Economies budgétaires : quand le ministre de la Défense veut passer son tour

 |   |  577  mots
Selon le ministre de la Défense, les militaires ont déjà largement payé leur quote-part aux économies
Selon le ministre de la Défense, les militaires ont déjà largement payé leur quote-part aux économies (Crédits : Reuters)
Jean-Yves Le Drian a expliqué lors du deuxième conseil stratégique de la dépense publique, que le temps des économies au ministère de la Défense était révolu. En douze ans, l'Hôtel de Brienne va faire partir près de 80.000 militaires.

C'est non... Lors du deuxième conseil stratégique de la dépense publique, auquel ont participé Jean-Marc Ayrault et plusieurs ministres sous la présidence de François Hollande, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, invité à s'exprimer sur de nouvelles économies de l'Hôtel de Brienne, a expliqué que son ministère ne participerait pas aux futures économies, selon nos informations. A la grande fureur des autres ministres présents et qui ont pour objectif de réaliser "au minimum" 50 milliards d'économies d'ici à la fin du quinquennat en 2017. Aux autres de faire aussi bien que le ministère de la Défense.

Car Jean-Yves Le Drian, dont le budget a été sanctuarisé par le président de la République à plusieurs reprises, a précisé que son ministère avait déjà largement payé sa quote-part aux économies de l'Etat ces dernières années. Les deux dernières lois de programmation (LPM) 2008-2013, puis 2014-2019, ont programmé le départ de près 80.000 militaires. Du jamais vu dans aucun ministère. Sur les 23.500 postes supprimés entre 2014-2019, 9.000 doivent l'être au sein des forces opérationnelles et 14.500 dans le soutien et l'environnement des armées. Cette baisse des effectifs s'ajoute aux 54.000 postes supprimés dans le cadre de la LPM 2008-2013. 

Fin 2012, les armées françaises comptaient 225.000 hommes et femmes (donc des emplois...) et représentaient 1,5 % du PIB, soit 8 à 9 % du budget de l'État. A la fin de la guerre froide, c'était 500.000 hommes, 2,7 % du PIB, 15 % du budget de l'État. "L'effort de défense était, aux normes OTAN - c'est-à-dire hors pensions et hors gendarmerie -, de 2 % du PIB en 1997, avant de se stabiliser ces dix dernières années entre 1,6 % et 1,7 %, avait expliqué devant le Parlement le chef d'Etat-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud. "La dépense publique, en France, représente 56 % du PIB. Quand on enlève 1,5 % pour la défense, il reste 54,5 %", rappelait de son côté il y a encore peu de temps l'ancien chef d'état-major des armées (2006-2010), le général Jean-Louis Georgelin.

La crédibilité de François Hollande et Jean-Yves Le Drian engagée

François Hollande avait assuré en juillet dernier devant la communauté militaire réunie à l'Hôtel de Brienne que la LPM 2014-2019  "reposera sur un principe, le maintien de l'effort financier important de la Nation avec la reconduction du budget de la défense à hauteur de 31,4 milliards d'euros, c'est-à-dire au niveau où il se situe cette année". Au-delà de François Hollande, la crédibilité de Jean-Yves Le Drian est également engagée. Il a répété à plusieurs reprises que que le budget de la défense était gravé dans le marbre. "L'ensemble de la loi de programmation est blindé", avait-il expliqué dans une interview accordée à "La Tribune".

En outre, la France, qui semble vouloir jouer un rôle sur la scène internationale notamment en Afrique, a besoin d'une institution militaire forte. Paris vient d'ailleurs de décider d'envoyer 400 militaires supplémentaires en Centrafrique, ce qui portera "temporairement à 2.000" ses effectifs dans ce pays. Et puis la perspective même très réduite de voir un jour des militaires français dans la rue, à l'image de ce qui s'est passé au Portugal, pourrait faire reculer Bercy et Matignon, qui tentent de tailler dans le budget du ministère de la défense sans aucune vision stratégique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2014 à 8:43 :
État, territoriale, chu, entreprises publiques (sncf,edf,...) tous ceux qui ruinent notre pays avec leurs avantages acquis, leurs placards dorés, leurs rentes de situations... cette armée d'égoïstes illustre nos archaïsmes et prouve que l'on ne modernisera pas notre économie sans répartir les efforts. POURQUOI LES SALARIES DU PRIVE TRAVAILLERAIENT -ILS PLUS QUAND LES FONCTIONNAIRES NE CONSENTENT AUCUN SACRIFICE ? Cela passera par une révolution "le printemps français" de la société civile qui n'accepte plus cette injustice et ne veut plus payer pour cette monarchie et caste de nababs !!!
Réponse de le 17/02/2014 à 10:19 :
Ce n'est pas en ânonnant les mêmes inepties dans vos post en changeant toujours de pseudo que vous pourrez convaincre de votre propos : relisez l'article avant de baver vos bêtises sans discernement car vous êtes hors sujet !
a écrit le 17/02/2014 à 8:06 :
On reprendra une citation d'un précédent article, attribuée à l'ancien chef d'état-major des armées (2006-2010), le général Jean-Louis Georgelin : "la dépense publique, en France, représente 56 % du PIB. Quand on enlève 1,5 % pour la défense, il reste 54,5 %. Sans doute y a-t-il, dans cette masse, des marges de manoeuvre à explorer"
Tout est dit.
a écrit le 17/02/2014 à 2:22 :
les effort ces pour les autre mais pour lui
moi aussi je ne veux pas faire d'effort pour les fonctionnaire
Réponse de le 17/02/2014 à 19:09 :
@ toto : je pense qu'il veut dire que la défense a déjà donné : le budget de la défense est stable à 31,5 milliards d'euros depuis 2012. C'est déjà un effort considérable, en plus du tassement réalisé depuis la fin de la guerre froide.
a écrit le 16/02/2014 à 16:36 :
Pourvu que notre ministre tienne bon car il en va à la fois de notre crédibilité mais aussi de notre indépendance . Il y en a assez que la " variable " soit l'armée . Commençons par faire le ménage dans les autres ministères , vite et fort , et on verra que les ressources sont la !!!
Réponse de le 17/02/2014 à 18:40 :
D'accord avec vous, et qu'ils commencent par eux même en supprimant les postes de ministres qui ne servent à rien par doublons et en supprimant des postes de sénateurs et des membres de l'assemblée nationale.
a écrit le 16/02/2014 à 14:19 :
le problème c'est l'armée de terre qui a continué après la suppression du service national, de recruter du sous off et de l'officier comme si il y avait encore des appelés.
Maintenant quoi faire de ces gens qui ne servent à rien. De plus en 2012 et en 2013 ces catégories ont bénéficié d'un rattrapage de salaire sous prétexte qu'ils étaient devenus fonctionnaires (sans droit de gréve).
Maintenant ils partent en retraite avec une reconversion dans la fonction publique : c'est une catastrophe.
Réponse de le 16/02/2014 à 18:27 :
Guerreux, manifestement vous ne savez pas grand choses des problèmes de la Défense et vous avez perdu une occasion de vous taire.
Réponse de le 16/02/2014 à 19:45 :
Quand un militaire part avec une retraite à jouissance immédiate dans la fonction publique.....il ne la touche pas! Uniquement s'il part dans le privée.
Réponse de le 16/02/2014 à 19:51 :
Et pour le "rattrapage" il s'agissait de rattraper effectivement "la fonction publique en tenue" car les militaires avaient décroché depuis de nombreuses années ........mais pourquoi devraient ils décrocher? parce qu'ils n'ont pas de syndicat? triste conception de la servitude militaire! Sinon......vous pouvez toujours vous engager, nous vous accueillons sans problème!
Réponse de le 17/02/2014 à 8:53 :
@ odhin
les militaires étant considérés comme étant de service actif cumulent leur retraite avec leur nouvel emploi dans la fonction publique article 4139-2 (ex loi 70-2) avec un emploi avec un indice égal à l'ancien statut de militaire et cela sans passer de concours et en conservant une bonne partie de l'ancienneté de militaire : exemple sous off ctg B, off ctg A. seul la défense accueille les reconversion car les autres ministères les rejettent pour protéger les fonctionnaires qui ont passé les concours. c'est le résultat de l'armée de terre qui a continué de recruter sans tenir compte de la disparition du service national. la marine et l'armée ont pris en compte la disparition des appelés et ne se trouvent pas dans la même difficulté de reconversion.
Réponse de le 17/02/2014 à 18:49 :
Que si ils partent entre 19.5 ans de service et exclusivement avant 25 ans de service. Avant 19.5 ans de service ils ont droit a rien et après il cumule la retraite et le salaire que si il travail dans le privé. Mais dans tous les cas ils n'ont pas droit au chômage. Pour ce qui est de la 4139-2 je ne connais pas un militaire qui a pus en bénéficier en dehors des officiers. Regarder ce qui est nécessaire pour en bénéficier et vous verrez vite que cette nouvelle loi n'est plus accessible aux sous officiers. Pour le rattrapage de salaire là aussi il n'y a eu que les officiers qui en ont bénéficié; la dernière augmentation de salaire que j'ai eu... Heu ca date je ne m'en souvient plus et quand je regarde mes feuilles de paie elles non plus.. Je suis d’accord avec Odhin commencé par vous renseigner.
a écrit le 16/02/2014 à 14:04 :
C'est vrai que ce ministère a été particulièrement mis à contribution ces dernières années. Maintenant, on pourrait gagner du temps : quels sont les ministres volontaires pour faire des économies dans leur secteur de compétences... et on vire tous les autres !!!
a écrit le 16/02/2014 à 13:22 :
C'est pas grave ! on empruntera un peu plus, on augmentera la dette et on se moquera encore une fois de notre objectif des 3 % de déficit. C'est la vie de chateau. Pourvu que ça dure ! Bienvenue en DEFICITLAND.
Réponse de le 16/02/2014 à 14:23 :
je trouve la réactionde Le Drian juste; faisons un tableau avec les effectifs de chaque ministère depuis 10 ans et les projections sur 3 ans; id pour les budgets d'investissement et de fonctionnement; lorsque tous les autres seront arrivés au niveau de la défense, je soutiendrai des 2 mains une demande de baisse pour ce ministère; à mon avis, les poules aurons des dents !!!!
a écrit le 16/02/2014 à 11:38 :
Et on attend quoi pour organiser une armée européenne en lieu et place de nos moignons d'armée ? Ca coutera moins cher que la somme des budgets locaux, et au moins, ca fera un peu plus sérieux.
Réponse de le 17/02/2014 à 21:37 :
Il paraît qu'une armée ça sert à maintenir une indépendance nationale. Si l'armée est commune, est-ce qu'il y a encore une indépendance nationale ?

De toute façon hormis la grande Bretagne et la France, il n'y a pas d'armées nationales en Europe. Tous les autres (Allemands, Italiens, Espagnols, le reste ça ne vaut même pas le coup de les mentionner sur des questions de budget) sont des forces de police locales d'entités supranationales (OTAN ou ONU). Alors avec qui partager les budgets ?
Réponse de le 16/04/2014 à 14:46 :
Et donnerions nous la défense de nos intérêts vitaux à une entité qui a lâché l'un de ses membres il y a peu? L'Europe n'a pas soutenu la Grèce (je ne m'interroge pas sur le bien fondé de cet décision d'ailleurs, je constate juste). Si l'on confie notre défense à l'Europe , en cas d'attaque, les technocrates réfléchiront-ils à s'il faut oui ou non nous défendre?! Il faut une sacré réforme alors pour être sûr de notre alliance!
a écrit le 16/02/2014 à 9:39 :
80% (voire plus !) des dépenses budgétaires, ce sont les salaires et les pensions des fonctionnaires. Je dis pensions car les fonctionnaires n'ont pas de retraites, rien n'est provisionné, une vraie petite bombe hors bilan depuis des années !
Où voulez-vous qu'ils rabiotent ? sur le PQ ? sur les photocopies ? sur leurs avantages dérisoires vu le montant du trou ? sur le nouveau pentagone ? bah non ! La seule voie c'est la masse salariale et les pensions. Donc après les élections, M I S E R E pour tous !
a écrit le 15/02/2014 à 20:18 :
Et pourtant c est très tentant, les militaires ne font pas grève ,ne votent pas a gauche et ca permettrait de ne pas trop toucher aux clientèles de gauche ;
Réponse de le 15/02/2014 à 22:38 :
Ca dépends beaucoup ont voté contre Sarkozy qui nous en a mis plein la tronche...
a écrit le 15/02/2014 à 19:11 :
ok, donc il devrait être le premier ministre à éjecter sur la liste..
a écrit le 15/02/2014 à 18:49 :
Pour faire des économies facile de les trouver : il suffit de "taper" sur les avantages et privilèges des parlementaires et fonctionnaires qui sont un vrai scandale. La société civile n'accepte plus cette monarchie et sa caste de nababs qui ne font aucun effort sur la réduction de la dépense publique.
Réponse de le 15/02/2014 à 20:42 :
Tout à fait d'accord !!!!!!!!
Réponse de le 17/02/2014 à 10:24 :
Les nababs sont ceux qui ânonnent le même discours dans leurs posts incendiaires, sans connaitre quoi que ce soit à la réalité du terrain. Ils prouvent qu'ils n'ont rien d'autre à faire : ils devraient plutôt TRAVAILLER !
a écrit le 15/02/2014 à 17:55 :
Courage frère maçon , comme d'habitude vous vous plierez aux exigences de votre loge et réduirez le budget de la defense . Un tel ministère mérite bien de morfler : trop réac, pas assez ouvert au mariage pour tous, l'anticléricalisme , la laïcité , la fraternité universelle . Vous êtes éclairé par la lumière , continuez à entuber les militaires. Nous ne sommes ni dupes ni franc maçon et nous n'avons qu'un droit : la fermer. Vous oubliez Par contre que nous votons !!!
Réponse de le 15/02/2014 à 18:30 :
Il y a 100 ans les Frères avaient purgé l'armée et avaient placé leurs copains. On a vu ce que cela a donné dans les premiers mois. Il a fallu rappelé ceux qui avaient été bannis pour redresser la situation.
Réponse de le 15/02/2014 à 22:42 :
Et pour quoi vote on? On ne peux même plus dire pour qui ils ont tous la même politique... Droite ou gauche c'est toujours la même chose et nos votes blancs ont en parle même pas...
Réponse de le 16/02/2014 à 15:57 :
Front National
Réponse de le 16/02/2014 à 16:14 :
Jamais de la vie pour le Front National. Vote blanc OK mais pas pour le vote FN
Réponse de le 17/02/2014 à 10:13 :
Il ne faut jamais dire <jamais> ! Car il paraît qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent JAMAIS d'avis !!!!!
a écrit le 15/02/2014 à 13:52 :
En % du PIB : dépenses militaires France :1,7% Allemagne 0.9% ....la différence réside dans le potentiel nucléaire, pas dans les forces de projection. Il faut simplement faire un choix....et avoir du courage.
Réponse de le 15/02/2014 à 15:42 :
Faut avoir le courage de couper dans les dépenses inutiles des autres ministères qui ne se sont jamais réformés. En plus vos chiffres sont faux en % de PIB.
Réponse de le 15/02/2014 à 21:07 :
Revoyez vos chiffres Fiscalix ils sont faux
La defense c'est 1, 5 % du Pib dont la moitié en dépenses d'équipements qui permettent à la France de creer plus de 300 emplois dans un secteur à haute valeur ajoutée. Bref c'est plus rentable que le RSA ou les APL...
Réponse de le 17/02/2014 à 13:17 :
Pas 300 emplois mais 150 000 emplois
a écrit le 15/02/2014 à 13:46 :
Comme effort minimal au plan de réduction des dépenses publiques côté militaire, sortir immédiatement et totalement notre pays de l'OTAN !!
Réponse de le 16/02/2014 à 11:36 :
Relisez le rapport Vedrine et vous verrez les contreparties non négligeables que nous apporte le retour dans l'OTAN... Je vous mets même le lien, cela vous évitera de raconter n'importe quoi : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/defense-et-securite/otan/actualites-et-evenements-sur-le-19904/actualites-2012-sur-le-theme-de-l/article/rapport-de-hubert-vedrine-sur-les
Réponse de le 18/02/2014 à 0:39 :
Merci pour le lien, alors rapidement…
Extrait du rapport Védrine, page 8 :
« En résumé, le retour de la France dans le commandement intégré de l’Alliance en 2009 a élargi l’opportunité de marchés pour l’industrie française mais ne s’est pas traduit à ce stade par un accroissement marqué des contrats obtenus.(…) »
=> pas brillant… Est-ce cela que vous souhaitiez évoquer ?
De plus, mon positionnement en politique européenne, pour un Eurogroupe de la Défense, n’est peut-être pas le vôtre : "DEHORS les Etats-Unis et le Royaume-Uni"…pour être très très bref !
a écrit le 15/02/2014 à 13:42 :
En supprimant la composante aéroportée qui ne sert à rien, on fait des milliards d'économies...
Réponse de le 15/02/2014 à 20:59 :
La compisante aéroportée coute 300 millions d'euros annuellement.....soit 0, 015 % du PIB.
BOF BOF BOF
Réponse de le 16/02/2014 à 13:41 :
Et donc... 300 millions d'euros de trop !
a écrit le 15/02/2014 à 10:49 :
Si on regarde quel ministère a consenti le plus de sacrifices ces dix dernières années, c'est à la défense qu'ont été faites les plus grandes coupes. Le Drian a raison. Il existe des gisements d'économie énormes dans une multitude d'autres secteurs, la cour des comptes a déjà tout dit. Mais forcément c'est plus difficile de faire partir des fonctionnaires que des militaires...
Réponse de le 15/02/2014 à 14:16 :
... les militaires et l'armée française. Soyons (pour une fois) honnêtes : à rien ! Oups ! J'oubliais... Les militaires français doivent à nouveau faire main basse sur l'Afrique. Comme la france n'a jamais été capable de vivre par elle-même, elle recommence aujourd'hui, par la force, sa politique de colonisation. Elle a truandé ses colonies hier, elle vit aux crochets de spays du Sud et notamment de la Grèce aujourd'hui, elle met tout en oeuvre pour exploirer l'Afrique et les Africains demain. Il est curieux de constater qu'elle ne s'engage "pour la démocratie et la liberté", ose-t-on vous dire dans le blanc des yeux, que dans des pays qui présentent un très vif intérêt économique. le france fomente des coups d'état (comme en côte d'ivoire), attaque des pays indépendants et souverains (Libye), engage des troupes d'occupations (Mali), ... : curieux que tous ces pays intéressent certaines grandes sociétés françaises peu réputées pour leur déontologie et leur honnêteté En résumé, le péquenot français paye, à grands coups d'impôts et via l'envoi des mercenaires français, les plantureux bénéficies et dividendesfuturs des dirigeants de ces sociétés. Pigeons escroqués, avez-vous dit ?
Réponse de le 18/02/2014 à 8:16 :
c'est votre commentaire qui ne sert à rien et qui est affligeant ! Car quand on voit ce que nous coutent le social en France pour des gens qui ne travaillent pas et SURTOUT qui ne veulent pas travailler, je pense que nos militaires qui donnent leur vie pour leur pays (pouvez vous en dire autant!!) doivent avoir notre respect. Alors vive la France et ses français qui travaillent et vive nos militaires.
a écrit le 15/02/2014 à 10:35 :
Personne dans le monde nous a obligé à faire la guerre au Mali et au Centre Afrique !!notre président veut montrer ses muscles (tout petit compte tenu de ce qu' il reste de notre armée)et bien que la France paye!!!pourquoi les autres pays viendraient en aide à la France alors que nous avons quitté l Afghanistan sans tenir compte de nos amis Allemands ,Belge etc!!!
a écrit le 14/02/2014 à 22:13 :
Pitoyable situation. Les collègues du ministre de la défense devraient se préoccuper davantage de leur passivité à l'égard du foirail délétère de Bruxelles, qui réclame plus d'austérité aux Français et qui fait la gueule quand Hollande les prie modestement de donner un coup de main rapide et sérieux en Afrique. Mais, ils suivent leur guide, aux USA où Hollande a été flatté pour continuer à faire le gendarme en Afrique et épargner le job aux boys d'Obama. Les Français sont vraiment "cornus"dans ce foirail.
Réponse de le 15/02/2014 à 7:53 :
Douce marade que cette Europe. Nos cousins les germains avec leurs grandes leçons économiques ne sont même pas foutus de mettre quelques hommes sur le terrain avec leur armée pléthorique et surentrainée !
Ne nous inquiétons pas, dans quelques années, quand l'armée française sera exsangue, d'autres nations feront la police dans le monde, la Chine, l'Inde, peut être le brésil... Ça fait rêver non ?
Les exportateurs allemands verseront de grandes larmes parcequ'ils perdent des marchés !!!! Allez L'UE, nous sommes sur la bonne pente...et courage aux soldats français.
Réponse de le 17/02/2014 à 10:16 :
L'UE n'a pas de troupes à elle, ne dites pas n'importe quoi.
a écrit le 14/02/2014 à 20:22 :
Qu'ils ne s’inquiètent pas trop les militaires ne vont pas dans la rue mais a l'ANPE. Ce qui coûte encore plus cher a la société.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :