Rolls-Royce accumule les tempêtes judiciaires aux Etats-Unis, en Inde et au Royaume Uni

 |   |  564  mots
Le motoriste britannique fait l'objet de plusieurs enquêtes sur des soupçons de corruption en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en Inde
Le motoriste britannique fait l'objet de plusieurs enquêtes sur des soupçons de corruption en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en Inde (Crédits : reuters.com)
Le motoriste britannique fait l'objet de plusieurs enquêtes portant sur des soupçons de corruption en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Inde.

Après le Royaume-Uni et l'Inde, les États-Unis enquêtent à leur tour sur des soupçons de corruption chez Rolls-Royce, a révélé le motoriste britannique, tout en précisant ce jeudi qu'il n'avait pas été informé d'une investigation "formelle" à ce stade. "Le groupe est actuellement l'objet d'enquêtes de la part d'agences chargées de l'application de la loi, principalement le Serious Fraud Office au Royaume-Uni et le Département de la Justice (DoJ)" américain, écrit Rolls-Royce dans son rapport annuel.

Rolls-Royce est soupçonné par les autorités britanniques depuis 2012 de corruption à l'étranger, notamment en Indonésie et en Chine. Le SFO, l'office britannique de lutte contre la grande délinquance financière, a récemment arrêté deux hommes dans ce dossier. Le groupe britannique "a coopéré avec les autorités de régulation des deux côtés de l'Atlantique au sujet d'allégations de corruption", a précisé jeudi un porte-parole de Rolls-Royce.

L'Inde enquête également

"Le SFO a lancé une enquête formelle au Royaume-Uni. Le DoJ enquête également sur ce sujet mais nous n'avons cependant pas reçu de notification d'une enquête formelle lancée aux États-Unis", a-t-il précisé. "L'implication du Département de la Justice américain pourrait faire augmenter le montant de l'amende" que le groupe aura éventuellement à payer, observait Christophe Menard, analyste chez Kepler Cheuvreux.

Le ministère indien de la Défense avait par ailleurs demandé lundi l'ouverture d'une enquête sur l'achat de moteurs d'avions de combat auprès de Rolls-Royce dans le cadre d'un contrat estimé à 1,6 milliard de dollars. Le Bureau central des enquêtes (CBI) va enquêter sur des soupçons de pots-de-vin pour la fourniture de moteurs à l'entreprise publique indienne Hindustan Aeronautics Ltd (HAL) entre 2007 et 2011, a précisé un responsable du ministère.

"Il y a eu un rapport interne (conduit par HAL) qui laisse deviner des trous dans le contrat. Le CBI se penche sur le dossier", a souligné ce responsable sous couvert d'anonymat. Ces moteurs étaient destinés à des avions de combat développés par HAL et qui servaient d'appareils de formation aux forces aériennes et maritimes indiennes.

L'action Rolls-Royce en nette baisse

L'action Rolls-Royce reculait nettement jeudi matin à la Bourse de Londres. Elle perdait 2,34 %, à 1.001 pence vers 10H40 GMT, dans un marché proche de l'équilibre. Rolls-Royce traverse une mauvaise passe. Le motoriste prévoit pour la première fois en dix ans une "pause" dans sa croissance cette année, en raison des coupes dans les budgets de défense, une annonce choc qui avait entraîné un plongeon de l'action à la Bourse de Londres le jour de l'annonce des résultats. A la clôture, l'action avait violemment décroché de 13,64 %, à 1.045 pence.

"En 2014, nous attendons une pause dans la croissance de notre chiffre d'affaires et de nos bénéfices, qui reflète des vents contraires dans l'ensemble de notre activité", avait déclaré mi-février le directeur général du groupe britannique, John Rishton. La faute en revient surtout à une chute attendue de 15 % à 20 % des revenus dans la défense sous le poids des coupes drastiques dans les budgets militaires de ses principaux clients, alors que les États-Unis mais aussi le Royaume-Uni taillent dans leurs dépenses. La fin de deux grands programmes d'exportation au Moyen-Orient et en Inde va aussi peser.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2014 à 17:33 :
Duc de Cambridge-Oxford de la Motte-Picket , par la Grâce de sa Corruption...!!!

Ha oui , Rolls-Royce...Oui , c'est embêtant , n'est-ce pas. C'est...I'm so , so sorry !!!
a écrit le 06/03/2014 à 13:01 :
Shangai-Kid , Comte de Popincourt , Duc de Cambridge-Oxford de la Motte-Picket....

Hé oui , j'ai réussi à corrompre les services anglais de l'état-civil , pour allonger mon blase.
J'ai commandé des armoieries , à Liverpool , elles vont bientôt arriver.
Il faut que vous m'appelassiez maintenant : Your Highness... C'est incroyable comme on a de la famille , avec un peu de fric...!
a écrit le 06/03/2014 à 12:55 :
Que les Indiens soient corrompus, il n'y a rien de plus normal. C'est la "plus grande démo-aristocratie" du monde. Mais je retiens surtout les moteurs livrés pour les A380 qui ont simplement été redimensionnés sans AUCUN calcul cinématique ni dynamique. Et là, les pépins sur les A380 vont, de toute façon, continuer par réduction de durée de vie des moteurs.
Réponse de le 09/03/2014 à 20:03 :
ce que vous dites est simplement stupéfiant qu'en est-il réellement ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :