Journée décisive pour le projet de fusion entre EADS et BAE Systems

 |   |  242  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La décision de poursuivre le processus de fusion entre les groupes EADS et BAE Systems, de l'abandonner ou de demander un délais supplémentaire doit être annoncée ce mercredi.

Jour J pour le projet de fusion EADS-BAE Systems. Les deux groupes doivent annoncer ce mercredi après-midi s'ils ont décidé de mener à bien ce projet et de demander une autorisation officielle à cet effet, s'ils l'abandonnent ou bien s'ils demandent un délai pour poursuivre les négociations. Cette dernière option semble privilégiée comme l'indiquait mardi La Tribune. Pour l'instant, les deux entreprises ont obtenu le soutien de la France et du Royaume-Uni.

Blocages allemands

Mais des blocages se feraient sentir côté allemand. Berlin ferait montre de réticences et n'a pas encore précisé sa position sur le nombre de voix qu'il souhaite obtenir dans le futur ensemble qui naîtrait d'une éventuelle fusion. Seul un accord a été trouvé avec Daimler qui céderait une partie de sa participation. Par ailleurs, l'Allemagne souhaite ainsi que le siège de ce groupe soit situé près de Munich. Une option rejetée par le Royaume-Uni, la France et la direction d'EADS.

Objections d'actionnaires

Des objections avaient aussi été levées par l'un des actionnaires de BAE Systems, Invesco Perpetual, qui détient plus de 13% des parts de l'entreprise. Ses réserves portent notamment sur des craintes d'ingérence de la part des Etats.

L'autorité boursière britannique, auprès de qui cette décision doit être rendue peut accorder un délai. Le plus souvent celui-ci est de 28 jours mais il pourrait -être prolongé au-delà.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2012 à 10:38 :
L'Allemagne et sa volonté hégémonique sans aucun sens car non membre direct de EADS. C'en devient agaçant.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:48 :
Au moins reconnaissons à l'Allemagne le mérite de se battre pour son patrimoine industriel, ce qui n'est pas le cas chez nous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :