Capital-investissement et pays émergents : la grande (dés) illusion

 |   |  890  mots
Les leaders des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) lors de leur sommet à Sanya (province insulaire du Hainan), en Chine en avril 2011.  Copyright Reuters
Les leaders des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) lors de leur sommet à Sanya (province insulaire du Hainan), en Chine en avril 2011. Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Les monceaux d'argent levés par les fonds de private equity spécialisés sur les marchés émergents peinent à s'investir. Et ce, faute de marchés de capitaux assez liquides et de gouvernance d'entreprise suffisamment aboutie. Ou parce que les acteurs locaux du capital-investissement sont eux-mêmes déjà très présents.

Comme les entreprises, les fonds de capital-investissement ont pris le train des pays émergents, depuis quelques années. Avec l'espoir d'engranger des taux de retour sur investissement (TRI) sinon mirifiques, du moins autrement plus élevés que ceux grappillés dans une zone euro en pleine crise économique et financière. Plus exactement, ce sont les « LPs » (Limited Partners), c'est-à-dire les fonds de pension et autres investisseurs institutionnels clients des fonds de private equity, qui ont poussé ces derniers à se lancer à l'assaut de la Chine, de l'Inde, ou bien encore du Brésil.

Les investissements et les sorties ne suivent pas

A tel point que les fonds de capital-investissement spécialisés sur les marchés émergents reçoivent aujourd'hui le quart des capitaux alloués par les « zinzins » à l'ensemble du private equity mondial, selon le Global Private Equity Report 2012 de Bain & Company. Le hic, c'est que les investissements et les sorties et, par conséquent, les TRI, ne suivent pas. Les acquisitions d'entreprises réalisées par les fonds de capital-investissement axés sur les pays émergents représentent à peine plus de 10% du total des investissements du private equity mondial. Et la proportion est identique sur le front des cessions de participations.

La taille de l'économie ne suffit pas

Pourquoi les fonds peinent-ils à investir sur des marchés pourtant réputés très porteurs, au vu de leur croissance économique ? Difficile d'imaginer qu'ils soient en mal d'opportunités, quand on sait que les principaux pays émergents représentaient déjà un tiers du PIB (produit intérieur brut) mondial, en 2011, et que cette proportion devrait grimper à près de 50% d'ici à 2020, selon le FMI (Fonds monétaire international). Et pourtant ! « La taille d'une économie n'est pas un critère pertinent pour évaluer sa capacité à absorber l'argent des fonds de private equity », explique Bain & Company.

C'est le nombre de grandes entreprises qui importe

Pour le cabinet, ce qui importe, c'est le nombre de grandes entreprises que compte le pays en question. Tout simplement parce que cela donne une bonne idée de la présence - ou non - de facteurs essentiels pour les fonds de capital-investissement. Comme, par exemple, la profondeur et la liquidité du marché boursier, indispensables pour que les fonds puissent céder leurs participations dans de bonnes conditions. Ou, autre exemple, la taille du marché de la dette, cruciale pour les fonds de LBO (Leverage Buy-Out), qui rachètent des entreprises en jouant, précisément, sur l'effet de levier de la dette. Le nombre de grandes entreprises que compte un pays témoigne également de son évolution en matière de gouvernance, de transparence, de protection des intérêts des actionnaires. Autant d'éléments de première importance pour les actionnaires que sont les fonds de capital-investissement.

Un taux de pénétration du private equity quasi nul en Russie

Or, bien que le PIB russe soit près de quatre fois supérieur à celui de l'Afrique du Sud, cette dernière compte quasiment autant d'entreprises réalisant un chiffre d'affaires annuel de plus de 250 millions de dollars que la Russie. Ceci s'explique par un environnement plus favorable pour les entreprises, notamment en matière de gouvernance. Résultat, le taux de pénétration du private equity, mesuré par les investissements des fonds rapportés au PIB, est de 0,3% en Afrique du Sud, alors qu'il est quasi nul en Russie.

Des acteurs locaux importants en Chine

Si les pays émergents ne sont pas l'eldorado espéré par les fonds de capital-investissement étrangers, c'est également parce que certains de ces marchés sont déjà saturés. Ainsi, en Chine des acteurs locaux ou des fonds « du cru », comme CDH, SAIF, New Horizon, Hony Capital ou Fosun gèrent déjà chacun entre 3,5 et 6,8 milliards de dollars d'actifs, alors qu'ils ont été créés il y a une dizaine d'années, au plus. Sur les marchés du private equity brésilien et indien, il y a foule également. Si bien que les valorisations des entreprises y sont très élevées, réduisant de facto les TRI espérés par les fonds. Et le Brésil présente l'inconvénient supplémentaire d'être un marché de petites et moyennes entreprises, souvent familiales, qui ne voient pas toujours l'intérêt d'ouvrir leur capital à un fonds.

L'Afrique offre de belles perspectives

« Il est encore difficile, dans nombre de pays émergents, d'avoir la possibilité de réaliser des transactions de qualité, en raison d'un environnement institutionnel relativement immature », reconnaît Andrea Vogel, responsable des marchés de croissance pour l'Europe, le Moyen-Orient, l'Inde et l'Afrique, chez Ernst & Young. Qui loue en revanche le développement des marchés de capitaux en Tunisie et en Egypte, deux pays où la gouvernance des entreprises s'est également améliorée. Au Maroc aussi, la liquidité du marché de la dette a progressé, tout comme celle du marché des fusions-acquisitions. Deux ingrédients qui, ajoutés à des perspectives de croissance économique favorables, font de ce pays un marché intéressant pour le capital-investissement. Felix Haldner, associé au sein du fonds de private equity Partners Group, en est convaincu : l'Afrique deviendra un nouveau « spot » de choix pour le capital-investissement. Tout comme la Turquie, le Moyen-Orient et, plus inattendu, la Mongolie, affirme l'expert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2013 à 16:51 :
J'ai un portefeuille d'investissement assez bien réparti sur les "brics" dans divers secteurs économiques et leur valorisation sur les deux dernières années a été d'environ -5 % .par contre sur la France elle a été de +10 %. Je n'en ai pas ailleurs. Je comprends la frilosité actuelle, mais les perspectives restent tout de même positives sur les années à venir. Mais qui connait l'avenir, sûrement pas les économistes. Seuls les "insiders" sortent les marrons du feu ...
a écrit le 31/01/2013 à 16:42 :
Connais-tu l'Afrique ?
a écrit le 31/01/2013 à 16:02 :
Mais qui es-tu Yvan ?
Réponse de le 31/01/2013 à 16:29 :
Un mec qui fait de la gestion et la contrôle. Soit, a les pieds sur terre. Et chacun de mes commentaires semble en bousculer une quirielle vu qu'ils sont manipulés à donf.
Réponse de le 31/01/2013 à 16:34 :
Il est vrai qu'en plus, j'ai été formé aux stat et proba ... Mais une haine de l'argent, comme de toute religion aide largement à comprendre bien des choses...
Réponse de le 31/01/2013 à 16:55 :
Tu n'es pas devenu, comme beaucoup de gens, un néolibéral alors ?
a écrit le 31/01/2013 à 15:41 :
En dessous de 10% de rendement, en effet, pourquoi "investir"..??
a écrit le 31/01/2013 à 15:38 :
"Qui loue en revanche le développement des marchés de capitaux en Tunisie et en Egypte," En effet, le marché des tenues de protection des personnes et forces de l'ordre explose. Pas de déplacement sans 5 gardes du corps. Profitons-en.
a écrit le 31/01/2013 à 15:16 :
Oui, justement. En parlant de piller l'Afrique... Sinon, voyez Obama prêt à tout pour faire venir des entrepreneurs alors que son pays est ne contient quasiment aucun chômeur et est en pleine forme économique vu le profit de ses banques. Extraordinaire, non..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :