Rafale et Eurofighter au coude à coude en Inde

 |   |  427  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Les offres commerciales des deux constructeurs seraient très proches l'une de l'autre. Objectif : vendre 126 avions de combat à New Delhi.

Les constructeurs des deux avions de combat encore en compétition pour équiper de 126 appareils l'armée de l'air indien (Air Force), Rafale (Dassault Aviation) et Eurofighter (EADS, BAE Systems et l'italien Finmeccanica), se livrent une formidable bataille commerciale pour régner dans le ciel indien. Selon des sources concordantes, les offres de Dassault Aviation et du consortium européen seraient très proches l'une de l'autre. Ce qui est déjà une surprise de taille, le Rafale étant en général bien moins cher (entre 10 % et 15 % en moyenne) que l'Eurofighter dans les précédents appels d'offre où ils ont été en compétition l'un contre l'autre.

Les trois industriels partenaires du programme Eurofighter auraient donc consenti de gros efforts sur le prix des avions à l'unité pour rester compétitifs par rapport au Rafale, un avion beaucoup plus léger. « Ils auraient accepté des sacrifices monstrueux», assure un industriel. « Les deux constructeurs y verront beaucoup plus clair à la fin de la semaine à l'issue d'une semaine de travail et de comparaison des offres », estime un autre industriel du secteur interrogé par « La Tribune » (voir ci-dessous). Pour autant, le Rafale garde, si les offres commerciales sont réellement proches, un avantage sur le plan opérationnel et technique. Les essais de l'armée de l'air indienne l'ont placé devant l'Eurofighter.

Enjeu colossal

L'autre tendance qui semble se dégager, c'est que les deux offres seraient supérieures au budget initialement consenti par New Delhi, estimé à 11 milliards de dollars (8 milliards d'euros). Selon la presse indienne, qui cite de façon anonyme des responsables gouvernementaux, le ministère de la Défense l'aurait pratiquement doublé pour le porter à environ 20 milliards de dollars (14,5 milliards d'euros), notamment pour tenir compte des contrats liés au support des appareils.

L'enjeu est colossal pour les deux constructeurs. Non seulement par le nombre d'avions de combat (126, dont 108 à assembler en Inde) mais aussi parce que les deux programmes ont autant besoin l'un que l'autre d'un nouvel élan commercial pour entretenir leurs équipes industrielles (bureaux d'études notamment) et, à un degré moindre, leur chaîne d'assemblage en Europe (18 avions supplémentaires).

Enfin, cet appel d'offre (M-MRCA) est surveillé comme le lait sur le feu par les États-Unis. Humiliés en avril puisque l'Inde avait évincé leurs deux avions (F/A-18 de Boeing et F-16 de Lockheed Martin), ils pourraient revenir dans le jeu avec le F-35 de Lockheed Martin. Sauf que les Américains ne sont pas réellement prêts au transfert de technologies massif exigé par New Delhi dans le cadre de l'appel d'offre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2012 à 14:52 :
le rafale technologie un peu dépassé des années 80
a écrit le 23/11/2011 à 12:38 :
l inde choisira le rafale d apres mes sources car c est le meilleur pas d inquietudes vous verrez et ils ont fais le bon choix ils auront une force aerienne incroyable le typhon est trop lours et tres vulnerable d apres certains militaire francais chut secret defense
Réponse de le 13/12/2011 à 17:20 :
"d apres mes sources "
Lol Ah ah ah
Vous me faites bien rire!...
a écrit le 14/11/2011 à 9:12 :
C'est bien gentil tout ça mais faut il avoir les moyens!
D?abord, il faut pouvoir ajouter de la valeur à notre économie au lieu d?emprunter pour financer la défense ou la sécurité sociale!!!
Un pays en quasi faillite ne peut avoir des ambitions des grandeurs du 19éme siècle! Réveillons nous!!
a écrit le 08/11/2011 à 9:39 :
On a le RAFALE , il faut faire avec même si celui-ci résulte de choix nationalistes des années 80 au détriment de l'Europe d'alors. Quant à ses « bureaux d'études », on sait que Dassault n'hésite pas à demander à l?état de mettre la main au portefeuille pour les préserver ; mais ça tous les états le font . Et puis si les avions sont construits en Inde , c?est pas si grave l?avion est certes performant actuellement mais déjà dépassé pour le futur compte tenu de son temps de gestation (20 ans) . Autant essayer de le vendre quitte à le faire construire ailleurs pour au moins tenter d?abaisser son point mort ( seuil de rentabilité) .
Réponse de le 15/12/2011 à 8:21 :
Le Rafale... Dépassé ? Vous avez volé quand la dernière fois avec cet appareil ? Arrétez d'écrire n'importe quoi et reprenez une biére au café du commerce
Réponse de le 01/01/2012 à 21:17 :
Je te rejoins la dessus Yuri! Le Rafale dépassé? Qu'est ce qu'il ne faut pas lire!
a écrit le 07/11/2011 à 13:46 :
L'armée de l'air indien s'appel "Indian Air Force" et pas Air Force!!
a écrit le 07/11/2011 à 13:24 :
Je ne comprend pas que de telle contribution puisse passer à travers les mailles du modérateur d'autant plus qu'il nest point signé.
Réponse de le 07/11/2011 à 13:43 :
On en démocratie!! Fort heureusement que des commentaires passent!!
Vous devriez aller vivre en Arabie saoudite ! La bas, on peut rien dire ou presque!!
Réponse de le 07/11/2011 à 14:27 :
Vive la libre parole! C'est la seule chose qui nous reste!!!
a écrit le 07/11/2011 à 12:22 :
Je préfère acheter à des corporates comme EADS que des sociétés corrompues comme Dassault!!!
Réponse de le 07/11/2011 à 14:10 :
Moi je prefere acheter des actions d'une entreprise 100% française QUI NE DELOCALISE PAS et qui est un fleurons industriels et technologiques de notre pays .
On peut ne pas voir plus loin que le bout de son nez et ne pas aimer la famille Dassault. Il n'empeche que le pere a construit une formidable entreprise aeronautique; quand au fils décrié , il a parfaitement reussi la diversification du Groupe et Dassault c'est aussi desormais une entreprise informatique avec des logiciels 3d de premier plan qui en font le leader mondial incontesté du secteur ...

Nous n'avons pas assez de famille Dassault en France ....
Réponse de le 07/11/2011 à 14:33 :
Je préfère largement beaucoup de PME-PMI innovantes que quelques grandes entreprises qui influencent le gouvernement et on ne sait pas quoi!! De plus, ces grandes entreprises ne créent pas d?emplois et dégraisse entant que leurs copains !!

Et puis, combien de Rafales vendus dans le monde ? Il aurait mieux fallu jouer collectif avec l'Europe!!
Réponse de le 07/11/2011 à 14:37 :
On rêve sur la délocalisation!
Si on est capitaliste, on produit où il y a convergence des coûts et bénéfices!

Soit on est pour le capitalisme, soit on ne l?est pas !! La voie du milieu n?a pas été un succès en France !!!
Réponse de le 07/11/2011 à 16:09 :
En raison d'un euro fort, le groupe aéronautique a décidé de transférer la plupart de ses activités dans des zones dollar ou à bas coût.

Voilà la manchette que faisait le nouvel obs le 1er décembre 2007:

Les activités non stratégiques délocalisées.

Charles Edelstenne précise que les chaînes d'assemblage et les activités de haute technologie seront maintenues en France mais "en dehors de cela, tout peut être délocalisé", dit-il. "Nous pouvons transférer certaines fabrications d'éléments de structures. Il en va de même pour certaines tâches dans les bureaux d'études, aujourd'hui entièrement réalisées en France. On peut imaginer installer dans des pays à bas coûts des activités non stratégiques", ajoute-t-il.

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20071201.OBS7859/dassault-aviation-delocalise-pour-restaurer-sa-competitivite.html
a écrit le 07/11/2011 à 10:41 :
Est-ce si intéressant de vendre des avions à perte ou juste au coût de revient en faisant de plus un transfert de technologie. d'aucin vont me répondre que cela maintient des emplois en France exact. sauf que à terme ces avions seront assemblés pour l'essentiel en Inde et que dans quelques années l'inde sera peut êtr à même de concurrencer l'Europe. Bilan à long terme?
Réponse de le 07/11/2011 à 11:53 :
Pour rebondir, j'évoquerais la question qui fâche: Une vente à l'export pourrait-elle dans les circonstances économiques actuelles amener les politiques à ainsi justifier une réduction du nombre d'avions commandés pour ses forces sans pour autant réduire le nombre d'avions produits sur les chaines de montage de la firme Dassault?
Réponse de le 07/11/2011 à 12:16 :
Non, ce n'est pas possible, le nombre d'avion commandé par la France (294) correspond à un minimum pour maintenir une armée de l'air opérationnelle. l'exportation nous aidera en revanche à payer moins cher les futures tranches à destination de l'AdlA ou de la Marine.
Réponse de le 07/11/2011 à 12:19 :
Bilan est la vente avec technologie, sinon s'abstenir!! C'est simple!!!
Réponse de le 07/11/2011 à 12:55 :
C'est tellement impossible, Kelesis, que cela a été envisagé officiellement par le ministre de la défense Morin.

Nous n'en sommes déjà plus à 294 Rafale mais 286. Or, le dernier livre blanc annonce 300 avions de combats pour l'armée de l'air et l'aéronavale française, 270 en lignes, Rafale ET Mirage 2000D.
Récemment le ministre de la défense a répondu au député Reiner qui s'étonnait de ne trouver dans le PLF2012 aucun budget pour la rénovation des Mirage 2000 que l'engagement de le faire était en cours d'analyse et que l'objectif est un lancement de réalisation en 2013 pour une livraison à partir de 2018. En 2018, et je suppose que les Mirage 2000D ne seront pas rénovés pour le simple plaisir de les mettre à la casse dès livraison, combien de Rafale possèdera la France?

Réponse de le 07/11/2011 à 14:58 :
Le nombre de Rafale dont disposera la France en 2018 dépend des exportations. Les tranches françaises seront reportées pour laisser Dassault livrer les clients. En fait beaucoup dépend des exportations car c'est cela qui déterminera le prix que la France aura à payer pour ses prochaines tranches. Vous avez raison sur les chiffres, nous sommes vraiment sur un minimum (d'autant qu'il faut compter que quatre Rafales ont été détruits)... Il en va de même pour la modernisation des Mirages, sur ce dernier point je suppose que nous attendons également de savoir si nous allons récupérer les 2000-9 des Qatariens...
Réponse de le 07/11/2011 à 16:01 :
Récupérer pour l'armée de l'air française ces Mirage 2000-9 serait la pire erreur à faire car l'avion concurrencerait alors le programme Rafale lui-même. Je rappelle que la cible du livre blanc c'est 300 avions de combats (seulement). Toucher en 2040 des Rafale tout neufs et totalement dépassés ne rimerait à rien.
a écrit le 07/11/2011 à 10:11 :
Bonjour, effectivement, c'est la corde tendue pour les deux industriels et professionnels qui se battent le bout de gras. Et quel bout de gras !Vous pouvez suivre toutes les actus de l'aviation civile et militaire sur une web tv dédiée, je me permet de mettre le lien http://www.aeronewstv.com merci et à bientôt.
a écrit le 07/11/2011 à 9:24 :
Je souhaite que le Rafale soit retenue pour QU'ENFIN Dassault rembourse le contribuable qui a financé cet avion. L'ami de M. Chirac nous coûte très cher.
Pour ce qui est d'EADS je regrette pour M. Gallois un des plus grands patrons français qui n'est pas cette mascarade politico-financière au DETRIMENT du contribuable mais pour le bien de la "Famille"
Réponse de le 07/11/2011 à 9:54 :
Je ne vous comprends pas. Savez-vous que l'avions d'EADS est plus cher et moins performant que le Rafale? Qu'il ne dispose pas de version navale, ce qui obligerait la France à acheter un deuxième modèle d'avion très onéreux et sans doute américain? Tout autre choix que le Rafale aurait couté bien plus cher au contribuable français.
Réponse de le 07/11/2011 à 10:12 :
Le cahier des charges de la compétition indienne ne prévoit pas que l'avion qui sera acheté soit utiliser à partir d'un porte-avions, dès lors l'argument ne signifie pas grand chose dans le contexte actuel. Si le Rafale et l'Eurofighter sont tous les deux en phase finale c'est bien qu'ils ont rempli les conditions imposés par le client et si bien bien rempli qu'eux seuls ont été retenu. Les conditions imposées étant celles d'un avion multirôle de classe intermédiaire, les deux y ont répondu mieux que ceux qui n'ont pas été retenus.
Réponse de le 07/11/2011 à 10:24 :
@citoyenalsacienmosellan

On ne parle pas de l'appel d'offre indien mais de la raison pour laquelle la France a acheté le Rafale et pas le Typhoon. SAMARINDA semble en effet indiquer que l'avion d'EADS aurait été un meilleur choix pour la France, ce qui est plus que douteux pour les raisons que j'évoque ci-dessus.
Réponse de le 07/11/2011 à 11:14 :
Les français voulaient la plus grosse part du gâteau dans le programme commun, les britanniques aussi, chacun est resté sur ses positions, et nous voila avec un Rafale et un Eurofighter qu'il faut caser à des clients de moins en moins nombreux pour cause de crise économique sachant que celle-ci ne date pas d'hier.
Réponse de le 07/11/2011 à 12:19 :
C'est plus complexe, l'armée française voulait un unique avion pour l'ensemble de ses missions et également une version navalisée, ce qui a été refusé par l'Angleterre et l'Allemagne qui ont préféré un model "guerre froide" : un pur intercepteur. L'actualité prouve que (pour une fois) la France a eu raison.
Réponse de le 07/11/2011 à 13:12 :
Le besoin exprimé de la France pour un avion navalisé n'était pas non plus celui des autres participants, est-ce étonnant de voir allemands, espagnols et italiens se désintéresser d'un tel développement qui ne correspondait pas à leur besoin? Pas vraiment, alors que faisions nous là à tenter de convertir des gens qui ne voulaient pas être convertis?
Réponse de le 07/11/2011 à 14:26 :
Je ne vous comprends pas, les Allemands n'avaient aucune obligation d'acheter la version navale d'un avion commun. Mais il voulaient un intercepteur pur agile à haute altitude dont les caractéristiques rendent impossible une version navale (notamment les canards à l'avant favorisent l'agilité à haute altitude mais interdisent un atterissage sur porte-avion). Les anglais ne voulaient pas de version navale du tout (leurs portes-avions sont dépourvus de catapultes et utilisent un décollage verticale). Comme vous le notez très justement, nous ne pouvions pas tomber d'accord. Je ne vois pas en quoi la France serait plus fautive que les autres en refusant un avion qui ne correspondait pas à ses besoins! D'ailleurs grand bien nous a pris puisque le Rafale est à la fois moins cher, plus polyvalent et sûrement meilleur techniquement que l'EF, même en ATA (2009 ATLC les typhoon ont été ridiculisés face au Rafale).
Réponse de le 07/11/2011 à 14:30 :
Je suppose que les recentes etudes afin de navaliser l'Eurofighter sont la juste pour faire jolie ?!
C'est incroyable comme il semble impossible a certain d'admettre que la France a fait un bon choix, et ce depuis la fin de la guerre mondiale. Si nous avions des super hornets au lieu du Rafale nous serions allé en Irak, si nous avions des tridents en lieu et place du M45 ou M51, nous serions comme les britanniques a concentrer nos depenses militaires afin de faire plaisir a l'oncle sam et non assumer notre independance nationale.
Le rafale est un programme mature, incroyablement performant (l'Inde l'a prouvé), et bien moins couteux au final que ses concurrents.
Réponse de le 07/11/2011 à 14:48 :
Ce n'est pas une question de faute, la question est de savoir ce que pouvait bien faire la France dans un programme où les spécificités qui étaient les siennes n'intéressaient personne.

Moins cher, plus polyvalent, meilleur techniquement, ce sont des mots qui ne m'inmpresssionnent depuis bien longtemps. Le Rafale et l'Eurofighter sont en Inde côte à côte, au coude à coude, preuve qu'ils ont fait ce qu'il fallait pour être les premiers dans cette compétition. Les indiens veulent un avion multi-rôle et les deux avions possèdent cette capacitéou l'auront en temps utile.
Réponse de le 07/11/2011 à 14:59 :
L'Eurofighter navalisable, pourquoi pas, mais à quel prix et pour quels clients?
a écrit le 07/11/2011 à 9:10 :
Oui armons la planète et vive les guerres, l'inde au lieu d'acheter des armes devrait plutôt dépolluer le Gange et faire en sorte de vaincre la pauvreté dans son propre pays, à notre époque c'est vraiment scandaleux de fabriquer des armes, oui la paix et non a la destruction de l'humanité
Réponse de le 07/11/2011 à 12:16 :
Oui tout a fait mais malheureusement l'Inde doit faire face à son besoin de sécurité à cause de la Chine, Pakistan etc. !!
Les vendeurs d?armes y gagnent bien sur !!!
a écrit le 07/11/2011 à 8:52 :
Si l'auteur est sûr de ses sources en affirmant que le Rafale est arrivé en tête des évaluations technique de l'IAF, il pouvait pour une fois mettre le bandeau "exclusif" au-dessus de son article. (contrairement à l'article de la semaine dernière qui n'avait rien d'exclusif).

En effet, aucun média spécialisé au monde n'a réussi à savoir qui des deux avions était arrivé premier. Ce n'est pas anodin car ce sont de loin les tests les plus complets effectués à l'occasion de l'achat d'avions de chasse.

Merci donc à Monsieur Cabirol de bien vouloir confirmer cette information qui commence à se propager sur le web.
a écrit le 07/11/2011 à 8:40 :
si j'étais à la place de l'inde je commanderai les 2 : moitié moitié
a écrit le 07/11/2011 à 8:17 :
Entre un bijoux de technologie et une usine à gaz au financement lourd ,il n'y a pas photo.Le Rafale mérite largement de remporter le marché indien.
Réponse de le 07/11/2011 à 11:19 :
Le coût des deux programmes rapportés au nombre d'avions commandé les placent quasi à égalité. Ils effectuent tous les deux des missions air-air et air-sol, L'Eurofighter utilisant en Libye un PDL que n'avait pas le Rafale en Afghanistan. Nous sommes en face de deux bijoux de technologie et c'est pour cela que ça coûte autant.
Réponse de le 07/11/2011 à 12:58 :
C'est faux, le Rafale est assez nettement moins cher que l'Eurofighter (cf rapport cours des comptes et NAO en angleterre). Le Typhoon ne sera totalement opérationnel en air-sol qu'en 2018, bien après le Rafale. Ce dernier dispose du POD Damocles testé au large de l'Afganistan (sur le CdG), contrairement au Typhoon qui n'a largué ses premières bombes qu'en Lybie (en encore pas beaucoup). Le Rafale dispose d'un radar AESA disponible en production industrielle dès 2012/2013 alors que le Typhoon vient à peine de finir de boucler le financement et prévoit de l'intégrer en 2015. En Inde le radar du Typhoon a été testé à bord... d'un hélicoptère! A toutes les évaluations techniques dans lesquelles les deux avions se sont retrouvés face à face, le Rafale est arrivé premier, ce n'est pas pour rien.
Réponse de le 07/11/2011 à 13:32 :
Un budget de 40 milliards d'euros divisé par 286 avions à produire, puisque telle est la cible actuellement, fait 140 millions d'euros par appareil, ni plus, ni mois, soit exactement ce que rapportent les britanniques pour leur avion.
Réponse de le 07/11/2011 à 14:33 :
Il faut differencier le cout de l'avion plus R&D, et le cout de l'avion seul.
Le typhoon coute 120 millions pour l'avion seul. Le cout total a ete censuré pour raison de "securité nationale"
Réponse de le 07/11/2011 à 14:47 :
Bravo citoyenalsacienmosellan! vous êtes la première personne sur terre à reussir le calcul. J'imagine que vous avez utilisé les bon taux de conversion et avez noté que le NAO anglais comptent la Tranche I (hors R&D pour les nouveaux équipements) alors que la Cour des Comptes intègre l'ensemble de la R&D de la Tranche III. Je vous dis ça parce que cela a fait l'objet de débat très pointus par de nombreux spécialistes et que personne n'est tombé d'accord. D'ailleurs les chiffres avancés par l'Allemagne sont bien au-dessus de ceux des anglais...

Le seul indice crédible sur le prix de ces appareils c'est que le Typhoon est systématiquement plus cher que le Rafale à l'exportation.

Je vous invite a lire en parallèle les rapports de la CdC et du NAO, vous verrez qu'alors que la Rafale est jugé comme un succès opérationnel, le Typhoon est découpé en pièce pour son prix, retard et son inefficacité.
Réponse de le 07/11/2011 à 14:54 :
La firme Dassault nous a aussi vendu du Rafale à 26 milliards d'euros tout compris, Monsieur Eddelstenne a fait un certain nombre d'auditions devant le sénat et l'Assemblée Nationale martelant ce chiffre comme une vérité première, nous en sommes à plus de 40 milliards pour l'Etat, donc le citoyen qui paie des impôts, sans même compter la part des industriels qui devait se monter à quelques milliards.
Réponse de le 07/11/2011 à 15:17 :
Ca dépend comment vous comptez (R&D inclus ou pas). Et puis les surcoûts du Rafale sont essentiellement dû à la diminution de la cible et le recul des commandes par l'Etat (de moins en moins d'avions et de plus en plus tard), tout cela est très bien expliqué dans le rapport de la cour des comptes. L'industriel est bien obligé de suivre.
Réponse de le 07/11/2011 à 16:05 :
Les 26 milliards d'euros c'était déjà tout compris. Plus le nombre d'avion commandé se réduit plus les coûts augmentent. officiellement il n'y a pas de surcoût. Ce qu'il faut se dire que ce qui arrive à la France et au Rafale arrive tout autant et de la même manière aux clients d'EADS. Réduction de voilure oblige.
Réponse de le 07/11/2011 à 17:22 :
@Patriot: si l'avion seul coûte 120 million d'euros cela signifie que le Rafale, conformément aux dires de notre hôte qui le place de 10 à 15% moins cher en temps normal, serait de 102 et 108 millions d'euros par Rafale. Le projet de loi de finance 2009 nous apprend que le coût unitaire d'un Rafale (hors coût de développement et aux conditions financières du 1er janvier 2008) ) se situe entre 64 et 70 millions d'euros en fonction des versions...

source: http://www.senat.fr/rap/a08-102-5/a08-102-516.html#toc236

a écrit le 07/11/2011 à 7:25 :
Ne nous leurrons pas: ce contrat militaro-industriel dépend des influences et images de marque internationales des pays constructeurs. Le prix unitaire et les résultats technico-opérationnels sont secondaires. N'oublions les échecs de Singapour, Taïwan et du Maroc (montage financier ultra-avantageux)...Espérons néanmoins décrocher ce marcher, car 18 appareils achetés sur étagère seraient les bien-venus. En attendant les autres confirmations (E.A.U., Suisse, Koweit)...
Réponse de le 07/11/2011 à 12:02 :
Les marocains n'ont-ils tout simplement pas évalué le coût de leur besoin en avions de combat au regard de leurs besoins exprimés et de la menace, mais surtout au regard du coût de la maintenance pour ces deux appareils, disons sur une période de 30 ans? Lorsque Monsieur Chirac a préféré laisser la signature du contrat à son successeur, que savait-il à ce moment là de ce contrat que je qualifierais de "tout cuit", comme celui pour le Brésil d'ailleurs où le Président de ce pays nous a promené avec de grands sourires et de grandes tapes dans le dos, comme on le fait entre bons copains.
Réponse de le 08/11/2011 à 9:06 :
@citoyen: 2 offres pour le Maroc; 24 F16 pour 2.4 milliards de dollars + aide de 697.5 millions de dollars. 18 RAFALES pour 2.1 milliards d'?uros. Le mono-réacteur américain a un prix unitaire inférieur au bi-réacteur français (plus récent).
De plus le M2000 ne pouvait plus être proposé. Mais 18 Rafales font aussi bien le même "travail" que de plus nombreux mono-réacteurs.
Réponse de le 08/11/2011 à 14:48 :
La dernière offre pour le Rafale était même de 18 Rafale pour 1,8 milliards d'euros, pourtant elle a été refusée. Ils ont trouvé que le F-16 correspondait à e qu'ils recherchaient, ils l'on acheté. La France a tout de même vendu le TGV au Maroc, beau contrat aussi.
Réponse de le 08/11/2011 à 16:59 :
@ citoyen: vous m'apprenez quelque chose. En fait, c'est Idem pour le Brésil; dans l'expectative d'une issue pour le Rafale, nous avons pu placer une cinquantaine de SUPER-PUMA et quelques navires.
a écrit le 07/11/2011 à 6:48 :
J'ajoute que le concours s'appelle MMRCA (medium multi role combat aircraft) et non pas M-RCA.
Réponse de le 07/11/2011 à 8:48 :
Vous avez raison. On va le corriger. L'édition a dû supprimer Un "M"... Merci à vous
a écrit le 07/11/2011 à 6:37 :
sur cette partie :
"Pour autant, le Rafale garde, si les offres commerciales sont réellement proches, un avantage sur le plan opérationnel et technique. Les essais de l'armée de l'air indienne l'ont placé devant l'Eurofighter. "

les sources sont-elles sures???
Réponse de le 08/11/2011 à 13:34 :
Pour rappel: Le 24 juillet 2009 au Bundestag, le ministère de la défense annonçait un Eurofighter "fly away" pour environ 57 millions ? l'unité. http://dip21.bundestag.de/dip21/btd/16/128/1612803.pdf
a écrit le 07/11/2011 à 6:36 :
Mais ou diable avez-vous vu que le Rafale est arrivé devant le Typhoon dans les évaluations techniques? L'armee indienne est restée muette sur le sujet et cette information a échappé aux meilleurs journalistes de défense qui se sont penché sur le sujet. Comme votre habitude est de reprendre les articles de la presse indienne, je m'interroge... Vous ne confondez pas avec la Suisse?

Merci en tous cas d'evoquer le sujet, qui date de vendredi dernier?
Réponse de le 07/11/2011 à 8:36 :
Bah si un journal serieux comme la Tribune qui a interviewé le industriels proche du dossier pretend que le Rafale a été mieux classé , j'ai tendance a y croire , tous les jounalistes ne sont des geeks qui passent leur temps sur internet . Et si en plus cela correspond a ce qui a été dit par 2 journalistes indiens tres connus , on appelle ça une concordance des sources
Réponse de le 07/11/2011 à 9:17 :
Des journalistes français bien connus et non des moindres n'avaient-ils pas "pronostiqué" la vente du Rafale au Maroc, vente assurée par de l'argent en provenance du golfe?

Réponse de le 07/11/2011 à 10:09 :
Elem,

Il n'y a qu'un journaliste a avoir indiqué que le Rafale était le préféré de l'IAF c'est Shiv Aroor. Mais il ne l'a indiqué qu'une seule fois et avec précaution... De nombreux journaux indiens semblent privilégier EADS (voire une annulation du MMRCA pour le F-35) Je suppose que Monsieur Cabirol a des sources plus étayées que le blog Livefist (des industriels français) mais dans ce cas c'est une véritable nouveauté.

Je suis méfiant car ce ne serait pas la première fois que la Tribune se contente de relayer les articles de la presse indienne sur le sujet.
Réponse de le 07/11/2011 à 10:24 :
L'lndiatimes du 30 octobre nous apprend que l'Eurofighter aurait reçu la note la plus élevée lors d'une l'évaluation technique conduite en 2010 par des pilotes indiens.

L'ndianexpress du 5 novembre nous apprend lui que le coût fly away par unité du Rafale serait légèrement meilleur marché que celui de l'Eurofighter. Différence inférieure à 5%.

Les blogs et les forums sont à fuir, ils ne sont que rarement une source d'information.
Réponse de le 07/11/2011 à 11:11 :
Très cher Kelesis, malheureusement je n'ai pas vraiment le temps de passer mon temps sur les blogs et médias indiens. Cela m'arrive bien sûr. Mais fort heureusement, j'ai gardé quelques contacts chez les industriels du secteur. Bien à vous
Réponse de le 07/11/2011 à 11:37 :
Les industriels français, les industriels germano-britannico-italo-espagnols ou les deux? Deux sons de cloches, voire plus, valent mieux qu'un, dit-on, au risque il est vrai de ne plus entendre la messe.
Réponse de le 07/11/2011 à 12:23 :
Monsieur Cabirol,

Merci infiniment de votre réponse, c'est ce que j'espérais entendre. Je considère donc que vos informations sont crédibles et j'arrête de vous ennuyer (jusqu'au prochain article). Bien cordialement.
Réponse de le 07/11/2011 à 12:31 :
@citoyenalsacienmosellan

Oh que non les blogs ne sont pas tous à fuir! Surtout ceux tenus par des journalistes spécialisés reconnus... On y apprends souvent beaucoup beaucoup plus que dans la presse quotidienne à grands tirages ou les articles sont peu developpés et les journalistes souvent peu/pas spécialisés. Par exemple en France si vous le lisez pas Secret Defense, le Mammouth ou Zone militaire, il y a peu de chance que vous soyez bien informé sur l'actualité militaire française...
Réponse de le 07/11/2011 à 13:08 :
Pour ma part, je prefere aux blogs et autres forums les sites du ministère de la défense, du Sénat, de la Cour des Comptes et de l'Assemblée Nationale.
Réponse de le 07/11/2011 à 14:32 :
Et bien vous ne devez pas être très informé... Ces sites sont effectivement essentiels mais sont loin, très loin d'être suffisants pour être bien informé sur l'industrie militaire! D'ailleurs on y cherche pas les mêmes informations. Avez-vous trouvé les spécifications techniques du Typhoon ou un update sur les contrats en cours sur le site de la Cour des Comptes ou du Sénat?
Réponse de le 07/11/2011 à 14:56 :
Qui de nous deux sait ou ne sait pas que la cible actuelle pour les forces armées est de 286 Rafale et non pas 294?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :