Emirats Arabes Unis : la France va rapidement signer le contrat de deux satellites espions

 |   |  346  mots
Le satellite Pléiades proposé à l'exportation
Le satellite Pléiades proposé à l'exportation (Crédits : Aibus Space)
Selon le PDG d'Airbus Defence & Space France, François Auque, "le contrat Falcon Eye sera mis en œuvre dans quelques jours".

Le dossier de la vente des deux satellites espions (Falcon Eye) aux Émirats Arabes Unis (EAU) est réglé depuis plusieurs semaines. Interrogée fin janvier, une source proche du dossier avait expliqué à "La Tribune" qu'il "n'y avait pas de problème spécifique" sur la vente de ces deux satellites aux Emirats Arabes Unis. Plus précisément les États-Unis, en dépit de la perte de ce marché par les industriels américains (Raytheon puis Lockheed Martin), estimaient de leur "intérêt" que la France soit sélectionnée plutôt qu'un autre pays, comme la Russie, voire la Chine. "C'est de la réalpolitik", avait alors conclu cette même source. Enfin, le dossier a été évoqué lors de la visite d'état de François Hollande aux États-Unis mais il était débloqué depuis quelques semaines.

De quoi parle-t-on au juste ? Washington, appliquant sa réglementation Itar (international traffic in arms regulations) a refusé, puis accepté l'exportation de certains composants sur les satellites Falcon Eye, avant de revenir en arrière puis de l'autoriser in extremis avant l'expiration fin janvier de la validité du contrat. Mais une clause inscrite dans le contrat prorogeait de deux mois sa validité en cas d'aléa. Ce qui a permis au PDG d'Airbus Defence & Space France (ADS), François Auque, lors du séminaire Perspectives spatiales organisé par le cabinet Euroconsult à Paris, jeudi 13 février; d'assurer que "le contrat Falcon Eye sera mis en œuvre dans quelques jours, ces licences ayant été obtenues".

Au Maroc, les États-Unis ont donné leur accord

Le journal "Le Monde" écrivait déjà le 29 janvier qu'au lendemain d'une visite de Jean-Yves Le Drian à Washington, une source ministérielle a déclaré le 27 janvier qu'une "solution technique" avait été trouvée, sans plus de détails.

Pour exemple, au Maroc, où la France a vendu deux satellites espions, les États-Unis ne se sont pas opposés à ce contrat mis en vigueur en 2013. Un contrat secret qui n'est pour le moment confirmé par aucun des groupes concernés (TAS et ADS).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2014 à 21:38 :
Je rejoins le commentaire de bobo… Si l’europe avait été bâtie pour être une véritable puissance mondiale, nous n’aurions pas à mendier l’autorisation des Etats-Unis pour exporter, faire voyager ou simplement utiliser ces composants électroniques et ces sous-systèmes mécaniques spatiaux car nous les fabriquerions entièrement nous-mêmes ! La mise en place de la réglementation étasunienne ITAR parasite notre industrie spatiale, il faut s’en affranchir maintenant : que du « conçu & fabriqué en France », ou au moins du « conçu & fabriqué en Europe » !!
Réponse de le 15/02/2014 à 22:49 :
Merci de cette brillante idée, à laquelle personne n'avait encore pensé pour se libérer des contraintes de l'ITAR. Juste un détail: qui va payer?
Réponse de le 20/07/2014 à 10:35 :
@Brillant

Juste un détail, la liberté a aussi un prix, faut-il pour autant à y renoncer?
a écrit le 14/02/2014 à 23:17 :
Bref comme d'habitude, La Tribune nous annonce des contrats qui vont, incessament, dans les jours qui suivent, bientôt, être signés!!!!

Ouaaaaaaaaaaaaaah! Encore une réussite de l'économie française!

On n'attend plus que de la part des médias que l'on nous fasse part de vrais contrats SIGNES et pas BIENTOT signés
Réponse de le 15/02/2014 à 14:39 :
Whaouuu vous êtes un vrai marrant vous. Heureusement que vous n'êtes pas journaliste, ce serait la Pravda
a écrit le 14/02/2014 à 20:45 :
Donc si j ai bien compris , pour que les francais vendent leurs armes a certains pays, ils doivent d abord avoir le feu vert de l oncle sam ?
a écrit le 14/02/2014 à 19:30 :
..c'est pas encore fait..
a écrit le 14/02/2014 à 18:16 :
Merci pour ces précisions M. Cabirol, on finissait par ne plus s'y retrouver dans cette histoire!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :