Avions ravitailleurs MRTT : une commande groupée, une exploitation mutualisée

 |   |  610  mots
Les Pays-Bas, la Pologne et la Norvège vont négocier avec Airbus en vue d'acquérir dans le cadre d'une commande groupée quatre avions ravitailleurs A330 MRTT
Les Pays-Bas, la Pologne et la Norvège vont négocier avec Airbus en vue d'acquérir dans le cadre d'une commande groupée quatre avions ravitailleurs A330 MRTT (Crédits : Airbus Group)
Les Pays-Bas, la Pologne et la Norvège vont négocier avec Airbus en vue d'acquérir dans le cadre d'une commande groupée quatre avions ravitailleurs A330 MRTT. Enfin, un pas vers la mutualisation des équipements de défense.

Enfin, un pas vers la mutualisation de équipements militaires. Ainsi, les Pays-Bas, la Pologne et la Norvège vont négocier avec Airbus en vue d'acquérir dans le cadre d'une commande groupée et via l'Agence d'armement européenne (OCCAR) quatre avions ravitailleurs A330 MRTT, ont déclaré vendredi des responsables européens. "Les Pays-Bas, la Pologne et la Norvège ont décidé de préparer des négociations avec Airbus Defence & Space en vue de l'acquisition d'une flotte d'avions A330 multirôles de transport et de ravitaillement en vol", a annoncé dans un communiqué l'Agence européenne de défense (AED). L'objectif est de parvenir à un contrat signé fin 2015.

Le ministère néerlandais de la Défense a précisé que le consortium envisageait d'acheter quatre appareils, qui seraient exploités en commun par les trois pays, ajoutant que d'autres nations pourraient rejoindre le projet par la suite. Peut-être la Belgique, voire l'Espagne, selon nos informations. Pour l'heure, les Belges souhaiteraient simplement acheter des heures de vol. Ce qui est possible, selon l'AED. En attendant de nouveaux entrants, une première capacité opérationnelle est attendue en 2019, a précisé l'AED.

Vers une flotte d'avions ravitailleurs européens mutualisés

Dix pays européens - Belgique, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal et Norvège - avaient signé en novembre 2012 un accord pour que l'Europe se dote d'ici à 2020 d'une capacité commune d'avions multirôle de ravitaillement en vol et de transport. "Ces dix pays signataires et d'autres futurs contributeurs feront l'acquisition ou utiliseront en commun une flotte d'aéronefs destinée à répondre au besoin de ravitaillement en vol des Européens en opérations, dans le même esprit que le Commandement du transport aérien européen (EATC)", avait alors souligné un communiqué du ministère de la Défense.

Inauguré en septembre 2010, l'EATC, dont le commandement est basé à Eindhoven (Pays-Bas), permet aux armées allemande, belge, française et néerlandaise de partager leurs moyens de transport aériens. Ce qui a été le cas avec succès pour l'opération Harmattan en Libye. "L'EATC a montré sa pertinence lors d'Harmattan", avait confirmé en octobre 2012 devant les députés le chef d'état- major de l'armée de l'air, le général Denis Mercier. Pour autant, en matière de ravitaillement, "l'Europe ne dispose pas de capacités pouvant assurer son autonomie comme l'avait montré l'opération Harmattan menée en Libye en 2011 où 75 % du ravitaillement en vol avait été opéré par d'autres que les Européens", a précisé le communiqué.

Près de 10 milliards d'économies grâce à la mutualisation

La directrice exécutive de l'Agence européenne de défense (AED), Claude-France Arnould, avait quant à elle estimé en janvier 2013 devant la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat, que "si nous nous mettions ensemble au niveau européen, nous pourrions faire 1,8 milliard d'euros d'économies dans le spatial, 5,5 milliards dans les programmes de véhicules blindés, et 2,3 milliards sur dix ans pour les frégates". Soit 9,6 milliards d'euros d'économies.

Le 13 décembre 2012, 26 pays membres de l'AED avaient indiqué qu'ils allaient systématiquement passer en revue leurs programmes en vue de favoriser dans le cadre d'un code de bonne conduite le "pooling and sharing" (union et partage) des capacité de défense dans leurs prochains achats. "Le code de conduite peut être un vrai tournant", avait assuré Claude-France Arnould. Sans aucun succès notoire jusqu'à la volonté exprimée récemment par les Pays-Bas, la Pologne et la Norvège d'acquérir quatre A330 MRTT.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2014 à 18:28 :
Ça va être rigolo quand tout le monde en aura besoin en même temps...
a écrit le 24/12/2014 à 0:55 :
KOKORIKO !!
a écrit le 23/12/2014 à 21:41 :
Nous devons nous aussi acheter une douzaine de MRTT dans les années à venir. Pourquoi ne nous associons nous pas avec eux pour négocier un meilleur prix ?
Réponse de le 24/12/2014 à 0:57 :
avec qui ?
Réponse de le 24/12/2014 à 8:28 :
avec eux.
Réponse de le 31/12/2014 à 19:41 :
Parce que le contrat pour l'achat est déjà négocié...
a écrit le 23/12/2014 à 16:14 :
Une mutualisation ? Un abandon plus certainement. Les pays sont contraints à une obligation de participation financière de défense européenne ou la fourniture d'équipements. Ils organisent alors à minima les dépenses. Ils achètent le produit qui leur demandera le moins d'investissement possible tout comme très peu de militaires et qui puissent se partager à l'acquisition ou se louer si besoin. La Norvège qui se dit qu'il faudra bientôt être dans le groupe européen et doit des contreparties aux avantages énormes qui lui sont accordés, se joint au pacte. Elle se félicite dans sa logique affectée d'enfant de coeur que les ravitailleurs ne soient pas des armes directes et que les parts puissent être le cas échéant revendues. On a compris que le militaire ancien ne serait plus le militaire futur fait de drones et de coupures internet.
Réponse de le 26/12/2014 à 23:58 :
" À MINIMA " !!! Pour commencer travaillez votre latin. On dit a minima
a écrit le 23/12/2014 à 11:39 :
Enfin la défense européenne commence à bouger.
a écrit le 23/12/2014 à 9:33 :
Bonjour, il est claire que cette commande est bien venue, car ces état tres pro USA s'équipe cher l'oncle sam.... Un bon début pour la mise en avant des matériel de défense europeen. Il ne pourra y avoir de défense commune sans un effort des 27 état de l'union...
Réponse de le 23/12/2014 à 12:08 :
Oui, je suis bien d'accord. Le fait que l'initiative vienne de pays plutôt considérés comme les "cancres" de la préférence européenne lorsqu'il s'agit de défense est un sacré signal adressé aux pays qui se considèrent, à tort ou à raison, comme 'moteur'.
Bon malheureusement, entre 4 ravitailleurs et des des dizaines d'avions de combat, on n'est pas tout à fait dans les mêmes échelles. Mais espérons que ce soit un premier pas!
a écrit le 23/12/2014 à 8:59 :
Un petit premier pas mais cela doit aller plus loin et cesser de commander les avions de chasse aux US nous avons en Europe 3 fabricants ce qui veut dire que l'offre est suffisante avec des technologie suffisante pour les armées européennes. pour quand la sanction de celui qui ne commande pas UE?
a écrit le 23/12/2014 à 8:12 :
10 contre un que la Pologne ne commande rien au Français...
Réponse de le 23/12/2014 à 13:51 :
Et 20 conre un que jamais la France fera une commande groupée avec d autres pays de l UE.
Réponse de le 24/12/2014 à 2:49 :
Mal vu faut se renseigner : A400 M programme européen A330 mrtt aussi drone neuron programme Franco anglais watchkeeper programme anglais récupérer avec les français ect... Faut réviser ! Les français sont les seuls à faire avancer les choses!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :