Réglementer les cryptomonnaies : le cri d'alarme de la Banque de France pour éviter un affaiblissement de l'euro

Pour le gouverneur de la Banque de France,François Villeroy de Galhau, il devient désormais impératif de fixer des règles au monde des cryptomonnaies, ces actifs numériques qui s'échangent sans intermédiaires et de manière sécurisée via la technologie de la blockchain. La Banque de France craint une perte de "souveraineté monétaire".

4 mn

Je dois souligner ici l'urgence : il ne nous reste plus beaucoup de temps, un ou deux ans, a précisé le gouverneur de la Banque de France.
"Je dois souligner ici l'urgence : il ne nous reste plus beaucoup de temps, un ou deux ans", a précisé le gouverneur de la Banque de France. (Crédits : Axel Schmidt)

C'est dans l'air du temps depuis plusieurs semaines. Face au regain d'intérêt sur le bitcoin et les cryptomonnaies, ces nouveaux moyens d'échanges ou d'investissement en dehors du contrôle de toute autorité centrale, banques et institutions cherchent à reprendre la main. Aussi, elles oscillent entre interdiction, comme en Chine, et la volonté de créer leur propre monnaie alternative numérique.

C'est sur la première approche que le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, s'est positionné mardi. Il a plaidé pour que l'Europe mette en œuvre rapidement un cadre réglementaire autour des monnaies numériques et crypto-actifs. En jeu selon lui, l'affaiblissement du rôle international de l'euro.

Une offensive qui intervient deux jours après l'initiative du régulateur financier britannique, la FCA (Financial Conduct Authority) d'interdire la vente de plusieurs produits financiers au Royaume-Uni sur la plateforme d'échanges de cryptomonnaies Binance.

"Qu'il s'agisse des monnaies numériques ou des paiements, nous, en Europe, devons être prêts à agir aussi vite que nécessaire, ou prendre le risque d'une érosion de notre souveraineté monétaire", a déclaré le banquier central lors du colloque financier annuel de Paris Europlace, le lobby de promotion de la place parisienne.

Sans une action vigoureuse dans ce secteur, "le risque est clairement que l'Europe perde son élan, pas seulement dans sa volonté de renforcer le rôle international de l'euro, mais même dans sa préservation", a mis en garde François Villeroy de Galhau, appelant "l'Union européenne à adopter un cadre réglementaire dans les mois à venir" concernant les monnaies numériques et les crypto-actifs.

"Je dois souligner ici l'urgence : il ne nous reste plus beaucoup de temps, un ou deux ans", a-t-il ajouté, précisant que la priorité est, selon lui, de "réglementer les crypto-actifs".

Les banques centrales cherchent à développer leur monnaie alternative

Ces propos interviennent au moment où le déclin de l'usage des espèces s'est accéléré ces 18 derniers mois sur fond de crise du Covid-19, là où les paiements numériques ont quant à eux connu une croissance très importante, "deux fois plus vite qu'avant la crise", a indiqué François Villeroy de Galhau. Il a ajouté que les monnaies numériques et les crypto-actifs jouent également un rôle croissant sur les marchés financiers. De fait, de nouveaux produits, des fonds indiciels adossés à des cryptomonnaies voient le jour.

La star des cryptomonnaies (qui se comptent en plusieurs milliers), le bitcoin, a ainsi gagné plus de 800% entre avril 2020 et avril 2021, atteignant un pic de plus de 64.000 dollars l'unité. Il s'échange aujourd'hui autour des 35.000 dollars.

Ces tendances pourraient mener à une "marginalisation de l'usage de la monnaie de banque centrale", soit sous sa forme des billets, soit sous la forme du système des règlements entre grands établissements financiers, a-t-il estimé.

Face au déclin des monnaies étatiques dites "fiat", les banques centrales des pays sont à pied d'oeuvre pour lancer leur propre monnaie numérique basée sur le grand registre de compte de la blockchain. Won numérique coréen, yuan numérique déjà disponible dans les grandes villes chinoises, petro au Vénézuela adossé au cours du pétrole... Les projets des Etats se multiplient mais, dans un rapport, la Banque des règlements internationaux (BRI) montrait que seules 10% de ces institutions en étaient au stade du projet pilote à la fin 2019.

Récemment, la BRI a donné une impulsion pour que les banques centrales collaborent davantage autour de ces projets en vue d'aller plus vite.

Avec son "euro digital", la Banque de France en fait d'ailleurs partie, depuis un premier appel à projets lancé en 2019 lancé au moment de l'annonce de la monnaie de Facebook "Libra", devenue le "Diem". Le 18 juin dernier, la banque centrale a même indiqué avoir réalisé sa première transaction financière en cryptomonnaie.

(Avec AFP)

Lire aussi Face à la concurrence du Bitcoin, la BRI et les banques centrales contre-attaquent

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 30/06/2021 à 18:31
Signaler
Les crytpo donnent à ces gens-là un peu les moyens de mentir aux peuples, de les endetter de tricher avec les engagements pris et par exemple l'interdiction du financement des Etats par la BCE. Aucun surprise à ce qu'ils en demandent l'interdiction. ...

à écrit le 30/06/2021 à 13:13
Signaler
Comme d'habitude les britanniques ont un train d'avance sur les français (cf. interdiction des produits dérivés sur les cryptomafias) qui ne sont plus souverains de leur monnaie...

à écrit le 30/06/2021 à 11:16
Signaler
Au fait le même, ne "voyait" pas d'inflation !

à écrit le 30/06/2021 à 10:35
Signaler
Tout ces viles serviteurs des marchés financiers ne peuvent que s'em prendre à eux même, dorénavant à la tête d'une monnaie pitoyablement faible car privatisée ils n'ont aucune chance à terme de la faire durer, ils devaient penser que tout resterait ...

à écrit le 30/06/2021 à 10:26
Signaler
Je ne sais pas où ils vont les trouver ces rigolos mais celui la ne me semble pas meilleur que Jean-Claude le tricheur. Le bitcoin serait responsable des problèmes de l'euro ? Non mais il est sérieux ? Et le bilan trafiqué de la BCE, la création moné...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.