Armement : Paris et Rome embarquent sur un projet de coopération dans le naval

 |   |  557  mots
Fincantieri va-t-il prendre 50% d'un ensemble composé de STX et Naval Group?
Fincantieri va-t-il prendre 50% d'un ensemble composé de STX et Naval Group? (Crédits : DCNS)
Le projet de rapprochement entre STX, Naval Group et Fincantieri avance. La France va-t-elle sacrifier ses intérêts au profit d'une coopération européenne en donnant à Fincantieri 50% d'un ensemble composé de STX et des bâtiments de surface de Naval Group?

La France et l'Italie "avancent" dans leur projet de constituer un champion européen dans le domaine des bâtiments de surface civils et militaires, selon la ministre des Armées, Florence Parly.  Ce projet permet à la fois au gouvernement français de démontrer sa volonté de privilégier l'Europe de la défense dans le domaine industriel et également de rattraper les effets désastreux de l'annonce de la nationalisation de STX auprès de Rome. Ce dossier sera au centre du prochain sommet italien prévu le 27 septembre prochain. L'industrie de défense "est un des catalyseurs de l'Europe de la défense", a d'ailleurs rappelé la ministre des armées.

"Je travaille actuellement à la constitution d'une alliance entre les industries navales militaires française et italienne, dans le domaine des bâtiments de surface, avec l'ambition de constituer à terme un leader mondial, a souligné mardi à Toulon lors de son discours de clôture de l'université d'été de la défense Florence Parly. Ce projet ambitieux avance, en concertation étroite avec les industriels concernés ; j'aurai l'occasion d'y revenir dans les prochaines semaines".

Début août, les gouvernements français et italien avaient déjà exprimé leur intention commune de "dépasser leurs différences sur l'équilibre de la structure du capital de STX". Paris et Rome avaient ainsi exprimé leur souhait de faciliter la "création d'une industrie navale européenne plus efficace et plus compétitive" dans le domaine civil et militaire. Comment ? En rapprochant "les forces de Fincantieri, de STX et de Naval Group" ce qui "permettrait de créer un leader européen global qui aura pour objectif d'être le plus grand exportateur sur les marchés civils et militaires, avec une activité significative dans les systèmes et les services", avait expliqué un communiqué commun de la France et de l'Italie.

Une opération en deux temps ?

Faut-il rapprocher l'industrie navale française et italienne en deux fois? Faut-il donc lancer l'opération entre Fincantieri et STX, puis rapprocher STX/Fincantieri des bâtiments de surface de Naval Group. C'est la voie suivie semble-t-il par le ministère de l'Economie français, qui avait déclaré début août que "la participation de Fincantieri dans STX France sera définie en ligne avec son rôle leader d'opérateur industriel". C'est également la voie poursuivie par Naval Group très enthousiaste pour ce projet en deux temps. Son PDG Hervé Guillou n'a jamais caché sa volonté de rapprocher son groupe d'un acteur européen. Naval Group avait d'ailleurs déjà travaillé à l'été 2015 à un rapprochement avec Fincantieri, puis en 2016. Une opération qui n'avait pas eu le feu vert de Thales, actionnaire du groupe naval (35%), ni de l'Etat (62,49%).

 "Si nous sommes capables de construire ce grand ensemble industriel franco-italien dans les prochaines semaines, nous aurons fait un grand pas en avant pour la France, l'Italie et l'Europe", avait déclaré début août Bruno Le Maire au quotidien italien la Corriere della Sera.

Il faudra toutefois vérifier que cette opération en deux temps ne brade pas les intérêts français au profit de l'industrie italienne. Car Fincantieri pourrait au final ne pas valoir 50% d'un ensemble composé par STX et des bâtiments de surface de Naval Group. A suivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2017 à 20:19 :
pour une fois je suis d accort avec NICO mais sur ce forum il y a des experts comme bourne qui raconte nimporte quoi
a écrit le 07/09/2017 à 18:34 :
Avec cette approche, les italiens pourront prendre STX, puis dire non au rapprochement à Naval Group, ou le faire dans des conditions très favorables, car ils apporteront STX dans la corbeille. Les italiens se sont fachés, les français ont cédé, et vont rafler la mise.
a écrit le 07/09/2017 à 8:55 :
Cette nouvelle quipe au gouvernement fait tout en deux temps. Il faudra vous y faire.
a écrit le 06/09/2017 à 21:31 :
Fincantieri est un concurrent de Naval-Group et Thales pour tous les navires de surface, BPC, FREMM, corvettes,...Ou sont les complémentarités ?? Ils ont piqué le marché des corvettes quataries avec une offre médiocre ! Ils sont qualifiés pour les frégates australiennes et pas Naval-Group ! etc...la majorette Parly n'y connait rien !
Réponse de le 07/09/2017 à 10:56 :
Je pense que les Qataris avaient besoin de diversifier leurs partenaires et que les FREMM françaises étaient surdimensionnés (armement et tonnage) par rapport à leur besoins. Quand à l'Australie, on peut y invoquer les mêmes raisons... Ces deux pays ont déja acheté nos Rafales et nos sous marins, et l'Australie nous a octroyé le contrat du siècle , bref on ne peut pas tout avoir ! ;) Nous ne sommes pas les états-unis qui peuvent forcer à acheter les allies (vassaux) à tout acheter...Deplus , les équipes de Parly (hérités de l'équipe Le Drian) sont beaucoup mieux informés que nous et savent ce qui sera bon à long terme pour notre pays...
Réponse de le 07/09/2017 à 13:10 :
@netrick : comment savez-vous que l'offre aux qataris est médiocre ? Qui vous êtes-vous pour vous permettre de dire cela ? Arrêtez s'il vous plaît ces jugements de valeurs condescendants.
a écrit le 06/09/2017 à 18:43 :
Nous avons vendus nos chars et les allemands doivent nous vendre leurs petits sous-marins. Faire payer la moitie aux italiens est une bonne technique.
Leonardo pourra etre restructure et recevoir ATR au complet contre tout le reste pratiquement sauf les helicopteres Augusta. Encore une bonne affaire.
a écrit le 06/09/2017 à 11:45 :
Exactement ce que j espérais dans d autres commentaires! Marre de voir les articles de mr cabriole ou on se tire la bourré entre européens pour vendre des navires. Peut être demain, siemens et l espagnol et on aura un Airbus naval sans concurrent au niveau mondial ou presque. Europe first
a écrit le 06/09/2017 à 10:22 :
A l'instar d'AIRBUS dont on a bradé les bureaux d'études en accordant la parité aux allemands au non de la construction européenne. La France est le vrai moteur de l'Europe!
Réponse de le 06/09/2017 à 12:46 :
Solide exemple, et C'est ce qui va encore se passer, DE TOUTE EVIDENCE, au détriment de La France.
Réponse de le 06/09/2017 à 13:01 :
@Anne-Sophie: cocufié 1 fois, jamais 2, mais bon je ne suis pas rital :-)
Réponse de le 06/09/2017 à 13:53 :
Euh, je ne pense pas que l'on ait bradé les compétences clés. Aux dernières nouvelles, les bureaux d'études des avions phares sont toujours à Toulouse et c'est là auquel se trouve le siège.
Réponse de le 06/09/2017 à 17:16 :
Exemple classique du mec qui n'en sait rien mais qui balance quand même une intox. Allez donc jeter un coup d’œil sur les offres d'emploi du groupe Airbus.

Ingenieur/Contrat permanent : 120 offres en France contre 30 en Allemagne ;-)
Réponse de le 06/09/2017 à 18:36 :
Les allemands sont d un tiers plus nombreux et nos industries ont en plus la fabrication des moteurs qui constituent un tiers du prix d un appareil. Partager a parite juste Airbus est donc une bonne affaire.
a écrit le 06/09/2017 à 9:46 :
Au passage, si la Ministre pouvait changer ce nom de "Naval Group"... Jamais vu un nom aussi nul ! Un peu comme si Renault se renommait "Automobile Group" ou Danone "Yaourt Group"...
Réponse de le 06/09/2017 à 10:04 :
Une entreprise qui se veut sur le marché mondial a toujours besoin d'un nom qui se dit avec facilité dans tous les pays. Naval group est de cela Le nom peut paraître ringard mais il est prononçable partout dans le monde et surtout dans les pays anglo-saxons.
Réponse de le 06/09/2017 à 13:05 :
Coca cola ne se nomme pas " soda group " ...
Apple ne se nomme pas " portable group "...

Naval group paraît vous plaire puisqu'il est prononçable dans n'importe quels langues ...

Ce nom est nul pour une entreprise qui se veut mondial ...
Les entreprises ayant un nom ne change pas pour ce genre la ...Il représente une histoire , l'oublier c'est perdre beaucoup !!!

Demander a Boeing si il veut s'appeler " aéronautique group ".,,A Google si il veut s'appeler " recherche group "...

Franchement " naval group " est typiquement français arriviste , mon nom je l'échange pour être reconnu mondialement .
A force de vouloir paraître USA , une entreprise française ( avec un historique ) fait de la lèche au niveau mondial .

Ces produits doivent ils se brader ?
Peut être êtes vous actionnaire ?
Dans le système mondial word , aucun crédit pour ce nom qui ne représente rien ( plus d'historique , plus de pays d'origine ).

Révisez vos propos , certains noms sont prestigieux , d'autres ne représente rien .
Réponse de le 06/09/2017 à 17:21 :
On prend les anglo-saxons pour des idiots qui ne seraient pas capables de comprendre ce que signifie "groupe naval" (drôle de nom d'ailleurs). Marre de tout ce jargon qui veut paraître branché Airbus group , push to pass (PSA), creative oxygen (Air Liquide), together has no limits (SFR dans le journal ce matin)
Réponse de le 06/09/2017 à 18:50 :
Naval est un nom generique ou inclus dans la denomination de nombre de nos cibles prochaines.
Faire qu elles ne se sentent pas depossedees est important le reste ne l est pas.
Réponse de le 07/09/2017 à 11:32 :
Après tout, si c'est plus important pour un acheteur de sous-marin qu'une valise pleine de billets, pourquoi pas?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :