Budget défense : les armées paieront le surcoût des opérations extérieures

 |   |  774  mots
Le gouvernement devra préciser si les surcoûts des opérations extérieures (OPEX) sont intégrés dans la trajectoire des dépenses de défense à hauteur de 2% en 2025
Le gouvernement devra préciser si les surcoûts des opérations extérieures (OPEX) sont intégrés dans la trajectoire des dépenses de défense à hauteur de 2% en 2025 (Crédits : Philippe Wojazer)
Le budget du ministère des Armées va prendre de plus en plus à sa charge le surcoût des opérations extérieures (OPEX), contrairement à la promesse faite par le candidat Macron en mars dernier.

650 millions d'euros en 2018, 850 millions en 2019, 1,1 milliard en 2020... Selon nos informations, le budget du ministère des Armées va prendre de plus en plus à sa charge le surcoût des opérations extérieures (OPEX), contrairement à la promesse faite par le candidat Macron en mars dernier. C'était dans l'air du temps, c'est aujourd'hui pratiquement acté dans la trajectoire de la future loi de programmation militaire (LPM) en cours de préparation et alors même que la revue stratégique menée par Arnaud Danjean n'est pas achevée. Le surcoût des OPEX a atteint 1,14 milliard d'euros en 2016. Soit autour de 1,4 milliard si on y rajoute les opérations intérieures (OPINT). Au total, 7.000 militaires français sont déployés aujourd'hui sur des théâtres extérieurs, dont 4.000 pour la seule opération Barkhane au Sahel.

Au regard de son discours du 18 mars dernier, le candidat Macron avait été très clair sur le financement des surcoûts des OPEX : "nous devons augmenter notre effort de défense. Je propose donc de porter les ressources de la défense à 2% de la richesse nationale, mesurée en termes de Produit Intérieur Brut, en 2025. C'est un objectif très ambitieux : si on tient compte des hypothèses actuelles de croissance du Produit Intérieur Brut dans les prochaines années, ce budget atteindra, hors pensions et hors surcoûts OPEX (opérations extérieures, ndlr), plus de cinquante milliard d'euros en 2025, contre 32 en 2017 (en fait, 32,7 milliards, ndlr)".

Pourtant, le nouveau chef d'état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre a rappelé début septembre à l'université d'été de la défense qu'un "complément de solidarité interministériel" pour financer le surcoût des OPEX "est extrêmement important pour montrer que ce ne sont pas les armées qui décident de leurs engagements". Si la provision pour financer les surcoûts se confirme dans les futures lois de finances initiale (LFI), le complément payé par la solidarité interministériel va se réduire au fur et à mesure...

Un flou artistique

Est-ce à dire que finalement les surcoûts des OPEX sont intégrés dans la trajectoire des dépenses de défense à hauteur de 2% en 2025? Dans les armées, on estime à ce jour que non. Pourtant, tous les responsables gouvernementaux, qui se sont exprimés sur le sujet, entretiennent un certain flou artistique. A commencer par la ministre des Armées. Florence Parly, qui s'est exprimé la semaine dernière au ministère à Balard, a expliqué que le budget de la défense serait porté "à 2% du PIB en 2025". Sans aucune autre précision.

Emmanuel Macron n'avait pas non plus clarifié ce sujet lors de son interview accordé au "Point". Il n'avait pas précisé si l'effort de défense à 2% du PIB en 2025 incluait les surcoûts des OPEX : "Durant le quinquennat qui vient, nous dépenserons 1,6 milliard par an en plus chaque année, avec comme objectif 2% de PIB à l'horizon 2025 pour le budget des armées". Point barre.

Une inflexion majeure du budget de la défense

Le compte n'y est pas pour atteindre de façon linéaire la barre des 50 milliards d'euros en 2025. Soit.. Pour autant, il est indéniable que le budget de la défense va augmenter de plus de huit milliards d'euros entre 2018 et 2022, passant de 34,2 milliards à 42,4 milliards d'euros. Entre 2023 et 2025, il devra donc augmenter de 2,5 milliards pan an pour atteindre la barre des 50 milliards (hors pensions). Surcoût des OPEX compris ? A voir. Mais la ministre des Armées a finalement raison d'être "fière de porter un budget historique pour nos armées", car c'est "une inflexion, jamais connue en faveur du budget de la défense" qui "a été décidée par le Président de la République".

En 2018, la hausse du budget du ministère des Armées devrait s'élever à 1,8 milliard d'euros (1,6 milliard si on en croit le Premier ministre Edouard Philippe, qui est toutefois fâché avec les chiffres), dont 650 millions d'euros de provisions en LFI pour le surcoût des OPEX. Ce budget, avait-elle précisé le 11 septembre sur BFM TV, "est définitif" .Cette hausse permettra d'atteindre une première barre symbolique d'un effort de défense à 1,8% du PIB (contre 1,77% en 2017 et 1,78% en 2016).

"Cette hausse, pourtant, n'est qu'un jalon, le premier, a expliqué Florence Parly à Balard. Notre budget continuera à croitre chaque année d'une somme sensiblement équivalente et nous permettra de répondre aux menaces contre notre pays. C'est un effort considérable de la Nation que nous demandons et nous sommes collectivement comptables de sa bonne utilisation".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2017 à 21:28 :
Sans état d'ame, Macron-Darmanin, mettent en danger épouses et enfants d'hommes, avec du matériel de 50 ANS, FOUTU, sans cesse en pane, sans blindage. Cérémonie et discours aux invalides, dérisoires, devant mort et FAMILLE
a écrit le 21/09/2017 à 8:37 :
C est vraiment noyer le poisson !!des chiffres à ne plus rien y comprendre sauf à faire croire que le budget de la défense va augmenter comme jamais !!
a écrit le 21/09/2017 à 4:28 :
On ne comprend jamais assez bien nos politiques. On n'avait pas compris qu'en plus il est en avance sur ses promesses en faisant supporter 1,1md€ de plus dès 2017. Dans un mois on augmente le budget de 200million et hop magie des chiffres.
a écrit le 21/09/2017 à 3:18 :
Le pouvoir tente de nous faire croire, que les Armées vont etre redressées sur ce quinquennat. MENSONGE, GROSSIER ENFUMAGE , chaque jour de juillet à ce jour témoigne QUE NON !!!! au contraire flagrant.
a écrit le 21/09/2017 à 3:09 :
C'est une bonne décision. Le ministère des Armées devra faire un peu plus attention au nombre de hauts gradés déployés dans les Opex et devra enfin se convertir à l'utilisation de drones armés pilotés depuis la France pour diminuer au maximum les troupes au sol .
a écrit le 20/09/2017 à 23:23 :
Si vous êtes militaire avec ces états d'âmes je vous conseille de changer de métier.
A bon entendeur.
Réponse de le 21/09/2017 à 12:38 :
Brillante réflexion!!
Comme quoi parfois fermer sa gueule ne devrais pas s'appliquer qu'aux militaires
a écrit le 20/09/2017 à 22:12 :
4 Milliards d'économies en moins en 2018 : 16M au lieu de 20, CONSTERNANT, GRAVE. Affectez les TOTALEMENT aux Armées EN PENURIE DE TOUT
a écrit le 20/09/2017 à 17:00 :
Les OPEX résultent de décisions politiques internationales et devraient être imputées au ministère des Affaires Etrangères ! La majorette Parly n'est vraiment qu'une potiche !
Réponse de le 20/09/2017 à 22:17 :
Et Sentinelle au Ministère de l'intérieur. Les Armées sont dans une situation grave, très grave
a écrit le 20/09/2017 à 16:44 :
Compte tenu de la nature de ces opex, c'est l'UE qui devrait prendre ces dépenses à sa charge et non le budget des armées.... Sinon les Armées peuvent elles refuser d'effectuer une opex sous prétexte qu'elle n'a pas ke budget ??? Bonne question, non ???
a écrit le 20/09/2017 à 15:43 :
A mon humble avis et pour une bonne gouvernance, les coûts opex devraient être payés par le budget des armées.
On ne parle plus du service national qui, d'après certains calculs, coûte une fortune.
Cordialement
Réponse de le 20/09/2017 à 16:37 :
le service national coûte effectivement un bras. Et on voit mal comment un mois de SN pourrait rattraper 15 à 20 ans d'échec de l'éducation à inculquer un minimum de sens civique.
a écrit le 20/09/2017 à 14:45 :
Je serai très surpris, alors qu'on demande à tous les ministères de rationnaliser leurs dépenses, y compris dans des domaines primordiaux comme le logement, que l'Armée ne puisse pas aussi faire un effort de son côté, surtout pour un budget de plusieurs dizaines de milliards d'euros. A se demander si le budget des Armées n'est pas, notamment, de l'aide déguisée à nos industriels de l'armement...
Réponse de le 20/09/2017 à 16:50 :
Avec un budget passé de 3,2% du PIB en 1994 à moins de 2% aujourd'hui, la défense a largement rationalisé ses dépenses tout en assumant le passage à l'armée de métier. Et ce sans couiner comme ç'aurait été le cas des autres ministères s'ils avaient connu une telle baisse de dotation. Aujourd'hui la menace islamiste et le retour de nationalismes menaçants comme en Russie, en Turquie voire même au coeur de l'Europe nous impose au contraire de rendre des moyens à l'armée pour assurer notre sécurité extérieure voire intérieure (mission Sentinelle).
a écrit le 20/09/2017 à 14:10 :
On voit que la parole donnée n'a aucune valeur; et après cela joue au petit caporal en donnant la lecon à l'ancien CEMA. Honte à ce triste sire (je parle du président, jupiter), parjure plusieurs fois !
Après, il ne faudra pas s'etonner des pannes à répétition du matériel et de la fatigue des hommes avec Vigipirate
a écrit le 20/09/2017 à 13:20 :
2% hors opex et hors pension : Le Mensonge- La Trahison, sans !!! gene !!
( 3% étant nécessaires)
Réponse de le 20/09/2017 à 22:05 :
Oui, mensonge et trahison : 2% hors opex et pension, pour 2025 !!!!!
Le budget des Armées va bien baisser. 3% de suite : un minimum vital. Economies sur les 54% !!!!!!!!! de dépenses publiques/PIB
Réponse de le 21/09/2017 à 2:27 :
Chirac a suspendu le service militaire, au profit de l'équipement, des Armées. Mensonge et Trahison De Chirac, et à présent Macron qui a menti pour ses cinq ans.Budget tombé de 3.2% à 1.67% du PIB.
a écrit le 20/09/2017 à 12:59 :
ils n'ont qu'a se mettre en greve, comme la cgt
et expliquer qu'en cas de guerre, ils n'ont pas l'intention de bouger tant que l'etat n'accede pas a leurs revendications
raptrier les hommes d'afrique
et arreter la mascarade de patrouilles inutiles dans les rues, ca fera deja beaucoup d'economies
a écrit le 20/09/2017 à 12:53 :
SENTINELLE 2014-2020 devrait etre rendue en Milliards ET EN NET EN PLUS
a écrit le 20/09/2017 à 12:51 :
LES ARMEES RECRUTENT EN MASSE : tant de Militaires Démissionnent faute d'équipements ADAPTES ET EN ETAT.
a écrit le 20/09/2017 à 12:32 :
Petit à petit, on voit que Macron est un politicien comme les autres, c'est-à-dire beaucoup de promesses pour se faire élire qui s'avèrent être des mensonges par la suite :-)
a écrit le 20/09/2017 à 12:28 :
2/3 des matériels des 3 armées immobilisés : pas de budget. Report incessant de commandes......Casernes !!! entrainement !
a écrit le 20/09/2017 à 12:20 :
850 Millions d'eur piqués en Juillet, désormais surcout des OPEX. Equipements des Armées en souffrance. le C.M.A va t-il démissionner avec cette MISSERE ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :