S&P juge le Livret A "pénalisant" pour les banques françaises

 |   |  604  mots
La collecte nette (dépôts moins retraits) du Livret A a continué de flamber en avril, avec un bond de 20,5%, à 3,05 milliards d'euros. Copyright Reuters
La collecte nette (dépôts moins retraits) du Livret A a continué de flamber en avril, avec un bond de 20,5%, à 3,05 milliards d'euros. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'agence de notation financière estime que le placement préféré des Français représente « une distorsion de marché » pour les banques. Il les prive de dépôts dont elles auraient bien besoin dans le cadre de la future réglementation de Bâle III, qui leur commande de renforcer leurs ratios de solvabilité et de liquidité.

Standard & Poor?s (S&P) crie haro sur le Livret A. Dans une note publiée ce vendredi, l?agence de notation financière juge le placement préféré des Français "pénalisant" pour les banques françaises. Il est vrai que, si les banques distribuent le Livret A, elles doivent cependant rediriger 65% de sa collecte vers la Caisse des dépôts. Laquelle utilise cette manne ? les sommes déposées sur le Livret A s?élevaient à 264,6 milliards d?euros fin avril- pour le financement de logements sociaux et autres missions d?intérêt général.

Or, dans le cadre de la réglementation dite de Bâle III, qui devrait entrer en vigueur en Europe début 2014, et qui imposera aux banques de renforcer leurs ratios de solvabilité et de liquidité, celle-ci seraient bien aises de pouvoir garder une plus grande part de la collecte du Livret A dans leurs bilans.

Une "distorsion de marché"

Le placement favori des Français est devenu encore plus pénalisant pour les banques depuis que son plafond a été relevé, en octobre 2012 et en janvier 2013, de 25% à chaque fois, insiste S&P (il est aujourd'hui de 22 950 euros) . Ces relèvements "ont renforcé l?attractivité du Livret A pour les ménages", au détriment des dépôts bancaires classiques, précise l?agence de notation. Qui n?hésite pas à affirmer que le Livret A "crée une distorsion de marché." D?autant plus que "le régulateur détermine le taux de rémunération du Livret A en utilisant une formule qui, en général, positionne ce taux au-dessus de ceux du marché", poursuit S&P. De fait, bien que ramené de 2,25% à 1,75% le 1er février dernier, le niveau de rémunération du Livret A, de surcroît net d?impôts, demeure attrayant, compte tenu du contexte de baisse générale des taux. La preuve, sur les cinq premiers mois de l'année, la collecte nette (dépôts moins retraits) du Livret A reste supérieure à celle de la même période de 2012, à 14,88 milliards d'euros.

Il y a près d?un an, en août 2012, c?est l?agence de notation Moody?s qui avait tiré la sonnette d?alarme au sujet du Livret A, estimant que le relèvement de son plafonds rendrait la collecte des dépôts classiques plus difficile pour les banques françaises. Plus récemment, en avril, la Fédération bancaire française (FBF) elle-même s?était fendue d?un communiqué relatif à l?augmentation du plafond du Livret A, dénonçant le risque de "transferts massifs de l?épargne bancaire vers le Livret A, (avec) pour effet de freiner la capacité des banques à financer l?économie française."

Des notes assorties de perspectives négatives

La concurrence du Livret A n?est pas la seule inquiétude que S&P nourrit au sujet des banques françaises. L?agence pointe du doigt "la diminution du potentiel de croissance de la France", qui devrait subir en 2013 une récession de 0,1% d?après les prévisions fournies jeudi par l?Insee. Or les revenus des banques sont étroitement corrélés au Produit intérieur brut : un environnement économique en berne n?incite ni les entreprises ni les ménages à souscrire des crédits bancaires. Pas étonnant, dans ces conditions, que les notes de solvabilité de BNP Paribas, de la Société générale, du Crédit agricole et de BPCE soient toutes assorties de perspectives négatives.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2013 à 15:17 :
Soyons sérieux messieurs des agences de notations. Vouloir nous faire pleurer avec la rémunération du livret A
ce qui mettrait en péril nos banques????? mais alors pourquoi celle-ci font-elles de la surenchère sur la rémunération des dépôts.. (voir toutes les pub) et pourquoi ce sont-elles battues pour obtenir la distribution du livret A ? la vrai question à quoi sert une agence de notation ??????? qu'elles balaient devant leurs portes.
Réponse de le 03/07/2013 à 17:44 :
pour un couple et pour UNE PERSONNE 11475 ??????????????????
a écrit le 22/06/2013 à 13:33 :
Ben, c'est sûr que rémunérer les comptes à 0% et facturer les cartes de crédit à plus de 20 % correspond tout à fait à la mentalité anglo-saxonne :-)
a écrit le 21/06/2013 à 21:30 :
Je pensais qu'il fallait au contraire se désendetter pour relancer la croissance. La dette et le crédit devraient être interdits.
a écrit le 21/06/2013 à 19:03 :
Les banques françaises, de paisibles institutions qui n'auraient plus que des os à ronger, à écouter S&P ! On en aurait presque la larme à l'oeil, alors que la réforme bancaire de François Hollande est devenue un vaste sujet de plaisanterie dans le milieu bancaire et que la règlementation de Bâle est déjà allègrement contournée par la pratique dite de pondération des actifs pour majorer artificiellement le ratio de fonds propres (http://www.les-crises.fr/ponderation-actifs-bancaires/).
a écrit le 21/06/2013 à 18:06 :
Le fait que le livret A ne permette pas aux banques de s'engraisser sur notre dos les gênent. Mais, le peu de confiance qu'ont les français dans le système bancaire est tellement important, qu'avec le livret A, on a l'impression que l'argent est un peu mieux utilisé.

Il faudrait que les banques se remettent un peu plus en question et fasse le nécessaire pour participer plus à l'économie réelle qu'à privilégier leurs propres intérêts. Quelque part, c'est un retour de bâton. La confiance se mérite !
Réponse de le 22/06/2013 à 13:35 :
@Cassis: sauf que les banques prêtent TON argent à des taux bien supérieurs à ta rémunération. Ce qui les gênent, c'est qu'elles ne peuvent pas rémunérer à 0 % comme dans les pays anglo-saxons :-)
a écrit le 21/06/2013 à 18:02 :
Jusqu'où ces chacals iront-ils pour s'emparer de notre argent ? Corruption, violence, injustice, voilà maintenant les voies de la réussite. Tapi va bientôt devenir un héros, un exemple, une référence dans notre société.
a écrit le 21/06/2013 à 17:36 :
si des banquiers trouvent le livret A trop pénalisant on peut revenir aux vieilles méthodes qui consistent à réserver ces placements à la CDC et consorts.
Réponse de le 21/06/2013 à 17:49 :
le mieux serait de supprimer tous les placements défiscalisés (liv a, lep, ldd, pel, cel etc...) parceque même un pauvre avec de l'épargne c'est un riche qui doit être taxé. l'épargne populaire c'est comme l'inversion de la courbe du chômage : de la poudre aux yeux pour les naifs .
Réponse de le 21/06/2013 à 18:17 :
Quelque chose comme 80 % des encours sur le livret A sont ensuite transférés à la Caisse des dépôts pour financer, sur le papier, le logement social
a écrit le 21/06/2013 à 17:33 :
ceci et notre argent et j?espère que ses banques pourries ne pourront jamais venir sucer notre épargne bien française, c'est elle qui nous sauvent pour relancer les collectivités locales........
( DEXIA ) nous a assez ruiner avec ses pret pourris
Réponse de le 21/06/2013 à 17:46 :
Toi y en a pas ecrire Francais
a écrit le 21/06/2013 à 17:03 :
S&P vient juste de découvrir qu'à jouer les écureuils et faire des provisions par peur de l'avenir, ni les entreprise ni les particuliers ne consomment pas et que ça a des effets sur l'éconiomie française en général et les banques en particulier ?! Ouah il en fallait des cerveaux intelligents pour ça !! Quand peut-on espérer que cette même idée atteigne nos dirigeants... A dénigrer l'entreprise et favoriser l'immobilier et l'économie de rente par rapport aux investissements productifs, nous ne sommes pas près de desépargner.
a écrit le 21/06/2013 à 17:02 :
Les banques concurrencées par un livret A à 1,75% annuel? Je vous dit pas la performance des dites banques pour ne pas faire mieux. Moi qui pensai avoir à faire à des "pros" de l'investissement... à moins que se soit la règlementation actuelle qui les plombent.
Réponse de le 21/06/2013 à 17:49 :
1,75% de rendement pour l?épargnant,( donc au final ) garanti, sans risque en capital, disponible, et net d?impôts... ben..pas simple à contrer dans un environnement concurrentiel..la réglementation ne les plombent par particulièrement..il y juste que les possibilités sur les marchés de pouvoir investir en pouvant ensuite restituer de tels avantages aux clients sont quasi nulles...
a écrit le 21/06/2013 à 16:58 :
heureusement qu'il y a le livret AAAA sinon on verrait pas mon argent immobilisé. Je hais les banquiers
Réponse de le 21/06/2013 à 17:28 :
Votre commentaire est incompréhensible (livret AAAA ? "sinon on verrait pas" ? C'est du français?). Si vous parlez comme vous écrivez, mon avis que votre banquier ne vous aime pas non plus.
a écrit le 21/06/2013 à 16:26 :
flamby va taxer le livret A ???
Réponse de le 21/06/2013 à 18:30 :
Si vous examinez le fonctionnement en coulisses, vous constaterez qu'il n'est pas opportun de taxer le livret A pour augmenter les recettes de l'Etat. Pour réaliser cet objectif, il suffit de réduire légèrement le taux, c'est beaucoup plus rentable pour l'Etat. Les épargnants râlent un instant mais ils oublient très vite et ils retirent rarement leur épargne pour ce seul motif.
a écrit le 21/06/2013 à 16:22 :
Les banques ont tout fait pour avoir leurs livrets ? mais comme les Français ne veulent plus
investir en Bourse etc....Serait ce l'annonce d'un intérêt proche de 1 (un) % pour cet été ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :