Nouveau suicide chez Thales

 |   |  164  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Un salarié du groupe électronique basé en Chine s'est donné la mort.

Après avoir été déjà été touché en octobre 2009 par le suicide d'une employée sur le site de Châteaubourg en Ille-et-Vilaines, Thales doit faire face à un nouveau drame parmi ses salariés. Cette semaine, un employé du groupe d'électronique, basé en Chine, s'est donné la mort, selon des sources concordantes en interne.

En janvier, une tentative avait pu être arrêtée in extremis au sein de Thales Optronic après qu'un salarié ait tenté de se défenestrer. Le groupe a d'ailleurs mis en place cette semaine en partenariat avec la société Psya, un service d'écoute et de soutien psychologique pour les salariés de Thales Optronique dans le cadre d'une démarche de prévention des risques psychosociaux.

Ce service ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, est accessible via une plate-forme d'écoute et de soutien psychologique par téléphone constituée d'un réseau de 300 psychologues cliniciens intervenant sur l'ensemble du territoire français.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2010 à 19:43 :
si ça continue comme ça, je vais pas pouvoir continuer
a écrit le 15/02/2010 à 19:50 :
mediatiser les suicides dans les grandes entreprise;et faire l impasse sur les suicides dans les p.m.e .les artisants les agriculteurs et autres. ne grandie pas l information
a écrit le 15/02/2010 à 19:40 :
C'est vrai qu'il s'agit d'un cas en Chine, mais n'oublions pas le cas de Thales Microelectronics à Châteaubourg bien de chez nous celui-ci, et le cas d'Optronics qui est passé à 2 doigts du drame. Je pense qu'il ne s'agit là que d'un début, et que le pire reste à venir vu l'ambiance au sein du groupe...... Je rejoins ce qu'a dit Un ex.Thales sur la notion du management par la perf, les jugements de valeur et les pseudo chefaillons de Thales. Parmi ces derniers, on pensait avoir toucher le fond, mais non on creuse encore.
a écrit le 15/02/2010 à 16:31 :
Les journalistes , arrêtez de nous gonfler avec les suicides dans les grandes entreprises : il n'y en pas plus que la moyenne nationale , et là ils'agit d'un salarié en Chine ! quelles généralités pouvez vous en tirez ?
Et quand vous évoquez des suicides dans des grandes entreprises : Renault ,EDF , PTT , ce sont toujours des boîtes où les gens vivent dans du coton , hyper protéges par des syndicats tout puissants . Si voulez parler du stress au travail , voyez plutôt des cadres de PME qui font 70 h par semaine , sans protection syndicale qui sont pressurés à mort et qui se font virer à la moindes baisse d'activité parce qu'ils sont trop payés. Mais ça ne vous interesse pas, car comme nos grands hommes politiques vous êtes trop loin du terrain et ne vous interessez pas à ces drames
a écrit le 15/02/2010 à 8:13 :
parlez aussi des paysans qui se suicident...merci
a écrit le 15/02/2010 à 7:27 :
Oui, il existe des managers sans scrupules qui se servent de leurs collaborateurs pour en tirer le meilleur et les jeter ensuite. Ca m'est arrivé après plus de 20 ans de maison à une position de cadre dirigeant. J'ai été "placardisé" et passé d'une notation "excellent"(1 sur 5) à "doit faire ses preuves" (4 sur 5), ou plutôt "va voir ailleurs". Ce qui m'a poussé à quitter le groupe au lieu de faire une bêtise à laquelle j'ai fortement pensé...
Aujourd'hui chômeur, ma situatiin est plus enviable que celle où j'aurai pu me retrouver !
Le management par objectif en est la cause ainsi que le culte de la performance, rendant certains fortement individualistes.
J'ai eu le désagrément de tomber sur un expert en harcèlement, qui malgré les 2 procès intentés par des partenaires sociaux, a été confirmé dans sa position de manager ... mais c'est loin d'être une généralité dans ce groupe, sur 14 chefs, j'en ai eu 10 très bons, 1 mauvais, 1 carrièriste et 2 "harceleurs". J'ai toujours choisi la porte de sortie plutôt que l'aliénation...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :