La Chine, une menace pour Airbus et Boeing ? Oui mais dans 20 ans

 |   |  448  mots
Maquette du Comac C919
Maquette du Comac C919 (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
De tous les prétendants à vouloir briser le duopole d'Airbus et de Boeing sur le marché des avions de plus de 150 sièges, la Chine est le plus dangeureux. Mais le constructeur chinois Comac ne sera pas un acteur majeur avant une vingtaine d'années.

« Les Canadiens, des acteurs majeurs ? non, ils n'en ont pas les moyens. En revanche, les Chinois, oui, car ils investissent chaque année des milliards de dollars dans l'aéronautique. Mais pas maintenant. Dans vingt ans. »

Tel est l'oracle du directeur commercial d'Airbus, John Leahy. De tous les prétendants (Russes, Canadiens, Brésiliens...) à vouloir casser un jour le duopole d'Airbus et de Boeing sur les avions de plus de 150 sièges, c'est bien de Chine que l'offensive est la plus forte.

« Ils ont les moyens financiers, les compétences, le marché », expliquait un jour Jim McNerney, le PDG de Boeing.

Et la volonté politique d'être une puissance aéronautique et spatiale pour devenir indépendants des constructeurs occidentaux.

ARJ21 doit faire ses preuves

Sans être découragé par les déboires du programme ARJ21 -leur premier avion -, un appareil régional de 70 places lancé en 2002 et toujours pas entré en service, Pékin a décidé en 2009 de concevoir d'ici à 2020 un avion monocouloir de 150 à 200 sièges. Et de défier ainsi Airbus et Boeing qui se partagent le marché le plus juteux de l'aéronautique, avec plus de 70% des ventes.

Pour mener à bien ce projet, la Chine a créé la Comac (Commercial Aircraft Corporation of China), et placé à sa tête les hommes qui ont mené avec succès le programme spatial. Objectif : réaliser un premier vol en 2014 - il a été décalé depuis à 2015 - pour une mise en service à la fin de 2016. Surtout, après avoir essayé de tout faire seuls sur l'ARJ21, les industriels chinois font appel aux compétences occidentales de manière massive. Car le C919, contrairement à l'ARJ21, vise aussi l'export. Les performances doivent être à la hauteur.

Une attention particulière a été portée aux moteurs

Comac a choisi le fameux moteur Leap, le dernier né de CFM International, la filiale commune de Safran et de General Electric, également choisi par Airbus et Boeing pour remotoriser leur A320 et B737 (A320 Neo, B737 Max). C'est néanmoins sur le marché chinois (voire dans des pays satellites de la Chine) que le potentiel est le plus évident. À l'export, le C919 aura fort à faire avec Airbus et Boeing.

En remotorisant leurs A320 et B737, qui se vendent comme des petits pains, les deux géants ont étouffé l'attaque chinoise et se sont donnés le temps de bien préparer la nouvelle génération d'avions qui leur feront prendre encore une longueur d'avance. Pour autant, le C919 pourrait intéresser les compagnies qui n'ont pas les moyens d'acheter des Airbus ou des Boeing. Surtout, le C919 n'est qu'une première étape. Pékin prévoit déjà des gros-porteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2014 à 6:18 :
Ne pas oublier que le C919 represente un nvx client potentiel pr tt les sous traitants des 2 geants occidentaux. Et c'est tt de suite qu'il faut se placer, pas dans 20 ans ni meme 5 ans qd les industries locales auront rattrape leur retard techno...
a écrit le 02/02/2014 à 6:18 :
Ne pas oublier que le C919 represente un nvx client potentiel pr tt les sous traitants des 2 geants occidentaux. Et c'est tt de suite qu'il faut se placer, pas dans 20 ans ni meme 5 ans qd les industries locales auront rattrape leur retard techno...
a écrit le 01/02/2014 à 18:50 :
Dans 20ans, qui peut dire avec quel carburant voleront les avions?
Réponse de le 02/02/2014 à 22:57 :
...du kéro, car ils sont conçus aujourd'hui.
a écrit le 01/02/2014 à 16:00 :
RKA - Le duopole n"as pas de monopole! Que le meilleur gagne!! Chinois, indien ou Brésilien!!
a écrit le 01/02/2014 à 10:41 :
Quand on voit les questions qui se posent à l'augmentation de cadence de production pour Airbus et Boeing, les pénalités financières à verser aux compagnies quand elles subissent des incidents sur leurs avions, etc., il ne suffit pas de savoir faire UN avion qui vole correctement, il faut que la centaine produite soit sans faille. Voilà pourquoi ce n'est pas dans 10 ans que les Chinois domineront le marché aéronautique. Suffit de voir que les avions européens utilisent des composants US et vice-versa.
Construire un avion c'est d'un autre niveau qu'une voiture...
a écrit le 01/02/2014 à 10:35 :
enfin quelqu'un ose en parler; c'est sûr que B et A ont des soucis à se faire; déjà les compagnies chinoises seront de bonnes clientes pour ces nouveaux avions
les chinois profitent également du savoir faire d'A qui fabriquent leurs A320 à Tianjin
a écrit le 31/01/2014 à 23:33 :
À mon avis ce n'est pas 20 ans mais plutôt 5 on voie avec l'industrie de l'automobile en quantité ils dépassent y de loin les Américains avec l'aéronautique ça va être pareil dans quelques années ils achèteront en solde Airbus idem comme Peugeot... petit à petit l'araignée tisse sa toile pour tuer sa proie et surtout ne lui donner aucune chance de survie...
Réponse de le 02/02/2014 à 16:58 :
et pourquoi vous pensez que l'europe ou les usa ou la russie ont le droit de faire des avions mais pas les autres pays ? car vous etes la race supérieure ou quoi ?
a écrit le 31/01/2014 à 20:20 :
Peut-être de beaux avions mais peu de clients compte tenu des prix élevés des billets suite à l'envolée des cours du pétrole (Pic Oil oblige)
a écrit le 31/01/2014 à 19:19 :
Quand la Chine s'envolera, le monde pètera ! De toutes façons y'aura plus de Kérosène!!!
a écrit le 31/01/2014 à 19:00 :
Vingt ans, c'est son rêve.
a écrit le 31/01/2014 à 16:43 :
Le taux de l’aéronautique dans les exportations francaise est tout simplement hallucinant.
Si un jour Boeing et Airbus perdent leur duopole, alors la France s’écroule économiquement derrière.

Et malheureusement, nous n’avons pas les moyens de nous opposer à la monter en puissance de la Chine.
Réponse de le 01/02/2014 à 15:58 :
+1 Le duopole n"as pas de monopole! Que le meilleur gagne!! Chinois, indien ou Brésilien!!
a écrit le 31/01/2014 à 16:34 :
Continuez à faire l autruche.... la chine à fait en 15 ans un bon équivalent à celui de l Europe en 150 ans...regardez leur avion équivalent au 400M... et il leur faudra 20 ans....et bien non et en plus avec notre aide en transfert de technologies, formation dans nos grandes écoles...
Réponse de le 31/01/2014 à 16:42 :
Pour les jacqueries dans les campagnes, ils ont 3 siècles de retard....
Réponse de le 31/01/2014 à 21:58 :
Faire un avion aussi optimisé que le 320, c'est pas simple. Il n'y a pas que la technologie qui rentre en compte. Il faut qu'il y ait une organisation programme forte, qui soit capable de faire travailler ensemble des gens de compétences variées, gérer des relations transverses ainsi que l'industrialisation de produits (la Chine débute dans ce domaine). Enfin, il faut que le produit plaisent aux compagnies aériennes hors de Chine. Pour moi, tout cela est plus compliqué que d'envoyer une sonde sur la lune.
Réponse de le 04/02/2014 à 11:56 :
Avec à la retro-ingénérie s'est facile
Il sont loin d'avoir un avion militaire du niveau de l'A400m , un avion "surtout militaire" ne se résume pas seulement à la capacité d'emport ou à l'autonomie mais à un ensemble de brique techologique complexe
a écrit le 31/01/2014 à 16:04 :
il sera également intéressant de remarquer dans les années à venir quand la chine rivalisera avec boeing et airbus comment se comporteront les voisins des chinois : Japon, Corée, Thaïlande et bien sûr l'Inde... eux aussi voudront leur part du gâteau
a écrit le 31/01/2014 à 15:21 :
Je me demande pourquoi la chine a tant de retard dans leur industrie aeronautique qui genere pourtant des ventes record en cette periode. Avec une population d un milliard trois cent millions de chinois si ils veulent vraiment devenir numero un en aeronautique ils en ont les moyens. Les prix risquent de baisser sérieusement du au processus d industrialisation et de robotique encore plus pousse des chinois et si ils equipent toutes les compagnies asiatiques ca risque faire mal pour boeing et airbus

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :