Défense : l'A400M va bientôt atterrir dans l'armée de l'air française

 |  | 581 mots
L'A400M d'EADS Copyright Reuters
L'A400M d'EADS Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'A400M a obtenu sa certification militaire, une étape à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Aucune date n'a été en revanche précisée pour la remise du premier appareil de transport militaire à la France.

La première livraison de l'A400M à la France vient de franchir un jalon important. Le comité d'experts rassemblant les sept pays du programme, le CQC (certification and qualification committee), a recommandé ce jour la certification militaire de l'avion de transport militaire, qui vient de participer à son premier défilé du 14-Juillet. "L'autorité technique, c'est-à-dire la Direction générale de l'armement (DGA), sera donc en mesure dans les jours prochains d'établir un certificat de type militaire", a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué publié vendredi soir. Le comité d'experts, qui comprend un représentant de chaque nation, est présidé par une ingénieure en chef de l'armement de la DGA. "Ce comité a pour mission principale de vérifier la tenue des exigences de sécurité militaire et les performances de l'avion présentées par Airbus Military", a expliqué le ministère. Il s'appuie sur 15 groupes de travail dans tous les domaines concernés : avionique, facteurs humains, guerre électronique, etc...

La certification militaire est une des étapes préalables à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Elle s'inscrit dans un processus comprenant également la certification civile qui a été délivrée par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), la qualification militaire qui sera prononcée par l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR), avec l'aval de tous les pays partenaires, et les opérations de réception du premier appareil de série réalisées par la DGA. Pour EADS, c'est la fin d'un long chemin de croix pour ce programme très coûteux (6,2 milliards de dépassements de coûts). « Ce programme ne sera jamais rentable », reconnaît-on au sein du groupe EADS. Mais, en excluant les provisions supportées par EADS (plus de 4 milliards d'euros), les commandes des sept pays membres du programme vont permettre au programme d'être à l'équilibre vers la fin de 2022, explique-t-on dans le groupe. Avec les premières livraisons, en principe entre trois et quatre appareils seront remis en 2013 - trois à la France (juillet, mi-août et peut-être fin décembre, voire début janvier) et un à la Turquie (fin septembre-début octobre) -, l'A400M devrait avoir le potentiel de séduire de nouveaux clients à l'export. « Nous avons déjà un avion mature, assure le président d'Airbus Military, Domingo Urena. Il est prêt, ce n'est plus un projet de papier. Nous avons le bon avion au bon moment ».

Entre 50 et 100 appareils vendus dans les dix prochaines années

L'avionneur européen compte montrer d'ici à la fin 2013 l'A400M dans le Golfe et en Asie-Pacifique, où l'Australie notamment a exprimé un intérêt. Le patron d'Airbus Military, qui prévoit la vente de 400 d'A400M sur 30 ans, évaluent dans les dix années à venir, entre 50 et 100 appareils vendus sur les marchés export. « Entre 30 et 40 pays pourraient être intéressés par cet appareil », estime-t-il. Mais, auparavant, l'avionneur doit encore développer une version export moins sophistiquée que celle configurée OTAN, qui par exemple des communications cryptées par satellite. "Cet appareil n'a pas été pensé pour l'export, explique-t-il. Nous devons développer des équipements pour le rendre exportable". Seule véritable ombre, le nouveau programme brésilien d'Embraer le KC-390, bien qu'il soit limité par sa charge d'emport (payload), pourrait lui voler une partie du marché en entrée de gamme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2013 à 13:21 :
Je pourrais plus payer ...
Réponse de le 22/07/2013 à 15:44 :
Vous deviendrez donc sans défense, et sans industrie de la défense
a écrit le 22/07/2013 à 10:41 :
On sait depuis longtemps qu ' un seul porte-avions , ça permet aux
"politiques" d'avoir l'air , à 3 / 4.000 marins , du Contre-Amiral au
quartier-maître de 2 ème classe , d'être contents . On sait aussi que , stratégiquement , c'est comme un fusil avec une seule munition .
Pour un pays comme la France , la F.A.N. n'a de sens qu'avec quatre
porte-avions .
Cela étant , sachant que l'on ne peut pas tout faire en même temps , il faut commencer par la défense , c'est-à-dire , du point de vue naval ,
par un nombre suffisant se SMLE ( Sous-marin-lanceur d'engins) .Les
SNA (Sous-marins Nucléaire d'Attaque) , participent à la force de dis-
suasion et donc à la défense ; dans le contexte économique actuel ,
on peut faire avec ce que l'on a .
Enfin , il faut savoir dire "nous n'avons plus les moyens ". . . En particulier
d ' être la gendarmerie mobile des Etats africains ( Libye comme Mali).Cela
aura des conséquences . Les Etats en question ne nous dirons plus : "fai-
tes ce que vous voulez avec notre sous-sol , si vous assurez le maintien de
mon pouvoir ". . .
Pour garder cette possibilité ( pétrole - y compris off-shore au large de la de la Guyane - uranium , etc.) , il y a deux conditions sine qua non :
- "écouter et voir";
- doter le C.O.S. d'un nombre plus important de moyens humains , de la
qualité de ceux qui existent ( au plus fort de l'opex Serval , nous n'avions plus les moyens d'intervenir ailleurs , y compris en Métropole en cas de
guérilla urbaine).
Réponse de le 22/07/2013 à 14:53 :
4 porte avions vous y allez un peu fort ,deux ca serait vraiment pas mal surtout qu on peut se reposer aussi sur les batiments de projection du type Mistral (je crois que nous en avons 3) notre marine est competente et nous avons de bons batiments faudrait peut etre un plus de fregates
Réponse de le 22/07/2013 à 18:11 :
On en a un, qui nous a coûté très cher. On fait parti de l'OTAN (merci sarkozy !) on est dans l'Europe... Pourquoi je devrai financer l'ensemble des moyens ? Les autres pays ne pourraient-ils pas participer à la défense européennes aussi ! C'est facile d'être allemand et de pouvoir compter sur l'otan la France et la GB. Perso je préfère que mes impôts ne partent pas complètement dans l'armée, c'est mon droit.
a écrit le 22/07/2013 à 8:58 :
Un service après-vente rapide, efficace et de qualité.
a écrit le 21/07/2013 à 14:43 :
A quand un Deuxième et troisième groupe Aéronaval-Porte-avions autonomes donc à propulsion nucléaire : pour une permanence réelle en mer de deux des trois : hors maintenance de 6 à 18 mois pour l'un des trois par rotation naturelle. Les dangers sont, fait nouveau, du 21ème siècle, et plus que jamais dans l'histoire, si dispersés dans le monde entier : 3 porte-avions à propulsion nucléaires : c'est vraiment un strict un minimum pour un des 5 pays du monde, membre permanent du conseil de sécurité de l'O.NU. C'est une nécessité absolue. De surcroit l'équipement des armées, est le seul vrai et intégral domaine créateur de richesse en France, qui NE fait travailler QUE l'industrie nationale et toujours toujours, à retombées civiles fructueuses : en nombreux produits hight-tech novateurs : créateurs de richesses, et d'emplois et d'export à leur tour. La France a le taux de dépenses publiques (à fonds perdus : gaspillage) le plus élevé et le plus fou du monde: elles doivent etre réduites de 10 à 15 points de P.I.B. Le seul plan de relance qui puisse etre fructueux, et n'entrainer aucune importation, aucune délocalisation, aucune sortie de devises, aucun appauvrissement : c'est un plan exclusif à l'industrie militaire, à retombée pour toute l'économie : Les U.S.A consacrent 6.5% de leur P.I.B annuel à la défense, et la France 1.52% (il faut revenir à 4.5% en France donc tripler le budget d'équipement des armées) Réduire les dépenses publiques de 57% du P.IB annuel à 45 puis 42% : 57% de la création annuelle de richesses est confisqué pour la seule dépense publique : cela n'alimente que le déclin du pays et le chomage structurel. Le temps de réduire drastiquement le taux de dépenses publiques au niveau moyen de l'O.C.D.E : un urgent emprunt national défense de 300 milliards d'euros s'impose pour multiplier tous les matériels fabriqués en France : c'est un atout Français unique. Porter la force de projection de soldats des ridicules, dérisoires, insuffisants et impuissants 20000 Hommes et Femmes : à 80000.
Réponse de le 21/07/2013 à 17:28 :
Non mais arrêtez de rêver...
Réponse de le 22/07/2013 à 7:59 :
Pilotin : vous ne rêvez pas, vous avez entièrement raison, Cela fait plaisir de lire les commentaires de gens comme vous, qui de plus, savent s'exprimer en français. J'adhère totalement à votre commentaire, n'en déplaise au camarade toto !!!
Réponse de le 22/07/2013 à 12:56 :
3 groupes navals c'est du delaire e de toutes facons infaisable dans les conditions budgetaire actuelles. Et ne dedier que les fonds necessaires a l'armee est une bonne chose car le reste est du gaspillage, nous n'avons pas a etre les gendarmes de la Mediterranee ni du Monde.
Réponse de le 22/07/2013 à 13:18 :
Rétablissons le service militaire obligatoire avec 18 mois de service effectif, afin d'éduquer" la nouvelle jeunesse dite française" au respect de l'hexagone!!!
Réponse de le 22/07/2013 à 18:07 :
Vous trouvez l'argent où ? l'heure est aux économies partout suivez les infos !
Réponse de le 22/07/2013 à 18:16 :
Afin "d'éduquer la nouvelle (sic!) jeunesse" oh lala vous partez où ? !!! Mon fils est très bien éduqué n'a pas fait de service militaire et ça va très bien comme ça. Demandez-vous pourquoi on a supprimé ce service. Et puis désolé de vous dire que votre message pue l'Allemagne des années 30.
a écrit le 21/07/2013 à 10:54 :
Avec la capacité d'économie de carburant des turbopropulseurs, la faible longueur de piste nécessaire et sa vitesse somme toute à peine moindre que les jets et une forte capacité de charge ... plutôt qu'un avion militaire ...

C'est l'avion type pour voyager entre les grandes métropoles européennes à moindre coût et de façon plus écologique et sur des aéroports moins encombrés.

On peut se demander pourquoi Airbus n'y a pas songé quand le marché américain s'est fermé .... suite à l'utilisation des écoutes de PRISM qui montraient justement sa supériorité sur le matériel américain ?
Réponse de le 22/07/2013 à 8:00 :
Très bien vu, bravo !
Réponse de le 22/07/2013 à 9:24 :
Vous avez raison, mais EADS actionnaire à 50% de ATR a bloqué le développment d'un ATR 100 places... Dommages, d'autres vont prendre le marché
a écrit le 21/07/2013 à 9:22 :
"Ce programme ne sera jamais rentable",La guerre est-elle rentable ?
Réponse de le 21/07/2013 à 9:44 :
Si l'industriel qui fabrique de l'avion perd de l'argent sur l'ensemble du projet à la fin il risque de disparaître. Les équipements militaires sont financés par les états, si ceux ci ne couvrent pas les frais de fabrication à terme il y a un problème pour l'industrie et un risque de perte de compétences
a écrit le 20/07/2013 à 22:09 :
Cette appareil est vraiment très important pour les armées concernées.
Si il tient les promesses de son cahier des charges (trop?) ambitieux, ce sera une "arme" logistique fantastique :37 tonnes (un hélicoptère y rentre) à 3300 km sur une piste peu préparé et en pouvant s?intégrer sur le trafic civile au besoin... Juste le meilleur camion militaire volant du monde. En retard mais bon boulot quand même. Bravo!
a écrit le 20/07/2013 à 18:45 :
Bonjour, surprenant que au 21eme siècle qu'un appareil ne soit pas prévu pour être vendu être vendu à l'exportation.... On se moque de qui dans se bas monde.. Bon normalement si notre appareil est correctement fabriqué nous devrons pouvoir en vendre un peut partout, et surrement plus d'une centaine..... Bon espérons que cette avion fonctionne correctement ....
Réponse de le 20/07/2013 à 21:46 :
Oui, une telle remarque, surtout de la bouche du patron d'Airbus Military, est déroutante. Comptaient-ils uniquement sur les instigateurs européens du programme pour le rentabiliser?

Mais ne s'agirait-il pas essentiellement d'adapter des sous-systèmes aux clients potentiels, l'avion lui-même semblant tout à fait apte à l'export? il faut qu'il rencontre son marché en termes de coûts vs capacité d'emport/rayon d'action/commodité d'emploi...
Réponse de le 21/07/2013 à 9:41 :
L'A400M correspond a des besoins de transport stratégique qui ne concernent que quelques pays dans le monde.Les russes, les chinois et les américains utilisent des avions conçus par leurs industries nationales donc au final il n'y a pas beaucoup de clients potentiels pour l'A400M dans le monde. Ce programme avait conçu à l'origine pour être à l'équilibre avec les commandes européennes mais entre les réductions de commandes et les gros problèmes de développement le projet est parti dans le mur
Réponse de le 21/07/2013 à 20:42 :
c' est sur , mais nous on aurai mieu fait d' acheter des antonov 70 , qui est tout aussi performant , mais beaucoup moins cher !!!
Réponse de le 22/07/2013 à 8:13 :
Le fait de pouvoir exporter l'A400M ne dépend pas de l'avion, mais de modifications à y apporter. Par exemple pour ce qui est des communications elles sont prévues en liaison 16 qui est le standard OTAN, donc il n'est pas possible de le vendre hors OTAN avec cette configuration.
Réponse de le 22/07/2013 à 11:15 :
La liaison 16 est une norme OTAN mais elle est utilisée par des pays qui ne sont pas membres de l'OTAN (Australie, Japon, Finlande, Suède, Corée du Sud, ...). L'A400M est prévu pour s'intégrer dans un système "occidental". Les "clients" potentiels qui nécessiteraient une modification de cette liaison sont déjà des clients d'Antonov, je vois mal pourquoi ils opteraient pour l'A400M
Réponse de le 22/07/2013 à 15:51 :
Acheter à l'étranger un équipement militaire qu'on est capable de construire soit-même pour une petite réduction court-terme de coûts est stupide, car cela nous rend dépendant d'un puissance étrangère et entraîne une perte parfois définitive de compétences de nos industriels nationaux. De plus, il ne faut pas oublié que tout ce qui est fabriqué en France rapporte à la France de l'emploi, les impôts adossés à ces emplois, la TVA, etc... La défense n'est pas une économie de marché, et ne doit pas l'être.
a écrit le 20/07/2013 à 16:41 :
Ben... il était temps. Après quatre ans de retard ils ont intérêt à le livrer bientôt. Mais je ne crois pas que ce programme puisse "séduire" de nouveaux clients. On verra bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :