L'Etat nationalise enfin Areva TA

 |   |  601  mots
L'Agence des participations de l'Etat (APE) rachète à Areva plus de 50% de sa filiale Areva TA. Pour sa part, DCNS monter dans le capital de l'ex-Technicatome, passant de 6,5% à 20% tandis que le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) prend une participation de 20%. Enfin, EDF détiendra au moins 9%.
L'Agence des participations de l'Etat (APE) rachète à Areva plus de 50% de sa filiale Areva TA. Pour sa part, DCNS monter dans le capital de l'ex-Technicatome, passant de 6,5% à 20% tandis que le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) prend une participation de 20%. Enfin, EDF détiendra au moins 9%.
Areva doit signer jeudi les documents de cession de sa filiale Areva TA que le groupe nucléaire détenait à 83,5%. L'Agence des participations de l'Etat (APE) va racheter à Areva plus de 50% de sa filiale spécialisée dans la conception et la maintenance des réacteurs nucléaires de bâtiments militaires français.

Selon nos informations, Areva doit signer ce jeudi les documents de cession de sa filiale Areva TA que le groupe nucléaire détenait à 83,5%. Dans le cadre de cet accord, l'Agence des participations de l'Etat (APE) rachète à Areva plus de 50% de sa filiale spécialisée dans la conception et la maintenance des réacteurs nucléaires de bâtiments militaires français (sous-marins et porte-avions). Pour sa part, le groupe naval DCNS monte dans le capital de l'ex-Technicatome, passant de 6,5% à 20% tandis que le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) prend une participation de 20%. Enfin, EDF détiendra au moins 9% d'Areva TA.

Le closing (bouclage de l'opération) pourrait intervenir d'ici à la fin de l'année, mais, plus surement, début 2017. La filiale d'Areva serait valorisée entre 450 et 500 millions d'euros. Areva TA aura douze administrateurs, dont la moitié représentera l'État (6), un tiers les salariés (4) et le reste DCNS et le CEA (un administrateur chacun).

Une activité de souveraineté nationale

Pourquoi cette volonté de mieux contrôler Areva TA, qui conçoit et assure la maintenance des réacteurs nucléaires de propulsion navale? Parce qu'Areva TA était mal pilotée en raison d'une gouvernance trop dispersée du fait d'une multiplicité de comités mis en place par Areva, jugeait-on dans l'entourage du ministre en décembre 2015 au moment du lancement de cette opération. Surtout, le ministère estimait que la difficile diversification d'Areva TA dans les réacteurs de recherche faisait "peser un risque sur une activité de souveraineté". Notamment la dérive financière du programme réacteur Jules Horowitz (RJH), dont la facture pourrait s'élever jusqu'à 1,2 milliard d'euros, voire 1,5 milliard au lieu de 600 millions initialement prévus.

Pour ces deux raisons, "il fallait que la défense reprenne pied" dans Areva TA, assurait-on alors dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian. Fin 2014, l'hôtel de Brienne commence à partager cette réflexion avec d'autres ministères en estimant qu'il y a "un sujet". Puis ce dossier important devient au fil de 2015 avec la restructuration d'Areva et de la filière nucléaire un dossier urgent pour la défense.

Un groupe de travail interministériel

En mai, un groupe de travail est lancé par Jean-Yves Le Drian pour décider de l'avenir d'Areva TA. Il est présidé par le directeur de cabinet du ministre, Cédric Lewandowski, et comprend des membres de l'Élysée, de Matignon, des ministères de l'Économie et des Finances, de la Défense, de l'APE (Agence des participations de l'État), du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ainsi que des groupes concernés (Areva, EDF, DCNS). Enfin, le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) assure quant à lui la coordination du projet dans un cadre interministériel.

Tous les scénarios ont été étudiés par le groupe de travail : Areva TA reste dans la nouvelle Areva, ou rejoint DCNS ou le CEA ou EDF, ou, encore, devient une entité autonome. Au final, le groupe de travail décide en juillet de "nationaliser" Areva TA, l'État ayant le contrôle de l'entreprise. En outre, il est décidé de ne pas découper Areva TA entre les activités de défense (200 millions d'euros de chiffre d'affaires) et de recherche (150 millions d'euros). Sur les 1.500 salariés, environ 500 travaillent aussi bien dans le civil que dans le militaire. Soit une "trop grande imbrication" de ces deux activités pour faire un "détourage" satisfaisant, assurait-on en décembre dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2016 à 13:23 :
Deux questions: combien cela vas coûter à la France? Ensuite n'êtes il pas plus simple de sauver toute l'entreprise au lieux de la laisser vendre à la découpe..... Nous nous souviendrons que se sont les socialistes qui on laisser cette OPA agressives contre une grande entreprise francaise.....
a écrit le 15/12/2016 à 18:43 :
Malheureusement pour la France , beaucoup d' entreprises sont gérées façon Aréva .
a écrit le 15/12/2016 à 10:39 :
Au Japon la privatisation du nucléaire a engendrer la plus grande catastrophe nucléaire mondiale, en France le début de la privatisation du nucléaire a engendré la pire faillite du système énergétique français.

Connaissant la puissance du lobby pétrolier on pourrait croire qu'ils y sont pour quelque chose dans la déroute du nucléaires mais la bêtise sans limite l'oligarchie couverte par le secret défense à mon avis a largement suffit à générer cet échec cuisant.

Mais on est loin d'être sorti d'affaire avec 56 réacteurs nucléaires devenus non rentables mais toujours aussi dangereux.

Un procès par contumace devrait être fait à tout ceux qui ont imposé cette énergie mortelle alors qu'il y avait des solutions alternatives à l'époque bien plus judicieuses mais comme il fallait valider la bombe nucléaire on valida l'énergie nucléaire.

À toute la filière je leur dis bravo les gars !
Réponse de le 15/12/2016 à 18:23 :
Et je vous rappelle la privatisation des barrages. Une erreur absolue.
a écrit le 15/12/2016 à 10:12 :
Est la levée du dernier frein à la vente d'AREVA dont les erreurs en chaîne coûtent si cher au contribuable et à EDF?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :