Quand Airbus et Safran provoquent un très gros malaise dans la filière spatiale

 |   |  1318  mots
Le futur lanceur européen provoque des débats au sein de la filière spatiale européenne
Le futur lanceur européen provoque des débats au sein de la filière spatiale européenne (Crédits : Reuters)
L'intention de l'Etat d'abandonner complètement une filière stratégique au secteur privé crée un très fort malaise dans l'ensemble de la filière lanceurs.

A la veille de décisions importantes, le coup de force de juin d'Airbus Group et de Safran, qui ont lancé une OPA sur toute la filière lanceurs (Arianespace et CNES), ne passe toujours pas. Y compris au sein même de leurs propres équipes, qui s'interrogent. L'été a d'ailleurs été propice à de nombreuses correspondances et de lettres ouvertes entre les salariés des sociétés concernées (Airbus, Safran, Arianespace, CNES...) et les responsables politiques. Des lettres qui montrent le malaise général d'une filière qui ne comprend pas pourquoi l'Etat, sans aucun débat national public, laisse "toutes les clés de cette filière à Airbus Space Systems et Safran... sans aucun contre-pouvoir", selon les salariés.

Lettres à François Hollande

Au cœur de l'été, les administrateurs représentant du personnel du conseil d'administration du CNES s'indignent "des menaces qui pèsent sur la capacité de la puissance publique à contrôler efficacement les programmes spatiaux". Dans une lettre datée du 19 août au président de la République, François Hollande, avec copie notamment au Premier ministre, Manuel Valls, les six administrateurs dénoncent "l'objectif de l'industrie est clairement d'affaiblir le CNES, qui défend les intérêts de la puissance publique, seul contrepoids à l'industrie en situation de monopole et dont le seul objectif est de remplir ses objectifs financiers de rentabilité maximale". Et de préciser que "le but de l'industrie est bel et bien de réduire le CNES à une simple agence de quelques centaines de personnes passant des contrats à l'industrie sans réelle capacité de maîtrise des risques et des coûts".

Dans une lettre ouverte datée du 1er septembre et destinée à François Hollande, la CGT Métallurgie, regroupant toutes les entités du spatial (CNES, Snecma, Airbus Defence & Space, Safran, Herakles et Thales) dénonce "un magnifique cadeau... au privé" après "un demi-siècle d'investissement public".  Et de rappeler que la filière spatiale repose sur le principe du retour géographique industriel en proportion du financement apporté par chaque pays membre. "Comment le nouveau consortium réussira-t-il à concilier ce qui est un des fondements de l'Europe spatiale et une organisation prétendument plus efficace dans laquelle ne subsistera qu'une poignée d'industriels ? Qu'en pensent d'ailleurs les autres grands pays contributeurs de l'ESA (l'Allemagne, l'Italie, le Royaume Uni) ?"

Manuel Valls interpelé

Dans un courrier daté du 21 juillet et adressé au Premier ministre, Manuel Valls, ancien maire d'Evry,  les administrateurs salariés d'Arianespace, basé à Evry-Courcouronnes, rappellent que ce qui a fait "la force de notre filière résulte justement dans l'équilibre entre les fonctions de l'Agence spatiale européenne (ESA), du Centre national d'études spatiales (CNES), de l'industrie européenne et d'Arianespace dans un sytème qui, quoiqu'on en dise, a fait ses preuves en s'adaptant aux marchés institutionnel et commercial depuis 40 ans". C'est ce modèle qui a permis au lanceur Ariane 5 d'atteindre "son niveau de fiabilité et de robustesse".

"Mettre fin à un modèle équilibré pour aller vers un modèle où une seule entité détient toute l'activité sans contre-pouvoir et sans assumer tous les risques financiers de ses choix et de ses décisions ne nous parait guère acceptable", regrettent les administrateurs salariés d'Arianespace. "Dans ce schéma, comment comprendre que l'Etat puisse envisager de vendre les parts qu'il détient dans Arianespace, perdant par là-même tout contrôle sur les décisions à venir?", s'interrogent-ils.

Des prix de lancement qui font débat

Dans une analyse titrée "Ariane 6, une convergence technico-économique difficile à construire", le syndicat CFE-CGC d'Herakles s'interroge sur la pertinence du nouveau schéma proposé par les industriels : "D'un point de vue technique, quel que soit le scénario, les deux configurations Ariane 62 et Ariane 64 présentent au moins deux difficultés importantes à surmonter : le nouveau mode d'accrochage des boosters sur le corps central pour assurer une poussée par le bas (sur A5 et A5ME la poussée est reprise par le haut du corps central) et le pas de tir A5 actuel est-il compatible avec les 4 boosters d'A64 ? (problèmes d'acoustique lié à l'allumage de 2 boosters dans le même carneau)".

Surtout, la CFE-CGC s'interroge sur la différence de prix proposés par les deux industriels. "D'un point de vue économique, les coûts de lancement cible annoncés dans la presse
sont-ils compatibles de ces configurations, surtout lorsqu'on les compare à A5ME ?
Comment peut-on passer de 200 millions d'euros (Ariane 5ME, ndlr) à 90 millions d'euros (Ariane 6.4 en doublant le nombre de moteurs à propergol solide et tout en conservant les mêmes moteurs centraux ?"

Un écart inexpliqué

La Tribune a interrogé un spécialiste sur un tel écart de prix entre les deux lanceurs. Voici sa réponse : "la différence de coût entre Ariane 5ME et Ariane 64 interpelle en effet. La valeur fournie pour Ariane 5ME est un peu exagérée par la CGC : on est plus proche de 160 millions d'euros soit un écart de 70 millions d'euros entre les deux versions. Le lanceur Ariane 64 reprend l'étage supérieur d'Ariane 5ME et les propulseurs à poudre de Vega, et son corps central est une version réduite du corps central actuel d'Ariane 5ME. La configuration ne peut donc à elle seule expliquer un tel écart".

Que faut-il en penser ? Soit jusqu'ici Airbus a eu une très belle rentabilité grâce aux investissements des Etats, soit le coût de lancement d'Ariane 64 n'est pas crédible et l'exploitation de ce lanceur nécessitera un soutien financier additionnel de la part des Etats. Dans les deux cas, il semble que Airbus et Safran jouent au poker menteur avec les Etats membres de l'ESA.

Un nouveau statut social à négocier

Enfin, Airbus et Safran invitent les salariés qui vont rejoindre la future entreprise commune à négocier un nouveau statut social. Entre-temps, un gel sera proposé afin que pendant une période de 24 mois, les accords d'entreprise ou de groupe restent applicables aux salariés transférés au sein de la nouvelle entreprise commune (joint-venture). Cette incertitude rajoute au malaise général. Car comme l'explique le syndicat CFTC Astrium, la création d'une joint-venture (JV) est "une méthode d'émiettement juridique en vue d'un rabotage social : les personnes en JV sortent du périmètre et du statut social du Groupe Airbus, statut protégé par la capacité de mobilisation des salariés d'Airbus Commercial Aircraft".

Une nouvelle réunion du comité central d'entreprise (CCE) doit se tenir ce mercredi après la première du 10 juillet. La dernière réunion du CCE est prévue en principe le 17 octobre au cours de laquelle un avis sera rendu sur la création de la JV.

"Nous construisons un Airbus commercial du lancement spatial"

Le directeur de la stratégie d'Airbus Group, Marwan Lahoud, a appelé les responsables institutionnels européens à "prendre les bonnes décisions" concernant l'avenir du lanceur Ariane, qui conditionneront les 40 prochaines années du lancement spatial. "J'espère que ça incitera les institutionnels européens à privilégier Ariane et à prendre les bonnes décisions s'agissant de l'avenir d'Ariane", a-t-il déclaré sur la radio BFM Business.

"Nous sommes à un tournant institutionnel, nous sommes à un tournant industriel", a-t-il poursuivi. "Est-ce que l'Europe maintient une capacité autonome d'accès à l'espace ou non ? C'est tout le débat Ariane 5-Ariane 6". Selon lui, "nous sommes (également) a un tournant industriel. Nous sommes en train de construire l'Airbus, au sens Airbus commercial, l'équivalent de l'Airbus commercial, du lancement spatial". "C'est un changement de business model qu'on est en train de pousser. Ce que SpaceX a démontré, c'est que il y avait un business case du lancement spatial, (que) ce n'était pas seulement une activité subventionnée qui ne pouvait vivre que de l'argent étatique", a poursuivi Marwan Lahoud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2014 à 1:25 :
Waow Mr Cabirol, vu votre parti pris habituel ça a dû littéralement vous arracher la gueule d'écrire la dernière phrase qui démontre complètement toutes vos affirmations précédentes !
Réponse de le 18/09/2014 à 17:42 :
Bonjour, je vous signale que la phrase en question est une citation... Cela prouve que ce journaliste n'est pas sectaire et ouvre les colonnes de la tribune à tous.
Réponse de le 18/09/2014 à 22:50 :
Oui je sais que c'est une citation mais ça a quand-même dû sacrément lui arracher la gueule de citer le directeur de la Stratégie d'Airbus Group qui ne se gêne pas pour dire la vérité crue alors que Mr Cabirol s'acharne maladroitement (je ne me permettrai pas d'écrire "malhonnêtement") depuis des mois, voire des années, à tenter de nous faire croire exactement l'inverse.
Ainsi donc c'est bien Arianespace qui est subventionnée afin de faire du dumping sur les prix et qui ne peut vivre que de l'argent étatique, pas SpaceX !
Notez que tout le monde est au courant, même les fanboys européistes...
Réponse de le 19/09/2014 à 9:18 :
Ah je vois, vous faites du lobby pour SpaceX qui reçoit de l'argent de la NASA pour casser les prix sur le marché commercial. Tout le monde le sait à part vous apparemment.
Réponse de le 21/09/2014 à 9:09 :
Ah je vois, l'insulte comme dernier recours, sans aucun argument derrière.
Je suis un indépendant en Belgique, je ne suis pas payé par SpaceX pour "faire du lobbying", vous vous ridiculisez avec une accusation aussi grotesque.
SpaceX reçoit de l'argent pour un service (le ravitaillement de l'ISS) qu'Arianespace ne pourrait même pas fournir au double de leurs tarifs ! Et SpaceX est une entreprise privée, elle ne dilapide pas les bénéfices effectués sur certains lancements pour en effectuer d'autres à perte, aucune entité commerciale ne ferait une telle chose ! Relisez donc ce que dit Mr Lahour, le directeur de la stratégie d'Airbus Group, qui semble en connaître bien plus que vous sur le commercial et le business case du lancement spatial démontré par SpaceX, selon ses propres termes.
Et je pourrais vous dire certaines choses sur le lobbying en faveur d'Arianespace (véritable lui) mais cela ne passerait pas la modération.
Réponse de le 21/09/2014 à 16:13 :
Ah je vois, l'insulte comme dernier recours, sans aucun argument derrière.
Je suis un indépendant en Belgique, je ne suis pas payé par SpaceX pour "faire du lobbying", vous vous ridiculisez avec une accusation aussi grotesque.
SpaceX reçoit de l'argent pour un service (le ravitaillement de l'ISS) qu'Arianespace ne pourrait même pas fournir au double de leurs tarifs ! Et SpaceX est une entreprise privée, elle ne dilapide pas les bénéfices effectués sur certains lancements pour en effectuer d'autres à perte, aucune entité commerciale ne ferait une telle chose ! Relisez donc ce que dit Mr Lahour, le directeur de la stratégie d'Airbus Group, qui semble en connaître bien plus que vous sur le commercial et le business case du lancement spatial démontré par SpaceX, selon ses propres termes.
Et je pourrais vous dire certaines choses sur le lobbying en faveur d'Arianespace (véritable lui) mais je suis obligé de m'abstenir de tout commentaire.
Réponse de le 22/09/2014 à 13:53 :
Ah je vois, l'insulte comme dernier recours, sans aucun argument derrière.
Je suis un indépendant en Belgique, je ne suis pas payé par SpaceX pour "faire du lobbying", vous vous ridiculisez avec une accusation aussi grotesque.
SpaceX reçoit de l'argent pour un service (le ravitaillement de l'ISS) qu'Arianespace ne pourrait même pas fournir au double de leurs tarifs ! Et SpaceX est une entreprise privée, elle ne dilapide pas les bénéfices effectués sur certains lancements pour en effectuer d'autres à perte, aucune entité commerciale ne ferait une telle chose ! Relisez donc ce que dit Mr Lahour, le directeur de la stratégie d'Airbus Group, qui semble en connaître bien plus que vous sur le commercial et le business case du lancement spatial démontré par SpaceX, selon ses propres termes...
Réponse de le 22/09/2014 à 17:15 :
Je suis obligé de vous laisser le denier mot (ou plutôt l'apparence du dernier mot) car Mr le Censeur ne laisse pas passer mes réponses.
a écrit le 17/09/2014 à 23:23 :
Félicitations au gouvernement dont "l'ennemi" est la finance et qui a trouvé le moyen de donner la gouvernance du secteur spatial à l'industrie incarnée par Airbus ... aujourd'hui, Airbus Group (qui comme chacun le sait est une toute petite PME qui peine à survivre), est en train de tuer l'Europe Spatiale, et la formidable réussite qu'à été Ariane. Payez braves gens, payez vos impôts, ils iront directement dans les poches de ces voleurs sans foi ni loi, et regardez Ariane mourir ces prochaines années. Amen.
Réponse de le 18/09/2014 à 7:19 :
'ils iront directement dans les poches de ces voleurs sans foi ni loi, et regardez Ariane mourir ces prochaines années'
Vous avez certainement accès aux comptes d'Airbus pour tenir de telles affirmations? Leurs marges et bénéfices vous sont connus? Faites nous en profiter....
Réponse de le 18/09/2014 à 9:57 :
Bonjour, oui les comptes sont publiés et accessibles. Ne soyez pas ignare, et admettez que nos impôts ont financé de la recherche et du travail pour des projets qui finissent dans le privé. Ce néo-libéralisme état qu'il soit de gauche / droite ce que vous voulez est un état fasciste que je ne cautionne pas. Pensez aux résistants qui se sont battus pour libérer la France, et nous sommes à nouveau opprimés par des élites et par des riches qui n'ont que faire des autres, de l'environnement, et de la création d'emploi.
Réponse de le 18/09/2014 à 22:55 :
Réussir à nous parler de la résistance et des "zeures-les-plus-sombres-de-notre-histoire" dans un article sur l'avenir de l'aérospatial européen est un exploit, je vous salue pour ça !
"No pasaran" comme vous dites, hahaha.
a écrit le 17/09/2014 à 21:22 :
Rien que pour voir où passe l'argent !
a écrit le 17/09/2014 à 20:24 :
Les US décident... Puisque nous sommes leurs colonies. Et EUX, pendant ce temps, financent boeing et spacex par le public. Eux, ont le dollar... Vivement que nous rejoignons les BRICS. Pas plus honnêtes, mais impartiaux.
Réponse de le 25/09/2014 à 17:31 :
« Les US décident... Puisque nous sommes leurs colonies. »
Et oui. Et grâce à leur jouet : l'UE.
a écrit le 17/09/2014 à 18:17 :
nos gouvernements nationaux, et notre commission bruxelloise, sont tous des dhimmis des USA, financés par eux (voyez les Young Leaders!) pour garder les peuples d'Europe sous la tutelle américaine, et pour saborder les derniers points de génie qu'avaient créé les Européens.
a écrit le 17/09/2014 à 15:46 :
C'est notre secteur industriel qui marche le mieux, record mondial de lancement cette année, et nous allons le saborder, bravo!
a écrit le 17/09/2014 à 15:17 :
la France devrait travailler avec l'Inde et la Chine en matière spatiale pour faire la première plate forme sur la Lune .
Réponse de le 17/09/2014 à 15:41 :
Avec l'Inde et la Chine? Et ces deux nations sont OK pour coopérer? Connerie!
Thalès et Airbus n'ont besoin de personne étant donné qu'ils dominent le marché des satellites! C'est à eux de trouver la bonne formule, d'autre part la France collabore déjà avec l'Inde!
a écrit le 17/09/2014 à 13:57 :
C'est simple. L’État va vendre à bas prix sa participation : (1) ça fera à court terme de l'argent frais ; (2) ça fera des copains utiles pour les déroutes électorales en vue. A terme, il n'y aura que les Américains et les Chinois dans le spatial. C'est un secteur où il faut une population hautement éduquée, capable de compter sur une puissance publique protectrice et proposant des contrats militaires.
a écrit le 17/09/2014 à 13:49 :
Les ricains doivent frotter les mains déjà..... pauv' France.
a écrit le 17/09/2014 à 13:45 :
L idée de Hollande est de créer un géant a prédominance Fr qui regrouperait Arianespace, CNES, Safran et le maillon faible qu est Airbus.
De plus cela abolirait la règle de répartition géographique de la charge de travail du au quota d investissement.

Sur le papier l idée parait bonne mais avec les génies successif qui nous gouvernent c est sur que cela fait peur !!!

PS : Luc b. commentaire lamentable !
Réponse de le 17/09/2014 à 17:37 :
Où avez vous vu qu'Airbus était un maillon faible, des faits!
Réponse de le 17/09/2014 à 23:19 :
le missile M51 est de mon point de vue un avertissement
Réponse de le 18/09/2014 à 7:17 :
'un avertissement' ?
Si vous faites référence à l'échec du dernier tir, cela arrive dans tous les programmes, par ailleurs dans le civil A5 est un exemple de fiabilité. Enfin, au niveau du groupe l'activité M51 ne constitue pas, et de loin, l'essentiel de l'activité.
Le maillon sera faible quand la division Commercial Aircrafts ne vendra plus ses avions. Ce n'est pas encore le cas.
a écrit le 17/09/2014 à 12:26 :
Pour la gauche, la priorité est de dépenser toujours plus d'argent pour sa clientèle électorale : Les DOM -TOM, les banlieues, les fonctionnaires...

Le reste passe après
a écrit le 17/09/2014 à 12:19 :
Ce sont des visionnaires. Hollande et 13% de satisfait c encore trop, il cherche à dépasser les 97% de mécontents.Après avoir laissé Arcelor se faire dépecer par Mittal qui détient le monopole et fixe lui même les prix de l'acier(répercutant sur l'ensemble des industries dépendant de l'acier leur plan stratégique), ils veulent vendre en catiminie (pourquoi ça se passe toujours comme ça les décisions, la nuit sur un coin de table sans en informer les citoyens?!)
cette industrie forte et prospère, d'avenir financé par nos impôts et celui de nos ancêtres, à des financiers qui n'investiront plus, détruiront l'emploi et se gaveront de dividendes. Détruisant le tissu économique de notre pays, et par la même occasion notre système de protection sociale(c peut être ça que le gouvernement veut au final)
La France est le seul pays a n'avoir aucune vision stratégique nationale et européenne. Où sont passé tout ces hommes politique qui avaient une vision plus large et lointaine qu'un quinquennat?! Qui avait l'amour du pays et de l'ue?!
a écrit le 17/09/2014 à 12:00 :
C'est comme pour arcelor ou pechiney et bien d'autres, le gouvernement se fiche de la désindustrialisation du pays et de vendre des actifs stratégiques dépendant d'intérêts étrangers. La seule chose qui compte pour lui, c'est de se faire réélire en achetant des voix grâce au déficit et la démagogie. Combien de temps avant que les gens comprennent qu'on est en pleine décadence ? sans sursaut, cette tendance suicidaire ne s'arrêtera pas, on continuera à détruire et ne rien construire.
Heureusement qu'on a eu les allemands qui ont évité à ce que quasi toute la défense aérienne européenne ne tombe sous l'escarcelle des anglais( qui contrôlent déjà l'italie et la suède) en refusant la vente de la partie militaire d'EADS.
a écrit le 17/09/2014 à 11:55 :
avec ce genre d'idees qui va vouloir resterdans un pays
ou l'innovation la recherche est sanctionne
le travail doit etre recompense pou avance
on a vraiment des ignares qui nous gouverne
que le repression et les taxes mais je me demande
voit il avec leurs yeux sont ils fat comme nous
puisque l'ecoute n'est pas pris en compte
et ou veulent il allez
pas ou le citoyen desir
a écrit le 17/09/2014 à 10:42 :
L'Europe ? C'est devenu un machin qui ne sert plus à rien: pas de politique commerciale, pas de politique de défense, pas de politique industrielle, sociale, financière, politique étrangère, que des erzats et des bouts de ficelles. J'étais à 200% pour, aujourd'hui 0%
Bravo les technocrates.
Réponse de le 17/09/2014 à 13:50 :
Il nous faut un Poutine mais on est loin de ce rêve....
Réponse de le 17/09/2014 à 13:59 :
C'est un "machin" très utile aux Américains.
Réponse de le 25/09/2014 à 17:32 :
Exactement. Ça commencerait enfin à se savoir ?
a écrit le 17/09/2014 à 10:06 :
un gouvernement socialiste, résolument tourné vers le passé et les dépenses pas forcément utiles, ne peut rien consacré (temps, finances, ...) à un secteur porteur d'avenir et de recherche.
a écrit le 17/09/2014 à 9:51 :
Trahison
a écrit le 17/09/2014 à 9:08 :
S'apprête-t-on à commettre la même erreur que dans la filière acier où on a permis à Mittal d'engranger les bénéfices de dizaine d'années de subventions/investissement publics pour au final se retrouver avec un outil industriel en ruine ?
Réponse de le 17/09/2014 à 9:53 :
je me faisait la même reflexion surtout après avoir vu le reportage sur arcelor hier soir.... on peut critiquer les allemands sur de nombreux points.... mais la filière acier a été en partie protégée par un fondation publique , présente au capital et travaillant à l'ancienne, c'est à dire réinvestissement des bénéfices dans l'outil industriel

il est temps que l'europe réagisse.... mais c'est devenu quoi, l'europe?.....
Réponse de le 17/09/2014 à 13:47 :
Il est temps que LA FRANCE réagisse !
Réponse de le 25/09/2014 à 17:30 :
Bonne correction

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :