depuis que les marchés de crédit interbancaire sont quasi bloqué. Le CIF serait déjà mort sans soutien de l'état. Aucune banque n'est interressée par la reprise de ce paquet de dettes qu'est le CIF. Ce modèle ne marche pas et il faut donc l'arréter. Point final. Arrétons de sauver les banques aux frais du contribuable. STOP STOP STOP !!!
Réponse de le 25/01/2013 à 0:26 :
Fred , des milliards en marges.. quand même.. mais le reste est tout a fait vrai
a écrit le 24/01/2013 à 20:36 :
Aidez nous, nous avons besoin d'être aidés par les médias!
Les sacicap veulent récupérer un maximum de leur argent en mettant dehors M! Bouchard qui était pour soutenir les salariés et les accompagner par un PSE digne de ce nom! Aujourd'hui tout est remis en cause, nous perdons nos emplois dans le silence absolu et nous n'aurons rien alors qu'une entreprise rentable et avec des fonds conséquents va fermer...
Réponse de le 24/01/2013 à 23:00 :
Si votre entreprise était "rentable" pourquoi est-elle au bord de la faillite ? Le modèle qui consiste à pêter des milliards avec des fonds propres et emprunter ces milliards sur les marchés est un modèle qui très faibles n'est pas viable, il faut donc arréter cette activité.
Réponse de le 24/01/2013 à 23:47 :
@Cifaction, snif je pleure ! vous les employés de banques, allez donc pleurer devant les employés de PSA, HEULIEZ, MITAL etc....
Réponse de le 25/01/2013 à 3:36 :
@satan, le problème ce n'est pas le personnel des banques qui touches le minimum du salaire contractuelle c'est bien les gros bonus des dirigeants qui on pris des risques sur les dos de l'épargne des contribuables. Cela dit, il faut faire faire faillite aux banques en difficulté pour ne pas mettre toute la société entière en faillite.
Réponse de le 25/01/2013 à 11:31 :
A tous les heureux de la faillite de cette institution, renseignez vous, renseignez vous bien, et continuez à voter
Réponse de le 25/01/2013 à 11:40 :
A Satan qui porte bien son nom : nous sommes employés, exactement, avec des salaires qui n'ont rien à voir avec les salaires de ministres, certains ouvriers sont certainement mieux payés que nous, commes tout le monde, nous avons des charges fixes, des factures à payer, des enfants scolarisés, un loyer à payer ou une maison à rembourser. Non mais vous nous prenez pour qui ???? Nous avons le droit d'être traité comme tous les futurs chômeurs, sauf que parce que c'est le CIF, nous devons être muselés, et couler en silence !!!! super la mentalité, on est 2500 à aller pointer à Pôle emploi, et en plus on est considéré comme des pestiférés. HONTEUX ! moi je respecte et je compatis avec la salariés PSA, MITAL, Heuliez, doux etc.... PRENEZ VOUS en à nos dirigeants qui EUX s'en fouttent de leurs salariés - Documentez-vous, nous vivons sous la dictature de nos dirigeants, et arrêtez de nous accusez de tous les maux.
Réponse de le 25/01/2013 à 11:40 :
LE CIF y'a 20 ans faisait un vrai métier d'accession sociale, ce temps est révolu depuis la fin des prêts PAP . C'est un établissement comme les autres qui veut faire des marges (ils ont vendu un max de produit révisable non capé sur le taux mais sur l'inflation), pour se donner bonne conscience il ont la face mission sociale :
Cf affaire apollonia & l'avis des clients qui ont eu affaire à eux http://www.forumconstruire.com/construire/topic-169810.php

Le CIF, par sa quasi-faillite, va mettre en grande difficulté, sinon au chômage près de 2 500 personnes. De plus, du fait d?une déviance de son activité principale qui était ? rappelons-le ? de « faciliter l?accession à la propriété des ménages à revenus modestes », cette banque, comme de nombreuses autres enseignes françaises (BNP - Crédit Agricole - Crédit Mutuel - HSBCGEMB - Caisse d?Épargne), ont fait plusieurs centaines de victimes.
À titre d?exemple, pour le CIF, l?Autorité de Contrôle Prudentiel a mis cette banque en demeure pendant des années, en lui reprochant l?extrême fragilité et les dangers de son modèle économique (aucun adossement à une banque de dépôt, totale dépendance vis-à-vis des marchés financiers pour son refinancement). Pour toute réponse, le CIF, établissement financier censé consacrer son activité au « logement social », a choisi de se développer à outrance en finançant de l?immobilier de loisir et d?affaires, au travers de produits largement surévalués (de 2 à 4 fois la valeur du marché), donc potentiellement « toxiques » et ce depuis 10 ans.
L?explosion, programmée car inéluctable, de cette « bulle » immobilière et l?effondrement des remboursements des crédits consentis de manière sauvage et totalement irresponsable qui ont amené des centaines de personnes à une situation de surendettement, ont obligé cette banque et les autres impliquées dans ce « système », à passer le plus discrètement possible, dans leurs bilans, des provisions considérables (plusieurs centaines de millions d?euros pour le CIF), spoliant ainsi leurs actionnaires, générant des tensions sur les marchés financiers, amenant les agences de notation à dégrader ces établissements.

Le CIF et de nombreuses autres banques (Crédit Mutuel, GEMB, Crédit Foncier) se sont défaits de ces créances plus que douteuses qu?elles ont ainsi créées dans la seule préoccupation du « faire du chiffre », en les cédant sur les marchés financiers. Ainsi, la titrisation de ces créances toxiques a eu pour effet de polluer la place financière française, reproduisant l?effet subprimes que l?on a connu aux États-Unis, avec l?effet domino qui s?en est suivi.
Réponse de le 25/01/2013 à 11:47 :
J'tai reconnu Jojo !
Réponse de le 25/01/2013 à 11:55 :
Les grandes banques de dépôts ont été sauvées bien souvent par les autorités sans que le grand public le sache. Par exemple, comment croyez vous qu'elles ont reconstituées leurs réserves début 2012 si ce n'est en s'accaparant pour compte propre les liquidités déversées par la BCE pour "soutenir" l'économie réelle européenne...Des milliards ont été mis sur le marché et les conditions de crédit aux particuliers et aux entreprises n'ont jamais été aussi dures...Où est l'argent? Ce n'est pas le cas du CIF qui n'a aucune activité pour compte propre donc aucune spéculation. lorsqu'il emprunte, c'est pour prêter aux accédants immobiliers, ses statuts sont très contraignants..
Réponse de le 07/03/2013 à 20:56 :
je me suis fait escroqué non pas par le CIF en tant que personne morale mais bien par des employés - conseillers malveillants menteurs prêts a tout pour ... un misérable bonus... quitte à foutre la vie de leur client en l'air... et qui pleurent aujourd?hui! je n'ai aucune envie de participer malgré moi au sauvetage de cette boite maléfique peuplée d?énergumènes cyniques qui ont refusés de me recevoir afin de trouver une solution amiable... et qui - c'est beaucoup plus juteux - ont saisi ma maison... j'ai la haine comme des milliers d'emprunteurs - naïfs doux rêveurs - qui se sont faits arnaqués par des taux variables qui devaient êtres fixes ou par des taux variables qui devaient êtres "capés" et qui ne le sont pas... sans oublier la pratique du taux d'appel, bombe a retardement, tueuse à coup sur... cette boite profite de la misère du monde ... elle doit disparaître! ne pas oublier de surcfroît qu'en ce moment les taux sont très bas... c'est le calme avant la tempête car inévitablement ces taux vont remonter... et les révisions vont êtres meurtrières... pour tous ces emprunteurs à qui on veut imposer le sauvetage de leur futur bourreau...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :