Comment un superordinateur révolutionne la personnalisation des traitements médicaux

 |   |  430  mots
Ariana Pharma, entreprise issue de l'Institut Pasteur, espère lancer d'ici deux à trois ans un logiciel en mode locatif sur Internet (SaaS) qui facilitera la prise en charge des patients atteints de cancers, depuis la phase de diagnostic jusqu'à la décision thérapeutique.
Ariana Pharma, entreprise issue de l'Institut Pasteur, espère lancer d'ici deux à trois ans un logiciel en mode locatif sur Internet (SaaS) qui facilitera la prise en charge des patients atteints de cancers, depuis la phase de diagnostic jusqu'à la décision thérapeutique. (Crédits : Décideurs en région)
D’ici deux à trois ans, le français Ariana Pharma espère commercialiser un logiciel d’aide au diagnostic et à la prédiction pour les tumeurs cancéreuses. Le développement de cet outil a été réalisé notamment à l’aide d’un supercalculateur.

Le développement de la médecine personnalisée avance à grands pas. Parallèlement à Watson, l'emblématique ordinateur d'IBM qui travaille sur la détection de certains cancers, les Français ont leur champion. Il s'agit d'Ariana Pharma, spécialisée dans les mégadonnées appliquées au secteur de la santé.

Cette entreprise issue de l'Institut Pasteur espère lancer d'ici deux à trois ans un logiciel en mode locatif sur Internet (SaaS) qui facilitera la prise en charge des patients atteints de cancers, depuis la phase de diagnostic jusqu'à la décision thérapeutique.

« Pour chaque malade, notre outil, Onco Kem, analyse quelque 20.000 marqueurs biologiques que nous combinons entre eux de manière à proposer les meilleurs traitements spécifiques au patient et ses tumeurs cancéreuses », indique Mohammad Afshar, président et fondateur d'Ariana Pharma.

Créée en 2003, cette TPE de 18 personnes revendique malgré sa taille la place de numéro un mondial dans son domaine. Elle a démarré une expérimentation sous forme d'essais cliniques en partenariat avec cinq centres anticancéreux français et étrangers, dont l'Institut Gustave Roussy.

« Il s'agit d'une première mondiale », déclare le président de l'entreprise qui espère généraliser cette approche à d'autres pathologies lourdes, comme les maladies métaboliques ou les pathologies auto-immunes.

Des logiciels médicaux très prometteurs

Le logiciel Onco Kem a été construit à partir d'un prototype développé par des universitaires. Ces derniers ont créé une gigantesque base de connaissances alimentées en données cliniques, génétiques, génomiques, etc.

« En exploitant cette base documentaire à l'aide d'un supercalculateur et en y incluant leurs connaissances cliniques, les chercheurs ont créé des règles de prédiction que nous avons optimisées et implémentées dans notre logiciel », indique le dirigeant.

« Nous utilisons une approche similaire, en collaboration avec le CHU de Strasbourg et la société Bruker, afin d'élaborer de nouveaux algorithmes capables de détecter en quasi-temps réel des tumeurs du cerveau », annonce Mohammad Afshar, dont les développements ont bénéficié jusqu'ici de 2,6 millions d'euros de levées de fonds, et d'un soutien de BPIfrance de plus de 2 millions d'euros.

Reconnu par la profession, ce dirigeant a noué un partenariat technologique avec le consortium Win (Worldwide Innovative Networking in personalized cancer medicine) qui vise
à transformer les avancées de la médecine personnalisée en nouveaux standards de soins. Ariana Pharma y bénéficiera d'un accès précoce aux derniers résultats de recherche et essais cliniques. De quoi conserver son avance technologique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :