Les ratés du moteur de l'A400M sur le point d'être réparés

 |   |  456  mots
Les motoristes de l'A400M ont trouvé une solution immédiate intermédiaire en vue de régler le défaut de la boite de transmission de puissance (Propeller Gear Box ou PGB) du moteur de l'avion de transport militaire
Les motoristes de l'A400M ont trouvé une "solution immédiate intermédiaire" en vue de régler le défaut de la boite de transmission de puissance (Propeller Gear Box ou PGB) du moteur de l'avion de transport militaire (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
Du mieux pour l'A400M... Un premier appareil a été livré à l'armée française avec des capacités tactiques. Surtout, les motoristes ont trouvé une solution immédiate intermédiaire au problème d'usure prématurée de la boite de transmission de puissance du moteur de l'avion de transport militaire.

Enfin des bonnes nouvelles pour l'A400M... L'armée française va recevoir un premier exemplaire de l'avion de transport militaire A400M doté de capacités d'autoprotection et de largage, a annoncé lundi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. C'est un bon début pour Airbus qui subit déboires sur déboires depuis le lancement du programme. Toutefois, toutes les spécifications demandées par la France ne sont pas encore au rendez-vous et seront progressivement intégrées aux appareils livrés à l'armée de l'air française, explique-t-on à La Tribune.

"Quand une bonne nouvelle arrive, il faut le signaler. Ce neuvième avion (A400M) français dispose de capacités d'autoprotection et de largage qui vont être décisives (...) sur les théâtres extérieurs", a expliqué le ministre de la Défense lors d'une réception à l'Hôtel de Brienne.

Surtout, les motoristes réunis dans le consortium européen Europrop International (Rolls Royce, Safran, l'allemand MTU et l'espagnol ITP), se sont engagés sur un plan en accord avec Airbus et les pays utilisateurs en vue de régler le défaut de la boite de transmission de puissance (Propeller Gear Box ou PGB) du moteur de l'A400M, confiée au motoriste italien Avio, jusqu'ici reconnu pour ses compétences en la matière.

En raison de l'usure prématurée d'un composant (pignon) de la PGB, Airbus a dû recommander une révision toutes les 20 heures de vol pour tous les appareils ayant déjà effectué plus de 200 heures de vol. Conséquence, les armées n'exploitent cet appareil qu'à 10% environ de son utilisation maximale en raison des contraintes très lourdes de maintenance.

Une solution immédiate intérimaire trouvée

Les motoristes ont semble-t-il trouvé une "solution immédiate intermédiaire", qui est en train d'être testée au banc d'essai et "va dans le bon sens", explique-t-on à La Tribune. Objectif, valider cette modification par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) au début du mois de juillet en certifiant le moteur, puis l'appareil. Cette solution permettrait d'élargir "significativement" les périodes de révision de l'appareil pour faciliter les opérations des armées de l'air, assure-t-on à La Tribune. Sans en préciser la fréquence.

Si les derniers essais au banc et en vol sont concluants, les premières modernisations des moteurs de l'A400M pourraient être effectuées "dès cet été, voire au plus tard à la rentrée". A plus long terme, les motoristes travaillent également sur une solution définitive, qui sera au point "en 2017" sans plus de précision. "Il est trop tôt pour être plus précis", souligne-t-on.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2016 à 13:31 :
La mise au point d'une cellule c'est deja du TAF; la mise au point cellule + moteur entierement nouveau a toujours été conduit a de tres gros problemes voir echecs.
Quand a croire que l'A400M sera un succes est puérile; il n'y a aucune utilité dans la capacité de transporter de lourdes charges (relativement au C160 ou C130) sur des terrains non préparés- Avez vous deja essayé de dépoter 9 palettes de 10000lbs sur un terrain sommaire ?
a écrit le 14/06/2016 à 20:11 :
dans le verbiage des communicants, ça veut dire qu'on peut rapidement résoudre un partie (?) du problème, mais que ça ne ne résoudra pas tous les problèmes et qu'on ne sait même si on pourra tous les régler et encore moins quand.
a écrit le 14/06/2016 à 15:31 :
Est-ce le même constructeur qui produit les transmissions des hélicoptères du type de celui qui s'est crashé en Norvège?
a écrit le 14/06/2016 à 13:46 :
C' est une difficulté technologique majeure idenfifiee des la conception . Là répartition des tâches n'a pas été optimale et l'avion n'est pas encore opérationnel . Il y a cependant toujours une solution aux difficultés techniques . Dans quelques temps tout le monde en voudra . C' est une belle machine.
a écrit le 14/06/2016 à 13:06 :
Le peu d' info , m' entraîne vers 2 réflexions.
Le choix du métal ( alliage spéciaux ) se rapprocher d' Ugine Aciers ( 73 ).
Utilisation des engrenages à chevrons , l' inventeur était André Citroën. Ces engrenages travaillent en supportant de très grands efforts.
Il n'existe pas d' arrêt en technique mécanique, il y a des solutions...
Réponse de le 14/06/2016 à 16:39 :
@ Bazin ;
Le choix du métal....les paramètres physiques et mécaniques sont connus donc un pb de fonderie? ( voir Charles de Gaules et ses hélices ).L' élément
mécanique en cause doit être un multiplicateur, pas sur que le chevron
autorise de telles vitesses angulaires.
a écrit le 14/06/2016 à 12:04 :
Le probleme de motorisation n'est toujours pas regler..... Que fait le maître d'œuvre.... Depuis combien de temps ce probleme est connu.... Deux , trois ans, et se n'est toujours pas régler..... Et bien au heureusement que nous ne somme pas en guerre... Sa manque sérieusement d'efficacité..... Aire bus n'a jamais voulus de ce programme, elle souhaite ce des engager de sa production militaire.... Il y a une moitié de sabotage dans cette histoire, personnellement je serai le patron quelque tete tomberaient ... Les actionnaires doivent-ils revoir le fonctionnement de cette entreprise, les choix stratégique, la direction....
a écrit le 14/06/2016 à 10:26 :
AVIO est certes reconnu pour ses compétences en la matiére, mais transmettre 11 kilos chevaux à une hélice de plus de cinq mètres de diamètre pour maitriser sa vitesse ;via un réducteur;qui sera nécessairement logé dans un espace réduit . c'est un peu la qudrature du cercle.
a écrit le 14/06/2016 à 8:24 :
C'est quoi une "solution immédiate intermédiaire", et pourquoi les guillemets? pourquoi je trouve tout ça louche?
Réponse de le 14/06/2016 à 13:24 :
Comme vous, je reste un peu sur ma fin. C'est une bonne nouvelle, mais je me demande bien comment une solution peut être "immédiate" mais seulement "intermédiaire".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :