Industrie de la défense : Berlin appelle à renforcer l'intégration européenne

 |   |  434  mots
Les perspectives (de l'industrie allemande de la défense) ne dépendent pas seulement de l'export, et certainement pas de l'export vers la péninsule arabique, estime le ministre de l'Économie allemand Sigmar Gabriel.
"Les perspectives (de l'industrie allemande de la défense) ne dépendent pas seulement de l'export, et certainement pas de l'export vers la péninsule arabique", estime le ministre de l'Économie allemand Sigmar Gabriel. (Crédits : Reuters)
À l'occasion d'une rencontre avec les dirigeants d'une vingtaine de sociétés d'armement, le ministre allemand de l'Economie a appelé à compenser un encadrement plus strict des exportations d'armes par une consolidation du secteur, notamment sous la forme de partenariats européens.

"Cela n'a pas de sens pour l'Europe d'avoir différentes entreprises qui fabriquent les mêmes systèmes d'armement."

C'est l'appel à la consolidation de l'industrie de la défense sous la forme de partenariats européens lancé mardi par le ministre allemand de l'Économie, Sigmar Gabriel, après avoir rencontré les dirigeants des comités d'entreprise d'une vingtaine de sociétés d'armement.

"Les considérations sur l'emploi ne doivent pas jouer un rôle déterminant"

Critiqué dans les milieux de l'industrie de l'armement pour avoir imposé des restrictions aux exportations d'armes de l'Allemagne, le chef des sociaux-démocrates d'outre-Rhin a par ailleurs confirmé son intention d'encadrer très strictement les ventes de ces biens à l'étranger, même si cela doit menacer l'emploi:

"Les considérations sur l'emploi ne doivent pas jouer un rôle déterminant" dans les décisions prises par le gouvernement, et spécifiquement par son ministère, d'autoriser ou interdire au cas par cas les exportations d'armes, a-t-il affirmé.

Sigmar Gabriel ne veut "pas de nouveau débat, pas de nouvelles directives, pas de tables rondes ou de clarification" sur ce sujet. À son sens, le respect à la lettre des dispositions très restrictives en vigueur depuis 2000, mais jusqu'à présent appliquées selon lui de manière trop laxiste - notamment par le gouvernement précédent d'Angela Merkel, dont il n'était pas membre - devrait suffire.

"Les perspectives ne dépendent pas seulement de l'export"

Le ministre a toutefois tenté de rassurer:

"Les perspectives (de l'industrie allemande de la défense) ne dépendent pas seulement de l'export, et certainement pas de l'export vers la péninsule arabique."

La consolidation et le renforcement de l'intégration européenne devrait justement contribuer à compenser l'éventuel manque à gagner, ainsi que l'autre volet de ce que le secteur "aurait dû faire depuis 15 ans", à savoir se pencher sur les potentiels de migration de sa production vers le domaine civil.

5,8 milliards d'euros d'exportations d'armement en 2013

Les enjeux sont toutefois importants. En 2013, le gouvernement précédent d'Angela Merkel a autorisé 5,8 milliards d'euros d'exportations d'armement, dont 62% dans des pays hors de l'Otan, notamment vers l'Algérie, le Qatar et l'Arabie-Saoudite. Une décision concernant de possibles livraisons de matériel militaire aux Kurdes d'Irak doit être prise cette semaine.

La loi allemande interdit en effet les exportations d'armes vers les pays dits tiers, c'est-à-dire hors Union européenne, partenaires de l'Otan et pays assimilés, mais ouvre des possibilités d'exemption au cas par cas.

Sigmar Gabriel doit rencontrer début septembre les dirigeants et les syndicats du secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2014 à 16:36 :
Cela fait des années que la France demande à l'Allemagne d'accepter un échange de sociétés pour rendre le programme de chacun des pays plus pertinent. Les allemands refusent systématiquement. Ils attendent d'avoir pris le dessus pour accepter de dominer. Las, ce temps n'arrive pas. Devant la ringardise avancée des équipements traditionnels faute de marché suffisant, ils prennent peur enfin. Nous leur avons vendu notre char Leclerc, ils doivent désormais nous vendre leurs sous-marins. C'est le deal. Ensuite nous pourrons nous partager Airbus et chacun dans son domaine pourra exploiter ce nom devenu générique. Nous aurions la construction d'avions civils et eux la part militaire, les anglais récupérant les hélicoptères. Restera bien entendu à notre pays les entreprises d'armement hors Airbus qui récupéreront aussi le spatial. Si ce Ministre voulait bien dire quelle méthodologie il propose, les choses seraient déjà faites, mais les allemands lambinent, comme à leur habitude, sur la prise de décision.
a écrit le 20/08/2014 à 15:45 :
Tout cela étant lié à une défense européenne qui ne verra jamais le jour Otan oblige,ce débat restera nul et non advenu.Chacun a en plus sa propre vision de la politique internationale au travers de ses intérêts économiques et géostratégique.
a écrit le 20/08/2014 à 13:53 :
Et où sont les Allemands sur les théâtres d'opération?
Le terme " Theatre" est très bien choisi surtout en Lybie et au Mali !
En Afghanistan le resultat n´ est guere different!
le résutat de ces pieces de theatre sont aujourd hui plus que convaincants !!.
a écrit le 20/08/2014 à 12:27 :
Si Merkel pouvait vendre des armes a ALQAIDA au MALI elle le le ferait , si en plus elle pouvait leur vendre des 4x4 VW elle le ferait aussi.
Les Audi et Golf c'est les français de gogoland.
a écrit le 20/08/2014 à 10:57 :
Ils devraient proposer une Europe de l'automobile plutôt mais cela ne les intéresse pas, je me demande bien pourquoi? peut-être veulent ils reessayer leur manoeuvre chez Airbus ou ils ne sont que les ouvriers ceux qui semble bien les contrarier. Etre les ouvriers des français , quelle honte. les élites Allemandes ont un petit complexe de supériorité
a écrit le 20/08/2014 à 10:38 :
Oui comme ça l'Allemagne dictera à qui il faut vendre ou pas..
a écrit le 20/08/2014 à 9:45 :
Que ce ministre commence par demander aux Danois de ne pas acheter les F35 mais des avions européens; ils ont le choix.
Si les Danois avaient la fibre européenne c'est ce qu'ils feraient.
a écrit le 20/08/2014 à 9:09 :
Si tout le monde est favorable à la mutualisation c'est que personne ne veut, ni ne pourra , l'utiliser!
a écrit le 20/08/2014 à 8:21 :
Tous les pays veulent mutualiser, mais quand il s'agit de perdre ses prérogatives, le concret l'emporte sur l’intérêt collectif.Il en est de même pour l'armée européenne, nos état majors sont pour en façade mais souhaitent bien que cette armée Européenne ne se fasse jamais pour garder les rentes de situation de la redondance des hauts postes d'encadrement.
Réponse de le 20/08/2014 à 12:23 :
Surtout parce que plus c'est gros plus c'est inefficace gaspilleur et très couteux pour ceux qui payent les taxes..
a écrit le 19/08/2014 à 23:02 :
L'Allemagne consacre 10 milliards de moins que la France pour sa défense... et le PIB de l'Allemagne n'est pas celui de la France... et 10% de moins en équipement. Et où sont les Allemands sur les théâtres d'opération? Nulle part. Normal qu'ils aient une industrie d'armement en panne: qui achète un produit dont on ne connaît pas l'efficacité sur le terrain? Ceci dit, il vaut mieux que leur complexe militaro-industriel reste calme, avec eux on sait quand ça commence et surtout on sait que ça finit mal.
Réponse de le 19/08/2014 à 23:40 :
cela fait presque 10 ans que je les côtoie, et méfiant nous de ces gens là; il n'en pas beaucoup évolué, toujours aussi sournois et nationaliste.
Réponse de le 20/08/2014 à 0:07 :
lol, j'ai l'impression qu'on nage un peu dans les stéréotypes là...
Réponse de le 20/08/2014 à 1:03 :
@Mobius: j'allais dire la même chose...
Réponse de le 20/08/2014 à 7:30 :
Vous avez raison, et on n'en parle pas assez. L'Allemagne n'est qu'une nation mercantile qui veut mettre la main sur les industries d'armement européennes Et laisser la France et la GB payer pour la défense de l'Europe (10 mds d'€ / an ce n'est pas rien ou 500 € / hab. Contre 1000 € / an par habitant pour la France.)
Réponse de le 20/08/2014 à 10:36 :
JB38 a parfaitement raison et je pense que les pouvoirs français l'on bien compris avec les différents blocage de Berlin sur Airbus et Ariane espace.
Réponse de le 20/08/2014 à 12:25 :
La France défendre l'Europe ??? Munich, ca vous dit quelque chose ? La France ne défend pas l'Europe, surtout avec une armée de 16.000 hommes..
Réponse de le 20/08/2014 à 12:26 :
Ps : tous les pays sont nationalistes, sauf la France..
a écrit le 19/08/2014 à 22:30 :
En voilà une bonne idée! Une petite fusion BAe-Airbus, peut-être? Bon, au-delà des sarcasmes, ne boudons pas notre plaisir que la coopération retrouve sa place dans les discours européens, et notamment allemands. Pour les programmes de drones MALE et UCAV, entre autres, ça pourrait être utile.
a écrit le 19/08/2014 à 22:18 :
Si c'est pour nous empêcher de vendre des Mistral à la Russie, ce n'est vraiment pas la peine...
a écrit le 19/08/2014 à 19:21 :
Cela sent des carnets de commande en bernes ....et la tout d' un coup , mais oui l' Europe
pourquoi n' y ai je pensé plutôt .
Réponse de le 19/08/2014 à 20:36 :
les pauvres allemands, leurs carnets de commandes baissent
Réponse de le 20/08/2014 à 12:28 :
L'Europe n'existe pas.
a écrit le 19/08/2014 à 19:17 :
Ils fabriquent et nous , nous allons sur le terrain, ca fait du 50/50 .
a écrit le 19/08/2014 à 18:11 :
Ca fait juste 20 ans qu'il aurait fallu lancer le truc, mais...
a écrit le 19/08/2014 à 17:51 :
c'est vrais, ces armes pourrais ce retourné contre nous, on ce ferais attaqué avec notre fabrication de missile, char, avion
a écrit le 19/08/2014 à 17:39 :
Les allemands sont très bon il faut des champion européen avec les usine chez eux. Cf Airbus et les difficultés que cela a causé.

J’espère que la France ne cédera pas face à l'Allemagne qui nous mange petit à petit. La 4eme guerre Franco allemande ce joue maintenant.
Réponse de le 19/08/2014 à 18:02 :
@liberty
et d'où tires tu cette information?
La France est le pays qui bénéficie le plus des usines Airbus (50/50 à parité avec l'Allemagne pour l'assemblage des A320, et 100% des A330, A380 et des futurs A350 XWB). Cette configuration industrielle est issue de celle de la fin des années 1990 lors de la formation d'EADS.

Il faut arrêter de balancer ces bêtises germanophobes. Une consolidation à l'échelle européenne est indispensable pour le secteur militaire (cf. combat fratricide Eurofighter vs Rafale vs Gripen), il faut juste que la France défende correctement ses intérêts.
Réponse de le 19/08/2014 à 18:10 :
comme vous le dîtes si bien, les allemands aiment surtout acheter allemand et faire fabriquer en Allemagne. Ils n'ont rien à faire de l'Europe sinon.
Réponse de le 19/08/2014 à 19:02 :
Basée sur les coûts réels, la clé de répartition industrielle de l'Allemagne s'élevait à 39,4 % en 2011 dans Airbus. La France arrivait en deuxième position avec 36,9 %, puis venaient le Royaume-Uni (18,8 %) et l'Espagne (4,9 %).
Réponse de le 20/08/2014 à 11:13 :
comme il ont acheter l'eurofighter qui leur coute maintenant 60M€ au lieu des 30M€ prévu initialement.
Réponse de le 20/08/2014 à 12:13 :
L'Allemagne a toujours été largement favorisée dans l'évaluation de ses apports, en particulier en 2000 lors de la création d'EADS. Depuis elle ne cesse de récupérer de l'activité dans le groupe Airbus et de placer ses pions. Vu de l'intérieur du groupe les Anglais sont des partenaires beaucoup plus 'fair' même si ce ne sont pas des enfants de coeur. L'évaluation des activités militaires d'Airbus en Allemagne est un sujet particulièreent intéressant....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :