Airbus joue sa survie, la France et l'Allemagne à sa rescousse

Les Etats-Unis ont mis en joue Airbus. Emmanuel Macron et Angela Merkel sont unis pour sauver le constructeur aéronautique, en danger de mort. Une survie qui pourrait passer par la nomination d'une nouvelle direction.
Michel Cabirol

9 mn

(Crédits : Hannah Mckay)

Le dossier est explosif, très explosif. Trop peut-être. Il est fort probable qu'il fasse pschitt malgré tout. Selon les informations que La Tribune a recueilli durant son enquête, tout le monde se tient chez Airbus entre les nouveaux "parias" du groupe et les nettoyeurs mais aussi au niveau des Etats. Car ce dossier ne concerne pas n'importe quelle société  en Europe : Airbus est l'une des entreprises industrielles les plus emblématiques du Vieux Continent, sinon la plus emblématique. Airbus est même la fierté de la France et de l'Allemagne, le symbole de leur coopération.

Mais aujourd'hui Airbus est en danger de mort, des enquêtes sont ouvertes en Grande-Bretagne et en France sur des éventuels faits de corruption. Les États-Unis sont quant à eux en embuscade. Sa survie va donc dépendre de l'équilibre des forces entre d'un côté l'Allemagne et la France, et de l'autre les États-Unis. Il y aura bien sûr des concessions de part et d'autre de l'Atlantique et certainement des habillages de communication habiles pour faire croire à la sévérité des sanctions. Au sein du groupe, personne n'a également intérêt à aller au bout de l'histoire car chacun sait où est son intérêt (financier) à éviter de déclencher le premier les hostilités même si un grain de sable peut toujours se glisser. Explications sur un dossier où la morale est bannie...

Le bal des hypocrites chez Airbus

Chez Airbus, il y a donc d'un côté les "parias" du groupe, très clairement tous issus du feu service SMO (Strategy Marketing Organization), anciennement dirigé par Marwan Lahoud et, avant lui, par Jean-Paul Gut. Une équipe qui disposait d'un réseau et d'une influence incroyables à travers le monde et qui était capable de vendre de la glace à des esquimaux. A tel point que des passerelles très fortes existaient entre les grands commerciaux de SMO (160 personnes environ) et les services secrets français, assure-t-on à La Tribune. Les commerciaux rendaient compte de leurs affaires et des négociations dans des pays dits compliqués aux seconds, qui en retour, les aidaient ponctuellement. Des échanges en quelque sorte de bon procédé. Ce système faisait partie tout simplement de l'influence française dans les coulisses du monde.

SMO a donc fait gagner des milliards d'euros de commandes au groupe et des millions de primes, indexées sur les contrats signés, aux dirigeants d'Airbus. C'était le bon temps où chacun croquait sa part avec gourmandise et insouciance. Trop. Car des centaines de millions de commissions aux intermédiaires ont été validées pendant des années par la direction financière d'Airbus, voire par les plus hauts dirigeants du groupe quand le montant des contrats grimpaient à des sommets himalayens, explique-t-on à La Tribune.

Bien sûr, les chèques destinés aux intermédiaires ont également été signés par la direction financière du groupe, précise-t-on. Y compris ceux qui portaient des "valises de billet" pour arroser les milieux politiques ou autres pour obtenir des commandes dans certains pays sensibles. Une pratique courante et nécessaire pour la plupart des groupes qui commercent dans ces pays. Pas question donc de les déclarer à l'UK Export Finance (UKEF) ou même à la Coface, qui exigent les noms des intermédiaires et le montant des commissions pour accorder un financement à l'export. Mais ce temps est désormais révolu depuis les enquêtes lancées en 2016 par le Serious Fraud Office (SFO), l'agence britannique anti-fraude, puis le Parquet national français (PNF).

Aussi tous ceux qui ont fait gagner des milliards au groupe et des millions à leurs dirigeants et/ou ont servi Marwan Lahoud sont devenus des parias dans le groupe. De tolérés par Tom Enders, qui ne les a jamais vraiment trop appréciés mais en avaient besoin (voir l'enquête de Mediapart), ils ont été bannis du jour au lendemain à la suite des audits internes confiés à partir de 2014 à des cabinets d'avocats américains. Leurs investigations se concentreraient sur la période 2011-2017. "Il y a eu des errements, des dysfonctionnements. C'est grave", nous confie une source en interne. Résultat, la plupart des dirigeants de SMO ont quitté un à un le groupe, nantis de gros chèques assortis de clauses de confidentialités très strictes. Des départs que la direction justifie pour la majorité d'entre eux par l'opération d'intégration du groupe lancée en septembre 2016 par Tom Enders. Ils n'avaient plus leur place dans la nouvelle organisation... Ce qui fait sourire les connaisseurs du dossier. Ainsi, après Anne Tauby, directrice du Marketing et de la Globalisation du groupe, c'est au tour du directeur de la région Asie-Pacifique Pierre Jaffre d'être le prochain sur la liste de Tom Enders et de son directeur juridique John Harrison, appelé en renfort en 2015 par le PDG d'Airbus pour faire le nettoyage.

Et surtout, les bannis, rompus aux méthodes du business mondial, n'ont évidemment pas oublié d'emporter avec eux dans leurs cartons des documents compromettants pour la direction pour se protéger. Bien sûr, ils n'ont aucune raison de les faire sortir tant que... l'équilibre de la terreur n'est pas rompu. Jusqu'ici ce qui est sorti dans la presse ne représente qu'une infime partie de l'iceberg même si "99% des contrats ont été faits dans les règles", rappelle un ancien de la maison. Mais les petites mains du SMO à l'image de certains juristes, qui n'ont pas été aussi bien traitées par la direction que certains responsables, tiendront-elles leur langue si leur vie professionnelle est à jamais brisée ? A voir...

Les dirigeants d'Airbus, dont Tom Enders, qui s'est soumis selon nos informations, aux enquêtes internes du groupe en confiant son téléphone et ordinateur professionnels aux enquêteurs, plaident quant à eux l'ignorance sur des faits éventuels de corruption. "Il y a deux niveaux de responsabilité : ceux qui ont eu de mauvais comportements et ceux qui ont des responsabilités managériales dans le groupe", fait-on valoir en interne. Très clairement, la direction la joue en reprenant la formule tristement célèbre : "responsable mais pas coupable". Une ligne de conduite fragile si des documents compromettants venaient finalement à sortir... En outre, le SFO demande à Airbus des coupables, qui ne sont pas protégés des poursuites pénales par l'accord passé entre le groupe et l'agence britannique. Qui va payer pour tout le monde? Certains des bannis sont prêts à rendre coup pour coup.

Que vont faire les Etats-Unis?

Les Etats-Unis vont-il s'inviter dans ce dossier? C'est la question qui trotte dans toutes les têtes des acteurs de cette affaire d'Etat(s). Mais ils y sont déjà comme le révèle Le Monde. En revanche, ce qu'ont pu faire impunément les Etats-Unis avec Alstom, il n'est pas sûr qu'ils puissent infliger le même châtiment à Airbus sans coup férir. Pour sauver le constructeur européen, joyau industriel européen, "la France est prête à rendre coup pour coup si les Etats-Unis recommencent à faire du terrorisme économique" avec ce  dossier, assure-t-on à la Tribune.

Les Etats-Unis vont donc devoir analyser les conséquences d'une attaque contre Airbus et en jauger les avantages et les inconvénients. Car après Alstom, Technip, Total, BNP ou encore Crédit Agricole qui ont courbé l'échine face aux Etats-Unis, Airbus serait la goutte d'eau qui ferait déborder le vase. Trop, c'est trop. Clairement, le dossier Airbus peut basculer dans une guérilla potentiellement mortifère des deux côtés de l'Atlantique dans le cadre de la guerre économique que se livrent les Etats-Unis et l'Europe. D'autant que le comportement du département de la justice américain (DoJ) est de plus en plus considéré en Europe comme un comportement de "voyou", fait-on valoir en France.

Pour les Etats-Unis, la question est de savoir si le jeu en vaut vraiment la chandelle. La France a fait passer le message, calqué sur celui de la dissuasion nucléaire : vous attaquez, nous ripostons. Car la France a un nouvel outil, la loi Sapin 2, qui permet cette riposte. Des dossiers seraient déjà constitués. Enfin, si Airbus disparaît, les Etats-Unis pourraient se retrouver en duopole avec les Chinois. Le veulent-ils vraiment? A suivre.

La loi Sapin 2 dispose qu'en cas d'infractions relatives à la corruption commises à l'étranger par un Français, une personne résidant habituellement en France ou exerçant tout ou partie de son activité économique sur le territoire français, la loi française est applicable en "toutes circonstances".

Macron et Merkel, unis pour sauver Airbus

En France, le dossier est personnellement pris en main par Emmanuel Macron après avoir longtemps été sous-estimé par François Hollande. Le président et son plus proche entourage ont pris conscience de l'extrême gravité de la situation et seraient prêts à en découdre. "C'est l'un des dossiers les plus sensibles et les plus secrets" du moment explique-t-on à La Tribune. C'est également un dossier régulièrement évoqué dans les échanges fréquents entre Emmanuel Macron et Angela Merkel, qui a des relations extrêmement froides avec Tom Enders. "C'est leur sujet prioritaire. Les deux Etats sont déjà intervenus sur le thème : 'il faut mettre fin à ce bordel qui menace la pérennité du plus gros acteur industriel en Europe'", decrypte-t-on.

Chez Airbus, qui s'est dénoncé auprès du SFO pour fuir la justice américaine, on assure que le sérieux de l'enquête de l'agence britannique permettra de maintenir les Etats-Unis en dehors du dossier. Faut-il rappeler que le gouvernement Blair avait enterré en 2006 une enquête du SFO sur le très sulfureux contrat Al-Yamamah avec l'Arabie Saoudite. Il avait invoqué la "relation stratégique essentielle" entre les deux pays et expliqué que l'enquête pourrait nuire à la sécurité nationale. Peu de temps après, Londres signait un très important contrat militaire avec Ryad. Comme quoi la raison d'Etat et l'hypocrisie font bon ménage...

Pour autant, chacun a bien conscience qu'il faudra sortir de ces affaires par le haut... avec forcément des compromis à la clé. "Il y a vraiment un problème de gouvernance", affirme-t-on au sein du gouvernement. Selon une source proche du dossier au sein de l'Etat, une réflexion serait d'ailleurs engagée sur une opération "main propre" à la tête d'Airbus, qui impliquerait le départ de tout le comité exécutif du groupe, Français compris. Problème, qui pour les remplacer? La question n'est pas encore semble-t-il résolue. Et Angela Merkel doit encore former sa coalition dans la douleur. Mais le moment de vérité approche. Alors, pschitt ou bang bang ?

Michel Cabirol

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 69
à écrit le 19/10/2017 à 15:29
Signaler
Vingt-six experts plaident pour une agence de recherche franco-allemande de défense : http://www.electroniques.biz/index.php/economie/vie-de-la-profession/item/60675-vingt-six-experts-plaident-pour-une-agence-de-recherche-franco-allemande-de-defense

à écrit le 18/10/2017 à 22:32
Signaler
A entendre nos politiques, Airbus était un fleuron de l'industrie française!!!! Ils n'ont jamais dû demander quelle était la part qui revenait réellement à l'industrie française dans le prix d'un A320.

à écrit le 18/10/2017 à 12:21
Signaler
Marwan Lahoud ! Le frère de celui de l'affaire "ClearStream" !

à écrit le 17/10/2017 à 19:14
Signaler
Est ce si compliqué de rendre la monnaie de leur pièce aux américains ? Simple l'UE fait une loi qui dit que la justice européenne prime elle aussi sur le droit des états y compris les USA. Ensuite on attaque pour commencer les GAFA. On se rembourse ...

à écrit le 17/10/2017 à 16:33
Signaler
Dès lors qu'il est question de gros sous, tout le monde se transforme en "voyou"...

à écrit le 17/10/2017 à 16:13
Signaler
Nasser va racheter Airbus

à écrit le 17/10/2017 à 13:27
Signaler
Superbe article ,polar tout en finesse,à la Carlo Emilio Gadda.nous sommes si petits devant le monde du business et ses raisons...

à écrit le 17/10/2017 à 13:05
Signaler
Il est évident qu'Airbus est un concurrent majeur pour Boeing et que l'administration US emploiera tous les moyens possibles (chantage, pressions de toute sorte, ...) pour affaiblir Airbus. Mais il est temps que l'Europe réagisse et commence à se déf...

le 18/10/2017 à 1:56
Signaler
A ce niveau là, ce n'est plus une affaire d'Europe mais de services secrets

à écrit le 17/10/2017 à 11:53
Signaler
Très étonnant ce danger soudain de voir Airbus disparaître. L'entreprise est donc bien fragile . On se fiche se qui ! Surtout ne pas faire comme BNP PARIBAS qui laissé une fortune aux USA suite à une erreur stratégique de gestion alors que ces de...

à écrit le 17/10/2017 à 10:55
Signaler
Donc si j'ai bien compris, le CHAMPION a besoin l'aide des Etats pour survivre, mais en même temps il a assez d'argent pour acheter la partie de Bombardier qui perd de l'argent.

le 17/10/2017 à 21:39
Signaler
Où avez vous vu qu'Airbus demande une aide financière aux états?

le 19/10/2017 à 16:00
Signaler
"acheter la partie de Bombardier qui perd de l'argent." Je ne suis pas certain que vous ayez tout compris ! Est-ce la dernière blague de Toto?

à écrit le 17/10/2017 à 9:54
Signaler
"fierté de la France et de l'Allemagne, le symbole de leur coopération" certe mais aussi et surtout une entreprise passée sous la main de l'Allemagne au dépend de la France. La survie de groupe en jeu???? depuis qd une scandale peut détruire un grou...

à écrit le 17/10/2017 à 8:39
Signaler
Il est urgent de mettre fin au racket des anglo-saxons sur les entreprises étrangères ..... ou d'employer les mème méthodes et là ce sera la guerre commerciale .... mondialisée !

à écrit le 17/10/2017 à 7:35
Signaler
Il faut appliquer la note n°6 du CAE. Mais qui est capable de le comprendre?

à écrit le 16/10/2017 à 21:59
Signaler
"sous estimé par Hollande" 5 longues années à glander et il ose encore la ramener et donner des leçons.

à écrit le 16/10/2017 à 21:38
Signaler
Mais de quoi parle t on !D’avion civil ou militaire !L’Europhagter est un avion anglo/allemand/italien /espagnol .On voit donc mal les anglais eux-mêmes mettre des bâtons dans les roues d’Airbus ils ont des usines Airbus en Angleterre .De plus il est...

à écrit le 16/10/2017 à 19:56
Signaler
Je préfère l' analyse une nouvelle fois exacte et anticipatrice d' ASSELINEAU et de l' UPR qui devançait l' actualité du jour après le dépeçage d' Alstom .. "France : un butin en cours de pillage Airbus attaqué par les États-Unis, le scénario de la r...

à écrit le 16/10/2017 à 19:16
Signaler
tricheurs, magouilleurs et pris la main dans le sac . Qu'lis meurent , ça ne changera ni ma vie ni mes impots !

le 16/10/2017 à 23:08
Signaler
Détrompez vous.

le 17/10/2017 à 11:09
Signaler
@leon: vu ce que rapporte airbus de façon directe et indirecte s'il coulait (j'en doute fort) ça changerait vos impots déjà, en plus le licenciement de milliers de personnes ne vous gène guère il semblerait que votre égoïsme et sans limite, surtout p...

à écrit le 16/10/2017 à 18:50
Signaler
La dernière chose dont ait besoin Airbus c'est que la France et l'Allemagne, que Tom Enders avait réussi à marginaliser, viennent intervenir à nouveau dans la gestion de son groupe, fut-ce au prétexte de "voler à son secours". Cet article ressemble f...

à écrit le 16/10/2017 à 18:32
Signaler
L'UE lance des attaques répétées contre AFAG depuis des années. Il ne faut pas rêver, les WASP vont riposter.

le 17/10/2017 à 8:40
Signaler
.... lexique !

à écrit le 16/10/2017 à 18:25
Signaler
Moi quelque part , ça me fait plaisir de voir que l'UE a compris que les USA leur menaient une guerre commerciale et qu'ils soient prêts à répliquer. Après il y aura toujours les idiots utiles des USA qui diront que le problème est ailleurs, que la ...

à écrit le 16/10/2017 à 17:37
Signaler
Voilà l'avantage de créer des "champions" de tout et n'importe quoi. L'état et les contribuable doivent intervenir de temps en temps pour les sauver sans contrepartie alors que les responsables, souvent liés à la politique, se mettent plein les poch...

à écrit le 16/10/2017 à 16:28
Signaler
Belle revanche des Anglais que l'on méprise depuis leur décision démocratique (SFO = Anglais) ! Si vous ajoutez le moteur du 380 qui explose (impressionnant) c'est le parfait timing ! Ca va être chaud et tout ça habillé d'une grande MORALE hahahahaha...

le 16/10/2017 à 19:18
Signaler
moteur GE/Pratt donc 2 fois US

à écrit le 16/10/2017 à 15:48
Signaler
"Elf" fut la poule aux oeufs d'or de l'administration Mitterand, nous découvrons ébahis qu'"Airbus" fut celle de l'administration Chirac. Le successeur de Noel Forgeard, Tom Enders, va-t-il tomber aujourd'hui avec un pied pris dans le marécage frança...

à écrit le 16/10/2017 à 15:07
Signaler
Mélenchon le dit partout. Il le dit depuis des années sur Alstom, et il le dit sur airbus. Mais évidemment, personne ne veut entendre car c'est un "rouge"...

le 16/10/2017 à 16:59
Signaler
Je ne vois pas ce que le fait que ce soit privé ou public (et airbus est quand même bien public) change aux poursuites pour corruption, surtout si les USA s'en mêlent.

le 16/10/2017 à 17:17
Signaler
Mais évidemment, personne ne veut entendre car c'est un "rouge".. Opportuniste serait mieux pour parler de ce type d'individu !!! Quand on dispose d'un patrimoine suffisant pour être classé comme riche et que l'on pratique le populisme pour classes ...

le 16/10/2017 à 17:31
Signaler
2 reponses à côté de la plaque. Airbus n'est pas public mon cher Mathieu, et c'était pas du tout mon sujet. Quant à l'autre, le patrimoine de Melenchon n'est pas le sujet non plus... Seulement, lui met ce genre de sujet sur la table fepuis des ann...

à écrit le 16/10/2017 à 14:03
Signaler
Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi AIRBUS en est arrvé là ! Les dirigeants d'AIRBUS sont ils devenus inconscients face aux USA qui attendent le moindre faux pas.... Cela parait incroyable ! C'est une guerre commerciale exacerbée et l'Eu...

à écrit le 16/10/2017 à 13:49
Signaler
Quand je vois certains commentaires, il me semble que certains confondent le commerce international avec les petits jeux au niveau des Bisounours ! Bien sur qu'il faut une certaine honnêteté, mais il faut s'adapter au contexte. Il ne faut pas venir ...

à écrit le 16/10/2017 à 11:58
Signaler
Pourquoi ne pas jeter un œil sur les contrats et pratiques des majors pétroliers US ou UK, au Nigéria, Tchad, etc..... ?

le 16/10/2017 à 12:55
Signaler
Plus Total en Afrique, avec tous les francais retraites en france mais quand meme au bulot en Afrique, non declare au fisc francais.

le 18/10/2017 à 14:22
Signaler
Le travail des retraités, aucun rapport !

à écrit le 16/10/2017 à 11:56
Signaler
Bientôt Thanksgiving ? Les guerres sont aussi économiques et cela démontre une fois de plus l’intérêt de renforcer l’Union Européenne et d’avancer groupés. Pour cet aspect, le Brexit constitue une erreur, mais peut on encore y faire quelque chose ? ...

à écrit le 16/10/2017 à 11:55
Signaler
Quand les américains vont jusqu'à "fabriquer" une crise en Ukraine pour fracturer l'UE et vendre leurs armes aux polonais, personne ne réagit. Quand Trump dénonce les accords avec l'Iran voyant que les européens vont refaire du commerce avec ce pays,...

à écrit le 16/10/2017 à 11:18
Signaler
Et la CIA et la NSA, vous croyez sans doute qu'ils aident pas un peu Boeing de temps en temps ? C'est une guerre commerciale.

à écrit le 16/10/2017 à 11:06
Signaler
Qu'on fasse le nettoyage au niveau de la direction générale!

à écrit le 16/10/2017 à 11:04
Signaler
il suffit de faire un peu de reciprocite avec boeing, et de regarder tout ce qui ne va pas..... les chinois se frottent les mains, la!

à écrit le 16/10/2017 à 10:32
Signaler
Boeing est blanc comme neige? Seul Airbus était obligé de transmettre des enveloppes pour obtenir certains marchés?

à écrit le 16/10/2017 à 10:19
Signaler
Ce qui me fait sourire c'est qu'à chaque fois qu'un groupe francais a des problemes avec la justice c'est comme par hasard diligenté par des anglo saxons. Ah quand les courtisans courbent l'échine quand ils manquent de respect.

à écrit le 16/10/2017 à 10:12
Signaler
après Alcatel, Arcelor, STX, Alstom, voici le prochain objet à dépecer !

le 16/10/2017 à 11:20
Signaler
Exactement et c était prévu voir l excellent reportage de lcp sur alstom ou à la fin un intervenant disait que la prochaine victime des USA c était Airbus on y est ....

le 16/10/2017 à 11:42
Signaler
@Olive et tout particulièrement Alcatel (Lucent-Huawei) rachetée par Nokia avec la promesse de création de postes à notre fringant ministre de l'économie Macron , vient d'être fossoyé pr Macron.

le 16/10/2017 à 11:43
Signaler
@Olive et tout particulièrement Alcatel (Lucent-Huawei) rachetée par Nokia avec la promesse de création de postes à notre fringant ministre de l'économie Macron , vient d'être fossoyé pr Macron.

le 16/10/2017 à 21:12
Signaler
parfaitement d'accord LCP a ete a la hauteur . je connais bien Alstom. une honte de Hollande Macron ministre du budget et influent aupres de Hollande seul Montebourg a réagit et démissionné ensuite.

le 17/10/2017 à 6:35
Signaler
Voir aussi l'histoire de Moulinex que des auteur et comédiens ont réussi à monter (sans subvention publique...) http://www.theatredelopprime.com/evenement/un-coeur-moulinex/

à écrit le 16/10/2017 à 10:09
Signaler
La situation doit être la même chez Boeing, la corruption est mondialisée, les paradis fiscaux ont de beaux jours devant eux.

à écrit le 16/10/2017 à 9:28
Signaler
Une nouvelle foirure du couple franco-allemand. la techno française, le pouvoir aux allemands

à écrit le 16/10/2017 à 9:13
Signaler
Voyons.... On va nous faire croire que les Américains ne font pas ça... Ils sont blancs comme neige bien entendu. Ils veulent détruire l'industrie européenne comme avec VW.

le 16/10/2017 à 11:15
Signaler
parce que a votre avis c est la CIA qui a implante un logiciel truqueur sur les diesel VW ? La fuite est d origine europeenne et c est parce que l UE n a rien fait que certains ont fait fuiter les document en californie ... PS: la famille Lahoud ...

le 16/10/2017 à 18:03
Signaler
@cd Vous ne comprenez pas le fond de l'affaire. Quand une entreprise américaine commet une faute, les USA mettent des millions d'amendes, quand les européens commettent une faute, c'est la même somme multiplié par 5. Le problème c'est la non-réci...

à écrit le 16/10/2017 à 8:56
Signaler
"Chez Airbus, qui s'est dénoncé auprès du SFO pour fuir la justice américaine" Rappelez moi, le SFO, ce sont bien les Britanniques, les mêmes qui sont en train de négocier pour sortir de l'UE ?...

à écrit le 16/10/2017 à 8:46
Signaler
"Terrorisme économique." Parce que faire venir des roumains et des polonais payés 400 euros par mois faire du dumping social c'est pas du terrorisme économique peut-être ? Ah quand il faut défendre nos salariés les politiciens ils sont absent...

à écrit le 16/10/2017 à 8:33
Signaler
Pourquoi avoir confié les audits à des cabinets US ,

à écrit le 16/10/2017 à 8:32
Signaler
Airbus a suffisamment de réserves pour payer une amende, même salée. C'est surtout Tom et son entourage qui jouent leur tête. Ceci étant, nul doute qu'une porte de sortie moelleuse leur sera offerte. Pour le reste, cela va permettre aux états de repr...

le 16/10/2017 à 8:45
Signaler
L'équipe de direction de Airbus pourra demander à Aliou Boubacar DIALLO pou à Olivier COURIOL de les rejoindre à la tête de la mine fantome du Mali où ils ont grassement gagnés 10 millions de dollars de commission. Pas de doute même si la mine est F...

le 18/10/2017 à 1:32
Signaler
"Helmuth" 16 oct 08:32 « une porte de sortie moelleuse leur sera offerte » Une manière de dire qu'ils l'ont "dans l'os" ? ;) Versailles, Wed 18 Oct 2017 01:32:10 +0200

le 18/10/2017 à 1:44
Signaler
"bob boulibaly" 16 oct 08:45 « la mine fantome du Mali » Je suppose que vous pensez aux "mines" plus ou moins imaginaires d'URAMIN, qui se trouvent dans 5 pays d'Afrique, dont le Mali ne fait pas partie (et IIRC principalement au Niger). Voir https:...

à écrit le 16/10/2017 à 8:27
Signaler
Les Américains utilisent la même ficelle que l'affaire GE Alstom avec le nucléaire et je crains que non édiles soient mal formés pour contrer la riposte. L'affaire est grave !!!!!!

à écrit le 16/10/2017 à 7:14
Signaler
"la France est prête à rendre coup pour coup si les Etats-Unis recommencent à faire du terrorisme économique" . vous êtes sérieux , avec quoi ??? nos TGV , ou nos biscuits LU .. mdr .. Allez confiez la direction de cette entreprise (Airbus ) à u...

le 16/10/2017 à 9:12
Signaler
On peut commencer par une riposte avec les GAFA. Si vous pensez que le calendrier est anodin, vous vous trompez. Il y a aussi une risposte sur Boeing, car ils ont aussi profité des largesses des Etats-Unis.

le 16/10/2017 à 18:16
Signaler
@benvoyon Il n'y a pas que la France dans cette histoire, il y a l'Allemagne également. Alors si vous pensez que les USA sont capable d'être en guerre commerciale contre la Chine d'un côté, la France, l'Allemagne et leurs alliés de l'autre, alors c'...

le 16/10/2017 à 23:14
Signaler
Juste pour info, LU est déjà Ricain ;)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.