La Banque centrale suisse subit des pertes lourdes après l'abandon du taux plancher

 |   |  212  mots
La perte sur les positions en monnaies étrangères de la Banque nationale suissea grimpé à 29,3 milliards de francs suisses (27,9 milliards d'euros)
La perte sur les positions en monnaies étrangères de la Banque nationale suissea grimpé à 29,3 milliards de francs suisses (27,9 milliards d'euros) (Crédits : Reuters)
La BNS a perdu 30 milliards de francs suisses (28,6 milliards d'euros) au premier trimestre, en raison de sa décision d’abolir le cours plancher de 1,20 franc pour 1 euro. Cela avait entraîné en quelques heures une forte appréciation du franc suisse.

Bilan lourd pour la banque centrale suisse, la Schweizerische Nationalbank (ou "Banque nationale suisse", BNS). Au premier trimestre 2015, celle-ci a accusé une perte de quelque 30 milliards de francs suisses (28,6 milliards d'euros). Ce mauvais résultat est dû avant tout à de lourdes pertes sur les devises. En effet, sur les seules positions en monnaies étrangères, la perte est de 29,3 milliards de francs suisses (27,9 milliards d'euros), a précisé la banque centrale suisse dans un communiqué, jeudi 30 avril.

En janvier, le franc suisse avait flambé face à l'euro

Pour mémoire, le 15 janvier, la BNS avait pris de court les marchés en annonçant abruptement l'abandon de la politique dite du "taux plancher" de 1,20 franc suisse pour 1 euro, laquelle politique limitait depuis plus de trois ans la hausse du franc suisse face à l'euro. La décision de l'abandon avait été prise pour combattre la récession et les menaces déflationnistes. Mais, quelques heures après ce changement de cap dans la politique monétaire, le franc suisse s'envolait de près de 30% face à l'euro. Il avait entraîné une  perte de change sur l'ensemble des monnaies de placement.

___

>> Pour aller plus loin:

"Il était incohérent d'arrimer le franc suisse à l'euro"

Suisse : l'illusion insensée de l'indépendance monétaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2015 à 12:42 :
Remettons la somme à sa "juste" valeur : c'est juste une année de salaires et bonus des dirigeants et traders et de dividendes des zinvestisseurs. Ils s'en remettront aussi.
a écrit le 01/05/2015 à 20:27 :
La perte est purement comptable, les réserves de change baissent en valeur à cause de la hausse du CHF, et alors? Quand il rebaissera on aura le mouvement inverse, le tout sans vendre un dollar ou un euro.
a écrit le 01/05/2015 à 15:35 :
La BNS s'attend à un bénéfice de 38 milliards en 2014
Le gain réalisé sur les positions en monnaies étrangères s«est inscrit à 34 milliards. La Confédération et les cantons recevront un milliard, plus un versement supplémentaire.
La SNB n'est pas detenue par l'Etat, mais par les cantons et des personnes privee
a écrit le 01/05/2015 à 13:45 :
Pauvre Suisse et son système bancaire qui fait du pays un pays qui vit de la misère des autres....devons nous les plaindre? Sûrement pas! Les européens devraient d'ailleurs mettre ce pays à sa place en dénonçant les accords commerciaux qui fait de la Suisse un partenaire à l'égal de tout état de l'EU....les frontières européennes de ce micro état seraient faciles à garder, non?
Réponse de le 01/05/2015 à 22:03 :
Sur quel faits tangibles votre commentaire se base-t-il? Je n'ai jamais lu autant préjugés sur la Suisse. Ce pays est la 20 puissance économique du monde, pour le micro-état vous repasserez. Le secteur financier ne contribue au PIB que pour 10% alors que pour l'industrie c'est 25%. L'Europe n'a que trop besoin économiquement de la Suisse pour s'en passer. Petit rappel pour vous qui êtes français, plus de 170'000 de vos compatriotes résident et travaillent en Suisse alors que 150'000 traversent la frontière tous les jours pour les même raisons. Alors s'il vous plaît, un peu modestie surtout quand on ne connaît pas son sujet!
Réponse de le 02/05/2015 à 12:07 :
En effet que de préjugés...M'enfin, dire que l'Europe n'a que trop besoin de la Suisse...Peut être oui mais l'inverse est encore plus vrai. Et on ne peut pas le nier ! Après il est intéressant aussi de regarder le nombre de Suisses résidant en France par exemple, et la on a quelques surprises...
a écrit le 01/05/2015 à 12:38 :
la BNS ? L’ORGUEIL EST UN VILAIN DÉFAUT!!!
a écrit le 01/05/2015 à 11:48 :
La BNS est une banque centrale : elle fabrique l'argent. Elle peut donc perdre tous les Francs Suisses qu'elle veut.
a écrit le 01/05/2015 à 10:16 :
la BNS , a choisi une stratégie gagnante , en sortant au bon moment du fameux " cours planché " et de la spirale baissières en cours , dû à l'effondrements progressif de l'Euro ....
a écrit le 01/05/2015 à 8:33 :
La perte sur les devises a été un peu plus que CHF 40Mia mais les bénéfices sur les autres assets tel que les actions, obligations etc. ont été de CHF 10 Mia, ce qui fait la perte de CHF 30 Mia. L'année passé la BNS a fait un bénéfice de plus de CHF 35 Mia. Donc pas si mal débrouillé, malgré tout.
Je ne félicite pas la journaliste qui a écrit l'article et qui ne connait visible pas très bien ce domaine ni la Suisse. Pour l'excuser, il est vrai que la Suisse est très lointain de Paris!!
a écrit le 30/04/2015 à 17:52 :
Je vous prie de bien relire cet article qui comporte des erreurs majeures. Par exemple, vous ecrivez " La décision de l'abandon avait été prise pour combattre la récession et les menaces déflationnistes". Ce n'est pas du tout la raison de l'abandon du 'taux plancher".
Réponse de le 01/05/2015 à 8:12 :
Vous avez raison. C'est pour protéger la BNS et la réputation du CHF que le lien avec l'euro a été supprimé. Cette erreur dans l'article est énorme et inacceptable.
Réponse de le 01/05/2015 à 10:19 :
Bonne remarque ! je trouve cet article très anti-....quelques choses....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :