Egypte : douze Rafale cloués au sol par Bercy

 |   |  402  mots
Bercy bloque tous les contrats sur l'Egypte qu'ils soient civils et militaires, dont le Rafale
Bercy bloque tous les contrats sur l'Egypte qu'ils soient civils et militaires, dont le Rafale (Crédits : Armée de l'air)
Selon des sources concordantes, Bercy bloque la signature d'un contrat de douze Rafale à l'Egypte, qui demande des facilités de paiement.

Selon des sources concordantes, Bercy bloque la signature d'un contrat de douze Rafale à l'Egypte, qui demande des facilités de paiement à l'image des précédents contrats signés entre Le Caire et les industriels de l'armement français. Lors de sa visite à Paris ces trois prochains jours, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi devrait rappeler à Emmanuel Macron qu'il attend énormément de la France, selon un observateur des relations franco-égyptienne, notamment dans le cadre du partenariat stratégique entre les deux pays relancé en 2015.

Dans ce contexte, l'Égypte a engagé une modernisation de ses forces armées avec le soutien de la France. La France s'est engagée à fournir de nouveaux équipements, en particulier à la force aérienne (24 Rafale, un satellite de télécoms militaire) et à la marine (quatre corvettes Gowind, une FREMM, deux BPC). Ce qui a représenté près de sept milliards d'euros (6,83 milliards) de contrats pour l'industrie d'armement française entre 2014 et 2016.

Bercy bloque tous les contrats avec l'Egypte

Le contrat Rafale n'est pas une exception. Bercy bloque tous les contrats sur l'Egypte qu'ils soient militaires ou civils. Pourquoi? C'est un problème d'encours sur ce pays. Avec les contrats importants signés récemment entre les deux pays, l'enveloppe allouée par Bercy à Bpifrance (ex-COFACE) sur ce pays est totalement utilisée, précise-t-on à La Tribune. Et Bercy ne veut pas rajouter d'enveloppe estimant que le risque pays se dégrade. Emmanuel Macron va-t-il dénouer ce contrat? Il le pourrait car l'Egypte devrait compter sur une croissance de 6% par an dès cette année.

Pour autant, selon une source interrogée par La Tribune, il n'y a pas eu de défaut de paiement de l'Egypte. Une autre source nuance en indiquant qu'il n'y a pas eu de défaut de paiement récemment. Selon la première source, Le Caire a de l'argent pour régler les factures. L'Egypte pourra notamment compter à partir de la fin de cette année sur la production de gaz en Méditerranée. En 2015, l'énergéticien italien ENI a découvert pour le compte de l'Egypte un énorme gisement offshore de gaz naturel dans ses eaux territoriales au large de Port Saïd (gisement Zohr). De quoi satisfaire la demande intérieure pendant plusieurs décennies, de renouer avec l'exportation et donc de bénéficier de nouvelles rentrées de devises...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2017 à 9:59 :
La grande question est de savoir combien a ete payer par çe pays sur les presque 7 miliards de matériels militaire livrèrent....
Car d'ici que les socialiste est fait crédit, rien n'est impossible....
a écrit le 25/10/2017 à 16:05 :
Jusqu'à présent les Egyptiens n'ont pas fait défaut sur leurs factures de matériel militaire. Je ne vois donc pas pourquoi ils se mettraient soudainement à ne pas honorer leurs engagements. Par ailleurs il s'agit de ventes à crédit et il ne faut pas oublier qu'un crédit rapporte un intérêt à celui qui l'octroi.
Enfin sur le plan stratégique l'Egypte est un pays très important et le Président Sissi un adversaire résolu des intégristes. À méditer...
a écrit le 25/10/2017 à 7:16 :
Il faut bien comprendre que pour acheter, il faut pays s'est dette ou créance en cours....
Ensuite nous ne pouvons pas toujours vendre à prix d'amis....
Notre pays a aussi besoin d'entrée financière pour pouvoir fonctionner....
a écrit le 24/10/2017 à 12:57 :
Il faut être naïf pour ne pas y voir une décision politique ou bien tout simplement l'application d'un ordre de l'OTAN ou d'une puissance étrangère qui ne voit pas d'un bon œil de rafales en Egypte, un pays peut être un peu trop proche de la Russie...
a écrit le 24/10/2017 à 8:01 :
L’APE à Bercy était moins regardante pour donner son accord à l’escroquerie Uramin
a écrit le 23/10/2017 à 20:03 :
Les Égyptiens ont les yeux plus gros que le ventre en achetant des rafales. C'est un peu comme si un smicard acheté une rolls-royce. Alors que les Etats Unis ont de très beau avion de combat avec un entretien moindre.
Réponse de le 24/10/2017 à 8:47 :
@ils ont les yeux: que dire alors des Grecs qui viennent de passer un contrat de 21 milliards pour des avions militaires américains. Bon, c'est pas grave, Tsipras demandera à l'UE de l'argent pour renflouer ses caisses, n'est-ce pas :-)
a écrit le 23/10/2017 à 18:10 :
Merci BERCY .
Car qui est assez bete pour crooire que l'Egypte va payer ??
a écrit le 23/10/2017 à 15:33 :
Quant les métastases de l' Ei vont se rapprocher de Rhyad , suite à la chute de la Syrie et de l' Irak , les financements vont soudainement se débloquer .
a écrit le 23/10/2017 à 12:05 :
facilite de paiement = defaut
il existe des techniques financieres pour assurer les paiements, enfin... quand on est de bonne foi.....
tt le monde veut se faire offrir des avions comme ca, hein!
evidemment, un client qui paye ou un client qui paye pas, ca reste un client mais c'est pas la meme chose quand meme!
Réponse de le 23/10/2017 à 17:58 :
facilité de paiement n'est pas un défaut, mais un crédit. C'est une différence non négligeable
Réponse de le 23/10/2017 à 21:52 :
Evidemment, il y a tout ceux que la réalité ne dérange pas : l'EGYPTE n'a jamais fait de défaut de paiement, et elle est en train de payer normalement les 24 premiers RAFALE.
En plus, je dirai qu'on vend ce qu'on peut à qui veut bien nous acheter, car la qualité générale de notre industrie est médiocre, et il ne faut pas se plaindre de qui on arrive à vendre.
Mais avec la fin de l'ISF et le plafonnement des indemnités de licenciements, nous allons avoir quantité de produits de haute technologie à vendre, et on pourra le faire à des pays plus sûr.

Enfin, on peut toujours croire n'importe quoi.
a écrit le 23/10/2017 à 11:52 :
l' Egypte nous paye avec du sable des pharaons ...!
a écrit le 23/10/2017 à 9:06 :
Tant qu'à faire d'utiliser l'argent du contribuable pour payer Dassault et autres via des montages financiers de plus en plus instables, autant le faire pour que les avions terminent dans l'Armée de l'air française.
C'est donc plutôt une bonne nouvelle quelque part - il y aurait encore à Bercy des fonctionnaires qui savent dire non. Et tant pis pour nos dirigeants qui n'aiment rien tant que faire les beaux dans les sommets internationaux en faisant des cadeaux à droite et à gauche avec de l'argent qui n'est pas le leur.
Et justement... de l'argent - s'il n'y en a pas, il n'y en a pas.

" l'Egypte attend beaucoup de la France... " - et puis quoi encore ?
a écrit le 23/10/2017 à 7:52 :
C'est pas bien grave, ce ne sont pas les fournisseurs d'armement qui manquent. L'Égypte n'aura que l'embarras du choix si cela traîne trop en longueur, d'autres lui vendront bien des avions.
Réponse de le 23/10/2017 à 13:20 :
@JCML: et toi et tes potes financeront les achats, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 23/10/2017 à 16:40 :
et d autres y perdront l argent de leur contribuables...
Réponse de le 23/10/2017 à 17:05 :

Labo
23/10/2017 à 16:40:57
et d autres y perdront l argent de leur contribuables...

Si c'est les américains qui leur vendent , dit toi que l'Europe donc la France devra participer si il y a défaut de créance ...
Tu en doutais ?

L'avantage est que le prix sera divisé par plusieurs ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :