DCNS remet à l'Egypte son premier Mistral

Le groupe naval a livré à la marine égyptienne le premier des deux porte-hélicoptères, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, baptisé Gamal Abdel Nasser.
Michel Cabirol
Le BPC Gamal Abdel Nasser avec à son bord 180 marins formés à Saint-Nazaire depuis février dernier, quittera Saint-Nazaire dans les prochains jours
Le BPC Gamal Abdel Nasser avec à son bord 180 marins formés à Saint-Nazaire depuis février dernier, quittera Saint-Nazaire dans les prochains jours (Crédits : DCNS)

Le groupe naval DCNS a livré ce jeudi le premier des deux porte-hélicoptères dont l'Égypte a fait l'acquisition le 10 octobre dernier, le bâtiment de projection et de commandement (BPC), de type Mistral, Gamal Abdel Nasser. Le transfert de pavillon du navire de guerre s'inscrit dans la continuité du partenariat stratégique avec le ministère de la défense égyptien déjà concrétisée en juillet 2014 par la signature d'un contrat portant sur la vente de quatre corvettes Gowind, puis en août 2015 par la livraison à la Marine égyptienne de la frégate multimissions FREMM Tahya Misr.

"La livraison du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Gamal Abdel Nasser conforte notre relation de confiance avec la République Arabe d'Egypte qui peut compter sur l'engagement total de DCNS et de ses partenaires pour mener à bien l'ensemble des programmes qui nous ont été confiés", a souligné le PDG de DCNS Hervé Guillou dans un communiqué publié jeudi.

Le BPC Gamal Abdel Nasser avec à son bord 180 marins formés à Saint-Nazaire depuis février dernier, quittera Saint-Nazaire dans les prochains jours avec deux chalands de transport de matériel de nouvelle génération (CTM NG), conçus par DCNS ainsi qu'un engin de débarquement rapide (EDAR) conçu et réalisé par la société CNIM. Avant de rejoindre son port base à Alexandrie, le porte-hélicoptères Gamal Abdel Nasser participera à un exercice conjoint entre les marines égyptienne et française.

DCNS engagé dans un partenariat de long terme

DCNS est engagé sur le long terme aux côtés de la marine égyptienne, grâce en particulier, aux contrats pluriannuels de maintenance des navires égyptiens, ainsi que par la mise en place d'un transfert de technologie permettant aux chantiers d'Alexandrie de fabriquer trois des quatre corvettes Gowind acquises en 2014. "D'autres projets sont à l'étude pour accélérer la montée en puissance opérationnelle de la marine égyptienne", a expliqué le groupe naval. La livraison du second porte-hélicoptères, qui doit porter le nom d'un autre ancien président égyptien, Anouar el-Sadate, est quant à elle prévue courant septembre.

En outre, d'ici à 2020, DCNS aura fourni au moins sept navires de combat à l'Égypte, participant ainsi à la modernisation de son outil de défense. DCNS est également toujours en négociation pour signer un contrat portant sur la vente de quatre navires de guerre, dont deux nouvelles corvettes Gowind de 2.400 tonnes fabriquées à Lorient, le patrouilleur hauturier Adroit (un OPV de la classe Gowind), et, enfin, un patrouilleur de 54 mètres de type P400 fourni par le chantier naval Piriou. Soit un contrat estimé autour de 550 millions d'euros et garanti par la Coface.

le BPC, le couteau suisse des marines

L'Égypte a exprimé son intérêt pour les deux Mistral pour protéger le canal de Suez. Le BPC de type Mistral est un navire qui répond aux besoins de nombreuses marines grâce à sa polyvalence. Il permet d'assurer un large spectre de missions civiles ou militaires. D'une longueur de 199 mètres, d'un déplacement de 22.000 tonnes et d'une vitesse supérieure à 18 nœuds, le BPC de type Mistral est caractérisé par sa grande capacité d'emport en hommes de troupe, matériels, hélicoptères lourds et barges de débarquement, qu'il est capable de projeter à travers le monde.

Le BPC est doté d'une propulsion électrique par pods. Il bénéficie également d'un hôpital embarqué et peut mener des missions humanitaires de grande ampleur. Son système de communication particulièrement performant en fait un navire de commandement idéal au sein d'une force navale. Développé et construit en étroite collaboration entre DCNS et STX, les trois premiers BPC, Mistral, Tonnerre et Dixmude ont été livrés à la Marine nationale en 2006, 2007 et 2012.

"Cette livraison démontre une nouvelle fois notre capacité à travailler efficacement avec notre partenaire STX France pour répondre aux attentes de nos clients dans le strict respect des coûts et des délais", a expliqué Hervé Guillou.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 05/06/2016 à 23:25
Signaler
REPONSE A GG ! Pour le paiement des bateaux l'ARABIE SAOUDITE est passé à la caisse 800 millions (pour les deux bateaux) d'euros je crois me souvenir .... mais vous oubliez un détail les frais de gardiennage, d'entretient de remise en état ces batea...

le 06/06/2016 à 21:45
Signaler
Les BPC sont des navire multi usage, c'est cela qui les rend potentiellement intéressant, ils peuvent servir aussi bien à la logistique, au secours et ils peuvent servir de force de projection d'assault pour la Libye et le Yemen en moins 48h, les ...

à écrit le 03/06/2016 à 13:45
Signaler
@BONJOUR : Pourquoi notre Président Normal ne nous dit pas la vérité sur la vente (plutôt un don) à l'EGYPTE de ces fameux mistral ? Bateaux payés en grande partie par le contribuable français ! Avec quel argent l'EGYPTE les a payés ? ce pays e...

le 03/06/2016 à 23:47
Signaler
C'est l'Arabie Saoudite qui a payé, tout simplement. De plus, les Russes, Les chinois, les USA, les européens veulent vendre à l'egypte, uniquement pour des raisons geopolitique, l'humain ou et la morale, n'ont aucune place quand il s'agit d'intérêts...

à écrit le 03/06/2016 à 8:28
Signaler
La Coface garantie bien sur mais avec quel argent l'Egypte a t elle pu se payer un bateau totalement atypique qu'aucun pays occidental ne voulait ?Quand on regarde la situation géographique de l'Egypte ,on se demande vers quoi et vers qui son armée p...

le 03/06/2016 à 13:17
Signaler
avec l'argent de l'Arabie apparemment. Celle ci a besoin d'alliés pour gérer ses problèmes de voisinages avec l'Iran...

à écrit le 02/06/2016 à 21:38
Signaler
Je me demande bien ce que l'Egypte va faire de ça. Un porte-hélicoptère+barge d'assaut, c'est utile quand tu vas faire des opérations loin de tes côtes. Mais pour protéger le canal de Suez, tu peux construire tes infrastructures sur la terre. Je ne s...

le 03/06/2016 à 8:05
Signaler
Utiliser ces navires comme navire de souveraineté n'est pas idiot. Certes ils sont plutôt conçu pour le débarquement amphibie de troupes mais la crise en Côte d'Ivoire et la guerre entre Israël et le Liban ont montré qu'ils sont aussi très efficace e...

le 03/06/2016 à 13:08
Signaler
je me suis posé la même question, et je n'ai pas de réponse satisfaisante. Sur un pur plan militaire, c'est un peu le dernier bateau dont le dote une marine (la cerise sur le gâteau en somme), mais la marine égyptienne n'en est pas là. En passant un ...

à écrit le 02/06/2016 à 17:27
Signaler
et les coursives et les systèmes d'arme sont écrits en hiéroglyphe?

à écrit le 02/06/2016 à 14:57
Signaler
Et si le Maréchal Sissi est renversé ?

à écrit le 02/06/2016 à 14:16
Signaler
Voilà , le risque export ( 62 % ADV environ ) ,rentre dans la phase active ...à suivre attentivement , car ce contrat risque de devenir couteux.....vu que les caisses de l'Egypte sont vides... et sa principale industrie ..le tourisme ....en quasi ...

le 02/06/2016 à 15:43
Signaler
Y a aucun risque vu que l’Égypte les achète pour les transférer aux Russes. Ils ont gardé la très chère option brise glace sur le deuxième (encore en construction à l'époque) pour toute cette banquise qu'on trouve du Delta du Nil à la mer Rouge......

le 02/06/2016 à 16:44
Signaler
Haha! J'adore ceux qui mettent plus de points de suspension pour essayer de garnir leurs propos de sous-entendus :D Le message reste sans intérêt.

le 03/06/2016 à 13:25
Signaler
@Ushakov!Sans blague ,les russes savent pas faire de bateaux ils ont besoin des français pour apprendre !Il ont deja par le passé fabriqués deux portes-avions et deux portes -helicopteres.Ces deux types de bateau ne sont pas du tout leur priorité .Le...

à écrit le 02/06/2016 à 13:46
Signaler
montrez le chèque au français ! Chiche !

à écrit le 02/06/2016 à 13:25
Signaler
C'est vraiment regrettable ce genre de batiment. Enfin en temps de paix pour attaquer des pays du quart monde ça va encore mais s'il fallait affronter un ennemi de niveau similaire on a là l'archétype du "single point of failure" une concentration dé...

le 02/06/2016 à 16:20
Signaler
Vous pouvez raconter ce que vouss voulez , ils ne sont bientôt plus dans les ports français. Arrêtez de penser qu'il n'y a que vous qui savez., en bon français que vous êtes

le 03/06/2016 à 12:38
Signaler
ces bateaux sont des couteaux suisses, c'est tout leur intérêt. ils ont une incidence assez faible sur les combats, sauf peut être sur un débarquement limité.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.