Macron : quatre erreurs et une réussite dans la crise avec le général de Villiers

 |   |  1260  mots
La démission du général de Villiers est un gâchis incroyable du à une succession d'erreurs d'appréciation
La démission du général de Villiers est un gâchis incroyable du à une succession d'erreurs d'appréciation (Crédits : POOL)
La démission du chef d'état-major des armées est un gâchis incroyable. Quatre erreurs d'appréciation ont contribué au départ du général Pierre de Villiers.

Tout Jupiter qu'il est, Emmanuel Macron s'est "raté" dans la gestion de la crise avec le général Pierre de Villiers et sa démission. Un gâchis incroyable dû à une succession d'au moins quatre erreurs d'appréciation majuscules qui ont entraîné le départ d'un chef d'état-major des armées (CEMA) respecté des militaires, des parlementaires et des industriels : économies dans le budget de la défense pour 2017 à la surprise générale, recadrage public très sévère du général de Villiers, mise en cause du droit à l'information du Parlement et, enfin, méconnaissance des responsabilités du chef d'état-major des armées.

En revanche, Emmanuel Macron a semble-t-il fait le bon choix sur le successeur du général Pierre de Villiers. La nomination du nouveau chef d'état-major des armées le général François Lecointre (55 ans), qui arrive à la tête des armées dans une situation de crise, semble faire l'unanimité dans les armées. Reconnu pour avoir combattu en "héros" en Yougoslavie et en Afrique, ce général récemment promu quatre étoiles (1er mars 2017) devra toutefois s'imposer avec finesse devant certains généraux plus expérimentés que lui.

1/ Une coupe budgétaire surprise pour les armées

Quand l'interview du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin parait le 11 juillet dans "Le Parisien" détaillant les coupes budgétaires, la foudre tombe sur l'état-major des armées. Les militaires doivent faire 850 millions d'euros d'économies sur le programme 146 alors que l'année est déjà très avancée. Le décret d'annulation des crédits a été publié vendredi matin au Journal officiel. Au sein de l'institution déstabilisée, c'est la surprise et l'incompréhension, puis la colère d'autant que le président souhaite "accroître" l'engagement des militaires, déjà très sollicités, dans les opérations extérieures (OPEX).

Pourquoi une telle réaction? Emmanuel Macron avait promis non pas de baisser le budget de la défense, mais de l'augmenter. Les militaires avaient cru à ses promesses. Toutefois l'état-major, qui était lucide sur la situation générale de la France, était prêt à faire des économies en contribuant par exemple à hauteur de 20% aux surcoûts des OPEX qu'il reste à payer en 2017 (850 millions). Mais il est tombé de l'armoire quand il a su qu'il devait supporter 20% du total des économies budgétaires annoncées (4,5 milliards d'euros).

Dans la foulée de l'interview de Gérald Darmanin, militaires, parlementaires et industriels se mobilisent, mais c'est déjà trop tard. Le chef de l'État a déjà arbitré. Il ne reviendra jamais sur sa décision. Au final, plus de pédagogies avec les armées aurait peut-être évité une crise majeure, qui a abouti à la démission du chef d'état-major des armées, une première sous la Ve République.

2/ Le général de Villiers piégé par les fuites

Parfaitement dans son rôle, le CEMA, qui juge la trajectoire budgétaire "non tenable", alerte les députés de la commission de la défense. La Grande muette n'est pas du tout muette comme certains observateurs la présentent à tort... Comme l'a révélé La Tribune mercredi dernier, le chef d'état-major des armées était furieux contre cette décision de Bercy lors de son audition à l'Assemblée nationale. En off, il avait même lâché aux députés : "Je ne me laisserai pas b..... comme cela" par Bercy. Ces propos ont fuité et ont été repris par toute la presse. Emmanuel Macron aurait dû mieux apprécier cette situation au lieu de se raidir face aux propos du général de Villiers, pourtant reconduit le 30 juin un an de plus. Une explication d'homme à homme aurait été plus logique.

Mais jeudi 13 juillet dans les jardins de l'Hôtel de Brienne, le chef de l'État saute un pont trop loin. Il recadre brutalement le CEMA devant un parterre de militaires, d'industriels et d'invités internationaux surpris par cette sortie. Une humiliation inutile. "Je considère pour ma part qu'il n'est pas digne d'étaler des débats sur la place publique. J'ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant les concitoyens, devant les armées, je sais les tenir et je n'ai à cet égard besoin de nulle pression, de nul commentaire", avait-il lancé avec un ton très ferme. La démission du CEMA apparaît la seule issue logique à la plupart des invités interrogés par La Tribune ce soir-là.

Trois jours plus tard, Emmanuel Macron persiste et signe dans son erreur. Il remet une couche dans les colonnes du "Journal du Dimanche" encore très brutale. "Si quelque chose oppose le chef d'état-major des armées au président de la République, le chef d'état-major des armées change", explique-t-il. C'est clair et net pour le général de Villiers qui en tire les conséquences. Son entourage cherche à le dissuader de partir.

3/ Les parlementaires furieux

"J'aime le sens du devoir, j'aime le sens de la réserve", a martelé Emmanuel Macron. Des propos qui ont été également très mal perçus par les parlementaires. En marge d'un hommage au général Pierre de Villiers, le Sénat a ainsi rappelé "le droit absolu des commissions du Parlement à l'information, fondement de la démocratie". Par ailleurs, le député Philippe Folliot (LREM, Tarn) a estimé que cette fuite "crée un très dommageable précédent qui risque de casser le lien de confiance propre à toutes auditions, sur des questions aussi sensibles qui nécessitent retenue et discrétion. Faute de cela, des auditions "à l'eau tiède" n'auront plus aucun intérêt".

4/ Le chef d'état-major est dans son droit de défendre son budget

Derrière erreur d'Emmanuel Macron, la méconnaissance des responsabilités du chef d'état-major des armées. Le nouveau chef d'état-major des armées "aura non pas un budget à défendre, parce que ce n'est pas le rôle du chef d'état-major, c'est le rôle de la ministre des Armées", a expliqué mercredi le président à Serre-Chevalier (Hautes-Alpes), à l'arrivée de l'étape du Tour de France. Et en même temps, ce n'est pas exactement comme cela que cela fonctionne dans la défense...

Selon le décret du 15 juillet 2009 relatif à ses attributions, le chef d'état-major des armées est responsable notamment de la définition du format d'ensemble des armées et de leur cohérence capacitaire. "À ce titre, il définit les besoins des armées et en contrôle la satisfactionet "conduit les travaux de planification et de programmation", stipule ce décret. Le CEMA  est également responsable de "la préparation et de la mise en condition d'emploi des armées". Ainsi, il définit les objectifs de leur préparation et contrôle leur aptitude à remplir leurs missions. Enfin, il exprime "le besoin en matière d'infrastructure interarmées et des armées et en vérifie la satisfaction".

Très clairement, le CEMA assure la cohérence des actions des armées, non seulement dans l'emploi des forces, mais aussi dans leur préparation et en ce qui concerne leur équipement. Le général Lecointre sera donc légitime à défendre son budget. N'en déplaise au président de la République.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2017 à 7:47 :
Il semble que le Gal Lecointre traine quelques casseroles relatives au génocide Rwandais ce qui pourrait constituer une erreur de choix supplémentaire.
Les partisans Macroniens de la première heure commencent à regretter leur choix. Restent les flatteurs, flagorneurs de tous bords qui attendent encore les quelques miettes qui tombent de la table du Prince.
a écrit le 22/07/2017 à 21:52 :
Pour une fois qu'un débat public sur le budget des armées a lieu, quoiqu'il aie commencé de manière polémique, on aurait pu poser la question de la force de dissuasion, très coûteuse et qui permettrait de financer une activité plus conventionnelle des armées ainsi que les aides au financement des retraites (je suis retraité).
Quels sont nos ennemis contre lesquels utiliser cette force de dissuasion, nos voisins?
Contre la Suisse, le Luxembourg, la Belgique, l'Angleterre qui est toujours venue aider l'armées française, l'Allemagne que l'on voit mal refaire une Blitzkrieg, l'Espagne enlisée dans des débats sans fin sur des statuts régionaux compliqués autour d'un modèle monarchique démocratique? Contre la Chine à des milliers de kilomètres et qui est une superpuissance militaire et économique, la Russie à des milliers de kilomètres que l'on verrait venir depuis l'Otan, contre les Usa? Contre les terroristes qui n'ont que faire des missiles ou des sous marins nucléaires? Alors contre qui? C'est pour ses rassurer des défaites passées en 1870, en 1914, en 1939?
Ces milliards de budget de la dissuasion nucléaire utilisés au profit d'une modernisation de l'armée conventionnelle et pour financer les retraites et l'emploi, ça me semblerait bien plus rassurant.
Réponse de le 23/07/2017 à 5:46 :
La dissuasion contre qui...Eh bien contre tout ceux qui ont une arme nucléaire : le Pakistan, l'Inde, la Corée du Nord et tous les autres qui peuvent virer leur cuti du jour au lendemain : la Chine, la Russie, même les US. Pourquoi plein d'autres pays voudraient avoir cette technologie tel l'Iran, pour faire bien, non, simplement parce que c'est "une police d'assurance" et comme toute les assurances, c'est cher. Quant aux milliers de kilomètres c'est un argument qui ne tien pas la route. Un missile peu atteindre n'importe quel point du globe. Pas la peine d'être à côté de la cible.
Réponse de le 23/07/2017 à 17:36 :
En réponse à Jcml, les pays que vous citez hormis la Chine, les Usa et la Russie ont de faibles étendues territoriales et ils savent que l'utilisation d'une arme nucléaire à titre offensif entrainerait leur destruction totale par l'un des grands pays tels la Russie, la Chine ou les Usa.
La Russie a par exemple subi la catastrophe écologique et humanitaire de Tchernobyl à laquelle ils ont survécu du fait de l'immensité de leur territoire.
La guerre c'est aussi une affaire de politique et si la France a de bons alliés et des relations internationales équilibrées, je ne vois pas qui voudrait attaquer spécifiquement la France et non aussi ses alliés.
a écrit le 22/07/2017 à 17:24 :
Trop simples les raisons qui ont amené Mr MACRON à se débarrasser de Mr DE VILLIERS;
N' y aurait-il pas derrière toute cette apparence une raison pour mettre fin à l'Administration de ce Monsieur ? Tel, un montage interne ou une main mise sur la Direction de l'Armée.
Le prétexte de la Finance est insuffisant. Toutefois, loin de moi que de ne pas entendre des bruits de magouilles dont je ne puis ignorer un phénomène habituel les fonctionnaires.
Aussi j'approuve entièrement la décision de Mr MACRON.

Merci !
a écrit le 22/07/2017 à 16:59 :
au-delà du fond, qui peut se comprendre tout en donnant lieu à discussion à portée pédagogique, il y a ici, la forme ! Et là, le président de la République s'est, à mon sens, déshonoré; en effet comment ne peut-on pas interpréter (à tort ou à raison) cette séquence de la manière suivante:"moi, Macron, à l'allure de petit jeunot prétentieux, dont le seul mérite consiste à avoir "réussi" mes études à l'ENA puis à avoir œuvré dans une banque, je me crois autorisé à traiter comme un vilain garnement un chef d'Armée au fait de sa carrière grâce à un parcours exemplaire dans un métier où l'on a pu mettre sa vie en danger au service de la Patrie ! et pour prononcer ces paroles infâmes, je choisis une assemblée dans laquelle tous les subordonnés du chef des Armées seront présents et cela sur le ton de "À genou, fier Sicambre!" ...Dans le passé, le Général De Gaulle, une autre dimension que le ci-devant Macron, avait pu condamner des paroles et des actions d'un "quarteron de généraux en retraite", mais il s'agissait là, de généraux ayant trahi leur serment à la Patrie ! Que Mr Macron, même investi de la charge de Président de la République, n'ait pas manifesté le moindre soupçon de subtilité lui permettant de gérer la situation avec la sagesse qu'exige sa situation de Président, voilà qui augure mal de l'avenir. Certes, on avait pu avoir des doutes sur sa rigueur intellectuelle lors de son voyage à Alger lorsqu'il proférait la fameuse sentence : "la colonisation a été un crime contre l'humanité" ! Affirmer cela, était une ineptie mais le faire en Algérie déshonorait le personnage ! Mais, à l'époque, il n'était pas encore investi de la charge de représenter la France...
a écrit le 22/07/2017 à 16:45 :
Les exploits de nos présidents
~--~--~--~ -~--~--~- ~--~--~--
Sarkozy, l'homme qui a réussi à faire regretter Chirac.
Hollande, le virtuose qui a su faire regretter Sarkozy.
Emmanuel Néron, l'enfant gâté qui en 3 mois a déjà presque réussi à faire regretter Hollande.
On n'arrête pas le progrès : chaque président est pire que le précédent... et meilleur que le suivant.
Versailles, Sat 22 Jul 2017 16:45:40 +0200
a écrit le 22/07/2017 à 12:46 :
Vous avez oublié la sanction exemplaire qui aurai dû s'abattre sur la ou les personnes qui ont fait fuiter le débat en commission (secrète) parlementaire . . .
Macron n'a-t-il pas les moyens de le savoir (incapable) ou l'a-t-il provoqué (vicieux)
a écrit le 22/07/2017 à 11:33 :
Et les déceptions, il y en aura d'autres...Macron affirme vouloir baisser le budget des ministères de l'intérieur et de la justice, donc il ne pourra pas créer les postes dans la police et les places de prison qu'il avait promis.
a écrit le 22/07/2017 à 9:32 :
L'affaire du budget des armées vient confirmer que la France est entrée dans un enlisement total ;

Pour le reste, les conséquences sur l'économie sont désastreuses ;

Autre exemple, en 3 MOIS de gouvernement, le gouvernement de Macron est incapable de résoudre le dossier des GM&S, à l'échelle de la France,

ce dossier des GM&S est minuscule ... comment ne pas constater combien le 1er Ministre Philippe Edouard et son Ministre de l'économie Bruno Lemaire sont incapables impotents incompétents ...

Depuis 3 mois de gouvernement, pas une semaine sans que des groupes industriels annonces des plans sociaux MASSIFS dans tous les coins de la France

La France est bien dans l'enlisement généralisé et s'enfonce dans un déclin aggravé débuté déjà sous les gouvernements Sarkozy-Fillon-Lemaire puis déjà aggravé sous Hollande-Valls-Macron

Rien n'a changé, tout est de pire en pire
a écrit le 22/07/2017 à 8:25 :
« Les Français ne sont pas défendus, même s'ils le croient encore. Et s'ils ne s'intéressent pas à la guerre, comme disait Staline, la guerre va venir s'intéresser à eux. » Général Vincent Desportes

Les Français sont en danger ► https://www.damocles.co/sos-armee/

Il ajoute : « 5% seulement des dépenses de l'État correspondent à ses missions profondes : Défense, sécurité, justice et diplomatie, alors que l'État a été créé pour ça. »
a écrit le 22/07/2017 à 7:41 :
Macron, une réaction inappropriée et inconcevable, autorite De petit chef au mépris des règles democratiques
a écrit le 21/07/2017 à 22:06 :
Macron a t-il le choix ...? La réponse est non, Bruxelles commande et demande des réformes, traduisez des économies et des remises au privé. Macron s' execute et donne des gages pour renforcer l' union européenne quitte à affaiblir son propre pays, en installant la pandémie des ..réformes.

Car en novlangue bruxelloise on appelle ça les réformes, en français décodé, la soumission d' un ..gouvernement décidément bien prévisible aux GOPE car c' est TOUJOURS ce même Bruxelles qui fixe la feuille de route ..

https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon

Il sait parfaitement où il va sur ce sujet mené ..tambour battant avec de Villiers qui l' a vu venir, il va tout droit dans les bras de frau Merkel, on avait évoqué pour lui dans un passé récent le coup du couple franco allemand car il y croit dur comme fer et il s' a git bien pour lui de s' inscrire dans la fable..
a écrit le 21/07/2017 à 21:55 :
C' est une salutation qui en dit long sur la perception de la ..démission de de Viiliers ...
Tout le personnel du ministère des armées est descendu ce 20 juillet 2017 au matin pour réserver un triomphe – devant les caméras de l’AFP – au général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état major des armées démissionnaire. Cette haie d’honneur et ces applaudissements nourris en disent long sur ce que les militaires pensent du petit « Emmanuel Néron », comme certains commencent à le surnommer.
https://www.upr.fr/actualite/france/gifle-symbolique-militaires-adressee-a-emmanuel-macron-organisent-haie-dhonneur-chef-detat-major-armees-demissionnaire
a écrit le 21/07/2017 à 21:52 :
Survenant après la démission de quatre ministres en deux mois, la démission du chef d’état-major des armées – sans précédent dans l’histoire de la Ve République – marque un tournant dans ce quinquennat funeste et déjà épuisé.

Depuis qu’il a pris ses fonctions à l’Élysée, – et contrairement à ce que veulent faire croire certains grands médias – Macron rate et salit tout ce qu’il touche. Chaque jour qui passe apporte un nouveau témoignage de ses mensonges incessants, de ses choix impulsifs et malheureux, de son irresponsabilité, de son immaturité et de son narcissisme maladif, qui le conduisent, tel un enfant gâté, à vouloir n’écouter que lui et à s’emparer de tous les leviers de commandement.

Ce n’est pas « Jupiter » que nous avons à l’Élysée mais Néron.

L ' UPR rappelle à Macron-Néron que, comme l’enseigne le célèbre adage romain, « La Roche tarpéienne est proche du Capitole ».
a écrit le 21/07/2017 à 21:43 :
c'est marrant tous ces politiques qui parlent de l'armée et qui ne connaissent rien à cette institution,ils n'ont même pas fait leur service militaire;Ils mettent l'habit pour le fun
a écrit le 21/07/2017 à 21:36 :
Vivement que Hollande revienne, on en a marre de cette bande d'arrivistes sectaires.
Réponse de le 22/07/2017 à 8:06 :
Arrivistes sectaires ? C'est la définition de "politicien", non ?
a écrit le 21/07/2017 à 21:34 :
un joyeux rigolot se castaner ou plutôt un excellent faillot on aimerait le voir se chef d'operette sur un theatre d'operation il prendrait une de ses branlees magistrale, japper c'est tres facile mais quand on est dans la me... sur le terrain avec 45 degres ou mieux c'est autre chose il faut y aller mon gars a la castagne et si on vous coupe les moyens c'est du sucide!!!! quant a MACRON il m'a terriblement deçu je le croyait plus intelligent
Réponse de le 21/07/2017 à 21:57 :
castaner n'a pas apprécié: sur ce coup le maître des horloges c'était pas son mentor c'était de Villiers.
a écrit le 21/07/2017 à 20:01 :
Quelle tempête dans un verre d'eau!
Il ne semble pas hors constitution de demander au général chef des armées de ne pas se servir des médias pour faire ses demandes et surtout ses critiques.
Le chef des armées est le Président de la République , point barre.
Les esprits chagrins en sont pour leur frais.
Ceux qui avancent que le Président Macron doit être à la botte du général chef des armées se trompent, on est en démocratie, et non sous dictature.
Réponse de le 21/07/2017 à 21:21 :
Vous auriez raison si vous saviez lire.
Vous dites:
Il ne semble pas hors constitution de demander au général chef des armées de ne pas se servir des médias pour faire ses demandes et surtout ses critiques.
L'article dit:
Parfaitement dans son rôle, le CEMA, qui juge la trajectoire budgétaire "non tenable", alerte les députés de la commission de la défense.
Le CEMA a témoigné à huit clos devant la commission de défense et ses propos ont été fuités (Probablement pas pas lui)
Enfin j'imagine qu'il faut votre talent pour voter et défendre E.Macron.
Président de l'agonie francaise par la grâce de 24% des électeurs
a écrit le 21/07/2017 à 19:21 :
Des soldats tombent tous les jours au combat, pourquoi pas un Général ? S'il était irremplaçable, ce serait une grave erreur des armées car il faut toujours anticiper les impondérables...
a écrit le 21/07/2017 à 18:57 :
est ce bien le moment de sabrer l'armee avec tous les conflis actuels? ou alors il faut laisser tomber tout cela et on va faire des economies il faut savoir choisir vite et bien mr MACRON GOUVERNER C'EST PREVOIR ne peut on pas faire payer un impot a tout le monde ne serait ce que 15 euros par an et sio cela ne suffit pas 3 ou 4 centimes sur les carburants pourraient bien arranger les choses pour cette annee Daech doit se fendre la tranche souhaitons de tout cœur qu'il ni est pas d'os un de ces jours vous n'auriez vous aussi plus qu'a rendre votre tablier quand on veut de la securite il faut une bonne armee et une bonne police donnons leurs les moyens!!!
a écrit le 21/07/2017 à 18:26 :
Certains commentaires, ceux qui font les louanges de Macron, sont consternants. Il faudrait quand même leur rappeler que nous sommes en guerre, que l'armée est sinistrée, tout comme la justice et la police.
Je regrette déjà d'avoir voté Macron, qui a pour unique vision le respect des 3%.
Avec ça, on n'ira pas loin...
a écrit le 21/07/2017 à 17:19 :
Il est possible que cette lamentable affaire soit leur Fouquet's tant ils ont été incapable de lui dire qu il était en train d apparaître comme un sale petit c.......
Quel gâchis. Bon en même temps vaut mieux déchanter tout de suite.
Mais enfin il a pas un bon copain capable de le recadrer même un peu rudement. Ça va finir comme Gillard cette affaire
a écrit le 21/07/2017 à 17:18 :
Il est possible que cette lamentable affaire soit leur Fouquet's tant ils ont été incapable de lui dire qu il était en train d apparaître comme un sale petit c.......
Quel gâchis. Bon en même temps vaut mieux déchanter tout de suite.
Mais enfin il a pas un bon copain capable de le recadrer même un peu rudement. Ça va finir comme Gillard cette affaire
a écrit le 21/07/2017 à 16:16 :
Le CEMA ne "défend" pas un budget. Il dit ce qu'il peut faire quand le président lui demande quelque chose ce qui est très différent. Le budget des armées relève de l'autorité politique. Quant aux fuites, la prochaine fois, le parlement saura que lorsqu'on interroge "à huis clos" il faut garantir qu'il n'y aura pas de fuite sinon il peut en effet y avoir des conséquences fâcheuses. Enfin, il ne faut pas faire tout un fromage de cette démission ni de ces 850 Me en moins. Il fallait bien trouver quelque part un ministère qui rende des crédits de paiement (car la masse salariale des fonctionnaires, ça ne se baisse pas en 6 mois). Tous ces français qui critiquent seraient-ils plus heureux et si férus de ces 2% du PIB, si on leur annonçait que le budget militaire sera directement alimenté par un prélèvement dédié ? C'est pourtant bien ce qu'il faudrait faire pour que les gens deviennent un peu adultes.
a écrit le 21/07/2017 à 16:10 :
Je ne comprend pas bien cet article qui considère que des fonctionnaires fussent ils généraux ( dans une armée Française ou il y aura bientôt plus de généraux que soldats ) ont le droit de contester au pouvoir politique leur utilisation et leur budget!!! Ou va t'on?.
Si effectivement ils ne sont pas d'accord la démission est faite pour cela. Il était temps que le politique reprenne le contrôle des armées et de la fonction publique en général. On commence simplement à voir sortir du bois tous les conservateurs et privilégiés du système. Bravo Mr Le Président le peuple vous a élu pour réformer, les résistances seront nombreuses, surtout ne vous découragez pas let l'histoire vous ouvrira ses portes.
Réponse de le 21/07/2017 à 18:22 :
De quelle réforme parlez-vous ? Virée un général compétent et aggraver l'état désastreux de l'armée française, c'est ça pour vous, réformer ?
a écrit le 21/07/2017 à 15:50 :
Et si, depuis le début Macron souhaitait se débarrasser de ce Général pas assez macrocompatible et peu docile?. Macron ne nomme pas Le Drian à la Défense, il ordonne une coupe sans précédent dans le Budget des Armées . Comme par hasard il y a une fuite et comme par hasard Macron fait une déclaration publique et humiliante pour le chef des Armées. Macron aurait voulu se débarrasser de ce gêneur qu'il ne s'y serait pas pris autrement.
Réponse de le 21/07/2017 à 18:27 :
Ce n'est pas Macron qui n'a pas voulu nommer Le Drian ministre des armées, mais Le Drian qui ne voulait plus continuer ! Pour la coup du budget, jlucbdx a très bien décrit ce qu'il fallait en penser, donc je n'ai rien à ajouter à son commentaire. D'autre part, l'interview que le CEMA a donné au Figaro le lendemain et ces commentaires su les réseaux sociaux, montre que le CEMA n'avait pas compris qui était le patron. Et enfin Chevènement avait dit : " un ministre ça ferme sa G...le ou ça démissionne", ceci est à appliquer à tous les fonctionnaires, incluant le CEMA.
Réponse de le 21/07/2017 à 21:28 :
@missiles.
Mais oui, vous avez raison d'y croire.
Au passage si vous voulez je peux vous vendre un terrain à pas cher dans le nord du Japon préfecture du Sendai.
Vus verrez c'*est une magnifique affaire avec plus value garantie dans mille ou deux mille ans.
a écrit le 21/07/2017 à 13:36 :
Les hauts fonctionnaires dont font partie les militaires de hauts rangs ont pris la très mauvaise habitude de se considérer investis de pouvoirs politiques tout comme les syndicats les journalistes et les juges . Macron recale tous ces personnages qui n'ont pas l'aval de la population . C'est une action de salubrité démocratique .
Réponse de le 21/07/2017 à 15:05 :
Entièrement d'accord.Et j'avoue que Macron redevient sympathique a pas mal de monde(et il le sait).Attendons la confirmation et les premiers résultats.En attendant j'éspère que le général De Villiers ne sera pas exclu du mess des officiers,et qu''il pourra continuer a etre servi par du personnel en gants blancs,ne soyons pas inhumains
Réponse de le 21/07/2017 à 18:20 :
Commentaire inepte : les militaires connaissent l'état désastreux du matériel militaire. Ils sont mieux habilités à en parler qu'un président qui n'à pas d'autre ambition de respecter la règle des 3%.
a écrit le 21/07/2017 à 13:21 :
l'armée à. pour fonction de défendre le pays des dangers extérieures, or, il est évident qu'elle devient inutile quand le pays se fait volontairement envahir de l'intérieur. Ceux qui ont été sacrifié dans les guerres passées doivent se retourner dans leur tombe
a écrit le 21/07/2017 à 12:26 :
Toute cette affaire est lamentable. Macron a, comme d'habitude, semé le trouble dans les esprits. Il voulait virer Villiers, mais sans que cela apparaisse directement. Il l'a donc renouvelé il y a quelques jours pour se dédouaner avant de l'exécuter en public à l'hotel de Brienne. Je crains qu'il ne soit le président des "coups tordus" car son argumentation ne tient pas. De plus, il ne connait pas le fonctionnement interne de l'armée. Il devait penser qu'en virant de Villiers, il aurait les coudées franches pour nous illusionner sur sa politique. J'ai noté qu'il ne parlait que de l'augmentation budgétaire de 2018. C'est encore et toujours "demain, on rase gratis"
a écrit le 21/07/2017 à 12:09 :
le droit a une information objective !! la majorité de nos journalistes ne font plus leur travail.... censure ?
Réponse de le 21/07/2017 à 12:26 :
Très obscur votre commentaire qui demande à être précisé...
a écrit le 21/07/2017 à 11:59 :
sacre bonhomme se president il se dit chef des armees encore faut il etre capable de commander toute une armee a t il fait saint cyr ? NON a le voir sourir béatement pour le 14 juillet il prend ses bidasses pour un divertissement c'est pas cela la castagne mr MACRON il faut mettre le trellis les rangers et aller passer 6 mois au sahel avec le ténébreux philippe apres on peut se permettre de discuter avec un general n'oublions pas qu'un chef est devant ses hommes pas derriere la gueule c'est bien des actes c'est mieux !!!
Réponse de le 21/07/2017 à 18:32 :
Amusant votre commentaire. Autrement dit, il n'y aurait qu'un militaire qui puisse être ministre de la défense et donc un docteur ministre de la santé, un écrivain ministre de la culture, un magistrat pour être ministre de la justice. Et le Président ou le 1er ministre, ils doivent faire quoi comme diplôme ?
a écrit le 21/07/2017 à 11:49 :
Parce que les gens sont suffisamment stupides pour croire que les "économies" se feront sans douleur ?

En tout cas, si il y a de l'argent à gaspiller pour baisser l'IS de 3 milliards d'euros (baisse qui n'apportera rien à l'économie française), on peut bien en trouver pour l'armée, l'éducation, la santé.
a écrit le 21/07/2017 à 11:48 :
Parce que les gens sont suffisamment stupides pour croire que les "économies" se feront sans douleur ?

En tout cas, si il y a de l'argent à gaspiller pour baisser l'IS de 3 milliards d'euros (baisse qui n'apportera rien à l'économie française), on peut bien en trouver pour l'armée, l'éducation, la santé.
a écrit le 21/07/2017 à 11:39 :
Une phrase a retenir de l'article. "Cela aurait du faire l'objet d'une discussion d'homme à homme". C'est là le problème. Un président élevé dans le luxe et le confort d'une banque, qui est capable de dépenser 2 millions d'euros en 4 ans, sans pouvoir le justifier, ne peut pas savoir ce qu'est un homme au sens honneur, courage. Nous avons pu constater le coté post adolescent et enfant gaté à qui on a dit " tu ne devrais pas faire cela". Et comme ces conseillers sont des immatures, le résultat est catastrophique. Conflit, incapacité de corriger un tant soit peu la décision comme cela aurait pu se faire en bonne démocratie sur la base de la concertation et remettre en cause la décision générale. Cela promet et je pense que nous allons vite vouloir le virer, une descente plus rapide que Hollande?? c'est possible.
a écrit le 21/07/2017 à 11:35 :
Qui peut sérieusement soutenir que l'armée gère efficacement son budget et qu'elle est a l'os?En quoi le général De Villiers est il un héros?
Réponse de le 21/07/2017 à 11:46 :
Bien d'accord avec vous . Il n'y a que les fournisseurs qui vendent aux armées françaises qui gèrent efficacement , au vu de leurs résultats financiers et des dividendes versés .
Réponse de le 21/07/2017 à 13:38 :
Allez Gérard un denier coup au bar avant de reprendre la parole?
Réponse de le 21/07/2017 à 15:00 :
@monsieur Hume:c'est gérard,avec un g MINUSCULE,pas un G MAJUSCULE!
a écrit le 21/07/2017 à 11:25 :
C'est sure que ça aurait pu être géré mieux, notamment démissionner ce vieux général avec moins d'esclandre.
Est ce que ça aura des retombées à moyen ou long terme?
Sur l'armée je ne crois pas, à fortiori si ce qui est annoncé en terme de budget est respecté pour 2018 et après.
Sur l'opinion, je ne pense pas on se fiche de ce Général. Surtout après Hollande, la demande d'autorité est tel que même un peu d'autoritarisme ne déplaira pas (pas tout de suite en tout cas).
Pour nos partenaires européens, c'est très bon, ça nous crédibilise.
Surtout ça montre à toutes les autres administrations, que si elles ne se conforment à la direction du politique, leurs directions prendront la porte.
Réponse de le 21/07/2017 à 18:16 :
Nos partenaires européens n'ont pas de leçons à nous donner. Ce serait plutôt à nous de leur en donner, puisqu'en matière de lutte antiterroriste on fait tout le boulot à leur place.
a écrit le 21/07/2017 à 11:02 :
Le général François Lecointre remplacera dès demain le général de Villiers, qui a démissionné en expliquant, par un communiqué aux mots précis et graves, que les énièmes restrictions budgétaires qu’Emmanuel Macron veut imposer aux armées auront pour conséquences de « ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel [il croit] pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays. »

À cet égard, l’UPR rappelle que l’article R 3121-2 du Code de la Défense fixé par le Décret n° 2009-869 du 15 juillet 2009 relatif aux attributions du ministre de la défense, du chef d’état-major des armées dispose que, sous l’autorité du ministre de la défense, le chef d’état-major des armées :

est notamment responsable « de l’expression du besoin en matière de ressources humaines civiles et militaires des armées et des organismes interarmées »,

et qu’il « exprime le besoin en matière d’infrastructure interarmées et des armées et en vérifie la satisfaction »

https://www.upr.fr/actualite/france/communique-lupr-attend-nouveau-chef-detat-major-armees-general-francois-lecointre-quil-applique-a-lettre-larticle-r-3121-2-code-de-defense
Réponse de le 21/07/2017 à 18:34 :
Dans le Figaro et dans les réseaux sociaux ?
a écrit le 21/07/2017 à 10:28 :
Macron aurait mieux fait d'imposer des choix claires plutôt que des coupes.
Arrêt de l'aventure au Levant
Arrêt des opérations en Afrique
Arrêt de Sentinelle.

Choix économiques sur le long terme avec la gestion d'engins neuf et l'arrêt dela maintenance des équipements actuels.

Faire tenir des matériels 40 ou 50 ans n'a aucun sens. Imaginez des FT17 de 1918 aller au combat en 1968.
Un matériel militaire doit tenir 10 ou 20 ans et après il faut s'en séparer c'est tout.
Tout le monde y gagnerait fournisseurs et défense.

le marché de l'occasion serait florissant et nos industriels feraient la maintenance long terme pour d'autres nations.
Réponse de le 21/07/2017 à 16:21 :
40 ou 50 ans moins 10 ou 20 ans ça fait qu'on aurait dû prendre une décision depuis 20 ans au moins. Rappelez-moi qui aurait dû prendre cette décision alors ? C'est vrai que lorsqu'on ne prend pas de décision, la presse ne s'en aperçoit pas...
Réponse de le 21/07/2017 à 18:14 :
Arrêt des opérations en Afrique...vous êtes fou ???Etes-vous conscient de ce qui se passerait si la France se retirait ? Ce serait l'embrasement complet de toute l'Afrique sub-saharienne ! Est-ce que vous réfléchissez avant d'écrire n'importe quoi ?
a écrit le 21/07/2017 à 10:13 :
" n'en déplaise au président de la République" conclusion inappropriée car en démocratie se sont les élus, les politiques qui ont le pouvoir de décision .
La situation actuelle découle du fait que les politiques ont depuis trop longtemps déjà abdiqué laissant ainsi à la haute fonction publique le rôle qui leur revenaient .
Réponse de le 21/07/2017 à 10:52 :
La démocratie et le fonctionnement des institutions sont deux choses différentes. Même si élu par le peuple, aucun élu n'est au dessus des loi et de la constitution. Le président doit respecté les procédures et les institution, ou les changer via référendum.
Réponse de le 21/07/2017 à 11:01 :
Démocratie, quand, laquelle quand vos copains détiennent tous les moyens d' expression médiatiques du pays ..?
Réponse de le 21/07/2017 à 16:22 :
Exactement
a écrit le 21/07/2017 à 9:30 :
je ne considère pas pour ma part que Macro ait fauté quatre fois, mais une seule fois ; il n'a pas pris le temps ou su expliquer au CEMA le pourquoi et le comment de la coupe budgétaire imposée aux ministères et en particulier à celui des armées. C'est comme dans une entreprise, il faut du free cash flow et un bon BFR pour mener à bien les actions futures. Carlos Tavares chez Peugeot l'a bien compris : il a d'abord taillé dans les coûts et la gamme des constructeurs avant de reconquérir le terrain. C'est la même logique que Macron suit pour la France (ou du moins je l'espère :) ).
Cette erreur faite, le déroulé de ce qui a suivi était plutôt cohérent et logique. Un CEMA peut tout à fait faire cas de ses remarques aux parlementaires, il ne peut par contre pas employer un ton et un vocabulaire en inadéquation avec son statut. Macron était obligé d'agir de la sorte et de marquer son territoire comme un alpha dans une meute. Le choix du successeur de De Villiers a été par ailleurs plutôt brillant.
S'il tient ses futures promesses, je n'ai aucun doute sur le fait que l'appareil militaire lui pardonnera cet épisode tendu. Même si son affichage auprès des militaires sert sa personne, il n'en demeure pas moins qu'aucun président depuis DeGaulle n'a montré autant d'intérêt et de déférence envers la grande muette...qui ne l'est plus vraiment du fait de parlementaires jouant avec le feu et l'éthique.
Réponse de le 21/07/2017 à 10:24 :
Le successeur de De Villiers a tout à prouvé. Et il aura des problèmes ne serait ce que son âge et le fait qu'il ne soit 4 étoiles que depuis février... Wait & see. Alors que garder De villiers et réserver Lecointre eût été plus judicieux à long terme.

Quant à Tavares chez Peugeot... L'équation économique était différente et surtout il a arbitré pour l'avenir.... et dans une société en faillite avec des marges de manoeuvres totalement différentes.

Il ne faut jamais comparé compta publique et privée ça n'a rien à voir.
Par exemple vous parlez de BFR etc... notion totalement étrangère à la compta publique qui ne parle que de crédits...
Réponse de le 21/07/2017 à 14:04 :
Il ne montre aucun intérêt pour le domaine militaire, c'est de la com sachant que la population s’intéresse beaucoup à l'armée et veut lui donner les moyens. Il flaire juste le bon coup de com.

Le CEMA c'est exprimé devant une commission à huit clos, le mouchard devrait être sanctionné. Comme certain parlementaire je m'inquiète de se que cela peut signifié comme conséquences pour les commissions car plus personne n'osera parler franchement aux députés sans craindre les conséquences pour son poste ....

Il ne faudrait pas que Macron oublie que, quoi qu'on en dise, le parlement est après le corps citoyen le principal pouvoir politique dans notre république, si demain la majorité LRM se rebiffe, le président ne pourra que caqueter comme il a l'air de savoir le faire
Réponse de le 21/07/2017 à 16:30 :
@Réponse de Benoît
"Il ne faut jamais comparé compta publique et privée ça n'a rien à voir.
Par exemple vous parlez de BFR etc... notion totalement étrangère à la compta publique qui ne parle que de crédits... "
C'est avec ce genre de raisonnement qu'on a atteint un tel déficit et un tel niveau d'irresponsabilité dans la gestion budgétaire. Les services publics ont un coût mais devraient avoir aussi une valeur que les français doivent payer. Ici, personne n'est responsable de rien, le matériel n'est plus entretenu depuis 40 ans et la France a 70Ge de déficit. Alors heu, c'est normal, c'est parce que l'administration ça n'a rien à voir avec l'entreprise !
a écrit le 21/07/2017 à 9:29 :
Dans cette ténébreuse affaire du budget de l'Armée, Macron Castaner et leurs subalternes étudiants attardés avec un troupeau de godillots ont fait la démonstration de ce qu'ils sont immatures et in finé inaptes au pouvoir.
Réponse de le 21/07/2017 à 11:02 :
On les appelle aussi les DSK boys !
a écrit le 21/07/2017 à 9:26 :
Lecointre aura fort à faire... Ou bien il a du caractère, et il va démissionner lui aussi (macron aura l'air malin...). Ou bien c'est un beni oui oui, et il va faire rigoler la France entière. Dans tous les cas, la confiance dans ce président en a pris un gros coup.
a écrit le 21/07/2017 à 9:18 :
Je suis le seul à trouver notre président très souvent mal à l'aise sur les vidéos et photos ? A trop vouloir montrer de la confiance en soi on fini par démontrer l'inverse, on ne peut pas jouer un rôle toute sa vie faudrait qu'il trouve une parade à cette expression de petit garçon impressionné par le costume étant donné qu'à l'export ça se voit comme le nez au beau milieu de la figure et les spécialistes étrangers verront facilement ce que nous sommes nombreux à voir.

C'est pas en prenant un air trop sévère ou sérieux que ça ira mieux, faudrait qu'il montre un minimum de naturel le manu mais peut-il l'être ?
Réponse de le 21/07/2017 à 10:04 :
Auriez-vous oublie, que votre micron a ete durant de longues annees au college tres feru de theatre. Il a appris a se donner une contenance. Ce tye est faux, archi fabrique.
Réponse de le 21/07/2017 à 11:05 :
je trouve que son nez s'allonge de plus en plus, contrairement aux jupes de Brigitte qui raccourcissent de plus en plus.
Réponse de le 21/07/2017 à 11:43 :
"Auriez-vous oublie, que votre micron"

Ben je ne vais pas lire le reste hein, quand on commence par des tournures de phrases aussi ridicules rien de bon ne présage de la suite.

"ppdesabuse"

Vous ne trouvez pas surtout vachement de similitudes avec sarkozy ? Notamment en terme de tics nerveux. Je pense que le corps ne peut pas dissimuler trop longtemps ce qu'il est réellement.

Mais même sarkozy faisait plus naturel...
a écrit le 21/07/2017 à 9:16 :
Votre article est une bonne synthèse. Il a fait "plus fort" que Sarkozy à ses débuts. cela promet pour la suite ...
a écrit le 21/07/2017 à 8:51 :
La France fait partie de l'équipe de gros bras qui officie comme gendarme de la planète.Çà ne rapporte absolument rien et induit des coût énormes, par contre les pays non membres de l'équipe notamment européens n'ont pas vraiment leur mot à dire sur ces dépenses.La France fait semblant de compatir au parlement Européen sur sa gestion plutôt aléatoire.
Réponse de le 21/07/2017 à 9:40 :
Si la France ne jouait pas aux gros bras, comme vous dites, le Mali et une partie non négligeable de l'Afrique seraient à feu et à sang ou vivraient sous la terreur des islamistes. La France est par extension seule à agir pour la protection de l'Europe car quand un soldat français meurt, c'est aussi pour la sécurité des Allemands, des Italiens, des Espagnols etc...L'Europe se couvre de honte en laissant la France agir seule et vous, vous auriez sérieusement besoin de vous informer de ce qui se passe dans le monde.
Réponse de le 21/07/2017 à 10:48 :
Oui ça ne date pas d'hier mais depuis la seconde guerre mondiale, quand à l'Europe elle ne cesse de boucher les trous sans fonds des dépenses Françaises.
a écrit le 21/07/2017 à 8:38 :
En structure hiérarchique bien définie, le général négocie avec la ministre qui défend le budget avec le Président qui lui, a déjà tout arbitré... Les jeux sont déjà faits, ce que Bercy a décidé sera appliqué à l'euro près.
a écrit le 21/07/2017 à 8:34 :
les manipulations d images de com non aucun impact
a écrit le 21/07/2017 à 8:01 :
les militaires devraient se mettre en greve, et il faudrait obliger les gens qui ne travaillent pas a aller se faire etriper a leur place, ca reduirait les inegalites dans le travail et la prise de risques
Réponse de le 21/07/2017 à 10:15 :
Les militaires n'ont pas le droit de grève !!!
Réponse de le 21/07/2017 à 10:41 :
Si ça vous intéresse, allez-y, montrez l'exemple...

Tout le monde n'est pas fait pour faire la guerre...
Tout comme je ne pourrai travailler dans un hôpital...
Réponse de le 21/07/2017 à 12:44 :
c'est parce qu'ils n'ont pas le droit de greve et de blocage du pays avec des bonbonnes de gaz ( pas comme les ouvriers de l'automobile, si vous voyez a qui on pense et auxquels l'etat trouve des solutions meme quand il n'est pas concerne) que precisemment tt le monde leur vomit dessus........
surtout ceux qui estiment ne pas avoir envie de se faire etriper car ils preferent la reduction des inegalites d'argent sans quitter leur canape ( et en refusant donc la reduction des inegalites dans le travail)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :