Pretto.fr ouvre sa solution de courtage immobilier en ligne aux professionnels

Lancé il y a cinq ans pour faciliter la recherche et la simulation d’un crédit immobilier en ligne en moins de trois minutes, Pretto.fr vient de lever 30 millions d’euros pour ouvrir une plateforme numérique BtoB afin de courtiser les courtiers indépendants, les banques, les assureurs et les promoteurs immobiliers… en rendant obsolètes les agences physiques.

5 mn

Avec sa plateforme BtoB Finspot, Pretto.fr vise les courtiers indépendants, les promoteurs immobiliers, les banques et les assureurs qui voudraient inclure cette offre dans leur parcours digital.
Avec sa plateforme BtoB Finspot, Pretto.fr vise les courtiers indépendants, les promoteurs immobiliers, les banques et les assureurs qui voudraient inclure cette offre dans leur parcours digital. (Crédits : Pretto)

Aux yeux de cet acteur bancaire, ce n'était jusque-là qu'un courtier comme un autre. « Un apporteur d'affaires sérieux, assez classique, qui nous remonte régulièrement des dossiers de qualité », observe-t-on à la Caisse d'épargne de Bretagne-Pays de la Loire, qui n'a pour l'heure pas noué de partenariat avec Pretto.fr.

Cinq après avoir permis le financement de 1 milliard d'euros de crédits immobiliers et accompagné 150.000 clients, le courtier en crédit immobilier 100% digital, Pretto.fr accélère et élargit son offre aux professionnels du courtage, de la banque, de l'assurance, des promoteurs immobiliers.

Fondée en 2017 par deux polytechniciens, la startup, qui s'est fait connaître en proposant au particuliers une simulation de crédit en moins de trois minutes, vient de lever 30 millions d'euros auprès de Serena, Eurazeo et Orange Ventures. Les fonds historiques, déjà présents lors de la série A, Kernel, Alven et BlackFin Capital Partners ont également participé à cette série B.

C'est la troisième levée de fond pour Pretto qui a levé 1,3 million d'euros en octobre 2017 et 8 millions d'euros en février 2019.

« Cette dernière levée de fond à une double ambition : d'abord continuer à promouvoir notre marque sur l'obtention de crédits en ligne en investissant en marketing et en notoriété pour devenir la référence du crédit en ligne, et, deuxièmement, lancer et développer notre plateforme BtoB, Finspot, pour donner accès à la distribution de nos crédits à travers d'autres acteurs, comme les courtiers indépendants, des promoteurs immobiliers qui voudraient inclure notre offre dans leur parcours digital », explique Pierre Chapon, co-fondateur de Pretto.fr.

Un système à la carte

Venu sur le gigantesque marché du crédit immobilier occupé par des acteurs historiques comme Meilleurtaux.com (350 agences), et le réseau de courtiers CAFPI, Pretto.fr estime peser 0,5% du marché.

« C'est un marché énorme. Nous sommes encore peu connus des Français. L'ambition est que l'on devienne un réflexe pour les consommateurs », souligne Pierre Chapon.

Le co-fondateur de Pretto.fr. est en train de finaliser la création d'une infrastructure technologique qui permette à des courtiers indépendants, des promoteurs immobiliers, des acteurs bancaires ou de l'assurance de venir de manière sécurisée et qualitative charger la production des dossiers de crédits où circulent des informations personnelles, des données bancaires normées, etc.

« C'est assez complexe et demande beaucoup d'ingénierie », admet le co-fondateur de Pretto.fr et de la plateforme Finspot, qui sera mise à disposition des professionnels. Ils bénéficieront de la totalité de l'infrastructure et des diverses fonctionnalités (évaluation en ligne du projet immobilier, constitution du dossier, conventions bancaires, prise de contact rapide avec un conseiller, assemblage et suivi précis du dossier de prêt...).

« Il faut voir Finspot comme un système "à la carte" pour les distributeurs du crédit, qui pourront y puiser en fonction de leurs besoins. Nous faisons partie des rares acteurs à proposer une telle plateforme en Europe, aux côtés d'Hypoport », déclare Renaud Pestre, associé de Pretto.fr.

Le digital contre les pas de porte

Surtout, la solution veut être une alternative aux coûteuses agences physiques, même si l'activité de Pretto.fr a nécessité la création d'un centre d'expertise où officient 90 personnes pour assurer le suivi des dossiers. En moyenne, 30% des demandes faites sur le simulateur sont écartées faute de répondre aux critères bancaires.

« Le site compte un demi-million de visiteurs mensuels; 60 000 simulations uniques sont réalisées chaque mois », affirme la startup. Si lors de la demande d'un crédit, le système balaie l'ensemble des offres des 50 banques partenaires, au final, l'algorithme retient une à trois propositions par dossier.

« C'est un filtrage très puissant qui permet aux acteurs bancaires d'accéder à des demandes qualifiées en masse. Avec la plateforme Finspot, on évite aux banques les coûts de pas de porte, de personnel, de marketing... », précise Pierre Chapon.

Un potentiel de 20.000 à 30.000 courtiers

Le modèle économique de Finspot sera sensiblement différent de Pretto.fr, qui repose sur un coût forfaitaire de 950 euros pour le client au moment de la signature chez le notaire et une commission d'apporteur d'affaires payée par l'une des 50 banques françaises référencées par Pretto.fr.

Avec Finspot, la technologie sera mise à disposition de l'opérateur (banquier, assureur, promoteur...), moyennant une facturation annuelle ou mensuelle, comme pour l'achat d'un logiciel.

L'enjeu de la répartition de la valeur

Pour les courtiers, le calcul est un peu plus complexe. Avec une répartition de la valeur entre les professionnels de terrain et Finspot, calculée à partir du chiffre d'affaires généré par les honoraires de courtage et la commission d'apporteur d'affaires de la banque.

« Cette répartition reste à déterminer ...», indique du bout des lèvres Pierre Chapon, au regard d'un enjeu non négligeable qui potentiellement concernent 20.000 à 30.000 courtiers et mandataires indépendants en France.

Présente à Paris et à Nantes, où l'effectif est rapidement passé de 100 à 170 personnes entre 2020 et 2021, Pretto, dont l'activité a doublé, projette d'embaucher 160 personnes cette année. Fruit de son hyper croissance, la startup a réussi à renforcer son staff avec quatre profils expérimentés (issus de Google, L'Oréal, Mars...) dont l'ex-président et l'ex-directeur des métiers chez Cafpi, l'un des principaux concurrents...

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.