Geci International dégringole en Bourse après le retrait de l'Etat du Skylander

 |   |  281  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Suspendue depuis l'annonce vendredi du désengagement de l'Etat du programme Skylander, la cotation de Geci International a repris ce mardi avec une chute de près de 30% de l'action.

28,29 %. C?est la chute du cours de Geci International à 11h17 ce mardi à la Bourse de Paris, après la reprise ce matin de la cotation du titre qui était suspendu depuis vendredi matin en raison d?informations sur le financement du programme Skylander, un petit avion à hélices pouvant se poser sur des terrains difficiles. A la suite d?un audit réalisé par des experts, l?Etat a décidé de se retirer du financement du projet contrairement à son intention initiale. L?audit estime le besoin de financement à environ 200 millions d'euros jusqu'aux premières livraisons de l?appareil quand l'Etat, la région Lorraine et des investisseurs privés s'étaient engagés début février à financer le programme sur la base d?une enveloppe maximum de 120 millions d'euros.

Inciter les industriels à participer au programme

La région Lorraine n?abandonne pas le projet, a insisté le président du conseil régional de Lorraine Jean-Paul Masseret. C'est un "retour à la case départ pour le financement du Skylander", résume Guillaume Cuvillier, analyste chez le courtier Gilbert Dupont, cité par l?AFP.Jean-Pierre Masseret demande à l'Etat à pousser les industriels du secteur aéronautique à s'engager dans le projet Skylander. "Il faut tordre le bras aux industriels, quand l'Etat est actionnaire, il peut le faire", a-t-il estimé, en faisant notamment référence à EADS ou Dassault.Serge Bitboul, le PDG de Geci International, a affirmé que le groupe poursuivait "une renégociation avec l'Etat sur d'autres bases". "Je suis extrêmement serein sur la finalisation du bouclage financier du Skylander", a-t-il ajouté.Depuis le début de l?année, le cours de Geci est en hausse de plus de 30%.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2012 à 12:38 :
Une association Serge Dassault-Serge Bitboul pourrait se comprendre, les affinités existent, entre autres, par les "Grosses Pointures" retraitées de chez Dassault qui ont jusqu'ici survolé le projet Skylander de façon très désordonnée et trop souvent contradictoire, justifiant ainsi les trois ans de retard du programme. Suivant le plan de développement agréé "Borloo" en 2008, le prototype aurait du voler en 2010.

EADS-CASA est déjà engagé dans le projet indonésien N219, une évolution du CASA C 212 existant et fabriqué sous licence par Dirgantara à Bandung. Le marché prévu est de 97 avions en version civil et 47 en version militaire. C'est un avion plus intelligent que le SK105, proposé à 4M?, contre 6.7 pour le Skylander. Le projet s'appuie sur un trois avionneurs renommés en affichant des prétentions commerciales 10 fois plus faibles.
Cette étude de marché de Geci prévoit une série de 1500 avions sur 15 ans. Pour cela elle se base d'un coté sur une augmentation de la flotte de plus de 2% par an et à contrario sur une flotte vieillissante, ce qui est incompatible. En réalité cette flotte décroit en moyenne d'une soixantaine d'avions par an depuis 20ans. L'évaluation de Geci est en contradiction flagrante avec d'autres études sérieuses qui évalue le marché mondial à 400 avions entre 2011 et 2030.
Il faudrait que nos politiques, pourtant avertis de la situation, regardent un jour les choses en face et s'attendent à rendre "prochainement" des comptes.
Après les élections peut-être?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :