Séoul redonne des couleurs au bitcoin

Par latribune.fr  |   |  339  mots
(Crédits : Ints Kalnins)
Le bitcoin a poursuivi son rebond mardi, profitant d'informations selon lesquelles les autorités de régulation sud-coréennes se montrent plus conciliantes envers les cryptomonnaies après avoir un temps envisagé d'interdire les plates-formes de transactions numériques.

Selon des analystes, Choe Heung-sik, le gouverneur du Service sud-coréen de surveillance financière, a déclaré que le gouvernement serait favorable aux cryptomonnaies si elles font l'objet de "transactions normales."

(Une infographie de notre partenaire Statista)

Reuters n'a pu vérifier la dépêche de l'agence de presse Yonhap relatant l'information.

"Après les menaces d'une stricte réglementation, voire d'une interdiction totale, qui planaient sur le bitcoin ces dernières semaines, l'information sur un assouplissement de la position du gouvernement sud-coréen redonne confiance aux traders pour acheter", commente Dennis de Jong, directeur du courtier en ligne UFX.com à Limassol (Chypre).

Le bitcoin gagnait 5% à 11.737,95 dollars sur la plate-forme luxembourgeoise Bitstamp vers 22h00 GMT, reprenant pratiquement 100% par rapport à son plus bas récent du 5 février à 5.920 dollars. La plus connue des cryptomonnaies avait atteint un record à près de 20.000 dollars fin décembre avant de s'effondrer dans la crainte d'un durcissement de la réglementation entourant les monnaies virtuelles.

Bitcoin-Séoul, je t'aime... moi non plus

Fin décembre, le cours du bitcoin avait chuté après l'annonce par la Corée du Sud d'une interdiction des échanges anonymes de cryptomonnaies et d'un renforcement de la lutte contre leur utilisation à des fins de blanchiment. Les mesures annoncées incluaient l'interdiction d'ouvrir des comptes anonymes de cryptomonnaie, ou la possibilité pour le régulateur d'empêcher si nécessaire certains échanges.

S'inquiétant de voir des ménagères ou étudiants acheter massivement du bitcoin, le gouvernement sud-coréen avait dit envisager une interdiction des plates-formes numériques. Il avait ensuite clarifié sa position en disant qu'une interdiction n'était qu'une des mesures envisagées, et qu'aucune décision n'avait encore été prise.

Investir dans les cryptomonnaies est devenu très populaire en Corée du Sud, un pays fasciné par les technologies. Les échanges sud-coréens de bitcoins représentent environ 20% des échanges mondiaux de la devise, soit environ 10 fois plus que le poids de la Corée du Sud dans l'économie mondiale.

(avec agences)