Comment se passer d'un indicateur comme le PIB ?

 |   |  1139  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors même que le recul de son PIB fait entrer la France en récession, un think tank propose des pistes pour remplacer un indicateur critiqué pour son hégémonie dans l'évaluation d'une économie. Plutôt que de lui substituer un autre indicateur unique, il s'agit de raisonner selon ses différents usages.

Sauf à avoir passé ces derniers jours dans une grotte, chaque Français le sait : la France est officiellement entrée en récession. Autrement dit, sur deux trimestres consécutifs, l'évolution de son PIB a été négative.

24 heures après cette annonce, le think tank « The Shift Project », spécialisé sur les sujets de la transition écologique et de la « décarbonation » de l'économie, publiait un nouveau rapport soulignant les faiblesses de cet indicateur pourtant hégémonique. Notamment, son incapacité à exprimer le développement des économies du Nord, dès lors que l'on admet que celui-ci ne se traduit pas exclusivement par un accroissement des dépenses et une accumulation inextinguible de biens de consommation, mais par une amélioration du bien-être de ses citoyens. Et que ces deux éléments ne sont pas directement corrélés...

Des faiblesses documentées de longue date

Documentée depuis les années 1970 par des travaux menés aux Etats-Unis (notamment par l'équipe Meadows du MIT en 1972) mais aussi en France (notamment par Dominique Meda et Jean Gadrey, animateur du Forum pour de nouveaux indicateurs de richesse FAIR), la critique du PIB a connu un regain d'intérêt de la part des chercheurs et des politiques avec l'émergence de la crise écologique.

Le PIB, en effet, s'accroît avec les catastrophes naturelles ou industrielles (en raison des travaux de reconstruction ou de dépollution), prospère sur le dos des embouteillages, mais ne prend en compte ni le troc, le travail bénévole ou les services gratuits à la personne, ou d'autres activités encore, créatrices de lien social ; il n'intègre pas plus les services rendus par la nature (ou sa dégradation), que plusieurs travaux ont commencé à évaluer depuis quelques années.

Surtout, en dépit des efforts produits pour « découpler » la croissance économique de la consommation d'énergie et de matières premières, tel qu'il est défini, son accroissement, affiché comme l'objectif ultime des chefs d'Etats, est clairement incompatible avec la finitude des ressources naturelles. Sur le plan social, il ne tient pas compte de la répartition des richesses entre les différentes catégories de la population. Enfin, il ne joue aucun rôle d'alerte, comme l'a montré son évolution dans les principales économies mondiales à la veille par exemple de la crise immobilière américaine de 2007 ou de celle du déficit public en Europe.

Le rapport Stiglitz, une initiative française

En France, les travaux sur la recherche d'indicateurs de richesse alternatifs ont bénéficié d'un coup de projecteur dans la foulée du Grenelle de l'Environnement. En 2008 en effet, Nicolas Sarkozy confiait une mission dans ce sens à une « Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social », présidée par les prix Nobel américain Joseph Stiglitz et indien Amartya Sen, et coordonnée par le Français Jean-Paul Fitoussi, président de l'OFCE. Remis au président d'alors en septembre 2009, le rapport qui en est issu n'a guère été suivi d'effet, à l'exception remarquable de l'Insee qui s'est penchée de plus près sur la qualité de vie des Français.

En amont des élections présidentielles de 2012, plusieurs think tank et ONG se sont à nouveau activés en coulisses auprès du futur président. Mais pour l'heure, rien ne change. Pis, tandis que les travaux universitaires se multiplient pour en souligner les faiblesses, voire les dérives, le PIB semble asseoir toujours plus son hégémonie pour mesurer et objectiver les politiques économiques. Jusqu'à se profiler dans la Constitution via la fameuse « règle d'or budgétaire», qui vise à ramener le plus rapidement possible le déficit budgétaire structurel à 0,5% du PIB.

Des usages symboliques, opérationnels ou politiques

Pour autant, il fait beau le vouer aux gémonies, encore faut-il proposer une alternative. L'Onu s'y est essayée lors de la Conférence de Rio + 20 en juin 2012, en proposant un « PIB vert » supposé mieux prendre en compte l'environnement. Etonnamment, le PIB vert de la Chine demeurait en forte croissance... une preuve absolue de son dysfonctionnement aux yeux de nombreux observateurs peu convaincus des vertus environnementales du mode de développement chinois.

Plutôt que de rechercher une réponse unique, une tâche trop lourde et surtout jugée inappropriée, le think tank The Shift Project (TSP) a choisi une méthode différente, consistant à identifier les principaux usages du PIB et à proposer au cas par cas des indicateurs alternatifs susceptibles de le remplacer avantageusement.

Dix usages ont ainsi été recensés, dans trois sphères : symbolique (mesure et comparaison de la puissance d'un pays) , opérationnelle (calcul du montant des contributions aux budgets supranationaux, des fonds structurels européens affectés à telle ou telle région, prévisions du budget de l'Etat ou de grands travaux d'infrastructures...) et, enfin, sphère politique : calcul de l'aide au développement, de l'effort de R&D d'un Etat...et, surtout, encadrement de la dépense publique. Les pays européens sont en effet soumis à la règle d'or limitant leur déficit public à 3 % de leur PIB et leur dette publique à 60 % du PIB.

L'OCDE a élaboré un "better life index", avec 19 variables

C'est dans le domaine de la mesure du bien-être, qui ressort de la sphère symbolique, que les choses ont aujourd'hui le plus avancé : l'OCDE a présenté en 2011 le « better life index », un d'indicateur issu de dix-neuf variables et onze critères sensés mieux en rendre compte que le PIB, mais faisant peu de cas (trop peu aux yeux de nombreux experts) du social ou de l'écologie. TSP, très concentré sur la transition écologique, suggère d'injecter partout où cela est pertinent des critères tels que la décarbonation d'une économie ou son indépendance énergétique.

Ils évoquent nombre d'indicateurs à leurs yeux plus pertinents pour évaluer la puissance d'une nation : sa puissance militaire, son influence diplomatique, financière ou monétaire, sa maîtrise des ressources énergétiques ou d'autres ressources naturelles, son rayonnement culturel...
Dans la sphère politique, ses experts sont bien conscients que ramener le déficit au budget plutôt qu'à la richesse nationale pourrait avoir des effets anxiogènes. Si le ratio passait de 3 % (du PIB) à 20 ou 30 % (du budget de l'Etat), il apparaîtrait plus clairement aux yeux des Français qu'à partir du mois d'octobre, la France doit emprunter pour continuer à fonctionner. C'est précisément ce genre d'électro-chocs que TSP entend provoquer pour ébranler peu à peu l'hégémonie du PIB.

De là à prétendre que la France se porte au mieux pour la seule raison que son thermomètre est défaillant, il y a un pas qu'il serait aujourd'hui aventureux de franchir...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2013 à 12:30 :
Le PIB un indicateur à double hélice qui ne tient pas compte du bien être des populations !
a écrit le 22/05/2013 à 11:05 :
dans le monde du travail il existe un indice , l'IBET pour I BET sur le capital humain
en 2011, le désengagement du à la non qualité du travail a coûté 250 milliards d'euros.
L'étude donne une cartographie sectorielle www.alloboulotbobo.fr
a écrit le 21/05/2013 à 15:20 :
Pourquoi le PIB parce que cela arrange bien les politiques et que c'est simplificateur a souhait pour les pauvres mononeuronaux que nous sommes.
Sans aller chercher des index foireux et peu pertinents car subjectifs, pourquoi ne pas utiliser le PIB/habitant: parce que la France serait en recession depuis longtemps.
Il y a plein de donnees interressantes sur le site de l'INSEE en particulier celle-ci:
http://insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon04249
Ou l'on voit que le niveau de vie des 9 premiers deciles est a peu pres constant alors que celui du dernir deciles passe de 49keur a 56Keur soit 14%.
Ce n'est pas la peine de chercher des indicateur fumeux comme le rapport Stiglitz, on a tout pour mesurer. Le probleme c'est qu'il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
a écrit le 21/05/2013 à 13:05 :
Supposons que l'on decouvre que la température vau augmenter de 30°C d'ici 100 ans a cause de l'emission anthropique de gaz carbonique et de methane et qu'il existe un consensus quasi-total sur la démonstration. Quel sera le nombre qui pourrait caractériser la société? A l'evidence ce sera les taux d'emissions attribués aux entités économiques. Question: Quelle est la signification fondamentale du PIB? A l'evidence le PIB caractérise l'idéologie des sociétés productivistes et notamment celle de la société capitaliste. Ce pose la question fondamentale de savoir sur le bien-être humain est rattaché au PIB?
a écrit le 21/05/2013 à 12:30 :
Voilà la récession, et déjà nous la critiquons! Pas besoin d'une récesssion pour dire que le PIB est un aggrégat trompeur, la croissance des accidents de la route fait croître le PIB, le bétonnage d'un cour d'eau également. Pourquoi ne pas critiquer la "croissance" en phase de "croissance"! Le PIB a aussi la faiblesse d'additionner de multiple fois le même "produit intérieur" surtout lorsque le produit intérieur passe à l'extérieur: un Airbus "vaut" éventuellement 150 millions d'euro de production intérieur brut lorsqu'il est vendu. Mais les PIB's des différents pays fournisseur augmentent en tout peut-être d'un milliards. Les pièces d'un réacteur, puis le réacteur, puis le réacteur monté sur l'avion, dans la chaîne de valeur sont additionées de multiple fois, s'il y a des ventes. Le problème principal c'est d'utiliser le ratio dette publique / PIB, il conviendrait de mesurer plutôt le ratio dette publique / budget d'état. Le ratio explosera..Mais le PIB restera la référence avec ses sous-produits comme par exemple le PIB par habitant en SPA (standard de pouvoir d'achat) En France, il ne cesse de regresser année par année par rapport à de nombreux pays du nord de l'Europe et par rapport à nos voisins germaniques.
a écrit le 21/05/2013 à 12:28 :
Le PIB mesure la richesse d'un habitant, pas sa croissance. On réduit la réussite d'un pays, ou son degré de crédit vis-à-vis des banques à sa croissance c'est idiot :

Un chinois gagne peu d'argent par an, et même multiplié par 1.1, sa richesse au bout de dix ans n'est en rien comparable à celle d'un européen occidental au bout d'une seule année.

Cet indicateur de croissance ne sert donc pas à grand chose !

Allez voir votre banquier, dites lui que vous êtes SDF mais que chaque jour vous gagnez 10% de plus que l'année précédente, à mon avis le banquier vous prêtera rien du tout !
a écrit le 21/05/2013 à 12:24 :
Le problème ce n'est pas le PIB mais le chômage. Je ne suis pas sûr que ce soit un meilleur indicateur pour la France ;)
a écrit le 21/05/2013 à 11:59 :
Allez hop ! Les résultats ne sont pas bons : on casse le thermomètre !!!
Réponse de le 21/05/2013 à 12:39 :
Exactement!
Réponse de le 21/05/2013 à 12:50 :
Quand un physicien veut effectuer des mesures il choisit judicieusement ses instruments de mesure. La complexité de la société économique est d'une telle complexité qu'il est idiot ou antiscientifique de caractériser celle-ci par un seul chiffre fut-il le PIB. Le PIB n'est qu'une faible représentation desactivités humaines, celles qui notamment reflète l'économie marchande. Il semble qu'une minorité commence a peine a percevoir la problématique. Il suffit donc d'être patient.
Réponse de le 21/05/2013 à 13:17 :
@ecompario, J'entends bien, le problème est que en période de croissance, il n'yavait pas grand monde pour "remettre" en question la pertinence du PIB, hormis bien entendu quelques obscurs économistes. La question est plutôt de savoir si, hormis les pays occidentaux dont nous faisons partie et qui sont aujourd'hui en récession, d'autres pays aurait quoi que ce soit à gagner d'une remise en cause du PIB. Je ne le crois pas, bien au contraire : Aujourd'hui, c'est grâce nottament à leur PIB que les pays dits "émergents" f prouvent indiscutablement leur monté en puissance. Alors allez dire au Brésil ou à la Chine que le PIB ne tiens plus la route ....ça va être sport.
Réponse de le 21/05/2013 à 14:14 :
@JulesN: Certes le PIB de la Chine traduit correctement une certaine réalité économique que l'on considére comme positive. Si en face de le croissance du PIB on caractérise les gigantesques inégalités et la forme des pyramides des ages on relativisera dans une dizaine d'année la signification du PIB.
a écrit le 21/05/2013 à 11:47 :
Oui le PIB est un indicateur réducteur, tout le monde en conviendra. Mais il mesure la création de richesse matérielle ou financière, celle qui permet la création d'emploi. Qui peut dire qu'avec une faible croissance et un chômage qui augmente la population d'un pays soit heureuse?
Réponse de le 21/05/2013 à 12:05 :
La population française est très probablement plus heureuse que la population chinoise car malgré sa croissance, le confort de vie chinois n'a rien de comparable. Le problème étant que si la population française reste assise sur ses acquis, son confort de vie risque d'être diminué par la décroissance ou croissance négative comme se complaisent à le dire les politiques de l'UMPS.
Réponse de le 21/05/2013 à 13:10 :
@jeff: Creation de richesse financière!!! Pouvez-vous nous expliquez?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :