DCNS enregistre un nouveau succès en Malaisie

S'il y a un groupe de défense français qui réussit à l'exportation, c'est bien le groupe naval DCNS.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DCNS)

Présidé par Patrick Boissier, DCNS enregistre un nouveau succès en Malaisie, dix ans environ après avoir vendu deux sous-marins Scorpène à Kuala Lumpur. C'est le partenaire malaisien du groupe tricolore Boustead Naval Shipyard (BNS), qui a annoncé ce contrat de 9 milliards de ringgits (2,1 milliards d'euros) portant sur la livraison de six corvettes, de type Gowind (2.400 tonnes). Ce dernier a reçu du ministère de la Défense malaisien une LOA ("letter of agreement"). "Le programme Gowind est définitivement lancé", explique-t-on chez DCNS à La Tribune. Le groupe avait pris le risque de lancer sur fonds propre le premier exemplaire de la gamme Gowind, l'OPV Adroit.

Intense bataille

Kuala Lumpur a finalement choisi le design de DCNS face à celui de l'allemand TKMS et du néerlandais Damen. Les corvettes seront fabriquées dans les chantiers de BNS. Par ailleurs, ce programme a fait l'objet d'une intense bataille pour fournir le système de gestion de combat des navires (CMS). DCNS a proposé son système Setis alors que Thales, qui est monté la semaine dernière de 25% à 35% dans le groupe naval, présentait quant à lui le Tacticos, conçu par Thales et déjà intégré sur l'un de ses bâtiments de la marine malaisienne. Ce qui peut présager à l'avenir entre les deux groupes français de sérieux conflits d'intérêts à l'export. Pour l'heure, DCNS aurait gagné la compétition face à Thales. Enfin, MBDA est en compétition pour équiper les six corvettes de missiles antiaériens VL Mica face à son concurrent américain ESSM (Evolved Sea Sparrow Missile) de Raytheon. Les Gowind, dont le premier exemplaire devrait être livré à partir de 2017, seront dotées d'un canon de 57 mm, de torpilles ainsi que d'un hélicoptère EC-275 (Eurocopter).

A l'image de beaucoup d'autres pays de la région comme l'Australie, la Malaisie craint la menace de Pékin, qui revendique notamment la souveraineté des îles Spratleys. La Malaisie cherche donc à accroître ses capacités militaires.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 19/12/2011 à 16:37
Signaler
Autrement dit DCNS est prié de vendre son savoir faire au chantier malaysien, afin que les rétrocom arrivent dans les temps avant mai 2012.

à écrit le 19/12/2011 à 16:26
Signaler
esperons que ce ne sera pas comme les fameuses vedettes de taiwan.....

à écrit le 19/12/2011 à 12:43
Signaler
Et Karachi dans cette affaire?.

à écrit le 19/12/2011 à 10:56
Signaler
Il me semble que l?Élysée ne parle que rarement de ce type de vente, comme il le fait pour les Rafales de Dassault, et du coup ça marche!

le 19/12/2011 à 14:52
Signaler
Ha ha ha... Bien vu, très bonne remarque!

le 19/12/2011 à 16:33
Signaler
Rien compris!! Les journalistes n'en parlent pas, parce-que ça marche! Et comme les Français aiment bien pleurnicher sur leur sorts, ça n'est pas vendeur. Mais bon, il faut malgré tout noircir le tableau....

le 19/12/2011 à 17:31
Signaler
Je suis entierement d'accord. La fanfaronnade a surtout pour effet de faire fuir les gens sérieux et de faire perdre toute crédibilité. DCNS travaille, et du coup ça marche...

à écrit le 19/12/2011 à 9:52
Signaler
Excellent, mais vraiment excellent article.

le 20/12/2011 à 11:41
Signaler
Super DCNS

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.