Les bons chiffres en trompe l'oeil de l'assurance-vie

 |   |  436  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Alors que le assureurs attendent la publication ce mardi du rapport Berger-Lefebvre, les chiffres publiés témoignent a priori d'un rétablissement de la collecte pour l'assurance-vie, en janvier et février (+7%). Or ils sont dus avant tout à un transfert d'épargne exceptionnel, lié à la taxation alourdie des actions. Seuls les "bancassureurs" en ont profité

 Après une année 2012 inquiétante, marquée par une décollecte, l'assurance vie, va mieux. C'est la conclusion à laquelle amènent les chiffres publiés concernant les deux premiers mois de l'année (collecte brute en hausse de 7%). Ils laissent la voie libre à des efforts supplémentaires des assureurs, à une évolution du cadre législatif et réglementaire que devrait préconiser le rapport Berger-Lefebvre, publié ce mardi.

Une signification limitée

Or ces chiffres n'ont qu'une signification limitée. Ils sont liés à un événement exceptionnel, à savoir le changement de la fiscalité des actions : à compter du premier janvier 2013, les prélèvement forfaitaire libératoire disparaît, plus-values et dividendes sont soumis au barème de l'impôt sur le revenu. En outre, les dividendes perdent leur abattement à la base de 3.050 euros pour un couple. Ce changement majeur dans le régime de taxation des actions a suscité des arbitrages de la part des épargnants, conseillés par leur banquier. Pour échapper à la majoration d'impôt, beaucoup d'entre eux ont vidé leur compte titre, optant pour un des derniers placements défiscalisés, l'assurance-vie : ils ont simplement transféré leur épargne en actions (des sicav, souvent) sur l'assurance vie.

Le jackpot pour les "bancassureurs"
A preuve : les banquiers, qui ont conseillé ce transfert, sont les seuls à l'origine de la hausse de la collecte début 2013. Alors que ces «bancassureurs » avaient dû faire face, sur l'ensemble de 2012, à une baisse de la collecte brute de 7%, celle-ci a augmenté de 24% en janvier (par rapport au même mois de l'année précédente), une fois adoptée la loi de finances, puis de encore de 8 % en février. Soit une hausse de 17% sur les deux mois, à comparer aux +7% de l'ensemble du marché.

Les assureurs font grise mine
A l'inverse, les assureurs ont continué d'accuser une baisse de leur collecte (-15% sur les deux mois). Ils n'ont pas bénéficié de ce flux d'épargne à caractère exceptionnel.
De ces chiffres, les professionnels tirent le constat que l'assurance-vie n'est évidemment pas tirée d'affaire. Les rendements servis par les contrats en euros risquent d'être orientés durablement à la baisse, compte tenu de la faiblesse des taux d'intérêt, persistante. «Dans ces conditions, on ne peut pas demander à l'assurance vie de tout faire, comme investir plus dans l'immobilier, les PME, tout en continuant de financer l'Etat » souligne un acteurs majeurs de l'assurance-vie. Un avertissement au gouvernement... Du reste, le rapport Berger Lefebvre se garde bien de bouleverser l'ensemble de l'écosystème de ce véhicule d'épargne majeur pour les Français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2013 à 13:17 :
Mettez votre argent dans l assurance vie qui n'est ni une assurance est n'est pas sur la vie mais sur la mort.
L'Etat aura comme cela la main mise sur votre argent car si l'Etat ne rembourse pas vous serez les premiers à etre spoliés ... La France comme l'?uro sont économiquement non viables , les seuls qui ont de l'argent pour combler les dettes sont les porteurs d assurance vie ...
a écrit le 02/04/2013 à 12:41 :
Il faut avoir la vue basse pour "flatter" de bons chiffres en trompe l'oeil actuel. Cela fait longtemps que l'on trompe avec un régime fiscal qui ferait le profit à côté du désastre financier ; voir, comme le pack d'oeufs, le produit cassé d'une douzaine d'années ( ->50%) , sauf ce repli sur l'euro, mais qui dégringole tout seul. Alors : qu'est-ce que la fiscalité pénalise-t-elle quand le rendement brut s'approche de zéro ? pour le Français dit moyen, combien par rapport au vrai coût de la vie, du marché quotidien. Ceux qui ont de l'argent se rabattent sur l'immobilier, et sur le présumé moins risqué. Quant au "rabottage"des avantages fiscaux, cela fait de longues années que les gouvernants de droite comme de gauche , de l'UMPS , en rajoutent progressivement. Leur gestion est rigoureusement identique. La Finance ennemie du candidat Hollande ne l'est plus, tout comme son abomination par le Sarko du Davos de 2.010, qui a ensuite tout oublié, certes refroidie par sa sébile restée vide lors de son carnaval au G20 de Cannes. Qui ? Qui peut bien voir une véritable différence ? Alors, on s'écrase ou on fait quoi ?
a écrit le 02/04/2013 à 11:07 :
"Hollande démission", seul avenir possible pour la France. Qu'il se barre, et vie
a écrit le 02/04/2013 à 9:46 :
Bravo aux Français d'avoir voté Hollande.... !!!
Réponse de le 02/04/2013 à 10:48 :
Ils n'ont pas votés Hollande, ils ont votés contre Sarkozy. Il fallait y penser avant. Qu'ils pleurent maintenant !
a écrit le 02/04/2013 à 8:51 :
Quand on mesure les impôts direct à la succession.........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :