Nouvelle série noire pour le Dreamliner 787 de Boeing : deux incidents graves en Grande-Bretagne

 |   |  664  mots
Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie Ethiopian Airlines, sans passager à bord, a pris feu de l'intérieur vendredi sur une piste de l'aéroport de Londres-Heathrow Copyright Reuters
Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie Ethiopian Airlines, sans passager à bord, a pris feu de l'intérieur vendredi sur une piste de l'aéroport de Londres-Heathrow Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Nouvelle série noire pour le Dreamliner. Deux Boeing 787 ont eu vendredi en Grande-Bretagne des incidents. C'est d'abord un 787 de la compagnie Ethiopian Airlines, qui a pris feu vendredi sur une piste de l'aéroport londonien d'Heathrow. Puis quelques heures plus tard, un autre 787 a été obligé de se reposer à Manchester après "un incident technique".

Décidément le Boeing 787 a la poisse. C'est d'abord un Boeing 787 de la compagnie Ethiopian Airlines avec aucun passager à bord, qui a pris feu vendredi sur une piste de l'aéroport londonien d'Heathrow, l'un des plus gros du monde. L'aéroport a déclaré avoir fermé ses deux pistes. Une porte-parole de l'aéroport a indiqué que les services des pompiers étaient sur place. Elle a précisé que l'incendie s'était déclenché à l'intérieur de l'appareil. Ethiopian Airlines, qui a pris livraison de cet appareil en novembre dernier. Il devait retourner à Addis-Abeba dans la journée, a précisé que de la fumée avait été détectée dans l'appareil alors qu'il était stationné depuis plus de huit heures à l'aéroport, où il était arrivé aux premières heures de la journée en provenance d'Addis-Abeba.

"Nous avons du personnel de Boeing sur le terrain à Heathrow et nous cherchons à comprendre pleinement (l'incident) et y faire face", a commenté un porte-parole du groupe joint par l'AFP. Des images diffusées par les chaînes de télévision britanniques ont montré cinq camions de pompiers s'activant autour de l'appareil, entouré de neige carbonique, sur un parking situé à l'écart des pistes. L'Autorité fédérale de l'aviation civile (FAA) américaine, qui a possibilité de clouer au sol toute la flotte des Dreamliner, a dit être en contact avec l'avionneur. Le Bureau national de sécurité des transports (National Transportation Safety Board) a dépêché un représentant à Londres pour participer à l'enquête. L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), qui a autorité sur les compagnies aériennes européennes exploitant l'appareil, a dit qu'il était encore trop tôt pour prendre une quelconque décision. "Le personnel de Boeing va enquêter et nous suivrons cela étroitement pour prendre une décision", a déclaré un porte-parole.

Un autre 787 fait demi-tour vers Manchester

Puis un autre 787, faisant route vers la Floride, a été obligé de faire demi-tour pour se reposer vendredi après-midi à Manchester, au Royaume-Uni, à la suite d'un "incident technique". L'appareil "a dû rebrousser chemin après avoir décollé de Manchester vers 17H40 locales", a indiqué une porte-parole de l'aéroport à l'AFP. L'avion a atterri "sans problème" à Manchester, a-t-elle ajouté. Cet incident n'aurait pas de lien avec l'appareil d'Ethiopian Airlines. La compagnie Thomson Airways, propriété du groupe TUI, a pour sa part indiqué dans un communiqué que l'appareil avait été victime d'un "incident technique", sans fournir plus de précisions.TUI Travel, dont les compagnies possèdent 141 appareils, a reçu livraison du premier de ses 13 Dreamliner en mai dernier. 

Après ces deux incidents, Boeing, dont l'action était au plus haut - à l'ouverture de Wall Street elle culminait à 106,95 dollars -, a perdu plus de 6 % à la Bourse de New York. A la clôture, Boeing a finalement reculé de 4,7 % et a été la plus grosse perte du Dow Jones.

Série noire pour le Dreamliner

On ignore encore si l'incendie du 787 d'Ethiopian Airlines est lié à des problèmes de batterie lithium-ion, qui ont provoqué plusieurs incendies à bord de 787 en janvier. General Electric a assuré que les moteurs de l'avion, fabriqués par un de ses sous-traitants, n'étaient pas impliqués dans l'incident. Le Dreamliner a rencontré en début d'année des problèmes de surchauffe de batterie lithium-ion, obligeant les autorités de régulation aérienne dans le monde à clouer au sol les 50 appareils de ce type en service. Le 27 avril, Ethiopian Airlines avait été la première compagnie à reprendre l'exploitation commerciale du Dreamliner. Le 787, dernier né de Boeing, avait été interdit de vol dans le monde pendant plus de trois mois en début d'année à cause de deux problèmes survenus à bord sur ces avions en deux semaines en janvier : une surchauffe incontrolable au Japon et un départ de feu aux Etats-Unis.

Pour aller plus loin : Déboires du Boeing 787 : la saga du Dreamliner en 7 épisodes 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2013 à 12:51 :
Un petit peu d'histoire de l'aeronautique ne ferait pas de mal histoire d'arrêter cet anti-américanisme primaire et cet encensement excessif de Air Bus comme si nos avions n'ont jamais eu de problème.
Oui, BOEING a fait des erreurs et oui ils ont été trop audacieux dans l'utilisation de l'électrique et de l'externalisation de la construction du DREAMLINER mais ils ne faut pas oublier que leur ingénieures ne sont pas plus con que les nôtres et qu'ils vont finir par trouver une solution.
Autant ce sont les américains qui ont tué la carrière commerciale du CONCORDE mais autant vous voulez savoir qui a sauvé AIRBUS qui était en grande difficulté à ses débuts car aucune compagnie n'en voulaient ?
Ce sont des compagnies américaines qui ont été les premières à faire confiance à AIRBUS ! Et oui! C'est difficile à le croire ! Ce sont les compagnies américaines qui ont lancé la carrière commerciale de AIRBUS !
Comme quoi !
a écrit le 14/07/2013 à 4:16 :
Réfléchi un peu, le système électrique de la batterie est assemble en France alors si ça merde la France va y gouter
a écrit le 13/07/2013 à 13:11 :
Le principal , c'est que ce n'est pas arrivé à nos AIRBUS , qui croisent majestueusement dans le ciel , au-delà des contingences Boeinguesques , parce que conçus par des ingénieurs et des sous-traitants de QUALITE supérieure.
a écrit le 13/07/2013 à 12:42 :
dans l'aviation c ivile ce n'est jamais le pilote ce n'est jamais l'avion ce n'est jamais la compagnie ce n'est jamais de constructeur.......bon il va falloir peut etre changer cette communication.... ca tombe actuellement pas mal ca brule pas mal.... le progres technique souvent s'accompagne de dffficultés dites techniques.... mais on va nous dire que c'est l'avion qui statistiquement est le moins dangereux, si vous etes dans la statistique hélas on vous apportera des fleurs..
Réponse de le 16/07/2013 à 19:03 :
Pour Asiana, le pilote ne peut que s'être rendu donc très, très tard qu'il descendait trop vite, sinon la correction aurait été facile, juste ajuster l'angle de descente, remettre un peu de gaz. Et à la dernière seconde, c'était trop tard pour un go around, ç'aurait été probablement encore plus dangereux que la man?uvre qu'il a fait.
Réponse de le 18/07/2013 à 5:03 :
On est donc d'accord, le pilote est responsable en fin de compte de l'accident. S'il s'était rendu compte plus vite de ses erreurs, le go arround aurait été possible et les morts évités
a écrit le 13/07/2013 à 12:20 :
l'APU du B787 se trouve-t-il dans la queue de l'appareil?

Voici un lien qui montre plus finement les dégâts causés à la structure, édifiant:
http://i955.photobucket.com/albums/ae40/PhilipOA260/photo-16_zpsd89c8f2e.jpg

a écrit le 13/07/2013 à 10:48 :
Un problème de maintenance lié à un erreur humaine, mais certainement pas une erreur de conception.
a écrit le 13/07/2013 à 10:11 :
on désapprend à penser dans les rédactions ? quand il y a "nouvelle" série noire sur "nouvelle" série noire, c'est plus de la "série noire" c'est du systématique. En clair, après la gigantesque cagade du Dreamliner au Japon, le feu vert accordé par les USA à leur propre avion pour voler de nouveau s'avère n'être qu'un passe-droit pour sauver les fesses du concurrent d'Airbus. Comme les anglo-saxons ne se sont jamais gênés pour tacler Airbus, n'hésitons pas à crier sur les toits que leur "avion du futur" n'est qu'un fer à repasser inflammable.
a écrit le 13/07/2013 à 9:45 :
Réponse à Franck (7:36) : pas grave l'incendie d'un avion heureusement au sol et sans passager ? Qu'est-ce qu'il vous faut. Forcément grave et très inquiétant. C'est l'avis de quelqu'un qui ne connaît pas grand chose à l'aéronautique mais qui prend l'avion régulièrement et qui détesterait voir l'avion dans lequel il se trouve s'embraser en plein ciel. Voilà, c'est mon robuste bon sens.
a écrit le 13/07/2013 à 7:36 :
Allez... Les journalistes de la tribune, qui ne connaissent rien à l'aéronautique, toujours en disant des conneries: "Nouvelle série noire pour le Dreamliner 787 de Boeing : deux incidents graves en Grande-Bretagne". Qu'est ce que vous en savez s'ils sont graves ou pas les incidents du 787? Attendez les résultats de l'enquête pour en tirer des conclusions.
Réponse de le 16/07/2013 à 19:08 :
Pour l'autre franchement, c'est un type d'incident qui arrive plusieurs fois par semaines sur d'autres types d'avion, sans faire la moindre news. L'avion qui prend feu aussi facilement au sol, là ça pose question. Airbus d'ailleurs pourrait se poser des question pour l'A350, il n'ont pas les batteries Li-Ion, mais ils ont les matériaux composites, qui visiblement déclenchent un incendie dès le moindre incident.
a écrit le 12/07/2013 à 21:29 :
Pour asiana airlines, l'erreur humaine est une possibilite de directives.prenez la vitesse requise de137 knotts divisee par une constante de FF de 1, 3478 pour une serie limite de14 derivative et vous comprendrez que la vitesse de contact au sol est insuffisante et trop basse au toucher au sol pour un accident a prevoir.Boeing doit reevaluer leur critere de vol d'automatisme ou d'automation controlee.
Réponse de le 16/07/2013 à 19:33 :
En l'occurrence l'automanette était off... mais attendons le rapport du NTSB.
a écrit le 12/07/2013 à 20:21 :
Et ben j'ai pas vraiment envie de monter dans cette boite volante... Attendons ... beaucoup
a écrit le 12/07/2013 à 19:47 :
Il parait que Boeing va renommer le 787 le barbecue volant
Réponse de le 12/07/2013 à 20:27 :
Le commentaire le plus con que j'ai jamais vu...
Réponse de le 12/07/2013 à 20:53 :
@ JP: +1, du même style que ceux sur la catastrophe SNCF de Brétigny ! La connerie n'a pas de limite...
Réponse de le 12/07/2013 à 21:44 :
C ' etait de l ' humour Hollandais, mais c ' est sur , pas toujours facile a apprecier .
Réponse de le 12/07/2013 à 21:54 :
On a deja eu le cercueil volant avec le F104, on peut bien avoir le barbie volant non?
Réponse de le 12/07/2013 à 21:57 :
On peut pas plaire à tout le monde !
Réponse de le 12/07/2013 à 22:10 :
Moi j'aime bien l'humour hollandais ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :