Et si Bercy faisait capoter la vente des Rafale et des frégates en Egypte ?

Bercy rechigne à accorder des facilités de financement à l'Egypte qui souhaite s'offrir 23 Rafale et deux frégates multimissions FREMM. Une situation qui rappelle celle du Maroc en 2007 où le Rafale avait perdu un contrat imperdable.
Michel Cabirol

3 mn

Le Rafale de Dassault Aviation attend son premier contrat à l'export
Le Rafale de Dassault Aviation attend son premier contrat à l'export (Crédits : reuters.com)

La France va-t-elle encore rater un énorme contrat pour de simples facilités de financement que Bercy rechigne à accorder à l'Égypte ? Après le départ vendredi de la délégation égyptienne de très haut niveau présente à Paris pendant dix jours, c'est le sentiment qui dominait à Paris et qui rappelle étrangement l'énorme gâchis des négociations vendangées par la France au Maroc pour la vente du Rafale en 2007. Un contrat qui était imperdable mais que la France s'est faite in fine souffler par les États-Unis.

L'Égypte sera-t-elle un mauvais remake du Maroc? Pas impossible car la délégation égyptienne est repartie sans un accord formel sur le financement qu'elle était pourtant venue chercher à Paris pour 23 Rafale et deux frégates multimissions FREMM. Soit une opération évaluée entre 5 et 6 milliards d'euros. En arrivant en France, la délégation avait pourtant pour objectif de conclure. C'était en tout cas le vœu du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui était venu en visite officielle en Paris fin novembre.

Un financement à trouver

A leur arrivée, aussi bien du côté égyptien que français, il existait réellement une volonté d'avancer tant sur les Rafale que les FREMM. Le Caire a besoin d'équipements modernes opérationnels très rapidement. La situation en Libye les y pousse, une intervention armée égyptienne n'étant d'ailleurs pas à exclure. En outre, Paris et Le Caire, qui estime que la France a une responsabilité dans la situation libyenne, partagent la même inquiétude sur le développement de la menace djihadiste en Libye. D'où la volonté du président égyptien de s'équiper rapidement. Les hésitations de Bercy ne devront pas perdurer, d'autres pays, comme au Maroc en 2007, pourrait prendre un malin plaisir à se substituer à la France si celle-ci hésitait un peu trop.

Car très vite les négociations entre les Égyptiens et les Français ont été freinées par les questions sur le financement de l'opération et des garanties de paiement, qui ont été abordées au cours du séjour parisien."Il y a un écart très (trop ?) important entre la volonté politique et Bercy qui reste très frileux", explique-t-on à La Tribune. Pour signer le contrat Rafale évalué à 3,6 milliards d'euros environ, les Égyptiens demanderaient à la France un crédit Coface pour une partie du financement des avions de combat et des FREMM. Certains évoquent un crédit Coface pour la moitié de l'opération. Les banques sont elles aussi très  réservées.

Et le Qatar?

Au Qatar, le dossier Rafale a été ralenti. Selon certains observateurs, Doha verrait d'un mauvais œil les étroites relations entre Paris et Le Caire. Ce qui compliquerait un peu les négociations entre Paris et Doha alors que tout a été négocié à l'exception du prix. En dépit de ces turbulences, certaines sources estiment qu'un contrat reste en très bonne voie et devrait être signé début 2015. Mais d'autres s'inquiètent de voir les Américains très actifs au Qatar. "La commande de F18 sera passée avant celle des Rafale, indique-t-on à La Tribune. Ce qui représente un vrai risque pour le Rafale, les Américains vont consommer une partie du budget prévue pour les Français".

Deux opérations - tant en Égypte qu'au Qatar - vitales pour l'industrie française et la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Le Rafale surtout et la FREMM doivent être exportés pour tenir la trajectoire financière de la LPM. Ce serait dommage que la France rate la dernière marche dans des négociations de long cours.

Michel Cabirol

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 100
à écrit le 29/12/2014 à 20:05
Signaler
La démission et l'incompétence de nos dirigeants confinera bientôt à la trahison de nos intérêts nationaux : ils travaillent directement contre les intérêts du peuple français. Il faudra s'en souvenir le jour du Grand Soir... Mais pour qui travaillen...

à écrit le 27/12/2014 à 13:18
Signaler
le locataire souhaite les memes avantages personel ( adidas lcll)

à écrit le 23/12/2014 à 10:47
Signaler
Et combien de rétrocommissions en vue, pour 2017. On sait jamais.....Si si !!

à écrit le 23/12/2014 à 10:36
Signaler
Au pire il restera encore 2 Mistrals à vendre.

le 24/12/2014 à 13:23
Signaler
Les mistral sont invendables ou du moins seulement à la Russie. Ce ne sont pas des navires français mais franco-russes. Les poupes ont été construites à St Petersbourg. Donc Retard de livraison oui, mais livraison QUAND MÊME ...

à écrit le 23/12/2014 à 9:26
Signaler
Excellent, la France pourrait également livrer à tous les Africains une voiture de leur choix et de fabrication française. Cela permettrait de créer de l'emploi. Cela permettrait aux heureux bénéficiaires de rouler gratis !

le 27/12/2014 à 13:20
Signaler
voir bongo les voitures sont allemandes ou anglaises pas francaises

à écrit le 23/12/2014 à 9:13
Signaler
Tiens donc, Bercy serait il infiltré par des stand behind US ?

à écrit le 23/12/2014 à 5:30
Signaler
L’Égypte possède une ressource qui lui fait gagner entre 400 à 480 millions de dollars chaque mois, c'est le canal de Suez. Une fois les travaux d'agrandissement fini cela devrait permettre de doubler la quantité de navire qui circule dans le canal.

le 23/12/2014 à 7:00
Signaler
Mais combien il en reste pour financer les armes ? Parce que a part le tourisme - qui est mal en point en ce moment - et le canal, je ne vois pas d'autres sources propres de devises pour l'Egypte qui doit nourrir sa population amassee le long du Nil....

à écrit le 23/12/2014 à 1:16
Signaler
Quitte à vendre au grand risque de ne pas être payé autant que la France achète directement ces avions et autres matériels pour ses propres armées!

à écrit le 22/12/2014 à 21:56
Signaler
Je suis effaré par la majorité des commentaires. La totalité des contrats de matériels militaires dans le monde se fait avec la garantie des États. Voulez vous une fois de plus que les américains vendent à notre place?

à écrit le 22/12/2014 à 19:59
Signaler
encore un article sur le RAFALE est pas un seul avion vendu depuis 10 ans je lis les memes articles de meur CABRIOL l

à écrit le 22/12/2014 à 19:53
Signaler
Les US décideront. Question d'habitude...

à écrit le 22/12/2014 à 19:13
Signaler
L’Égypte veut des frégates & des Rafales mais ne dispose pas des fonds, très bien. Accordons lui cette avance sous réserve d’hypothèque. Personnellement j'aime bien Louxor & Assouan, sinon, les berges du canal de Suez sont stratégiquement intéressa...

à écrit le 22/12/2014 à 18:01
Signaler
Quoique même payés, ça n'est pas certain qu'on livre si nos "amis" qui nous espionnent nous le demandent. Il ne faut pas qu'on livre les "mistral" mais les multinationales américaines se gardent bien de stopper tout commerce avec la Russie, si ce n'...

le 22/12/2014 à 19:00
Signaler
On apprend que les échanges commerciaux russo-américains sont en hausse de 7% malgré les sanctions. Par contre les échanges commerciaux avec l'UE ont diminué de 4,3%, la chute des importations en provenance des pays européens se chiffre entre 7 et 1...

à écrit le 22/12/2014 à 17:07
Signaler
Non seulement l'Égypte est insolvable, mais quitte à quémander, autant le faire pour d'autres choses que des Rafale et des frégates hors de prix : entre autres pour ses hôpitaux sans matériel ni médicaments, pour ses écoles en ruine, surpeuplées et a...

le 01/01/2015 à 0:00
Signaler
En partie vrai, l'Egypte vie sous perfusion des pays du Golf et il ya plus de gens vivant sous le seuil de pauvreté que les 30% officieles. Quand aux hopitaux sans équipements et sans médicaments, ils contrastent avec les cliniques privés high tec éq...

à écrit le 22/12/2014 à 16:49
Signaler
entièrement d’accord avec Bercy. cela risque de finir comme avec le Cameroun où la France abandonne des centaines de millions d’euros de créances. résultat: le contribuable francais fini par payer pour ces pays. assez de distribuer de l’argent ...

le 10/02/2016 à 12:58
Signaler
Oui bien sûr, qu'elle compense plutôt bien en ayant la main mise sur les comptes d'opération du Cameroun. Monsieur vous oubliez de dire que cette dette a une contrepartie c' est l'octroi de contrats essentiellement à des entreprises français qui bi...

à écrit le 22/12/2014 à 16:46
Signaler
On peut se rassurer qu'il reste des gens diligents dans ce pays. En effet, comment peut-on prêter a un pays qui ne peut se financer seul sur les marches? Par ailleurs, la baisse continue des prix du petrole risque de placer l'Egypte en defaut de pai...

à écrit le 22/12/2014 à 16:46
Signaler
Bravo mrs les fonctionnaires de Bercy qui connaissez rien aux affaires..tant de marchés étrangers perdus par des considérations inadmissibles..à l'heure ou le pays va mal,que le chômage augmente,que d'autres se battent pour développer leurs entrepris...

à écrit le 22/12/2014 à 16:25
Signaler
Comment l'Egypte qui est toujours au bord de la guerre civile, qui n'a que peu de ressources naturelles et dont l'industrie hôtelière est en panne pourra payer 6 à 8 milliards d'euros de matériel militaire? On peut comprendre que Bercy soit réticent.

à écrit le 22/12/2014 à 16:09
Signaler
Vous savez…. j'ai le sentiment que cette histoire de vente de Rafale et de frégates elle est fabriquée de toutes pièces…. l'imbroglio le plus total….

à écrit le 22/12/2014 à 14:49
Signaler
ah, parce que ici, il y en a qui - en tant que contribuable - veuillent bien payer la facture au lieu et place des égyptiens? Car c'est à celà que ca revient au bout des comptes. Pour une fois: merci Bercy, tenez bon!

le 22/12/2014 à 16:07
Signaler
Bercy bien.

à écrit le 22/12/2014 à 14:35
Signaler
"Vendre" si l'on n'est pas payé, cela s'appelle "donner". Je pense que vu l'état d'endettement il vaut mieux ne pas offrir un tel cadeau. Pour ce qui est des autres contrats, (Russie, Qatar...), il serait pour une fois honorable de ne pas faire aff...

à écrit le 22/12/2014 à 13:59
Signaler
Bercy a mille fois raison de ne pas vouloir financer des contrats dont le payement sera un bras d'honneur ! Demandez donc à Dassault de jouer le banquier à la place de la Coface .

à écrit le 22/12/2014 à 13:52
Signaler
Dassault, l'Etat = main dans la main ?? Ben, on, cf. Thales

à écrit le 22/12/2014 à 12:52
Signaler
Il ya de quoi être frileux, l'Egypte n'est pas solvable pour s'offrir ces bijoux de luxe Le scenario le plus probable : les Egyptiens achèteront aux américains qui lui donne bon an mal an 1 Md de USD : recyclage de don, ou bien manière pour les ...

le 23/12/2014 à 6:42
Signaler
bien vu

à écrit le 22/12/2014 à 12:40
Signaler
Un titre très tendancieux, comme d'hab. Pourquoi l'avoir mis dans la rubrique "International" quand il s'agit d'une histoire franco-française ? c'est la cacophonie de fin d'année déjà ? :-))

le 22/12/2014 à 18:14
Signaler
L'Egypte doit être une région française....

à écrit le 22/12/2014 à 12:16
Signaler
Ce qui est ennuyeux, c'est que, pour des raisons politiques, les négociations avec l'Egypte freinent les négociations avec le Qatar, qui lui dispose des financements nécessaires. Cela rappelle malheureusement la proposition Rafale à 80 M$ l'unité au...

le 22/12/2014 à 13:17
Signaler
C'est ça, la justice sociale : on fait payer aux riches les avions des pauvres... Moyennant quoi, le système finit par s'effondrer !

le 22/12/2014 à 19:04
Signaler
C'est finie l'aventure des Rafale au Brésil, solidarité BRICS oblige, désormais ce pays s'intéressera aux avions russes, autant performants et de loin plus avantageux en termes de prix.

le 22/12/2014 à 19:36
Signaler
@Jet Privé, je ne savais pas que le Gripen NG est un avion russe! Après les avions invisibles (voir plus bas), bravo pour votre culture aéronautique

le 23/12/2014 à 11:53
Signaler
D'autant plus que le Gripen est reconnu comme notablement moins performant que les avions de même génération. Même la Suisse n'en a pas voulu finalement. Après c'est indubitable, il est moins cher car bourré de composants américains vendus sur éta...

à écrit le 22/12/2014 à 12:03
Signaler
En résumé : Bercy est au-dessus du pouvoir politique, la coface comme les banquiers sont frileux (ah bon ?) et pour conclure les américains ou les russes vont vendre a notre place. Elle est pas belle la vie ? Les fonctionnaires de Bercy seront toujou...

le 22/12/2014 à 12:32
Signaler
Quand les banques coulent, on leur reproche des prises de risques inconsidérées. Il faut savoir ce qu'on veut. Si l'on estime que les risques sont supérieurs aux gains, il faut s'abstenir.

le 22/12/2014 à 13:03
Signaler
Mons banquiers sont frileux parce que cela fait longtemps qu'ils ne font plus leur travail ! Je vous rappelle que les contribuables les ont souvent sauvés dont dernièrement la Société Générale. En retour ? Rien...

à écrit le 22/12/2014 à 10:56
Signaler
Dans toute les façon il vaut mieux vendre les avions civils comme l’exquis "falcon 5x" que les engins de la mort ! Malheureusement, l'homme et les pays sont trop sauvages pour se tourner vers le pacifisme dans l'époque actuelle !

à écrit le 22/12/2014 à 10:43
Signaler
Encore une fois. Je constate que nous avons des articles pour dire que nous sommes proche d'un accord de vente , puis un autre pour dire que cette accord s'éloigne.Bref pas grand chose de nouveau !

à écrit le 22/12/2014 à 10:32
Signaler
ONT S EN FOU DES VENTES D ARMES DASSAUS A QUE SE RECONVERTIR DAND LES NOUVELLES TECNOLOGIES???

le 22/12/2014 à 10:39
Signaler
VOUS, C'EST PAS LA PEINE DE VOUS RECONVERTIR DANS LE SECRETARIAT OU L'EDUCATION NATIONALE AVEC VOTRE NIVEAU.

le 22/12/2014 à 15:23
Signaler
Surtout que Dassault systèmes fait du logiciel, donc de la technologie de pointé, vous devriez le savoir.

le 22/12/2014 à 20:34
Signaler
JE N AI PAS LES MOYENS D AVOIR UNE SECRETAIRE COMME CERTAIN JOURNALISTES. PATRONS .OU ECRIVAIN? SINON POUR MOI LA SANTE CA VAS EST VOUS???

le 22/12/2014 à 22:03
Signaler
Verite, visiblement la touche majuscule de votre clavier est bloquée.

à écrit le 22/12/2014 à 10:26
Signaler
dassaut est assez lourd pour faire un crédit fournisseur tout seul comme un grand ou faire un montage financier adéquat.

le 22/12/2014 à 11:32
Signaler
On parle d'avions militaire ici pas d'avions civil, donc c'est l'état qui vend car c'est l'état qui a payé le financement intégrale de cet avion. De plus, aucune grande entreprise ne vend à crédit sur fond propre pour de tels contrats. Vous croyez ...

le 22/12/2014 à 11:53
Signaler
Petit rectificatif, Dassault et team Rafale ont bien contribué aussi au développement de cet avion.

le 22/12/2014 à 15:06
Signaler
Quand je parlais de montage financier que dassault aille voir les banques et apporte les garanties que il faut pour le montage. Pourquoi ce serait vous ou moi qui financerions les ventes après avoir largement paye le développement du "meilleur" avion...

le 22/12/2014 à 15:11
Signaler
Quand on voit passer les méga ventes d Airbus parfois à des compagnies exotiques et étatiques je n entends pas parler de garantie de l état français...

le 22/12/2014 à 16:05
Signaler
Très bien, Nico, mais il ne faut pas oublier qu'il y a Poutine aussi…. à bon entendeur.

le 23/12/2014 à 11:00
Signaler
@NICO "Quand je parlais de montage financier que dassault aille voir les banques et apporte les garanties que il faut pour le montage." Une entreprise vendeuse ne peut se porter garante de son propre client ! A quoi bon passer par une banque alors ...

à écrit le 22/12/2014 à 10:24
Signaler
Entreprise privée = financement privé ....

le 22/12/2014 à 11:00
Signaler
Pas en France. Entreprise privée de copains = financement publique

le 22/12/2014 à 12:34
Signaler
Pourquoi l’Égypte ne fait pas comme tous le monde, se financer sur le "Saint Marché", dont tous les libéraux ventent les mérites inestimables ? Pourquoi un financement publique quand l'état dit que les privatisations sont plus performantes ? Toujours...

le 22/12/2014 à 19:25
Signaler
Dassault est publique

le 24/12/2014 à 16:08
Signaler
Dassault Aviation n'est pas une entreprise publique. Son capital est détenu à 50,55% par le groupe Dassault, le reste 46% par EADS et le solde par des particuliers

à écrit le 22/12/2014 à 10:20
Signaler
C'est sûr qu'avec ça on va passer des mauvaises fêtes ...

à écrit le 22/12/2014 à 10:10
Signaler
de toute façon pour vendre des rafales il faut les brader, il est foutu cet avion, le temps est passé par là.

le 23/12/2014 à 11:58
Signaler
Le Rafale est un excellent avion et probablement l'avion le plus adapté aux guerres modernes car il sait tout faire, et il le prouve. Il n'a pas besoin d'un sherpa pour bombarder comme l'Eurofighter, meilleure endurance et plus grand emport qu'un F35...

à écrit le 22/12/2014 à 10:06
Signaler
Ils veulent bien acheter des rafales, mais sans trop les payer . A ce compte là, il y aura beaucoup d'acheteurs . Ainsi, non seulement l'état finance Dassault mais en plus, devrait prendre la vente à son compte . Merci pour le contribuable .

à écrit le 22/12/2014 à 9:57
Signaler
Une fois de plus, le grain de sable...

à écrit le 22/12/2014 à 9:35
Signaler
Vu les enjeux il serait douteux que ca capote à Bercy sans raison aucune. D'ailleurs Bercy n'est pas une banque et le contribuable français n'a pas assumer les impayés potentiels de Dassaut...

à écrit le 22/12/2014 à 9:32
Signaler
les valses hésitation refletent bien la mentalité du gouvernement qui soit disant veut sauver des emplois !!!!!! mais refuse de vendre a l'export meme de l'armement pour des questions d'hésitation diplomatique cela va faire encore le jeu des amieric...

le 22/12/2014 à 15:22
Signaler
Les Valls hésitations...

à écrit le 22/12/2014 à 9:32
Signaler
les valses hésitation refletent bien la mentalité du gouvernement qui soit disant veut sauver des emplois !!!!!! mais refuse de vendre a l'export meme de l'armement pour des questions d'hésitation diplomatique cela va faire encore le jeu des amieric...

le 22/12/2014 à 10:27
Signaler
Entreprise privée = gestion privée = résultats privés = financements privés...!! L'Etat n'a pas à intervenir dans les transactions financières privées et à gérer du rique financier...

à écrit le 22/12/2014 à 9:30
Signaler
C'est combien, le montant de l'opération : 5 milliards, ... ou 3,6 ?? Et dans la poche de qui a disparu la différence ???

le 22/12/2014 à 13:41
Signaler
3,6 milliards pour les rafales, 5 à 6 milliards pour les rafales + fregattes.

le 22/12/2014 à 15:20
Signaler
3,6 pour les rafales, 5 avec les frégates...

à écrit le 22/12/2014 à 9:29
Signaler
Bien qu'étant fan du Rafale, il faut savoir rester pragmatique et faire des contrats "crédibles". En effet, je comprend la frilosité de Bercy qui exige certaines garanties pour pouvoir débloquer les crédits. Si nous n'avons pas vendue de Rafale au M...

le 22/12/2014 à 11:09
Signaler
En fait les US subventionnent comme celà et indirectement leurs industries là ou l'OMC l'interdit .Un financement aux conditions très larges envers un pays quel qu'il soit , n'est plus une subvention ..... On en revient donc au discours de savoir qu'...

à écrit le 22/12/2014 à 9:22
Signaler
Licencions 10 % des effectifs pléthoriques de BERCY et BERCY deviendra tout d'un coup beaucoup plus performant...

à écrit le 22/12/2014 à 9:17
Signaler
Vu d' un citoyen lambda, il est difficile de comprendre que Bercy puisse imposer sa loi. A un tel niveau, il semble que l'Elysée impose et les administrations disposent. Telle une entreprise, une administration ne doit pas être une démocratie. Si de...

à écrit le 22/12/2014 à 9:03
Signaler
Cette version des choses est proprement scandaleuse. Il serait temps plutôt que de leur vendre des avions que l'on fasse un don à la banque alimentaire tant est abyssale leur pauvreté .

le 22/12/2014 à 9:12
Signaler
Et tant est abyssal le montant d'argent public qui a été "investit" dans cette camelotte invendable, il faut le dire aussi !

le 23/12/2014 à 14:57
Signaler
camelotte ? quel ignorance . cette avion c le top du top . armement c est politique avant tout .

à écrit le 22/12/2014 à 8:59
Signaler
vendre ca sert a rien, ce qui est interessant c'est d'etre paye et d'etre rentable.... moi j'envisage d'acheter une bugatti veyron, mais le concessionnaire hesite et ne veut pas me procurer le financement que je n'ai pas l'intention de lui rembours...

à écrit le 22/12/2014 à 8:54
Signaler
Vendons leurs d'abord de quoi manger. Le peuple égyptien a besoin de pain pas de rafales

à écrit le 22/12/2014 à 8:52
Signaler
Avec votre article on a l'impression que vous êtes en faveur de faire des contrats avec des pays qui ne sont pas en mesure de payer leur facture. Vous allez mettre en bas du contrat ? " Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vo...

à écrit le 22/12/2014 à 8:50
Signaler
Le contribuable français n'a pas à offrir des rafales à l'Egypte .

à écrit le 22/12/2014 à 8:48
Signaler
Au fait cet avion est un vrai flop commercial, mais Dassault, comme d'habitude, veut faire porter le chapeau aux autres. Les années passent, on parle déjà de chasseurs de sixième génération, d'avions invisibles, et Dassault continue à quémander de l'...

le 22/12/2014 à 16:35
Signaler
ce qui est pathétique, c'est votre commentaire, ce n"est pas Dassault qui vend mais l'Etat , c'est politique et les fonctionnaires disent non...! on sacrifie l'Egypte pour avoir le Qatar, on perdra les 2..

à écrit le 22/12/2014 à 8:43
Signaler
Ces fonctionnaires français sont un poison économiques et social, certes, mais il faudrait connaitre les détails de cette affaire avant de juger.

le 22/12/2014 à 11:08
Signaler
Il ne fallait pas légiférer sur les commissions, cela met Bercy en porte à faux, car ils deviennent pénalement responsables !

à écrit le 22/12/2014 à 8:36
Signaler
S'il y avait un patron (c'est à dire un chef de l'état), il taperait du poing sur la table et imposerait avec fermeté sa décision à Bercy qui s'executerait. Mais manifestement il n'y a pas de patron. En France les administrations font absolument ce...

le 22/12/2014 à 10:00
Signaler
Et vous, en tant que contribuable, etes pret à payer pour ce que l'Egypte ne paiera pas? il est vrai qu'on ne paye pas asssez d'impots en France...

le 22/12/2014 à 10:54
Signaler
En 2007, qui était le patron ?

le 22/12/2014 à 13:22
Signaler
@Iciailleurs: vous faites des raccourcis bien rapides. Je ne suis en rien Sarkozyste. Le monde n'est pas binaire. @rugby 78: Qui vous dit que l'Égypte ne paiera pas? Au final ces avions ce sont autant que la France ne sera pas obligée d'acheter à Da...

à écrit le 22/12/2014 à 8:31
Signaler
Maintenant c'est la faute à Bercy !!! mdr non mais…. si un jour (très hypothètiquement) Dassault va vendre un seul Rafale à un pays quelconque personne va croire au titre de La Tribune : "FInalement la France a vendu un Rafale à…."

à écrit le 22/12/2014 à 8:23
Signaler
Deuxième paragraphe : " Soit une opération évaluée entre 5 et 6 milliards d'euros." Quatrième paragraphe : " Pour signer ce contrat évalué à 3,6 milliards d'euros environ " Dites, M. Cabirol, vous vous relisez de temps en temps ou il y a entre 1,4...

le 22/12/2014 à 9:33
Signaler
Faut comprendre 3,6 milliards pour les rafale... Faut pas lire trop vite

à écrit le 22/12/2014 à 8:09
Signaler
Plutôt que de vendre et jamais être payé (hormis rétrocommissions)dont le passé fourmille, il vaut mieux ne pas vendre et que l'on commence par honorer les commandes de ceux qui eux payent.

à écrit le 22/12/2014 à 7:28
Signaler
Virons tous ces fonctionnaires à Bercy sui ne comprennent et ne comprendront jamais rien à l'économie. A part asphyxier led français ils n'ont aucune envie d'aider à la création d'emplois. Bercy est le dernier bastion communiste de cette planète.

le 22/12/2014 à 8:23
Signaler
Avec la législation et les risques, ils ne veulent peut-être pas avaliser les "commissions" occultes et se retrouver en garde à vue à la prochaine alternance !

à écrit le 22/12/2014 à 7:12
Signaler
Gardons notre argent pour pouvoir augmenter le RSA des fainéants qui croit encore plus vite que le SMIC

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.