Métro de Londres : Thales sur le point de signer un mégacontrat

 |   |  781  mots
Thales va moderniser quatre lignes du métro de Londres pour un contrat estimé à 1 milliard d'euros environ
Thales va moderniser quatre lignes du métro de Londres pour un contrat estimé à 1 milliard d'euros environ
Thales devrait annoncer de façon imminente un contrat de 1 milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre lignes du métro de Londres.

Selon nos informations, Thales pourrait signer de façon imminente un méga-contrat avec le métro de Londres (London Underground) d'une valeur de 1 milliard d'euros environ. Le groupe d'électronique va moderniser quatre lignes du métro de Londres, qui seront notamment équipées d'une nouvelle signalisation ferroviaire. "C'est un projet titanesque", explique-t-on à La Tribune. Le groupe d'électronique était depuis 18 mois environ en discussions de gré à gré avec le métro de Londres, qui avait mis fin en 2013 à un contrat avec Bombardier à la suite de l'échec du groupe canadien, selon la presse britannique.

"Pour la première fois depuis plus de dix ans, il se pourrait que le premier contrat du groupe en valeur soit en 2015 un contrat civil. Ce serait très symbolique de la nouvelle dynamique de Thales sur les marchés civils, axe stratégique de croissance et de développement du groupe", avait averti en juin le PDG de Thales, Patrice Caine, dans une interview accordée à La Tribune. Il semblerait que contrat soit bien celui du métro de Londres. Soit un contrat qui pèserait un peu plus en valeur que chacun des contrats Rafale gagnés en Égypte et au Qatar.

Un partenariat réussi entre Thales et le métro de Londres

Ce n'est pas la première fois que Thales travaille avec le métro de Londres. En juillet 2013, le groupe d'électronique avait indiqué que la ligne Northern était contrôlée par son système de signalisation SelTrac entre les stations de Highgate et de High Barnet. Ce tronçon de 8 km avait été livré dans les temps et en respectant le budget prévu, après deux ans de collaboration étroite entre Thales et le métro londonien (London Underground), avait précisé dans un communiqué  le groupe d'électronique.

La Northern Line est la ligne du métro londonien la plus fréquentée. Une fois modernisée, elle pourra transporter 11.000 passagers supplémentaires par heure.

L'activité transport en phase de redressement

Ce n'est pas une surprise, l'activité transport de Thales souffre actuellement. Au premier semestre 2015, le groupe a enregistré un résultat opérationnel courant (EBIT) négatif (39 millions d'euros). Le mal a été toutefois identifié à l'occasion de revues de programmes, dont certains ont connu des problèmes d'exécution, et une nouvelle équipe de direction avec une feuille de route est arrivée pour remettre tout au carré. Pour l'heure, les activités de signalisation ont été pénalisées "par un effet volume défavorable et, surtout, par des difficultés d'exécution sur plusieurs projets, notamment de transport urbain", a reconnu Thales à l'occasion de la publication des résultats du premier semestre dans son communiqué.

Thales a donc dû prendre des charges complémentaires à l'issue d'une revue approfondie du portefeuille menée au cours du premier semestre. "Des mesures correctives, avec notamment un renforcement des ressources, sont mises en œuvre par la nouvelle équipe de direction afin d'améliorer la qualité d'exécution des projets", a précisé l'électronicien. L'activité devrait présenter un EBIT légèrement négatif sur l'ensemble de l'exercice, puis renouer progressivement avec la profitabilité au cours des prochaines années. En 2014, il s'élevait à 32 millions d'euros (contre 97 millions en 2013).

"Nous sommes à un point bas en 2015, a reconnu Patrice Caine dans un entretien avec La Tribune. Mais l'activité Transport sera break-even (à l'équilibre, ndlr) en 2016. La pente se redresse progressivement le temps d'écouler le chiffre d'affaires généré par les contrats en difficulté. Nos efforts de redressement se verront dans les comptes dans trois, quatre ans".

Des prises de commandes en croissance

Au premier semestre, l'activité transport a engrangé de nombreuses commandes : 1,19 milliard d'euros, contre 637 millions en 2014 sur la même période (1,65 milliard en 2014 et 1,45 milliard en 2013). Soit un bond de 88%. "Cette évolution positive est avant tout tirée par les grandes commandes de supervision et signalisation ferroviaire à Hong Kong et au Qatar, qui compensent une baisse des prises de commandes de l'activité grandes lignes", a expliqué Thales dans son communiqué. Et ce n'est pas fini visiblement avec le métro de Londres.

En revanche, le chiffre d'affaire est resté stable au premier semestre (569 millions contre 571 millions en 2014 sur la même période). L'an dernier, le chiffre d'affaires s'était élevé à 1,4 milliard d'euros. Sur le premier semestre 2015, les activités de signalisation ferroviaire grandes lignes ont affiché une progression de leur chiffre d'affaires grâce, notamment, à plusieurs projets en Europe (Pologne, Allemagne). Cette évolution, conjuguée à un impact de change positif, a compensé la baisse d'activité observée en billettique (arrivée à terme de plusieurs projets) et en signalisation ferroviaire urbaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2015 à 13:25 :
Alain,
Dans une ville à côté de chez moi une usine Snecma, le réacteur Leap 1a ou b ou c, créé 20 emplois, Alstom augmente de 30 postes son effectif. L'usine de collant et bas nylon licencie 50 personnes. Dim c'est 160. Michelin créé des emplois. Dans ma ville, un coiffeur a viré son personnel, un bar, un restaurant, des magasins aussi, des artisans. Etc.
Alain croyez vous que moi ou ses personnes allons être embauché sans formation adéquate ? Pouvons nous travailler dans les sociétés que vous citez? Allons. Vous êtes plus intelligent que ça.
Il faut repenser l'école, la formation, la formation pour adultes en continue. Ce n'est pas avec 150 malheureuses heures de formation que l'on change de métier. Il faut être un politiques ou un syndicaliste pour croire en une telle stupidité.
a écrit le 29/07/2015 à 1:43 :
Moi aussi je suis le point de démarrer le marathon de Londres 👍👍👍
a écrit le 28/07/2015 à 18:58 :
Jusqu'à ce qu'ils découvrent que les Britanniques sont de très mauvais payeurs...
a écrit le 28/07/2015 à 17:55 :
Depuis quelques années nos entreprises signent de beaux contrats Mais le chômage monte. La balance commerciale est déficitaire. Par quel miracle arrivons nous à ces chiffres catastrophique. Je ne pense plus que ces contrats sauveront la France. On nous ment trop.
Réponse de le 28/07/2015 à 19:16 :
Ce n'est pas depuis des années dans le sens de l'accélération.
L'accélération a vraiment débuté l'année dernière que ce soit dans les contrats, accords, ainsi que pour les investissements étrangers en France.
Donc les nouvelles usines, lignes de productions, nouveaux centres de recherche, ne vont pas sortir du sol ou être transformés et produire à fond sur un simple claquement de doigts. Pour les exportations, ce n'est répercuté sur le PIB qu'à chaque livraison (douanes). L'accélération de signatures, civiles, militaires et spatiales, va se répercuter et s'étaler sur les années à venir.
Un centre de recherche qui se construit, comme l'un de ceux que GE implante en France, a démarré à Saint-Nazaire en novembre 2014 et la fin des travaux est prévue en 2017. Est-ce qu'une activité partielle pourra démarrer avant, je n'en sais rien. Mais le centre ne sera à 100% avant 2018. C'est plus précisément un siège mondial + son centre de R&D + sa direction commerciale pour les énergies marines renouvelables, EMR.
Des exemple comme celui-ci, il y en a des dizaines, et cette année, les projets avec des investissements nationaux accélèrent aussi fortement, donc, il faut être patient et en demander encore plus.
Mais il est certain que pour tous les chômeurs et sans-emplois, l'attente est une torture. Et pour l'ensemble des français qui doutent, il est difficile d'analyser l'économie avec lucidité. Mais cette fois ci sauf catastrophe venue d'ailleurs, les embauches vont commencer à être bien visibles sur la quatrième trimestre. Ensuite, une fois que la machine est lancée, ça roule!
Réponse de le 28/07/2015 à 19:30 :
Voici une liste d'annonces d'investissements étrangers depuis le début de l'année, non exhaustive.
C'est long, mais c'est utile pour la démonstration.
Si La Tribune veut bien valider (c'est pour le moral des troupes)
Lorsque que toutes ces activités nouvelles ou augmentées vont être au maximum, ça va faire de étincelles, si on y ajoute aussi, les investissements nationaux et les contrats signés à l'export, et rien ne dit que le deuxième trimestre sera moins bon que le premier.
Avec des réserve au cas ou j'aurais glissé une erreur, par ci, par là.
---
- SEW-Usocome, groupe allemand fabricant de systèmes d'entraînement, inaugure sa nouvelle usine à Mommenheim. 70 M€ pour un site de production dimensionné pour employer 500 personnes, abritera le montage de groupes motoréducteurs et des activités liées à des produits d'électromobilité.
- Intel ouvre en Provence son septième centre français de R&D, à Meyreuil (Bouches-du-Rhône) pour généraliser les technologies NFC dans ses composants.
- Facebook choisit Paris pour installer son prochain laboratoire d'intelligence artificielle, au dépend de Londres, en partenariat avec l'INRIA, institut public de recherche dédié aux sciences du numérique.
- Intel a choisi la France pour implanter son premier labo de recherche européen dédié au Big Data. Ce labo constitue le huitième centre de R&D du groupe américain en France.
- Computacenter, SSII britannique, choisit Montpellier pour implanter son nouveau centre de services, d’infogérance et d’assistance, et va créer 300 emplois. Computacenter compte quatorze agences en France
- Samsung va ouvrir un « Strategy & Innovation Center » à Paris.
- Alexion, laboratoire américain spécialisée dans la lutte contre les maladies rares potentiellement mortelles, a décidé d’ouvrir à Paris son premier centre de R&D étranger.
- Hydro-Québec, le géant canadien de l'énergie, a annoncé l'ouverture d'une filiale à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), en partenariat avec la Région Aquitaine. Objectif : créer sur place toute la chaîne de production des batteries du futur. Des batteries révolutionnaires, capables de stocker dix fois plus d'énergie que les lithium-ion. Des batteries à base de lithium-fer-phosphate (LFP) et utilisant des nanoparticules.
- GE a annoncé créer le siège de son pole des énergies renouvelables à Paris.
PDG de GE : « Cette activité aura son siège à Paris » « Il comprendra toutes les activités dans les énergies renouvelables d’Alstom et de GE, éolien terrestre inclus. »
(En Novembre, GE avait démarré l’implantation à Saint-Nazaire, de son siège mondial + son centre de R&D + sa direction commerciale des énergies marines renouvelables, EMR. Fin travaux en 2017.)
- CGI, le groupe informatique canadien CGI a choisi Lille pour implanter son "hub international" dédié au commerce et la distribution. Un showcase présente aux clients les dernières technologies dans ce domaine. CGI prévoit de créer 300 emplois sur 3 ans.
- GE/Alstom, comme promis, installe son siège mondial pour la fabrication des turbines à vapeur pour centrales nucléaires à Belfort.
« Conçue et fabriquée à Belfort, la nouvelle turbine à gaz "9HA" de 575 MW, partenariat GE-EDF, équipera la centrale thermique de Bouchain, les exemplaires suivant iront à Kazan en Russie et au Japon. La "9HA", 570 MW, sera la plus grosse et la plus productive au monde, avec un taux de CO2 moindre.
Le groupe a déjà 16 de ces turbines en commande dans sept pays. 50 ont été sélectionnées techniquement et plus de 85 ont été proposées dans des appels d’offres. »
- le chinois Beijing Shenan Group, spécialiste de la fabrication d’éclairage Led, a signé le 7 janvier un accord de partenariat avec le conseil général de la Meuse pour implanter une usine à Verdun. La société Led France investira 75 millions d’euros dans la construction d’une usine de 60 000 mètres carrés qui doit créer 200 emplois.
- Hexcel a démarré le 21 mai deux usines pour la production de fibres de carbone à destination du secteur aéronautique. Etude sur 27 pays et 67 sites industriels, le choix se portera finalement sur l’Isère ! Sur la plate-forme chimique de Roussillon pour 200 M€. La première sera chargée de la production du précurseur polyacrylonitrile (PAN), la seconde procèdera à la carbonisation de ce matériau qui permet d’obtenir les fibres de carbone. Le groupe américain va aussi investir 20 M€ sur ses sites des Avenières et de Dagneux, et créer une centaine d’emplois supplémentaires.
- Bosch va invertir 53 M€ pour 2015 pour l’ensemble de ses sites industriels français, dont 24 M€ pour son seul site aveyronnais d’Onet-le-Château, dans l’agglomération de Rodez. Avait aussi inauguré le 04/07/14, une nouvelle ligne d’injecteurs diesel de nouvelle génération sur le même site, investissement de 29 M€. Site élu parmi 24 sites industriels répartis dans 14 pays grâce à un accord de performance industrielle signé en avril 2013 par l’ensemble des organisations syndicales.
- Bosch Vision Tec crée un centre R&D à Sophia Antipolis et y développera des systèmes d’assistance liés au programme véhicule autonome et confortera une filière locale prometteuse dans l’intelligence appliquée à la mobilité.
- Bosch Thermotechnologie (Saint-Thégonnec, Finistère), prévoit un investissement de 5 M€ pour développer une nouvelle gamme de chaudières murales.
- Bosch Thermotechnologie va aussi faire construire une plateforme de 8 000 mètres carrés pour sa division Système Thermotechnologie sur la zone d’activités logistiques Logiparc 03 à Moulins.
- Ardo, le groupe belge, qui produit des légumes surgelés possède une usine située à Gourin, prévoit un investissement de 37 M€, pour créer un centre de stockage et augmenter les capacités de production.
- Lamberet, constructeur de véhicules isothermes, qui vient d’être racheté par le groupe chinois Avic, projette de construire une 4ème unité de production en France. La nouvelle usine conçue pour répondre à la demande croissante d’isolations intégrées pour fourgons se déploierait sur 20 000 mètres carrés. 40 à 50 % de sa superficie serait dédiée à la production de véhicules utilitaires et de véhicules légers de moins de 7 tonnes. Les autres surfaces seraient affectées à la logistique, au stockage et à des locaux administratifs. Ce projet devrait voir le jour dans un délai de trois ans. Le lieu n’est pas défini.
- Smurfit Kappa, leader sur le marché du carton ondulé, investit 60 M€ pour ses 45 unités françaises.
- le suédois Electrolux investit 10,5 M€ à Revin, première tranche d'investissements destinée à l'installation d'une nouvelle chaîne de production de moteurs universels pour l'électroménager de la Société Ardennaise Industrielle.
- ABB investit et relocalise à Chassieu la production de certains de ses contacteurs qui était jusqu’à présent fabriquée en Pologne. 5,3 M€ ont été investis dans ces deux lignes d’assemblage.
- ArcelorMittal, comptabilise 93 M€ d’investissements engagés et 168 M€ de chantiers autorisés. L’industriel dépassera nettement les 180 M€ d’investissements promis sur la période 2014/2018. Le montant total pourrait atteindre 258 M€ d’ici à 2020, confirmant la pérennité d’un site qui paraissait gravement menacé voici deux ans.
ArcelorMittal Méditerranée, l'usine sidérurgique ArcelorMittal Méditerranée, avec une production en progression, poursuit la modernisation de ses installations de Fos-sur-Mer et investit 40 M€. Elle prévoit également de recruter 253 CDI en 2015.
- Tessenderlo, chimiste belge, a annoncé un investissement de 50 millions d'euros sur son site de produits chimiques à Loos. L'essentiel de l'investissement sera consacré à la construction d'une nouvelle unité de production de chlore destiné à la fabrication de coagulants pour le traitement des eaux sans utilisation du mercure.
- Tessenderlo a également annoncé la réalisation d’une usine de production d'engrais liquides soufrés qui limitent les pertes d'azote, à Rouen.
- Horiba Médical, fabricant japonais d’analyseurs hématologiques, a inauguré son nouveau centre de développement et d’innovation à Montpellier, construit et équipé 7 M€. Près de 3 500 mètres carrés, la surface a quadruplé, plus de 120 personnes (dont 10 à 15 % de prestataires) travaillent dans le bâtiment et collaborent avec les 50 personnes de l’autre site de développement et d’innovation, situé au siège du groupe à Kyoto.
- Yaskawa, fabricant japonais et intégrateur de robots industriels, programme le doublement de son unité de Saint-Aignan-de Grandlieu près de Nantes.
- Groupe Sarbec Cosmetics, filiale du groupe allemand Melitta, basée à Neuville-en-Ferrain, rachète le site de la société Melitta à Tourcoing, pour y implanter une base logistique et créer trente emplois. Cette opération s’intègre dans un programme de développement incluant 20 M€ d’investissements et la création de 150 emplois sur trois ans.
- Edilteco, italienne spécialisée dans les mortiers innovants, vient de se faire construire une nouvelle unité de production de systèmes d’isolation thermique par l’extérieur (ITE), à base de billes de polystyrène expansé à Saint-Germain-sur-Moine.
- Ester crée une usine d’assemblage de compteurs Linky pour ERDF à Estrées-Deniécourt, L’investissement serait de 10 M€. Une centaine d’emplois pourraient être créés d’ici 2018, dont une cinquantaine d’ici 2016.
- ZF déploie une nouvelle colonne de direction. L’usine de Vendôme décroche ce marché pour Ford en Europe.
Investissement 9 M€.
- Wyjolab, à Chaillac, filiale de l'américain Platform, s'agrandit pour augmenter sa production.
L'intérêt pour la santé des abeilles a des répercussions sur le laboratoire. Un chantier d'extension a démarré dans cette usine, qui portera sa surface de 6 900 à 10 000 mètres carrés d'ici 2016. Investissement de 8M€.
- Renova, groupe portugais spécialisé dans la fabrication de papiers liés à l'hygiène, a annoncé vendredi 10 avril qu’il a choisi l’Auvergne pour implanter sa première unité de fabrication hors du Portugal. Un investissement industriel qui permettra la création de 30 emplois dans un premier temps à Saint-Yorre.
- Concordia Fibers, l’américain s’implante à proximité de l’usine d’aubes d’aviation Safran-Albany de Commery. Le projet d’un montant de 8 M€ doit créer 40 emplois à l’horizon 2020.
- Trotec, groupe belge, choisit la Drôme pour y implanter sa nouvelle usine de recyclage. Opérationnelle en 2016, elle emploiera une trentaine de personnes. Investissement 20 M€.
- Lidl va agrandir sa base logistique de Baziège, en Haute-Garonne, avec la création programmée de 50 à 60 emplois supplémentaires.
- Crown BevCan France, groupe américain, producteur de canettes de boisson, investit 40 M€ à Custine pour passer de l’acier à l’alu.
Etc.
Réponse de le 29/07/2015 à 10:06 :
Merci Alain de votre réponse. Pendant ce temps là combien d'emplois dans le secteur marchand et non marchand auront disparus. Bien plus.
Faute de pouvoir trouver une formation adéquate, je ne me sens pas concerné pas les emplois que vous citez. Mon avenir est derrière moi.
Vous faites du blabla comme un politicien. Notre société et notre civilisation est un échec. La prochaine crise fera aussi ces 500000 à 600000 laissés pour compte.
Je ne crois plus dans les pseudos valeurs de la France.
a écrit le 28/07/2015 à 15:25 :
Et espérons qu'ils le signeront, ce contrat. Tant pour l'état de nos finances que pour l'emploi.
a écrit le 28/07/2015 à 9:56 :
Ah les "méga-contrats" de M. Cabirol, on s'y délecte… :)
Réponse de le 28/07/2015 à 16:45 :
Et pourtant, M. Cabirol est une mine d'information de très grande qualité.

Mais bon, on est dans un pays de grincheux qui se complaisent dans la critique....
Réponse de le 29/07/2015 à 15:55 :
Bonjour KidA. Voulez-vous parier?
Réponse de le 03/08/2015 à 12:35 :
Perdu KidA... Alors on dit quoi maintenant.
a écrit le 28/07/2015 à 9:53 :
Comme toujours sur le point de ........... mais au final rien !
Réponse de le 28/07/2015 à 23:33 :
On connait votre chanson: Quand le contrat sera signé, ce sera "ah oui mais ils ne vont jamais être payé", et quand le contrat sera payé "Ah oui mais ils ne gagnent pas d'argent sur ce contrat" . En fait, ces succès de l'industrie française vous embête tout simplement.
Réponse de le 29/07/2015 à 15:56 :
Bonjour Booboo, voulez-vous parier ?
Réponse de le 03/08/2015 à 12:36 :
Ben alors booboo, rien au final ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :