Défense : François Hollande ne baisse pas la garde face aux menaces pesant sur la France

 |   |  1492  mots
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian Copyright Reuters
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
François Hollande a tranché. Entre de nécessaires économies et les menaces pesant sur la France, le Chef de l'Etat a choisi de maintenir le budget de la Défense tout au long de la prochaine Loi de programmation militaire (2014-1019) au niveau de celui de 2013. Soit plus de 30 milliards d'euros par an.

Entre contraintes budgétaires et menaces qui pèsent sur la France, François Hollande a été clair jeudi soir : la défense ne sera pas sacrifiée sur l'autel des économies."Nous dépenserons en 2014 exactement le même montant qu'en 2013. Comme nous avons été bien défendus en 2013, nous serons bien défendus en 2014, et ainsi ce sera la même somme qui sera affectée à l'outil de défense", a assuré le chef de l'Etat lors de son intervention télévisée sur France 2. Le président, à qui l'on demandait ensuite si ce serait le cas jusqu'à la fin de la LPM, en 2019, a simplement répondu : "oui". Fidèle à sa promesse de campagne, François Hollande, "chef de l'Etat, chef des armées", est resté ferme sur le maintien de la force de dissuasion nucléaire. "C'est notre garantie, c'est notre protection, il faut la conserver et même la moderniser", a-t-il souligné. "Enfin, on doit protéger notre territoire, parce que, ce qui est un fait hélas que je constate, c'est que les menaces augmentent et que les budgets militaires diminuent", a-t-il poursuivi. Le budget 2013, un budget de transition dans l'attente de la future LPM, s'élève, hors pensions, à 31,4 milliards d'euros. 

Pourtant ces derniers jours ça a bataillé dur, très dur... sur des détails qui devaient faire la différence dans les prochains budgets de la défense. Car les scénarios les plus noirs - la fameuse trajectoire (ou le modèle, c'est selon) Z - avaient été écartés vers la mi-mars. Et contrairement à ce qu'a dit jeudi le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ils ont bien été étudiés et même très sérieusement. "Cessons de nous faire peur avec des scénarios catastrophe, qui n'ont jamais été sérieusement envisagés, en tout cas ni par le Président de la République, ni par moi-même, ni le ministre de la Défense", a-t-il lancé devant les sénateurs. Et pourtant, et pourtant... Bercy, soutenu par Matignon, voire les Affaires étrangères, était sur une position de coupes très dures pour le budget de la défense. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait quant à lui, trouvé un allié surprenant, en la personne du ministre de l'Industrie, Arnaud Montebourg, qui soutient fermement les investissements de l'Etat dans l'industrie de la défense. "Les industriels de la défense sont avant tout des industriels", rappelle-t-on au sein du ministère de la Défense. Enfin, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, poussé par l'Agence des participations de l'Etat (APE), partageait les idées de Jean-Yves Le Drian. "Un euro investi dans la défense rapporte 1,6 euro à l'Etat", explique-t-on à La Tribune.

"Bercy a caché la copie jusqu'au dernier moment"

Des coupes faciles, estimaient alors Bercy et Matignon, qui passeraient inaperçues dans l'opinion publique. Les projets de Bercy allaient même au-delà de la fameuse trajectoire Z, qui déjà faisait tant peur dans les rangs des armées et chez les industriels de l'armement. C'est ce qu'a découvert au tout dernier moment le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, quand il a rencontré le 18 mars le ministre délégué chargé du Budget, Jérôme Cahuzac, quelques jours avant sa démission. Selon plusieurs sources concordantes, le rendez-vous s'est très mal passé entre les deux hommes car Bercy était vraiment prêt à casser l'outil de défense sur l'autel des économies budgétaires exigées par Matignon. "Bercy a caché la copie jusqu'au dernier moment", assure une source proche du dossier. Pourquoi ? Pour mieux surprendre l'Hôtel de Brienne, qui n'aurait pas eu le temps d'organiser un contre argumentaire. Car initialement un conseil de défense était prévu le lendemain de cettre rencontre, soit le 19 mars. Finalement pour des raisons d'agenda, il a été reporté au vendredi.

Le ministère de la Défense a gagné mais...

Aujourd'hui, tous les scénarios les plus noirs sont rangés dans les cartons de Bercy. Il n'en était plus question à l'Elysée, qui a d'ailleurs été très surpris tout comme Bercy par la virulence des articles de presse sur un éventuel démantèlement de l'outil de défense (militaire et industriel). Jean-Marc Ayrault a été le premier à siffler la fin de la partie jeudi dans la journée au Sénat même si les arbitrages restent à faire. Le modèle d'armée qui découlera des travaux du nouveau Livre Blanc de la défense "sera conforme aux ambitions de la France, en Europe et dans le monde", a-t-il déclaré lors de la séance des questions au Sénat. "Protéger notre territoire et la population française, préserver nos forces de dissuasion dans ses deux composantes, et assurer nos capacités d'intervention, seuls ou avec nos alliés", a-t-il énuméré. Du coup, la réduction du budget de la défense sera raisonnable, expliquaient plusieurs sources concordantes. Ce qui ne veut pas dire qu'elles seront indolores. Loin de là mais elles permettront de limiter la casse et de permettre de faire le gros dos aux militaires et aux industriels en attendant des jours meilleurs.

Bercy a donc perdu mais... peut encore gagner. Car au sein de la défense, on veut rester vigilant et rester sur le pont pour se mobiliser contre la prochaine guérilla budgétaire technique que va imposer Bercy à l'hôtel de Brienne. "Au-delà des intentions, il y aura les budgets votés. Et au-delà des budgets votés, il y aura les budgets réalisés (annulation de crédits en cours d'exercice...)", rappelle un très bon connaisseur de la défense. Et cela a d'ailleurs déjà commencé. Outre les futures économies que Bercy tente d'imposer à la défense en 2014 (1 milliard d'euros sur les 5 milliards demandés par Matignon), le budget tente de faire financer, selon des sources concordantes, le fonds de démantèlement des installations nucléaires militaires par le budget de la Défense. Ce qui n'était pas le cas jusqu'ici. Soit une dépense annuelle de 400 à 500 millions d'euros. Soit l'équivalent des ressources exceptionnelles qu'espèraient obtenir il y a peu Jean-Yves Le Drian. Enfin quid des reports de crédits qui s'élèvent à plus de trois milliards d'euros, selon nos informations ?

Un conseil de défense décisif le 10 avril

C'est donc le 10 avril, date du dernier conseil de défense, que la future doctrine de défense de la France sera validée par le président de la République... ou quelques jours plus tard s'il demande un délai de réflexion. L'Elysée devrait donc accorder plus de 30 milliards d'euros par an à la Défense, ou plus de 188 milliards d'euros (hors gendarmerie et pensions) sur la période de la future Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, dont le projet de loi devrait être déposé à l'Assemblée nationale fin mai, début juin, selon nos informations. Soit beaucoup plus que la trajectoire Y (29 milliards d'euros) défendue par le ministre de la Défense plus un bonus de ressources exceptionnelles, dont l'essentiel pourrait venir de la cession de participations de l'Etat dans les groupes de défense. Jean-Yves Le Drian se battait pour 1 milliard d'euros supplémentaires par an. Mais avant l'intervention de François Hollande, la tendance, c'était plutôt 500 millions d'euros. Soit 3 milliards d'euros sur la période de la LPM. Avec 180 milliards sur six ans, les bureaux d'études de Nexter sont par exemple sauvés, expliquait-on à La Tribune. Avec cette somme, le groupe d'armement terrestre aurait été pourtant impacté par des diminutions d'activité avec d'inévitables conséquences sur l'emploi. "La casse est minimisée", assurait-il. Ce qui n'était pas le cas avec seulement 177 milliards d'euros (29 milliards par an).

Le ministère de la Défense en cessation de paiement en 2014 ?

Le ministère de la Défense avait également une très grosse inquiétude. Comment passer le cap de 2014 et 2015 ? Car avec 29 milliards et même 30 milliards l'année prochaine, le ministère de la Défense était en cessation de paiement dès 2014. L'Hôtel de Brienne, qui aurait été alors confronté à un problème de trésorerie, n'aurait plus été en mesure de payer les industriels au titre des contrats passés, qui auraient pu être cassés. Ce qui impliquait de lourdes pénalités à l'Etat. Au ministère, on militait pour disposer en 2014 et 2015 de ressources exceptionnelles bien au-delà des 500 millions prévus pour assurer le paiement des contrats déjà signés (Rafale, frégates Fremm, sous-marins barracuda, hélicoptères NH90...). "La défense est comme un grand navire lancé à 32 milliards d'euros : on ne peut pas réduire sa vitesse aussi rapidement qu'on le voudrait", avait expliqué à l'automne dernier le chef d'état-major des armées, l'amiral Guillaud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2013 à 15:05 :
Notre président assume au mieux son role, plus jamais SARKOZY le président des riches, il était 1 dictateur ...
a écrit le 02/04/2013 à 9:15 :
L'Hypocrite, ce ministre et notre Président le roi des illusionnistes preparent le livre noir pour les armées et ils osent dire qu'ils preservent les Armées . C'est comme la revalorisation des retraites ils les diminuent et disent le contraire , nous appelons ce comportement HYPOCRISIE ET MENSONGE
a écrit le 31/03/2013 à 9:58 :
Malheureusement la loi du plus fort est toujours la meilleure, et ce n'est pas pour rien que les USA investissent 20 fois plus que nous dans leur défense.... Il faut protéger les Pays Pétrolier et garder la maîtrise des ressources première de la planète. Tout le reste c'est du blabla, derrière les discours polis diplomatiques il y a échange commercial contre savoir et capacité d'armement pour être encore plus puissant et à ce jeu la France est en déclin certain face au monde émergeant, qui revendique sa place à l'ONU, seul petit moyen d'influence qui nous reste et pas pour longtemps . Ce n'est pas l'Europe qui nous sortira du trou (La preuve de l'actualité) c'est nous...a bon entendeur Salut!
a écrit le 30/03/2013 à 18:37 :
commentaire disparu
a écrit le 30/03/2013 à 18:36 :
L'autre choix serait de renoncer au traité de Lisbonne
a écrit le 30/03/2013 à 15:14 :
Etre conscient des menaces qui pèse un peu sur la France, c'est louable et plein de bonne intention: par contre reduire de 6 milliards le budget de la Défense c'est encore une lubie socialiste ,comme reduire la politique de defense et de dissuasion nucléaire : il faut employer l'argent à bonne escient mais pas réduire des pans entiers de la Defense Nationale ! C'est reduire des economies de "bouts de candelabre" et des equipements qui vieillissent et qui ne sont pas renouveler, c'est un vrai risque pour la Defense ! les annees 2013 et 2014 risquent un peu difficile pour les militaires sur les terrains d'opex et les personnels de la defense ! Mais reduire drastiquement les budgets de la Defense c'est toujours une veille lubie de la fin du XXeme siècle : il faut minimiser la casse de la gestion quotidienne des equipements et materiels des armées mais relancer les programmes militaires pour une defense d'avance et d'avenir, le monde de demain n'est pas aussi sur et aussi paisible qu'on peut le penser ou le croire !
a écrit le 30/03/2013 à 10:59 :
Il a pris l'engagement de depender autant pour la defense en 2013 qu'en 2012, et de rester au meme niveau jusque 2020 (dixit son interview). C'est une facon de presenter les choses. Si on prends en compte l'inflation, le budget de la défense va en fait baisse pendant 6 ans. Soit il ment, soit c'est un imbecile. Ca me donne envie de vomir.
a écrit le 30/03/2013 à 9:10 :
la seule menace à qui Hollande devra faire attention c'est de son parti.Tout le reste c'est
du stérile bla,bla et masturbation de son état majeur.On est habitué au pleurnicher des
ses képis étoilés.Démissions et changer de métier.
a écrit le 29/03/2013 à 18:47 :
Zone euro : l'Allemagne désarme la France....
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article3361
a écrit le 29/03/2013 à 16:04 :
heureusement nous avons les ESPAGNOLS (MOSSOS) la milice de BARCELONE tres efficaces avec leurs FM et une prison ,celle de SARAGOSSE que les FRANCAIS du MAGREB ne veulent pas et pour cause ,et puis LES BELGES toujours avec leurs FUSILS MITRAILLEURs aussi qui nettoient sans remerciement de notre part comme cette semaine UN GRAND BRAVO a ces unitees car chez nous le MANNLICHER 8 n'existe pas imagine deux sections dans le 93 !!!!!!
a écrit le 29/03/2013 à 14:58 :
je serais le général chef d'état major, je démissionnerais la prochaine loi de programmation militaire, ensuite dans un journal étranger je critiqueraisouvertement leschoix faits: vente du porte-avions, peu de moyens pour se projeter à l'étranger et notamment en matière de renseignements électroniques et espionnage, peu de moyens en matière de cyber guerre et de drones. Si ça continue on va faire la guerre des pauvres en réactivant les bacilles et gaz de la guerre de 1914. Triste tout ça.
a écrit le 29/03/2013 à 14:20 :
Il n'a pas besoin de baisser sa garde, ses petits point son si bas qu'il va en prendre plein la figure.!!!
a écrit le 29/03/2013 à 12:43 :
Meme en maintenant le budget au niveau actuelle ,il manquera 4.8 milliards par rapport à l'ancienne loi de programmation de 2008 , et le budget actuelle est juste insufissant mais sa reste une bonne nouvelle .
a écrit le 29/03/2013 à 12:25 :
Sage décision M. Hollande!
a écrit le 29/03/2013 à 11:40 :
Bonjour,
Il faut comprendre que 30Mds d'euros par an, c'est à la fois beaucoup et peu : un article récent met bien en perspective ce budget avec le reste de la dépense publique : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20130314trib000754029/defense-l-elysee-proche-d-accorder-30-milliards-d-euros-par-an-aux-militaires.html . Du reste, oui, des intérêts stratégiques sont en jeu, mais on n'ose pas trop le dire officiellement : nous importons massivement des matières premières pour nos activités et il est bon de pouvoir répondre militairement si nécessaire. Sans cela, nos intérêts peuvent être effectivement menacés.
De même n'oublions pas que notre souveraineté peut-être remise en question à tout moment, notamment à l'outre-mer.
En conclusion, la défense n'est pas un poste inutile : il n'a pas à faire plus d'effort que les autres.
(sans compter que cette institution a déjà consenti des efforts qu'aucune autre n'a entrepris...)
a écrit le 29/03/2013 à 9:28 :
Le président et le ministre de la Défense nous répètent à l'envi que des menaces terroristes pèsent directement sur la France....pour ne pas toucher aux dépenses militaires......mais je ne partage pas cet enfumage....les dirigeants d'AQMI sont en Afrique et j'imagine mal leur volonté et leurs moyens pour faire directement des attentats en France....
Tous les attentats ou tentatives ont été perpétré par des français...de différentes origines qui étaient installés depuis longtemps sur le territoire français.......
Pour l'heure, au Mali, les solutions de réunification du pays ne sont pas en place...le vote d'un nouveau président au mois de juillet est un leurre...avec toutes les populations déplacées...et le remplacement des troupes françaises par d'autres africaines est loin d'être en place....si j'en crois F.Hollande le retrait progressif des troupes françaises va permettre aux troupes d'AQMI de revenir progressivement au Mali......
Réponse de le 29/03/2013 à 11:51 :
Plus loin que les menaces, il y a aussi ce que rapporte le militaire, et la France est loin d'être mal positionnée en terme de vente, donc ça reste du donnant donnant. Une bonne partie est récupérée via les ventes, grâce à l'innovation d'entreprise Française, qui vivent grâce au budget de la défense. Heureusement que François Hollande (pour une fois ...) a vue plus loin que des gens comme vous !
a écrit le 29/03/2013 à 8:50 :
Bonjour, ils faut voir que l'armée de terre à du matériel qui a 30 ans d'âge, et d'un jour proche elle ne pourra plus faire face.... Malheureusement, elle est la plus nombreuse, après la gendarmerie, elle passe toujours en dernier dans les crédits d'équipement... Elle a le plus de perte sur les théâtre d'opération... Alors sa ne peu pas aller.... Nous allons tout droit à la catastrophe... Il faut le dire et le savoir. Voilà la garde meurt. Tout vas bien.
a écrit le 29/03/2013 à 8:13 :
Lagarde se meurt mais ne se rend pas, c'est ça ?
Réponse de le 29/03/2013 à 9:06 :
comme quoi, persévérer dans sa c..nerie...c'est ça? ou il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !...c'est sûrement, encore ça !
Réponse de le 29/03/2013 à 10:39 :
@Bof: c'est l'armée Brancaleone (célèbre film italien) ou mieux fanfan la tulipe avec sissi et
franz lehar.
Le 14 juillet,je ferais défiler Fanfan la Tulipe avec les hussards........
Réponse de le 30/03/2013 à 20:45 :
@all vous sentez les reformés du service national

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :