Marine : DCNS et Piriou se partagent un contrat de 160 millions d'euros

 |   |  585  mots
La Direction générale de l’armement a commandé au groupement mené par les chantiers navals Piriou, auxquels sont associés les sociétés KERSHIP et DCNS,  la réalisation de quatre Bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH) destinés à la Marine nationale.
La Direction générale de l’armement a commandé au groupement mené par les chantiers navals Piriou, auxquels sont associés les sociétés KERSHIP et DCNS, la réalisation de quatre Bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH) destinés à la Marine nationale. (Crédits : DCNS)
Le ministère de la Défense a commandé au groupement mené par les chantiers navals Piriou, auxquels sont associés DCNS et Kership, la réalisation de quatre Bâtiments de soutien et d'assistance hauturiers (BSAH) destinés à la Marine nationale.Le montant du contrat est évalué à 170 millions d'euros pour la réalisation des quatre BSAH et cinq ans de Maintien en condition opérationnelle (MCO).

Une bonne nouvelle pour les chantiers navals de Bretagne. La direction générale de l'armement (DGA) a notifié mi-août au groupement mené par les chantiers navals Piriou, auxquels sont associés les sociétés DCNS et Kership, la co-entreprise créée en 2013 par Piriou (55%) et DCNS (45%), la réalisation de quatre Bâtiments de soutien et d'assistance hauturiers (BSAH) destinés à la Marine nationale, dont deux sont en option. Le montant du contrat total est évalué à 170 millions d'euros pour la réalisation des quatre bâtiments et cinq ans de Maintien en condition opérationnelle (MCO). C'est la deuxième commande t remportée par Kership auprès de la marine nationale.

Les deux premiers bâtiments seront livrés en 2018 et les deux suivants, dont la commande sera confirmée l'année prochaine, seront livrés en 2019. A travers Kership, DCNS propose "un catalogue complet de navires d'entrée et de milieu de gamme adossés aux références françaises, du patrouilleur hauturier aux navires spécialisés de soutien (bâtiments multi-missions B2M et BSAH), a expliqué le directeur des programmes de DCNS, Pierre Legros dans un communiqué conjoint publié par DCNS, Piriou et Kership.

Les trois partenaires se partagent le contrat

Kership assurera la conduite de ce programme. Parallèlement, Piriou assure la conception et la construction des navires. Cotraitant pour les études à caractère militaire, DCNS fournira des systèmes de communication embarqués et sera en charge du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) sur une durée pouvant aller jusqu'à 5 ans.

"Ce contrat constitue un socle important de notre plan de charge en France pour les trois prochaines années et le pari réussi d'une offre à la fois convaincante sur les plans technique et prix et d'une solution industrielle basée sur une production à 100% en France", a expliqué le PDG de Piriou, Pascal Piriou, dans le communiqué conjoint.

Selon le ministère, ce marché représente plus de 150 emplois directs sur une durée de quatre ans dans divers métiers industriels ou de forte technologie. "Il verra la construction des navires, l'intégration à bord des équipements et les essais d'ensemble réalisés en Bretagne, avec de nombreuses PME sous-traitantes dont le savoir-faire et l'expertise sont reconnus", a-t-il précisé.

Quelles missions?

Ces navires multi-missions polyvalents de 70 mètres de long remplaceront cinq bâtiments de trois types différents : bâtiments de soutien de région, remorqueurs de haute mer et remorqueurs ravitailleurs. Ils pourront embarquer un équipage de 17 marins ainsi que 12 personnels supplémentaires, notamment des plongeurs et leurs matériels. "Répondant à la fois à un besoin militaire et interministériel, les BSAH seront utilisés dans le cadre de l'emploi des forces et dans le domaine de l'action de l'État en mer, a expliqué le ministère de la Défense.

Les BSAH qui auront une autonomie d'environ 30 jours d'opérations sans ravitaillement, assureront trois types de missions : le soutien des forces (remorquage d'antennes, de cibles, assistance aux bâtiments de surface et sous-marins en cas de besoin...), la sauvegarde des personnes et des biens (sauvetage en mer, assistance à navires en détresse, protection de l'environnement) et le soutien de région (remorquages d'engins, travaux dans les ports militaires...). Équipés d'une embarcation de travail d'environ 8 mètres et d'embarcations semi-rigides, ils sont notamment capable de mettre en œuvre un barrage flottant antipollution, de transporter des armes et munitions et d'apporter un soutien à un sous-marin en escale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2015 à 15:37 :
2 confirmés pour remplacer 5 bateaux...
Il va falloir qu'ils soient efficaces
a écrit le 07/09/2015 à 15:37 :
2 confirmés pour remplacer 5 bateaux...
Il va falloir qu'ils soient efficaces

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :