Natixis ne pourra plus compter sur les profits de BPCE

 |   |  554  mots
François Pérol, président du directoire de BPCE Copyright Reuters
François Pérol, président du directoire de BPCE Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
BPCE va racheter à sa filiale Natixis les 20% qu'elle détient dans le capital du groupe

Natixis, filiale de BPCE , groupe issu de la fusion en 2009 des Caisses d'Epargne et des Banques Populaires, ne pourra plus compter sur les profits de sa maison mère. Les 20% du capital que détenait la banque d'investissement dans BPCE vont être rachetés par cette dernière. C'est ce qu'ont annoncé François Pérol, président du directoire de BPCE, et  Laurent Mignon, directeur général de Natixis, dimanche après midi. Ceux-ci mettent en avant la volonté de simpilifier les structures du groupe, et surtout la rentabilité retrouvée de Natixis, qui peut se passer des revenus générés par les 20% du capital de BPCE, détenus sous forme de certificats coopératifs d'investissement (les banques mutualistes n'ont pas d'actionnariat).    "Nous supprimons un dispositif qui était complexe et à notre sens mal compris par le marché et les investisseurs", a commenté François Pérol, au cours d'une conférence téléphonique. Le responsable a aussi expliqué que l'opération était justifiée par le recul du profil de risque de Natixis. Le directeur général de Natixis, Laurent Mignon, a affirmé que la sortie des CCI aurait un impact limité sur la rentabilité de la banque. "Si cette opération avait eu lieu au 1er janvier 2012, il y aurait eu une dilution de 6% du résultat net annuel", a indiqué le responsable qui va entrer au directoire de BPCE.

65 centimes de dividende supplémentaire pour une action à 2,84 euros

Ainsi, BPCE va racheter ces Certificats coopératifs d'investissement pour 12,1 milliards d'euros. Cela permettra à Natixis de rembourser une dette contractée auprès de sa maison mère.  Si l'opération avait eu lieu au premier janvier 2012, la banque aurait dû faire une croix sur 444 millions d'euros de profits,  mais aurait économisé 268 millions d'euros de charges d'intérêt.  Au total, compte tenu des impôts, l'impact sur les résultats de Natixis aurait été négatif à hauteur de 63 millions. Une perte jugée supportable. Grâce aux 12,1 milliards que lui  apportera la BPCE, Natixis remboursera donc sa dette auprès de sa maison mère mais pourra aussi verser 2 milliards d'euros de dividende exceptionnel à ses actionnaires, soit 0,65 euro par action. Un montant considérable, en regard du dernier cours de l'action Natixis, qui ne dépassait pas 2,84 euros vendredi soir. Il s'ajoutera aux 10 centimes du didende "normal", au titre de l'exercice 2012.  Cette opération ne modifie pas la structure du capital de Natixis, qui reste détenu à 72% par BPCE. Francois Pérol assure que l'opération n'a aucun lien avec la loi bancaire en coursde discussion au parlemen, qui imposera la filialisation des activités spéculatives des banques. Celles-ci ne représentent plus que 1% de l'activité de la filiale Banque de financement et d'investissement de Natixis.

 Bénéfice en baisse

 La banque Natixis a enregistré en 2012 un bénéfice net de 901 millions d'euros, en baisse de 42% du fait d'éléments exceptionnels, de l'augmentation du coût du risque (provisions pour crédits impayés) et d'un ralentissement de l'activité. Dans son communiqué, Natixis souligne que son résultat sous-jacent, excluant nombre de facteurs exceptionnels, s'est établi à 1,1 milliard l'an dernier, en baisse limitée de 15% par rapport à celui de 2011.  Natixis promet de verser la moitié de ses résultats à venir sous forme de dividende.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2013 à 11:58 :
Natixis est à larguer, elle n'a rien à voir avec des banques de détail Caisses d'Epargne ou Banques Pop, qui plus est dans l'esprit des réformes actuelles de séparation des activités.
a écrit le 18/02/2013 à 10:22 :
Racheter "les 20% du capital que celle-ci détenait dans le capital du groupe" ?
Racheter "ces Crédits (sic) coopératifs d'investissement" ?
Apparemment il n'y pas que "le marché et les investisseurs" qui ont du mal à comprendre ce dossier...
Réponse de le 18/02/2013 à 11:26 :
Natixis + 17% ce jour
Réponse de le 18/02/2013 à 17:41 :
... il vous a fallu 11 minutes pour écrire ça ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :