Un Indien bientôt dans l'espace ?

 |   |  406  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'Inde vient de lancer de nouvelles études pour envoyer un homme dans l'espace. L'agence spatiale indienne (ISRO) y consacre dans son nouveau budget 28,3 millions de dollars.

C'est l'un des rêves les plus fous de l'Inde : envoyer un homme dans l'espace. New Delhi, l'autre puissance spatiale d'Asie, s'est lancé depuis 2006 dans un programme de vol habité avec deux astronautes, dont le premier vol est reporté d'année en année. Mais l'Inde, malgré son retard sur la Chine, veut continuer à y croire. "L'Inde a glissé d'une politique spatiale utile, à l'image de ce que fait actuellement la France, à une politique spatiale vitrine", glisse un observateur.

Ainsi, l'agence spatiale indienne (ISRO) a lancé fin mars des projets de Recherche et Développement (R&D) sur des technologies critiques sur son programme de vol spatial habité. L'enveloppe consacrée dans le budget spatial indien prévisionnel, qui s'élève à 1,3 milliard de dollars (991 millions d'euros), s'élève à plus de 28 millions de dollars sur un programme estimé à au moins 2,5 millards de dollars. ISRO consacrera notamment des études sur le système de module d'équipage (11,9 millions) et sur l'évaluation humaine dans le lanceur (5,2 millions) ainsi que d'autres programmes de recherche (4 millions). L'Agence spatiale indienne s'atachera enfin à nouer des partenariats pour signer des contrats d'études avec des institutions nationales et internationales, notamment avec la Russie (7 millions).

Retards

Dans un communiqué, le ministère des Sciences et des Technologies précise qu'une étude a été conduite pour remettre le programme de vol spatial habité dans les plans globaux d'ISRO. Une remise en ordre du programme, qui a dérivé ces dernières années. À la fin de la décennie précédente, ISRO envisageait une première mission habitée à l?horizon 2015. C'était avant que le lanceur GSLV ne rencontre de sérieuses difficultés avec l'explosion de deux exemplaires en 2010. Et comme le futur lanceur pour les vols spatiaux habités sera une évolution du GSLV, l'Agence spatiale indienne, qui fait le pari du tout réutilisable en matière de lanceurs, souhaite aujourd'hui prendre son temps pour le fiabiliser en se concentrant sur le lancement de satellites.

En 2012/2013, l'Inde a présenté le 16 mars dernier un bugdet prévisionnel d'un montant de 991 millions d'euros. Soit près de 50 % de plus que le montant des sommes réellement engagées en 2010/2011. L'agence spatiale indienne a prévu de ventiler cette somme dans les domaines suivants : véhicules spatiaux (342 millions d'euros), satellites (180 millions), technologies satellites (178 millions), applications spatiales (112 millions), support opérationnel aux activités de lancement (83 millions), administration et autres (28 millions). 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2012 à 23:51 :
Avec leur curry, ils ont intérêt à prévoir des WC solides.
a écrit le 04/04/2012 à 22:56 :
l inde ferait mieux de s occuper des maleureux de ce pays aux lieu de vouloir a tout prix rivaliser avec des pays riches ,allez faire un tour en inde les gens qui dorment sur le trottoir en revant d avoir un lit au lieu d un morceau de carton.
Réponse de le 05/04/2012 à 1:31 :
@frank: t'as tout à fait raison, on devrait leur construire des bouches de métro pour dormir...comme chez nous...ce serait beaucoup plus démocratique :-)
a écrit le 04/04/2012 à 18:18 :
C'est un rêve qui coûte cher mais les indiens y ont droit. Ceci dit, si tous les pays pouvaient s'entendre et travailler ensemble ça ferait de sérieuses économies. Ah, j'oubliai qu'il s'agit de CONQUETE spatiale .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :