La Suisse a besoin au maximum de 70 nouveaux avions de combat

 |   |  1049  mots
Rafale, une nouvelle chance en Suisse?
Rafale, une nouvelle chance en Suisse? (Crédits : POOL New)
La Suisse devrait lancer un nouvel appel d'offres en vue d'acquérir jusqu'à 70 avions de combat. Le choix de l'appareil sera décidé au second semestre 2020.

Et c'est reparti pour un tour en Suisse... Après avoir annulé l'achat de Gripen NG en mai 2014, Berne a de nouveau besoin de nouveaux avions de combat et d'un nouveau système de défense sol-air pour la surveillance, la protection et la défense de son espace aérien. Telle est la conclusion à laquelle sont parvenus les deux groupes chargés par le chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) de recommander cette opération.

Le rapport présente des options tablant sur l'acquisition de 30 ou 40 avions voire 55 et même davantage, ainsi qu'une option qui envisagerait, outre l'acquisition de 20 nouveaux avions de combat, le maintien provisoire de la flotte de F/A-18 actuelle (30 avions) jusqu'à son remplacement dans les années 2030. Le rapport suggère au gouvernement de financer cette acquisition sur le budget de la Défense. Cela permettrait d'éviter de soumettre l'achat à une votation populaire. En 2014, la population s'était opposée à l'achat de 22 avions de combat fabriqués par le constructeur suédois Saab.

Un choix dès 2020

"Le groupe d'experts est parvenu à la conclusion que le processus de modernisation des moyens de défense aérienne actuels doit démarrer urgemment", a précisé un communiqué de presse du DDPS. Dans ce cadre, recommande le rapport, l'évaluation d'un nouvel avion de combat devrait commencer prochainement, avec pour objectif de pouvoir choisir le type d'avion au second semestre 2020.

Dans les années 2020, les moyens de défense aérienne de l'armée suisse (avions de combat, défense contre avions) parviendront au terme de leur durée d'utilisation. Dans la perspective des différents renouvellements requis, le chef du DDPS, Guy Parmelin, a chargé au printemps 2016 un groupe d'experts, interne au DDPS d'élaborer les fondements nécessaires à cette opération en ayant une vision globale. Parallèlement, un groupe d'accompagnement, composé d'un représentant des quatre partis gouvernementaux, de représentants du DDPS, de l'industrie et de la Société suisse des officiers a également travaillé sur l'acquisition d'avions de combat et a émis seize recommandations. Ce groupe a tenu au total 14 séances entre avril 2016 et mai 2017.

"Pour assurer une protection crédible et efficace de l'espace aérien, il est nécessaire de disposer d'une combinaison de moyens et de compétences au sol comme dans les airs, a notamment recommandé le groupe d'accompagnement. La modernisation des moyens requis pour la protection de l'espace aérien fait partie intégrante du développement de l'armée".

Plusieurs options mais l'option 3 préférée

L'option la plus chère et la plus ambitieuse - la numéro une - consisterait en l'achat de 55 à 70 avions et d'armes antiaériennes pour un montant estimé entre 15 et 18 milliards de francs (13,76 et 16,52 milliards d'euros), selon le rapport. Option numéro deux : remplacer la flotte actuelle par près de 40 nouveaux avions de combat et renouvellement de la défense sol-air pour un montant évalué à 9 milliards de francs environ (8,25 milliards d'euros). Enfin, la quatrième option, la plus économique, porte sur l'acquisition de 20 appareils avec le renouvellement d'un système de défense antiaérien pour cinq milliards de francs environ (4,58 milliards d'euros). Cette option prévoit également de conserver les 30 F/A-18 en service plus longtemps que prévu.

S'agissant de l'option numéro trois, le groupe d'expert préconise le remplacement de la flotte actuelle par près de 30 nouveaux avions de combat avec une hausse significative des performances pour la défense sol-air pour des besoins financiers de 8 à 8,5 milliards de francs environ (de 7,3 milliards à 7,8 milliards d'euros). Cette option a obtenu la majorité des voix de la part du groupe d'accompagnement (9 sur 14) tandis que l'option 1 a obtenu trois voix. La possibilité d'échelonner une acquisition de cette envergure sur une longue durée a aussi été évoquée.L'option 2 a obtenu deux voix, et, enfin, la dernière une voix.

Pas d'avions chinois ni russes

L'exploitation d'une flotte d'avions de combat de même modèle est une solution plus efficace et plus économique que celle comportant plusieurs types d'aéronefs, recommande le groupe d'accompagnement. L'acquisition d'un nouvel avion de combat doit coïncider avec le remplacement de l'ensemble de la flotte des F-5 Tiger et de celle des F/A-18 au cours de la décennie 2020. Cette option n'exclut pas l'acquisition par tranches d'un nouvel avion de combat. Pas question en revanche pour la Suisse d'acheter des avions chinois ou russes.

"D'un point de vue technique, le manque de compatibilité de tels produits avec les systèmes déjà utilisés par les Forces aériennes et l'absence d'interopérabilité avec les systèmes des Etats européens occasionneraient d'importants problèmes, estime le groupe d'accompagnement. Si l'on considère la question sur le plan politique, le scepticisme règne quant à l'acquisition d'avions de combat fabriqués dans ces deux pays, d'où la recommandation de ne pas tenir compte des systèmes russes et chinois dans le cadre de la présente acquisition".

Le rapport des experts n'a pas souhaité détailler les candidatures pour une acquisition. Mais il s'est posé la question de savoir si le Gripen E/F, dont le financement avait été refusé en mai 2014 lors d'une votation à la suite d'un référendum, était éligible à futur appel d'offres. Si cet appareil "remplit les conditions décrites dans le chapitre consacré à l'évaluation, le Gripen E/F constitue aux yeux du groupe d'experts un candidat tout à fait valable pour être intégré à l'évaluation". Au vu des développements intervenus sur les divers types d'avions depuis la dernière évaluation d'avions de combat dans les années 2008 à 2011 (Rafale, Gripen et Eurofighter), "il semble inadéquat de ne procéder qu'à une réévaluation des types d'avions déjà testés", a estimé le groupe d'expert.

Enfin, un avion de combat qui n'est pas arrivé à maturité technique au moment de l'acquisition ne sera pas pris en compte dans l'appel d'offres. Les développements suisses majeurs, qui correspondraient à une helvétisation de l'avion de combat, ne sont pas une option non plus pour la Suisse. L'objectif de Berne est de se doter d'un "avion de combat à la pointe du progrès lors de sa livraison".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2017 à 15:25 :
Un rappel d'Histoire factuel : La Suisse n'a pas été attaquée par Hitler non pas grace a sa défense qui était famélique en 1940 mais grace a un concours de circonstance : entre la fin de la bataille d'Angleterre en octobre 1940 et le début de l'intervention allemande dans les Balkans en mars 1941, Hitler avait une fenetre de tir de 6 mois pour envahir la Suisse qu'il n'a pas exploité, puis vint l'operation Barbarossa qui engloutit toutes les forces de l'Allemagne.
Mais si Hitler avait pris le temps d'attaquer la Suisse, il en aurait tiré profit et peu de frais.

Ceux qui prétendent sans connaitre que la Suisse n'a pas besoin de se défendre devraient y réfléchir à deux fois.
Réponse de le 30/06/2017 à 17:01 :
Oui mais Hitler n'est plus là...

Et qui attaquerait la Suisse? Elle n'est entourée que de pays amis qui n'ont qu'une envie, continuer à entretenir de bonnes relations et des échanges économiques, culturels et humains avec les helvètes
a écrit le 31/05/2017 à 11:50 :
Un nouveau partenaire potentiel pour une défense Européenne ?
Les Allemands ont ils choisi ?
Eurofighter est il viable ?
Que vont choir l'Arabie Saoudite ?
l'Anglais BAE va t'il rester dans le consortium après le Brexit ?
sinon y aura t'il une recomposition autour de Dassault ?
Dassault va t'il intégrer l'UE ou a t'il les moyens de faire réacteur seul ?

Dommage que Dassault soit embarqué dans de la politique politicienne. Les partis pris sont souvent incompatibles avec l'armement ou même avec la finance.
Surtout que c'est surtout François Hollande qui a sauvé la mise, en étant un excellent vendeur de Rafales. Il est vrai que le président Hollande, quoi qu'on lui reproche, à toujours su conserver le "sens de la Nation".
Réponse de le 31/05/2017 à 20:17 :
Pour les Anglais, leur motoriste s'appelle Rolls Royce (l'EJ 200 du Typhoon est d'abord un Rolls-Royce).
Pour la France, ce n'est pas Dassault qui fabrique les moteurs mais la Snecma.
Un turboréacteur militaire est un concentré absolu de savoirs-faire technologiques.
Développer un tel moteur à partir d'une feuille blanche réclame plusieurs dizaines de milliards d'euros d'investissements sans parler des années de mise au point , les Indiens se sont cassés les dents avec leur Kaveri.
Ni les anglais ni les français ne se permettront de perdre un tel concentré de souveraineté.
a écrit le 31/05/2017 à 11:29 :
Ils n'en ont pas besoin, ce sont les generaux qui poussent pour offrir de beaux joujoux à leurs fistons...

Neutre vous croyez que ça veut dire que la suisse attaquée personne ne lui viendrait en aide ? avec tous les avoirs suspects étrangers...

C'est l'histoire de l'africain qui fait du porte à porte pour vendre un grigri sensé débarrasser le pekin des crocrodiles... L'homme averti s'interroge ? mais monsieur il n'y a pas de crocrodile dans nos régions ??
Oui je sais, justement, c'est parce que j'ai deja vendu pleins de chasse-croco à vos voisins...
L'europe nous aurait protégé de la guerre.... c'est pas comme si entre temps on s'etait doté du feu nucléaire...
a écrit le 31/05/2017 à 11:20 :
Si ils achetent le F35 comme les allemands, on va avoir une recrudescences des phenomènes ovni...
La defense francoise sera bien en peine d'expliquer la diminution du niveau des lacs alentourrs...
a écrit le 31/05/2017 à 11:09 :
S'ils sont logiques ils devraient favoriser le pays au travers duquel ils récoltent le plus d'argent via l'évasion fiscale qu'ils proposent.

Ça doit pas être simple à chiffrer par contre, mais je pense que nous sommes bien placés.
a écrit le 31/05/2017 à 4:38 :
Un tout rikiki pays de 330 km de longueur et 220 km de largeur et qui en plus neutre a besoin besoin de 70 chasseurs! On croit rever
Réponse de le 31/05/2017 à 9:05 :
Les Pays-Bas ont plus ou moins le même nombre de km2 que la Suisse et ça ne les empêche pas d'avoir une excellente aviation.

Par ailleurs, un pays neutre ne doit justement compter que sur lui-même pour se défendre, ce qui justifie d'avoir une armée crédible.
Réponse de le 31/05/2017 à 9:11 :
Vous savez jamais ce dont demain sera fait. Pour l instant la suisse profite du parapluie US (comme le reste de l UE) . Si Trump ou autre decide reduire la voilure (fatal vu l etat de l economie US), que l UE sombre et que tonton Vladimir devienne un peut plus agressif, avoir une armee digne de ce nom ne sera pas du luxe.
Quant on est un pays riche et inclus dans aucune alliance, on peut etre une cible tentante. Regardez l irak et le koweit


PS: ils demandent 70 pour pouvoir en avoir 30 ...
Réponse de le 31/05/2017 à 20:33 :
Ce n'est pas faux cdd... La puissance militaire américaine va se réduire, avec certitude, comme peau de chagrin. L'Europe de pourra pas compter dessus comme cela a été le cas jusqu'à maintenant.
a écrit le 30/05/2017 à 18:54 :
Quelle blague! Et combien de sous-marins pour garantir le yachting sur le lac Léman?
Et pour faire quoi? Qui peut bien menacer à la Suisse?
Tous les plus gros bandits de la planète y ont des avoir et Kim Il Jung est pas près de pouvoir toucher les alpes avec son électronique en carton..
Soyons sérieux: 70 drones achetés sur e-bay suffiront ou plus probablement quelques boulons et un peu d'huile pour prolonger les appareils actuels....
La meilleure de la journée!
Réponse de le 31/05/2017 à 9:02 :
J'ai bien rigolé en voyant votre commentaire Mougeon. Vous avez tellement raison!
a écrit le 30/05/2017 à 18:41 :
Je crois que ma voisine suisse résume assez bien la vision de nos voisins vis à vis de notre pays. Sa phrase préférée "j'aime la France mais pas les français" et elle vit chez nous depuis plus de 25 ans. Il ne faut pas se leurrer nous n'aurons jamais ce type de contrat les suisses en majorité sont racistes vis à vis de notre pays. Ils aiment nous décrire comme sales, fainéants un peu!!! voleur très indisciplinés...... est ce grave non laissons les dans cette vision de notre pays.
Réponse de le 30/05/2017 à 20:46 :
un français en France est aussi sale... qu'un suisse en vacances en France : c'est dire !!!
Réponse de le 31/05/2017 à 14:39 :
"Si tu veux qu'on t'épargne, épargne aussi les autres". Clichés, condescendance, mépris, comment veux-tu être apprécié. Retrousse-toi les manches, bosse et arrête de râler !
a écrit le 30/05/2017 à 18:28 :
Mais un avion comme le rafale, serait sorti de Suisse au bout de 2 minutes, c'est bien trop rapide pour eux, qui vont l e n t e m e n t ...
Réponse de le 30/05/2017 à 22:43 :
En cas d'achat d'avions français , la France autoriserai les rafales suisse à utiliser son espace aérien pour leur entrainement rendant ce contrat très intéressant pour eux.
a écrit le 30/05/2017 à 18:05 :
Allons, allons, pas d'excitation... on a déjà calmé nos militaires une fois, on recommencera! Nous avons besoin d'exactement 0 nouvel avion et bien mieux à faire avec cet argent!... Contrairement à la France il y a - heureusement - en Suisse une vraie contestation de l'armée qui de ce fait ne fait pas (toujours) exactement ce qu'elle veut
Réponse de le 30/05/2017 à 18:29 :
Vu que sont les armées de l'air des voisins qui font la police du ciel en Suisse hors des heures d'ouverture des bureaux, monsieur ne voit donc pas d'inconvénients a ce que son pays envoie un chèque aux ministères de la défense concernés ?
a écrit le 30/05/2017 à 18:01 :
Ils veulent annexer le Liechtenstein ou quoi?
Réponse de le 30/05/2017 à 22:10 :
Mdr :)
a écrit le 30/05/2017 à 17:48 :
entre 20 et 70 appareils, c'est un coup de tonnerre au niveau mondial.
La première commande Indienne de Rafale concernait 36 appareils.

La France possède 130 Rafale...; CQFD...

déjà avec 40 Rafale la suisse serait confortable mais avec 75 c'est un véritable Dragon en Europe !!!

Bon le Rafale était arrivé en tête la fois précédente mais là on part sur 2020 donc le jeu ne sera plus le même.

Pas grand chose à craindre côté F35, l'avion n'est pas franchement adapté à l'usage Suisse et ne peut pas voler sans escorte conséquente....

Côté Super Hornet la chaîne sera presque à l'arrêt, l'avion est très cher et ancien.

Reste le Gripen NG (mono réacteur) pas bon à grand chose dixit les Brésiliens.

Le gros client sera L'Eurofighter....

Pour ce qui est du Rafale il faudra du standard F4 voir F4++ pour l'emporter... enfin si c'est possible.
Réponse de le 31/05/2017 à 8:22 :
C#es une rapport.
Comme dans tous les rapport on demande beaucoup pourobtennir peu.
Avec une demande 20 appareils il finiraient avec 5.
En demandant 70 ils finiront avec 20.
Ca s'appelle la guerre bureaucratique
Réponse de le 31/05/2017 à 14:44 :
130 Rafale...plus les Mirage 2000. En Suisse on parle de 30 à 70 appreils au total! Et au final ce sera plus proche de 30 que de 70.
Réponse de le 23/09/2017 à 14:39 :
La France pourrait proposer le meilleur avion du monde les Suisses ne l'achèterons jamais racisme sentiment d'être un peuple supérieur
lamentable !!!!.
a écrit le 30/05/2017 à 17:48 :
Le Rafale est dépassé ! À l'instar de la Norvège, la Suisse penchera pour le F35
Réponse de le 30/05/2017 à 18:24 :
Le gag de la journée. Le F-35 ne serait efficace qu'escorté par les F-22 dixit les militaires américains. Trop cher, bourrer de bugs, ce programme est un désastre.

Le Rafale n'a besoin de personne lui.
Réponse de le 30/05/2017 à 20:08 :
T'a raison, le rafalé dépassé et ta bouse de F35, elle compte être mis en services quand aux lieu de pompé l'argent du contribuable européen.
Réponse de le 31/05/2017 à 9:02 :
@Réponse de L'amateur d'aéroplanes

C'est normal, le F35 est extrêmement sophistiqué. Il est encore en rodage. Lorsque ses problèmes de jeunesse seront réglés, il n'aura aucun équivalent au monde (mis à part le F22). Et vers les années 2020, je tiens le pari que ça sera le cas.
Réponse de le 31/05/2017 à 12:48 :
Personnellement j'ai plus que des doutes sur l'avenir du F35.

Cet avion est bien trop cher et sophistiqué pour être utile à quoi que ce soit.
il parait que maintenant l'US air force utilise les capacités du F35 pour faire de la fusion de données sur le champ de bataille. Super mais c'est le rôle des AWACS et consors avec à leur bord les tacticiens qui vont avec.

Pour ce qui concerne les capteurs ils sont en dessous du niveau actuel de ce qui sont employés alors qu'ils ont été conçu pour les remplacer.

Le F35 a besoin d'un casque intelligent pour son plein potentiel, bonne idée sur le papier mais qui pose un gros problème aux cervicals des pilotes.

Les pilotes "légers" viennent à peine d'être autorisé à voler...

Sans parler des millions de lignes de code du logiciel qui ne pourront jamais être débuggué.

Enfin dernier souci le F35 est un gros avion très lourd avec les corrolaires qui vont avec. le prix et la maintenance....

Les années qui arrivent vont révéler le potentiel de l'avion, Israel et le Japon commencent à le déployer... et dans le cas du premier une escadre complète de F16 a été affectée à la protection du F35 ce qui n'a aucun sens.

Les Suisse veulent faire de la police du ciel et de l'interception.
A la base les appareils qui pourraient convenir sont le F22 (plus fabriqué) le EF18 (en fin de vie et très cher) le Rafale et le typhoon...

POur finir la fois dernère c'est le Gripen NG qui a été choisi mais depuis il y a les premiers retour Brésilien et ce n'est pas la joie...
Réponse de le 01/06/2017 à 15:12 :
pour le F 22, en plus de n’être plus fabriqué, le Sénat US à interdit le transfert de la technologie...Même Israël et la GB n'ont pas pu tenter d'en acquérir (le Japon en voulait aussi ) .C'est d’ailleurs une des raisons de la vente des F.35, en deuxièmechoix du 22 inaccessible....
Réponse de le 23/09/2017 à 15:04 :
le Rafale n'est absolument pas dépassé les nouveaux standards vont le booster et a l"horizon 2023 Le F 35 sera complètement dépassé car il n'est pas évolutif
a écrit le 30/05/2017 à 17:36 :
Je me demande quelle est la doctrine de l'armée suisse.
Avec tout ces nouveaux chasseurs, elle aura une armée de l'air de très bonne facture.
Hors ce pays ne participe à aucune opération militaire. Donc je me demande pour quoi sont consentis de tels efforts.
Réponse de le 31/05/2017 à 12:51 :
Ce genre de commentaire convient pour bien des pays.
L'armée et les matériels mitaires Suisse ont toujours été de bonne facture voir même sans équivalent.

La Suisse a parfaitement les moyens de sa défense et la composante aérienne du pays est performante donc pourquoi pas...
a écrit le 30/05/2017 à 17:04 :
Bon, maintenant il n'y plus qu'à se concentrer pour etre les meilleurs, et faire preuve d'humilité. Sarko s'étant pris une fessée, ca devrait aider.
Réponse de le 30/05/2017 à 17:28 :
Le Drian sera notre meilleur négociateur ! Avec la politique de Trump cela devrait aider la Suisse à acheter français, voir européen et non US.
Réponse de le 30/05/2017 à 17:34 :
Sil il faut tisser de bonnes relations, on n'a qu'à envoyer PENELOPE. Comme cela on aura des enfin des preuves comme quoi la femme du candidat de la valeur travail a bossé au moins une fois dans sa vie quand elle est payée.
Réponse de le 30/05/2017 à 17:39 :
Pour éviter de faire tapisserie, et si il il faut tisser de bonnes relations, on n'a qu'à envoyer PENELOPE. Comme cela on aura enfin des preuves comme quoi la femme du candidat de la valeur travail a bossé au moins une fois dans sa vie quand elle est payée avec l'argent public.
(Pour ce qui concerne l'argent privé : il suffit de se rendre compte de l'état de l'industrie en FRANCE pour se rendre compte que dans les directions, il y a beaucoup de gens qui sont payés à ne rien faire)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :