La Société Générale a parié sur la Russie... et continue d'y croire

 |   |  751  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Malgré l'inculpation pour corruption du patron de sa principale filière et une conjoncture économique défavorable, la Société Générale poursuit ses efforts pour se développer sur le marché russe. Si le choix d'investir dans ce grand émergent relève du défi, Frédéric Oudéa, le patron du groupe bancaire français, croit fermement y trouver un relais de croissance...

La croissance russe ralentit, sous l'effet d'une politique monétaire restrictive, dans un contexte peu engageant de population active en baisse. Le patron de la principale filiale à Moscou, la Rosbank, est inculpé de corruption, et assigné à résidence, mais le PDG de la Société Générale, Fredéric Oudéa, veut faire le pari de la Russie. A l'occasion d'un déplacement à Moscou, il a tenté ce mercredi de minimiser l'impact de ces déboires russes. Il dit faire au confiance aux autorités pour régler le cas de Vladimir Goloubkov, qui sera bientôt remplacé à la tête de la Rosbank. Il s'agirait donc d'un cas isolé de corruption passive. Un cas spectaculaire, puisque son arrestation a été filmée par la police, et peut être vue sur Youtube.



Reste la réalité économique de la Russie et de son marché bancaire. L'économie repose encore beaucoup sur la rente pétrolière et gazière. Certes, une industrie de base se développe. Mais elle ne brille pas par ses performances à l'exportation. Les exportations russes? "Du pétrole, du gaz et des armes" résume un expert.

Une croissance faible pour un pays émergent

Le budget russe repose toujours, pour moitié, sur le pétrole et le gaz. Le gouvernement du premier pays producteur d'or noir en 2012 a besoin d'un prix du baril de pétrole d'au moins 90 dollars pour équilibrer ses comptes. A 60 dollars, ce serait pour eux la catastrophe. Une perspective peu probable, mais la dépendance russe à l'égard de l'or noir reste entière.

D'un point de vue strictement conjoncturel, l'économie russe connaîtra cette année une croissance, plutôt faiblarde pour un pays émergent, d'un peu plus de 2%. Elle a été supérieure ces dernières années, mais sur la base d'une surchauffe du crédit. Du coup, la banque centrale a dû remonter les taux d'intérêt à 7%, ce qui a calmé le jeu. Olivier de Boysson, économiste en charge des pays émergents à la Société Générale, table sur une croissance potentielle de 3,4%, qui pourrait être atteinte dès l'an prochain.

Relais de croissance et perspectives de profits
En regard d'une zone euro qui ne sortira pas de sitôt de la stagnation -aux dires des dirigeants de la Société Générale- c'est effectivement beaucoup. Il y a là un relais de croissance, et donc de fortes perspectives de profits. En 2012, les banques filiales de la Société Générale, présentes en Russie ont affiché au total un résultat net de 102 millions d'euros. Mais le navire amiral, la Rosbank était à peine au dessus de l'équilibre, en raison de la gestion difficile d'une fusion avec l'autre banque généraliste que possédait le groupe .

Le bénéfice devrait donc être significativement supérieur en 2013. Pour l'ensemble des filiales russes de la Société Générale, il a déjà atteint 39 millions d'euros pour le seul premier trimestre. A terme, Fredéric Oudéa parie une forte rentabilité: le ROE (Return on equity, rentabilité des fonds propres) était de 12% au premier trimestre 2013. Il espère pouvoir le porter à 15% en 2015.

Un marché à fort potentiel

Une rentabilité élevée qui serait basée sur le développement de la vente de nombreux produits, dans un marché au fort potentiel de croissance: les ventes de voitures se développent à grande vitesse - ce qui profite d'ailleurs à Renault - et la Russie sera bientôt le premier marché européen, malgré ses mesures de protectionnisme sur les voitures de luxe. Il en est de même pour le crédit immobilier, qui n'en est qu'à ses balbutiements, et pour l'assurance, sur laquelle la Société Générale mise gros.

Pour l'automobile, les filiales sont déjà en tête de la production de crédits, et se situent par ailleurs au quatrième rang pour l'immobilier. Les activités de marché se développent bien sûr, en collaboration avec Paris. Un modèle de "banque universelle" que défend mordicus Fredéric Oudéa. Un "incident" comme la mise en cause pour corruption du patron de Rosbank ne peut le dévier de son chemin. A-t-il, du reste, le choix? Le groupe a investi au total quatre milliards d'euros en Russie, dont une bonne partie juste avant la crise financière, via le rachat de Rosbank. Il aurait du mal à céder aujourd'hui ses actifs pour le même prix...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2013 à 21:49 :
On se demande pourquoi un tel pays n'est pas plus connu par la partie ouest de l'Europe alors qu'il en constitue sa moitié. On dirait que l'oligarchie mondiale maintient intentionnellement une distance entre ces 2 grands pôles,
pourtant si proches par leur civilisation. On connait les liens d'amitié profonde qui ont existé entre la France et la Russie durant les siècles passés. Et pourtant on a l'impression qu'il s'agit aujourd'hui d'un pays lointain dont on ne parle qu' occasionnellement. Porbablement une volonté des stratèges américains...
a écrit le 20/06/2013 à 13:14 :
Dans un marché dominé par des géants comme la Russian Agricultural Bank, VTB et cie et où l'agressivité de la politique commerciale bas fort (prêt à la consommation sous 24h puis vérification de l'identité de l'emprunteur plus tard), c'est difficile d'atteindre de tels niveaux de rentabilité. De plus selon des experts bien informé, Rosbank est très loin d'être visible dans le paysage financier Russe. Elle ressemble plus à un canard boiteux qu'à une banque bien établie. 9ème au niveau fédérale sur 900 banques c'est "exagéremment" surestimé!
Réponse de le 20/06/2013 à 14:14 :
La concurrence y est rude, mais les marges sont bonnes.
Réponse de le 20/06/2013 à 15:27 :
Pas pour tout le monde. Rosbank n'a jamais dégagé le moindre bénéfice depuis fort longtemps!
Réponse de le 20/06/2013 à 15:42 :
@Taurus: avec une progression de plus de 19% du chiffre d'affaires sur 1 an à fin mars 2013, c'est sûr que la banque, comme toutes le banques, ne gagne pas d'argent :-) Je suis certain que tu dois lire la presse anti-russe pour dire de telles âneries. Et je te signale pour info que la 1e banque est incontestablement Sberbank - http://www.sravni.ru/banki/rating/aktivy/?gclid=CLPRm9fJy6oCFQm_zAodDgTH0g
Réponse de le 20/06/2013 à 16:12 :
@ Taurus900. Cela dépend de l'investissement précédent. Si C.A. est en hausse, on peut espérer que la rentabilité viennent derrière. P.S. Pardon pour cette question de curiosité, votre pseudo a un rapport avec Taurus PT 900 series ?
Réponse de le 20/06/2013 à 18:44 :
Si Rosbank n'est pas visible dans le paysage bancaire russe, que vous faut-il ? Je présume que vous regardez les choses à la lunette de votre balcon parisien. Faites le déplacement, et vous verrez la vie autrement !!! Rosbank = acteur MAJEUR du secteur bancaire russe !!!
Réponse de le 21/06/2013 à 12:40 :
@Patrick et @Tartarin. J'ai traversé la russie de Moscou à vladivostok et j'ai étudie le paysage bancaire russe de fond en comble. J'ai rencontré plusieurs banquiers et experts financiers sur place alors je ne dis pas des aneries contrairement à vous m. patrickb et ne regarde pas les choses de mon balcon parisien. Pour l'histoire du classement cela dépend du ou des critères retenus et la plus grosse banque russe c'est bien Russian Agricultural Bank en terme de réseau, de taille et de clients (si je retiens ces 3 critères). La progression du PNB (pas le CA comme vous dites) ne veut rien dire quand vous avez en face des taux de défaut énormes, une législation complexe pour les règles de provisionnement, des techniques de fraudes extraordinaires, etc. Il y a également d'autres points mais pas à balancer aussi facilement sur un commentaire d'un article.
@ Ex-moscovite, pas de lien avec Taurus PT 900 series!
Réponse de le 21/06/2013 à 15:15 :
@ Taurus900: oui, un appareil peu connu en Europe. C'est pour cela j'étais étonné :) Pour la Russie je ne connais que Moscou et quelques villes de province au niveau d'observations récentes, mais selon mon impression la 9ème place de Rosbank dans les classement correspond à peu près sa présence sur le terrain. Evidemment Sberbank, Alfa, VTB etc. sont bien devant. Au niveau des actifs elle est placée encore plus haut. Mais je suis d'accord que la gestion des banques en Russie n'est pas une chose évidente. L?odyssée peu glorieuse de BNP le montre. Désolé pour le terme C.A., je ne connais pas la terminologie française dans le domaine bancaire
Réponse de le 07/05/2014 à 23:05 :
Laissez tomber Ex-Moscovite, PatriclB fait parti de ses français qui magnifient la Russie sans y'avoir jamais vécu ni travaillé et si c'est le cas alors le problème est grave. Vous ne pourrez jamais les convaincre avec vos arguments sensés. C'est comme ça, j'ai arrêté moi même de me pencher sur leur cas.
Un résident français en Russie.
a écrit le 20/06/2013 à 11:09 :
Après Napoléon voilà la Société Général qui fait campagne en Russie !
Réponse de le 20/06/2013 à 13:15 :
Mais c'est déjà la société générale qui a été la banque émettrice en France des emprunts Russes !!!
Réponse de le 20/06/2013 à 15:53 :
@actuaire: erreur, c'est le Crédit Lyonnais le principal acteur de ce dossier. Toutefois, le principal responsable est l'État français qui disait à l'époque que "prêter à la Russie, c'était comme prêter à la France". Personnellement, je ne cesse de répéter que tous les produits de placement comportent des risques, dont celui de perdre son argent...et je ne vais donc pas sortir mon mouchoir pour ceux qui ont joué et perdu :-)
a écrit le 19/06/2013 à 23:03 :
La Sté Générale a raison de continuer a y croire car la Russie est en pleine ascension a tous les points de vue.
Le potentiel de ce pays fait rêver .
Réponse de le 20/06/2013 à 8:54 :
@russe mon frère: la Russie est en effet en plein essor après des décennies de stalinisme, mais attention au secteur bancaire. Il existe plus de 900 banques, ce qui fait quand même un peu beaucoup pour un seul pays. Rosbank, filiale de SG, est 9e (http://www.sravni.ru/banki/rating/aktivy/?gclid=CLPRm9fJy6oCFQm_zAodDgTH0g).
Réponse de le 20/06/2013 à 9:13 :
@Patrickb
Ne pensez-vous que comme beaucoup de pays d'Europe de l'Ouest et aux Etats-Unis plus le temps passera et plus ces petites banques se concentreront pour former quelques grosses structures ?
Réponse de le 20/06/2013 à 11:42 :
@Toto: il est tout à fait évident que la Russie actuelle imite l'Occident. Est-ce le bon chemin, l'avenir le dira. Imiter les anglo-saxons est du point de vue de mon expérience la pire chose qui pourrait arriver à n'importe quel pays, même si leurs techniques de marketing permettent de faire croire que la merde en bouteille est la recette magique du bonheur.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:04 :
@ Patrickb: après des décennies de stalinisme - bonne blague :) Juste il faut remarquer qu'une bonne partie de l'industrie, l'infrastructure et d'autre avancements à l'URSS a été créée à l'époque de stalinisme et juste après comme conséquence. Egalement les successeurs de Staline avaient une façon de gouvernance bien différente ce qui a conduit à la fin de l'URSS.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:12 :
@Toto: l'activité bancaires en Russie se concentreront, c'est sur. Mais il faut prendre en compte que de nombreux petites et moyennes banques en Russie sont affilées aux groupes d'entreprises et utilisées comme les centres de payements des groupes et pour l'optimisation fiscale ou même pour le blanchiment.D'où leur nombre et avant elles étaient encore plus nombreuses.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:14 :
@ex-moscovite: de toute évidence, tu n'as pas mis les pieds en Russie récemment, faute de quoi tu serais surpris de l'évolution du pays :-) Attention, je ne dis pas que tout est parfait, mais seulement que les changements vont, à mon avis, dans le bon sens :-)
Réponse de le 20/06/2013 à 12:26 :
@ex-moscovite@ toto: la corruption existe partout où il y a du fric à se faire, ce n'est pas l'apanage d'un pays en particulier :-)
Réponse de le 20/06/2013 à 12:30 :
@ patrickb: je viens chaque année, des fois plusieurs fois :) Désolé, mais je n'ai pas compris quelle mon affirmation est fausse à votre avis. Je voulais dire que 1. il semble que vous ne connaissiez pas l'histoire de la Russie, 2. pour les banques c'est comme cela. La plupart d'analystes sont d'accord.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:44 :
@ Patrickb -@ex-moscovite@ toto: d'accord, cela existe partout, la question c'est l'échelle. De plus dans mon commentaire il n'y avait aucun dénigrement de la Russie, juste la constatation de l'état de marché bancaire. Au contraire je pense que la situation s'améliore dans ce secteur.
a écrit le 19/06/2013 à 20:53 :
Ca sent l emprunt russe......
Réponse de le 19/06/2013 à 21:24 :
@loukis: je ne cesse de dire que tous les placemetnts comportent des risques, dont celui de perdre son argent :-) Les emprunts ne sont pas plus russes que français, ils sont tout simplement des placements comme les autres. Bon, je sais, tu as choisi d'être sélectif en omettant par exemple le canal de Panama pour ne citer que celui-là qui est bien français :-)
a écrit le 19/06/2013 à 18:51 :
La Russie aura sans doute de l'avenir...quand Poutine disparaîtra ! Patience.
Réponse de le 19/06/2013 à 20:33 :
@Ruse: Poutine n'est certes pas parfait, mais il a redressé le pays et il est patriote...ce que l'on aimerait voir en France !!! Il disparaîtra comme nous tous.
Réponse de le 20/06/2013 à 10:08 :
"Poutine n'est certes pas parfait" quel sens de la lithote! Ouvertement homophobe, vente d'armes à la Syrie et défense contre vents et marées à l'ONU de cette dictature sanglante. Recul marqué des libertés individuelles dans son pays, exil des opposants au régime, assassinats de journalistes politiques et j'en passe. (Tiens, le directeur de Rosbank vient de faire un petit tour en prison pour fraude fiscale au passage..) Poutine a récemment affirmé que les banques étrangères n'étaient pas les bienvenues en Russie. Définitvement Poutine c'est ce que l'on aimerait pas voir en France, mais rien ne vous empêche d'aller vivre en Russie puisque c'est si bien.
Réponse de le 20/06/2013 à 10:20 :
Hollande et Obama qui soutiennent les integristes islamistes en Syrie apres le "succes en "Lybie" de cette ingerence occidentale, Obama et CIA qui espionnent tranquillement les communications privees de n'importe qui, meme les non americains ...
Obama qui emprisonne Bradley Manning a vie pour trahison (digne du MacCartyhsme du 21 eme siecle) Ils sont beaux vos exemples "democrates". Savez vous que dans la constitution americain le mot "Republique" n'apparait JAMAIS ?
Réponse de le 20/06/2013 à 11:13 :
Exemples démocrates ou ça? Si vous trouvez que la Russie et les USA se valent en termes de démocratie et de libertés individuelles ça vous regarde en attendant c'est hors-sujet pour le sujet qui nous intéresse.
Réponse de le 20/06/2013 à 11:48 :
@@patrickb: 1) tout le monde n'est pas obligé d'être gay que je sache. 2) les Russes vendent leurs armes à tous les clients potentiels, comme d'autres pays, dont les US et la France d'ailleurs 3) "recul marqué des libertés individuelles" ? as-tu jamais mis les pieds en Russie pour dire de telles âneries ? 4) est-ce anormal de voir les "indélicats" finir en prison ? J'aimerais personnellement qu'on voit plus de cela en France. 5) pour info, j'habite en Russie une partie de l'année depuis plus de 10 ans :-)
Réponse de le 20/06/2013 à 12:24 :
@ @Patrickb: 1. Cela correspond à la mentalité de 95% des habitants de Russie 2. Évidemment le soutien des islamistes radicaux est bien meilleur. Même selon l'OTAN la majorité absolue de population en Syrie sont contre les rebels. 3. Le recul des libertés - il n'y a eu de rien d'extraordinaire, par rapport à la période précédente. 4. Vous pensez que les fraudeurs fiscaux doivent pas être en prison ? Le problème en Russie est inverse, trop nombreux sont les fraudeurs qui n'ont rien.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:37 :
@ Patrickb: Poutine - patroite ? Pas si sur. Il y a beaucoup de faits qu'ils disent l'inverse, par exemple, le lieu d'étude de ses filles (l'école de l'ambassade d'Allemagne à Moscou), l'immigration massive d'Asie Centrale qui est soutenue en réalité. Et je peux donner beaucoup d'autres. Au niveau de redressement c'est surtout la hausse des matières premières et aussi pendant son premier mandat les reformes réalisées par le gouvernement de Primakov-Maslioukov avant lui et l'effet de dévaluation.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:59 :
Beaucoup oublient la période de la présidence Eltsine qui a bradé les entreprises russes et l'état de crise dans lequel se trouvait le pays, crise de 1998 qui a ruiné les russes. Il est quand même honteux de venir commenter sur un pays, sans avoir un minimum de connaissance historique d'un pays de son histoire récente du moins, je ne parle pas des siècles antérieurs. Si un dirigeant de banque est mis en prison pour fraude fiscale, où est le mal? Quant à l'argument de l'homosexualité en Russie, quand on voit qu'encore en France, certains voudraient empêcher que les homosexuels se marient, il vaut mieux regarder aussi les réac de notre pays, que de critiquer la Russie pour ce thème. A ce compte, on pourrait critiquer tous les pays où l'homosexualité est interdite. Il y a concurrence entre les Etats-Unis, France, Russie pour des questions géostratégiques sur la Syrie, certes. Mais les sociétés américaines, françaises, alllemandes notamment investissent en Russie, puisqu'il y a un très fort potentiel de ventes. En plus la Russie A des matières premières, sidérurgie, pétrole, gaz et exige l'installation d'usine sur place, cf Renault Dacia premier vendeur en Russie, après Lada dont Renault est également actionnaire. La Russie est dans les premiers producteur et exportateur de pétrole/gaz. Il est certain que la Russie ne se pliera sous aucun pays. Qu'on l'aime ou pas Poutine, il faut reconna^tre qu'il est très nationaliste et il faut s'installer et fabriquer sur place pour vendre!!!
a écrit le 19/06/2013 à 18:16 :
La SOCGEN est de tous les coups foireux. Alors prêter aux Russes c'est bien naturel. Ceux qui vendent en Russie gèrent le risque d'une seule manière: paiement cash avant livraison de la marchandise. Combien va perdre la SOCGEN en Russie?
Réponse de le 19/06/2013 à 21:32 :
@mougeon: je ne suis pas sûr que tu sais bien de quoi tu parles. Il a beaucoup d'entreprises étrangères aujourd'hui en Russie et cela m'étonnerait que les maisons-mères saignent leurs filiales russes, car cela donnerait un avantage certain aux entreprises russo-russes... et ce que l'on voit, c'est la montée en puissance de ces entreprises étrangères, y compris de pays braillards quand il s'agit de parler de la Russie (dont les US, la GB et aussi la France. Les Allemands et les Italiens sont plus discrets et tirent mieux leur épingle du jeu). Je crois que c'est sur cela que s'appuie la SG, mais n'empêche que les risques existent dans tous les cas de figure.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:52 :
@ patrickb: Ici, complètement d'accord. En particulier, sur la politique braillarde qui ne sert à rien. Pour les politiciens il vaut mieux travailler beaucoup plus sur les échanges commerciaux entre les pays au lieu de prononcer les discours bêtes et inutiles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :