Avec le rachat de Satair, Airbus poursuit sa mue économique

 |   |  215  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Depuis plusieurs mois, le constructeur prend discrètement position sur le marché des services, aux revenus plus récurrents. Le rachat ce mercredi du danois en est l'illustration.

L'équipementier aéronautique danois Satair, qui a accepté d'être racheté pour 500 millions de dollars par l'avionneur européen Airbus, flambe en Bourse mercredi à Copenhague. Vers 10h15, le titre bondissait de 21,91% à 573 couronnes danoises.

L'annonce du rachat conclut plusieurs mois de tractations, durant lesquels le titre Satair s'est régulièrement apprécié. Les deux groupes ont fait savoir qu'Airbus proposerait aux actionnaires de Satair la somme de 580 couronnes par titre en numéraire. Les détenteurs de warrants recevraient quant à eux 378,66 couronnes par titre. Toutefois, l'offre doit encore être formellement approuvée par le conseil d'administration de Satair.

Cette acquisition fera indirectement d'Airbus l'un des fournisseurs de son concurrent américain Boeing, qui avait forgé en 2006 avec Satair un accord d'approvisionnement de long terme. Toutefois, si Airbus a indiqué voir de possibles synergies, les deux groupes ont indiqué qu'ils resteraient des entités séparées.

Satair a précisé que la fourniture de pièces à Boeing se poursuivrait. En 2006, l'américain avait acheté l'équipementier Aviall, qui fournit également des pièces à Airbus. L'avionneur européen s'efforce de réduire sa dépendance aux purs revenus des ventes d'avions, de caractère cyclique, en se diversifiant vers les services à forte valeur ajoutée.

Lire aussi:   Airbus change discrètement son modèle économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :