Les armées recrutent de moins en moins

Le volume de recrutement des armées est en baisse de 21,8 % entre 2008 et 2012. En revanche, la sélectivité des candidats a tendance à augmenter.
Michel Cabirol

2 mn

Les armées recrutent moins. Beaucoup moins même pour certaines comme l'armée de terre. Ce qui est logique au vu des politiques de départ initiées par le ministère de la Défense (77.500 départs prévus sur douze ans entre 2008 et 2019). Depuis 2001, l'armée de terre a par exemple perdu 43 % de ses effectifs, a rappelé le nouveau chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers. "Globalement, le volume de recrutement annuel est en baisse", a récemment constaté le président du Haut comité d'évaluation de la condition militaire (HCECM), Michel Pinault. Soit un très net recul de 21,9 % entre 2008 et 2012. Les baisses les plus marquées concernent l'armée de terre mais aussi la gendarmerie, respectivement en recul de 33 % et de 21 % entre 2010 et 2012.

En revanche, si le volume de recrutement a fortement baissé, "la décroissance du nombre de postes offerts a, dans certains cas, eu pour effet d'améliorer un peu le taux de sélection au recrutement, gage de qualité", a-t-il souligné. Ainsi, le taux de sélection des sous-officiers (hors gendarmerie) était de 3 candidats pour 1 poste en 2008 et de 4,5 en 2012. Celui des officiers sous contrat s'est établi en 2012 à 9,2 candidats pour un poste (contre cinq en 2008). Le taux de sélection des officiers sorti des grandes écoles reste "stable et satisfaisant", a jugé Michel Pinault. Il est passé de 15,2 candidats pour 1 poste en 2008 à 15,3 en 2012.

Peu de candidats pour devenir militaires du rang

L'armée a beaucoup de mal à attirer des candidats pour endosser le treillis. "La sélectivité des militaires du rang s'est un peu améliorée mais reste faible", a constaté Michel Pinault. Elle est passée de 1,7 candidat pour 1 poste à 2 en 2010 puis 2,3 en 2012. En revanche, la sélectivité des sous-officiers de gendarmerie a baissé. En 2008 il y avait 8,4 candidats pour 1 poste contre 6,9 en 2012.

Le président du HCECM estime que la sélectivité du recrutement des agents civils de l'Etat est "généralement bien meilleure que celle des militaires". Et de rappeler que le dernier taux de sélection connus (2011) pour le recrutement externes de fonctionnaires civils de catégorie C est "supérieur à 24 candidats pour 1 poste".

Pourquoi le métier des armes n'attire plus

Selon Michel Pinault, "la fonction publique civile attire plus que les métiers des armes car elle offre la perspective d'une carrière complète". Y compris aujourd'hui. En dépit de la mauvaise situation du marché de l'emploi, "la taille des viviers au sein desquels les militaires sont recrutés reste globalement stable". "L'attractivité des emplois militaires doit être renforcée et la journée Défense Citoyenneté doit mieux y concourir. Avec la réforme de la carte militaire, on a créé de véritables déserts militaires".

Michel Cabirol

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 15/03/2014 à 9:25
Signaler
Il faut dire que les réformes se suivre sans vraiment être efficace, la machine ne fonctionne plus depuis longtemps ( le soutient s'est l'enferme) , la formation interne est d'évaluer (95% de réussite au BSTAT ) , la progression aux grade supérieur e...

à écrit le 11/03/2014 à 20:20
Signaler
vu de l’intérieur ces pas l'impression que ça donne... On a plus l'impression qu'on vire les vieux pour mettre plus de jeunes ! On voit de la pub que les armées recrute sur toutes les chaînes de TV. Ils changent les statuts de façon a obliger leur pe...

à écrit le 11/03/2014 à 12:47
Signaler
Voilà une excellente nouvelle ! En ces temps de crise, il est non seulement amoral mais totalement abscons d'encore allouer des budgets à un Ministère de la défense (de la défonce ?) qui ne sert strictement à rien. A rien, sauf ... Faire la fortune, ...

le 11/03/2014 à 17:32
Signaler
Quelle pavé inutile ...

le 11/03/2014 à 19:34
Signaler
Quel idiot. On dirait un ancien de la LCR, un de ces nostalgiques staliniens qui ne brillaient pas par leur sens de la démocratie

le 11/03/2014 à 19:36
Signaler
""En ces temps de crise, il est non seulement amoral mais totalement abscons d'encore allouer des budgets à un Ministère de la défense (de la défonce ?) qui ne sert strictement à rien. "" Moi j'aurai parlé plutôt de l'EN quand on voit sur vous le ...

le 11/03/2014 à 20:35
Signaler
C'est pas la masse salarial qui coûte le plus cher. Dans le cas ou une guerre se déclare, vu le nombre de militaire qu'il nous reste vous serez bien avec un fusil de chasse en première ligne. A défaut de leur payer une paye puis une retraite on gagne...

à écrit le 11/03/2014 à 7:55
Signaler
Quelles "armées" ? Vous voulez sans doute parler de la "police militarisée" qui nous reste ?

le 11/03/2014 à 9:40
Signaler
Vous avez raison à part les vrais soldats, ils restent les guignols d'officiers supérieurs qui profitent du système et quand de conflit ils ont une devise TOUS AUX ABRIS et après pour eux les médailles.

le 11/03/2014 à 10:24
Signaler
la seule vraie armée qui nous reste est la légion étrangère

le 11/03/2014 à 10:37
Signaler
vous pouvez écrire en français? Merci.

le 11/03/2014 à 13:23
Signaler
"La seule vraie armée" française : un ramassis de criminels et de repris de justice ! Belle "armée" que voilà, à l'image du pays qu'elle représente, sans doute !

le 11/03/2014 à 17:13
Signaler
le 2ème REP a sauté sur KOLWESI pour sauver des centaines de français et de belges qui allaient etre massacrés par les katangais. Je doute que ces gens aient la meme opinion que vous de la legion étrangère car eux au moins, ils savent de quoi ils pa...

le 11/03/2014 à 20:41
Signaler
Vous énervé pas ils n'en valent pas la peine et n'ont aucune vu sur ce qui se passe. L'état vire c'est hommes et femmes a tous va et c'est normal; une usine ferme et là c'est le drame. Ils sont tous endoctriné par les média et les politiciens qui veu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.