Pékin veut exporter des Airbus "Made in China"

 |   |  552  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Certains responsables chinois ont expliqué au ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en visite en Chine les 9 et 10 juillet, qu'ils souhaitaient exporter des avions fabriqués dans l'usine de Tianjin vers des pays tiers. Ce que regrette Laurent Fabius.

La Chine veut exporter des Airbus "Made in China". C'est ce qu'ont dit certains responsables chinois au ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui était en Chine les 9 et 10 juillet. "L'installation d'une filiale d'Airbus en Chine a conduit certains responsables chinois à évoquer, en ma présence, la perspective d'exporter des avions qui y sont fabriqués vers des pays tiers, entrant ainsi directement en concurrence avec nos propres exportations", a regretté Laurent Fabius devant les sénateurs de la commission des affaires étrangères et de la défense lors de son audition le 11 juillet. Et d'enfoncer le clou : "je rappelle que les filiales d'entreprises japonaises situées en France y ont créé près de 60.000 emplois alors que leurs homologues chinoises n'en ont créé que quelques milliers". Le ministre était également en visite au Japon les 7 et 8 juillet.

Pour autant, Pékin a déjà commencé à exporter des Airbus chinois. Mais de façon indirecte, via le loueur chinois ICBC, selon nos informations. Un Airbus A320 doit être livré à la compagnie low-cost malaisienne AirAsia même si ce n'est pas la vocation première de l'usine de Tianjin où est installée la chaîne d'assemblage de l'avionneur toulousain. La production de la chaîne n'est censée alimenter que le marché chinois. D'autant qu'elle ne suffit pas à subvenir aux besoins des compagnies aérienne chinoises en pleine croissance, rappelle-t-on chez Airbus. Pour autant, l'avionneur n'a jamais exclu d'exporter ses A320 fabriqués en Chine. Airbus espère même que les compagnies aériennes, qui achèteraient un A320 sortant de la chaîne d'assemblage de Tianjin, utiliseraient en contrepartie comme argument le fait d'avoir un accès facilité au marché aérien chinois (ouverture de lignes...)

Fabius préoccupé par le déficit commercial entre la France et la Chine

Signé en 2005 entre Airbus et les autorités chinoises, l'accord actuel, qui prend fin au premier trimestre 2016, prévoit, à cet horizon, l'assemblage de 284 A320 à Tianjin selon l'objectif fixé. 88 ont été livrés depuis 2009. Trois avions sont aujourd'hui construits chaque mois, avec l'objectif de monter à quatre. Aux yeux d'Airbus, une implantation en Chine est cruciale car elle permet, selon l'avionneur, d'obtenir des grosses commandes des compagnies chinoises. Celles-ci doivent être validées par l'Etat. Airbus étaye son point de vue, en expliquant être passé de 6 % de parts de marché en 1994, à 48 % aujourd'hui avec 805 appareils en service (et 356 en commande).

D'une façon générale, Laurent Fabius est à la fois perplexe et préoccupé face au déficit commercial entre la France et la Chine. "Que pouvons-nous faire pour remédier au déficit commercial constaté entre la France et la Chine qui s'élevait en 2011 à 27 milliards d'euros ?", s'est-il interrogél. "Il s'agit là d'un problème complexe, car le marché chinois est très diversifié. Dans certains secteurs, comme l'aéronautique ou l'électronique, nos entreprises remportent des succès. D'autres secteurs, comme celui de la santé, ne sont pas ouverts à la concurrence internationale". Par conséquent il se dit "préoccupé par le fait que les échanges commerciaux français avec la Chine soient cinq fois inférieurs à ceux de l'Allemagne". Et de conclure qu'il est prévu "de reconnaître en 2016 à Pékin le statut d'économie de marché, ce qui rendra difficile toute procédure anti-dumping".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2013 à 11:30 :
Il a deux fabricant d'avion au monde dignes de ce nom et nous ne sommes pas capables de défendre nos intérêts : c'est pitoyable et dramatiquement révélateur de la faiblesse mentale de nos élites.
a écrit le 14/02/2013 à 20:13 :
Assez marrant : le pouvoir chinois exige et obtient que les avions soient construit chez eux. Quand est-ce que la Commission européenne a jamais obtenu, ou ne serait-ce même que demandé aimablement, que les produits chinois soient construits chez nous ?
a écrit le 14/02/2013 à 20:05 :
Et donc la Commission européenne a immédiatement décidé de ... de .... de ... ?? Allo, y a quelqu'un pour défendre les européens ??
a écrit le 24/07/2012 à 12:30 :
Les Chinois jouent leur jeux, nous jouons le notre. Je ne crois pas que nous soyons dupes du jeux des Chinois, eux non plus ne sont pas dupes de leur propre jeux.Le jeux est truqué, par ce qu'il n'y aura (sur le long terme) jamais de gagnant, ni de perdant. Pour l'instant la Chine se développe et nous l'aidons.Ce sera notre intérêt, jusqu'à ce que l'équilibre devienne trop instable.Le temps viendra où la Chine sera obligée de rentrer dans le rang, deviendra un pays "normal". Ce sera ça où la guerre, la vraie avec des morts et tout et tout.
a écrit le 20/07/2012 à 12:54 :
Vive la Chine!!!!!
a écrit le 19/07/2012 à 23:55 :
Ils sont encore en retard ils ne peuvent que assembler et c'est tout.
a écrit le 19/07/2012 à 13:30 :
naïf jusqu'à quel pourcentage de commission ?
a écrit le 19/07/2012 à 11:46 :
...de la chine!
a écrit le 19/07/2012 à 10:58 :
Le jour où les chinois copierons ou produirons un avion 100% chinois même à pas cher, je me demande quelle compagnie saine d'esprit prendra le risque d'en acheter! Vu l'état de leur nouveau réseau ferré et de leur TGV interdit de rouler trop vite!
En tout cas moi je n'y mettrais pas les pieds la-dedans!!!
a écrit le 19/07/2012 à 10:54 :
Ca me rappelle les démêlés de DANONE avec son partenaire chinois de l'époque WAHAHA, lequel vendait ses yaourts en parallèle de leur société commune. Ca s'est terminé par un procès et DANONE a retiré heureusement ses billes en perdant un peu d'argent au passage tout de même. Mais les chinois savent faire des yaourts désormais seuls.
a écrit le 19/07/2012 à 10:35 :
Trop forts ces chinois, ils ont fait la même chose avec le TGV.
Il faut dire que Français sont des blaireaux qui aiment bien se faire enc.., que voulez vous y faire? Et ce n'est qu'un début!
a écrit le 19/07/2012 à 10:30 :
Trop forts ces chintocs, ils ont fait la même chose avec le TGV qui est devenu le principal concurrent de la France
Réponse de le 19/07/2012 à 11:58 :
votre message n'a aucun sens. Les coréens ont été clients d'Alstom et ont développé leur version indigène. Les chinois ont fait leurs emplettes chez Siemens, pas chez un constructeur français.
Réponse de le 20/07/2012 à 17:11 :
Ce message a tout son sens. Que cela soit Siemens ou Alstom, l'erreur est la même. Le miroir aux alouettes...
a écrit le 19/07/2012 à 9:18 :
Ce qui devait arriver est arrivé. Dans sa course obsédée de vouloir détenir à tout prix 50 % de parts de marché face son concurrent Boeing, Airbus n'a pas hésité à accompagner ses campagnes de vente de propositions de transfert industriel pour remporter des contrats. Au risque de se mettre en danger sur le long terme. J'espère que cette affaire, si elle se confirme, leur ouvrira les yeux.
Réponse de le 19/07/2012 à 12:59 :
Non la France n'a pas proposé des transferts industriels, ce sont les Chinois qu'ils l'ont exigé en échange de commande d'Airbus, sinon 0
Réponse de le 26/07/2012 à 11:48 :
Les chinois exigent du transfert industriel en contre partie de commandes, la France et l'ensemble des pays européen n'ont qu'à faire de même
a écrit le 19/07/2012 à 7:37 :
Il faudrait que M Cabirol précise clairement, dans son excellent article, s'il s'agit simplement d'un politique, L Fabius, faisant de la politique en surfant vaguement sur la xénophobie ambiante en France, où s'il s'agit d'une violation potentielle d'accords commerciaux.

Soit l'exportation d'Airbus chinois vers les pays tiers est conforme aux accords entre Airbus et la Chine, et je ne vois pas le problème. La question était de savoir si, dans cette perspective Airbus aurait du signer à l'époque, mais ceci n'est pas d'actualité.

Soit cela n'est pas conforme aux accords entre Airbus et la Chine, et ceci n'est tant le problème du politique Fabius, que le problème de l'industriel Airbus. On serait dans la situation dans laquelle la partie chinoise ayant obtenu l'installation d'Airbus en Chine, essaie maintenant de pousser son avantage.

Soit on est dans une zone grise du contrat, Airbus n'ayant pas prévu ni exclu dans le contrat, la possibilité pour la partie chinoise de revendre à des loueurs.

Je ne vois pas en quoi les commentaires plus ou moins xénophobes sur le thème "les chinois nous enflent" et l'évocation de divers produits à usage lubrifiant tels que la vaseline apportent quelque chose à un débat pour l'instant strictement juridique.

Par ailleurs, les français ont l'art de s'auto-dénigrer, ce qui devient lassant.
Réponse de le 19/07/2012 à 8:09 :
Bonjour, cette question, je me la suis posée (disposition conforme ou pas à l'accord) et donc j'ai demandé à Airbus. J'attends toujours une réponse. Si je l'ai, je réactualiserai cet article. Bien à vous. Michel Cabirol
Réponse de le 14/02/2013 à 20:05 :
Il ne faut pas etre naif tout de meme. Souvent ces grands contrat se font sous la pression politique qui veut rentrer d'une visite avec un resultat (quelquesoit le resultat d'ailleurs) pourvu que l'on puisse afficher: grace a moi les chinois nous on achete des avions on a du plan de charge pour tant d'annees. tant pis si a la fin on est perdant car malgre le diatribes neo-liberales : grace a l'inovation on s'en sortira, il n'est pas possible de lutter car la Chine a un reservoir de travailleurs a bas cout inepuisable et dans le meme temps produit deja plus d'ingenieur que tous les pays occidentaux. La Chine c'est le Japon il y a 50 ans mais en 10 fois plus lourd et dans une situation economique qui ne nous permettra pas d'encaisser le choc. Donc la seule solution c'est de faire ce qu'on fait les US fin du 19e c'est de proteger ce qui nous reste d'industrie.
a écrit le 19/07/2012 à 6:31 :
Où est le problème ? C'est comme en automobile : pour vendre, il faut avoir des usines (et donc des filiales) qui produisent sur les marchés locaux. C'est par exemple la stratégie de Renault et une des clés de son succès à l'étranger.
Piètre querelle franco-française pour ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et n'ont pas réalisé que l'époque coloniale était terminée....
Réponse de le 19/07/2012 à 7:14 :
Je vois que vous n'avez jamais fait d'affaires avec les chinois, de vraies affaires j'entends. Exemple de leur protectionnisme : taxe chinoise sur les vehicules importes en Chine : 90% de la valeur de vente soit pour une Audi a 50.000 euros, un vehicule qui sera vendu en Chine 90.000 euros. Donc les taxes et le protectionnisme, les chinois les utilisent bien, sauf les europeens beats et naifs qui se font enfler depuis des annees. Vendez chez eux, ils vous assomment de taxes d'importations, mais pour vendre chez nous il faut leur ouvrir les portes et fenetres du marche europeen ... Double standard que les technocrates et politiciens europeens incompetents economiquement n'ont pas encore compris.
Réponse de le 19/07/2012 à 7:29 :
@Expérience vécue
Ce que vous explique Tartarin est précisément que contourner le protectionnisme passe par une politique de production locale. Il faut simplement lire son message, dont le point de départ est votre conclusion : les chinois ne taxent pas la production locale comme ils taxent la production importée.
Réponse de le 19/07/2012 à 7:41 :
@Ben Les Chinois sont très forts à nos dépens. Ils taxent fortement les produits étrangers, ce qui oblige les entreprises à venir s'installer en Chine très très intéressées par l'énorme marché et après ils font ce qu'ils veulent : transferts de techno on désirés, changements de réglementation, cynisme...
Réponse de le 19/07/2012 à 8:02 :
Moi ce qui me dérange, c'est le fait que la communauté européenne empêche toute forme de protectionnisme à ses états membres. D'où peut-être l'évocation par certains de produits lubrifiants, façon de suggérer que nous sommes pieds et poings liés. Mais bien sûr tout ça n'a aucun rapport : soyons schizophrènes jusqu'au bout, déplorons la désindustrialisation de notre pays d'un côté, félicitons-nous que les Chinois "produisent local" de l'autre.
Réponse de le 19/07/2012 à 8:12 :
C'est pour cela que le thème de la réciprocité commerciale développé pendant la campagne n'est pas absurde...
a écrit le 19/07/2012 à 2:27 :
Ni Hao
1) je ne comprends pas
en fabriquant les A320, les chinois ne sont que des sous traitants et c'est Airbus qui gère où doivent aller les avions fabriqués, non ?
ce n'est quand même pas le sous traitant, l'usine de Tianjin, qui va décider vers quel client vont aller les A320 produits
2) que les chinois nous enfilent, on le savait depuis longtemps mais il faut reconnaître qu'ils savent où et comment faire pour bien enfiler
a écrit le 19/07/2012 à 0:15 :
Nos amis Chinois ont bien prepare le pot de vaseline. Mais quand meme , ca fait toujours mal. On devrait envoyer Mme Royale comme ambassadeur extraordinaire, elle qui a tout compris sur la Chine. Je conseille de lire un livre appele Poorly made in China. Tres edifiant .
a écrit le 18/07/2012 à 23:22 :
Que Fabius continue plutôt à compter ses œuvres d'art ... celles qui ne sont pas incluses dans son ISF ....
Réponse de le 19/07/2012 à 12:51 :
ah!ah! très fin , hors sujet
a écrit le 18/07/2012 à 22:14 :
L'OMC et la Chine la mettent profond aux Europeens, qui avec leurs technocrates incompetents continuent de se faire enfler en souriant.
a écrit le 18/07/2012 à 19:49 :
C'est à EADS qu'il revient de régler ce différent, pas à Fabius. Des moyens existent pour faire plier les chinois. Ils cherchent de toute évidence à vendre des A320 parce que leurs productions indigènes (C919 notamment) n'intéressent pas les compagnies qui achètent occidental, et à raison.
Réponse de le 18/07/2012 à 20:18 :
1/ Je pense qu'ils essaient de montrer et démontrer que les A320 assemblés en Chine sont équivalents à ceux assemblés en Europe (ce qui doit être le cas). Ils essaient donc de se faire une réputation. 2/ l'AVIC n'est pas encore prêt, mais soyez sûr qu'il séduira les clients d'Airbus et Boeing quand ils verront le prix et qu'ils pourront enfin faire intervenir un 3eme larron en compétition.
Réponse de le 18/07/2012 à 22:03 :
Les A320 sont très certainement équivalents à ceux produits chez nous (je l'espère). Airbus ne peut pas se permettre de fourguer de la marchandise déclassée au prétexte qu'elle n'est pas produite en Europe, nous sommes bien d'accord.
Une fois AVIC prêt, et notre savoir-faire bien copié proprement, le pouvoir chinois ne manquera pas de mener une politique de racket: une licence de vos avions pour la sous région contre le droit d'équiper nos compagnies. On peut être à peu près certain que la partition va ressembler de près où de loin à cela.
Réponse de le 18/07/2012 à 22:29 :
Je suis moins optimiste. A mon avis ils nous enverrons ballader tout simplement sitôt qu'ils n'aurtont plus besoin de nous. Donc espoir encore pour quelque temps tant que l'on ne lâche rien sur les long-courriers et gros porteurs. Mais çà c'est encore à voir...
a écrit le 18/07/2012 à 19:39 :
le transfert de technologie a toujours exister dans l'industrie ,cela s'appelait la construction sous licence .En 1834 Panhard Levassor construisait ses voitures sous cette forme.Notre balance commerciale étant déficitaire avec la Chine ,il y a de quoi ajuster
Réponse de le 18/07/2012 à 19:49 :
Quand tout le monde suit les régles du jeu. Ce qui n'est pas le cas pour les Chinois. Ce n'est ni une démocratie, ni un concurrent loyal. Ils ne respectent ni leurs citoyens ni les lois du commerce, ni la prpopriété intelectuelle.
Réponse de le 18/07/2012 à 22:12 :
@Sauros : taxe chinoise sur les vehicules importes en Chine : 90% de la valeur de vente soit pour une Audi a 50.000 euros, un vehicule qui sera vendu en Chine 90.000 euros. Donc les taxes et le protectionnisme, les chinois les utilisent bien, sauf les europeens beats et naifs qui se font enfler depuis des annees
Réponse de le 18/07/2012 à 22:32 :
C'est amusant (façon de parler), je voudrais bien qu'un jour l'un de nos politico-technocrate nous dise pourquoi c'est comme çà en Chine, au Brésil etc... et nous on reste béatement à regarder çà passer.
Réponse de le 19/07/2012 à 12:04 :
Mon cher Sauros, je crois que nous vivons vous et moi dans deux mondes différents. En 1834 les voitures n'existaient pas... sauf peut-être les voitures à cheval ? Ou bien s'agit-il d'une faute de frappe ?
a écrit le 18/07/2012 à 19:28 :
Du grand n'importe quoi encore une fois. Sur ce marché des monocouloirs il ne faut oublier que Airbus et Boeing règnent en maîtres. Celui qui veut (et qui voulait à l'époque de la signature de ce contrat) un avion de ce type DOIT/DEVAIT passer par Airbus ou Boeing!. Devant le chantage Chinois à l'époque les Américains ont dit "Non" poliment aux Chinois de monter une usine sur place moyennant des achats d'avions. Essayez donc de comprendre pourquoi Airbus s'est plié à leur chantage? Bilan, Airbus fait jeu égal avec Boeing, a refilé la technologie aux Chinois qui vont sortir d'ici 2016-17 un concurrent à l'A320. Pour la petite histoire. Airbus a vendu un A320 il y a quelques années. Cet avion n'a jamais été retrouvé. Il a tout simplement disparu! Certainement stocké, désossé et copié dans un hangar... C'est qui les dindons de la farce? Ah faut dire que Fabius a beau jeu de dire çà maintenant (c'est dans l'air du temps), lui ses copains politiciens et nos grand dirigeants du CAC40 ne s'occupent que du court terme; celui qui sied à leur carrière.
a écrit le 18/07/2012 à 19:22 :
On se fait enc.. par la Chine mais profond, économie de marché ?? je rêve en chine on ne peut pas détenir plus 50% d'une entreprise chinois, pleins de secteurs sont sous contrôle de l'Etat donc impénétrable, la loi chinoise est clairement en faveur de leur champion locaux, les taxes mirobolantes sur des produits importés, la copie et la contrefaçon n'ont pas de soucis à se faire.... On aurait jamais du accepter la Chine dans l'OMC sans garantie derrière avec exclusion si non respect. Et maintenant on va accepter cela une seconde fois en les considérant comme économie de marché, et après on s'étonne des conséquences néfastes pour nos économies, des déséquilibres commerciaux avec la Chine !! Enfin tant mieux pour les Chinois ils ont à faire à des abrutis qui ne réfléchissent pas plus loin que leurs élections..... on récolte ce qu'on sème.
Réponse de le 19/07/2012 à 13:29 :
C'est bien expliquer, tous cela grâces à des incompétents qui nous diriges soit nationaux soit les bureaucrates de Bruxelles qui non rien compris.
Tous cela pour des raison politiques américaine qui à poussé l?Europe dans un gouffres des sans emplois.
Est il y a encore des gens qui croie que la chine est un pays démocratique qui respecte les réglés du commerce international, je croie rêvé.
a écrit le 18/07/2012 à 18:57 :
A quand un PSA chinois qui réexportera sur la France, Montebourg, pourquoi tu tousses ??
Réponse de le 18/07/2012 à 19:10 :
@antisocialo: t'inquiètes, c'est pour bientôt :-) On a pas d'amis, uniquement des intérêts personnels quelquefois communs :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :