Moscou et Washington prêts à lancer le projet d'une nouvelle station spatiale internationale

 |  | 700 mots
Lecture 3 min.
Les Etats-Unis et la Russie pourrait coopérer pour remplacer l'actuelle station spatiale internationale (ISS)
Les Etats-Unis et la Russie pourrait coopérer pour remplacer l'actuelle station spatiale internationale (ISS) (Crédits : NASA)
En dépit de la crise ukrainienne, la Russie a annoncé samedi son intention de construire en partenariat avec la NASA une nouvelle station spatiale orbitale pour remplacer la Station spatiale internationale (ISS), dont l'exploitation est prévue jusqu'en 2024.

L'espace sera-t-il le sanctuaire de la coopération russo-américaine ? En dépit de la crise ukrainienne, la Russie a annoncé samedi son intention de construire en partenariat avec la NASA une nouvelle station spatiale orbitale pour remplacer la Station spatiale internationale (ISS), dont l'exploitation est prévue jusqu'en 2024. "Roscosmos et la NASA vont travailler sur un programme pour une future station orbitale", a indiqué le directeur de l'agence spatiale russe Igor Komarov sur le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan), aux côtés de l'administrateur de l'agence américaine Charles Bolden.

"Nous nous sommes mis d'accord pour qu'un groupe de pays qui prennent part au projet de l'ISS travaille également sur le futur projet", a précisé Igor Komarov, cité par l'agence Interfax. Selon lui, ce projet d'une nouvelle station spatiale serait "ouvert" et pourrait inclure la participation de pays qui ne sont pas actuellement impliqués dans l'exploitation de l'ISS.

L'espace, un sanctuaire pour la coopération russo-américaine

La Russie et la NASA sont tombés fin février d'accord pour continuer à exploiter et financer la Station spatiale internationale jusqu'en 2024, mais les futurs projets communs restaient jusque là incertains en raison de la détérioration des relations entre les deux pays sur fond de crise ukrainienne. Moscou avait alors dû se résoudre à annoncer la poursuite de sa participation à l'ISS jusqu'en 2024, conformément aux souhaits américains.

"Nous n'avions simplement pas d'autre choix", estime l'expert indépendant russe Vadim Loukachevitch pour qui l'arrêt de la coopération spatiale aurait été beaucoup plus préjudiciable à Moscou qu'à Washington. "Abandonner l'ISS, c'était perdre toute compétence spatiale alors que nous n'avons pas assez d'argent pour développer notre propre station spatiale".

"C'est comme un mariage où le divorce serait impossible. Les Etats-Unis et la Russie ont besoin l'un de l'autre", explique pour sa part John Logsdon, ancien directeur du Space Policy Institute à Washington. Il assure que la coopération spatiale entre la Russie et les Etats-Unis "continue sans problème majeur", alors que des pans entiers de coopération entre les deux pays ont souffert des sanctions américaines décrétées contre Moscou.

"Il n'y a aucune frontière dans l'espace", résumait en décembre, lors de la présentation de la mission de la navette spatiale qui s'est amarrée avec succès vendredi à l'ISS, le cosmonaute russe Mikhaïl Kornienko, tandis que son collègue américain Scott Kelly assurait "ne pas aborder les questions politiques entre (les) deux pays".

Divergences en Russie?

"La première étape est que l'ISS soit exploité jusqu'en 2024", a expliqué Igor Komarov, ajoutant que Roscosmos et la NASA "n'excluent pas que la durée de vie de la station soit prolongée" au-delà de cette date. Pourtant, la Russie avait auparavant menacé de se retirer de l'ISS dès 2020 et de construire sa propre station spatiale après 2024 en récupérant ses modules après sa mise en sommeil.

Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, en charge du secteur spatial, est toutefois paru plus prudent que Igro Komarov samedi. "Le gouvernement russe va étudier les résultats des pourparlers entre Roscosmos et la NASA. Les décisions seront prises plus tard", a-t-il écrit sur Twitter.

Russes et Américain déjà dans la même navette vendredi

Une navette spatiale s'est amarrée avec succès vendredi à l'ISS avec à son bord un astronaute américain et deux cosmonautes russes, qui vont entamer une mission sans précédent d'un an. Deux d'entre eux - le russe Mikhaïl Kornienko et l'américain Scott Kelly - vont rester pour une mission record d'un an. Ils doivent rester 342 jours à bord de l'ISS, la plus longue période ininterrompue dans la station depuis que celle-ci est capable d'accueillir des passagers, en l'an 2000. Ils ont tous deux déjà accompli plusieurs missions spatiales, et passé environ six mois dans l'ISS, durée habituelle des missions dans la station.

Depuis sa mise en orbite en 1998, l'ISS a été largement financée par la Russie et les États-Unis, chaque pays dépendant largement de l'autre et la coopération spatiale restant l'un des rares domaines dans lequel leur entente reste intacte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2015 à 11:20 :
La pléthore des connaissances étalées sur ce forum détecte tous les sujets en permanence, tout ce qui bouge autour de l'intérêts majeurs d'une société, via une batterie de pseudos dont la liste et la nature donnent le vertige: landruc, Air Marshall, Collectionneur (d'infos, d'intox, de querelles), Lyonel, Marco, popov, xavier-marc, Bijo à ultrasons.À l'intérieur des commenatires, cependant, tout est calme, luxe et volupté. Wow ! Un vrai régal venir promener mes beaux yeux bleus sur ces forums. Merci et encore bravo !
a écrit le 30/03/2015 à 22:15 :
Voici un projet qui brouille singulièrement l'image d'Epinal de Poutine en dictateur obtus et obscurantiste. Poutine, ce De Gaulle russe, je vous salue!
a écrit le 30/03/2015 à 10:18 :
si vous voulez de nouveau depenser 100 milliards de dollars, batissez une station creusee au fond d'un cratere martien
a écrit le 30/03/2015 à 5:53 :
@Pierre62. Doit on rappellez l'embargo sur les armes décidé par De Gaulle envers Israel suite à un raid sur le Liban dans les années 60 ? La, on parle d'une ANNEXION, ce qui un acte de GUERRE qui à fait envoyé la division Daguet contre l'Irak en 91. Mitterrand s'il était vivant et au pouvoir aurait fait bien que ces symboliques sanctions !
Réponse de le 30/03/2015 à 9:55 :
FAUX. Vous mélangez les pinceaux, c'est du charabia votre"commentaire". Les US ont envahi l'Irak en 2002 sous le prétexte d'une guerre au terrorisme alors qu'il n'y en était rien. Aujourd'hui tout un chacun sait que c'était un coup monté pour créer le chaos au proche-Orient et pour s'emparer des ressources pétrolifères irakiennes. Ce "référendum d'indépendance" du Kosovo, pourtant soutenu par l'OTAN en 91 et qui n'a pas été accepté par les Serbes, est moins valable que le référendum en Crimée de 2014. Vous collectionnez des clichés chers à la propagande de Washington-OTAN mais sans la moindre base d'argumentation. Ne me prenez pas mal, je vous prie, mais ce genre de discours décousu et fallacieux est ennuyeux, barbant à l'extrême.
Réponse de le 31/03/2015 à 11:33 :
Il me semble que c'est vous qui gobé n'importe quoi :) Il y a renversement du gvt irakien en 2003 mais aucune accaparation de ses ressources naturelles par Washington. Faut il remonter la liste des contrats pétroliers signé par Bagdad depuis la chute de Hussein ?
Quand au Kosovo, faut il vous rappeler la politique délibéré de destruction de la Yougoslavie par les ultra nationalistes serbes de Milodevic ?
a écrit le 29/03/2015 à 21:28 :
C'est magnifique, une preuve de plus que l'Amérique sans les zionéocons reste lucide. Bon vent…. solaire à ce projet, bravo !
a écrit le 29/03/2015 à 18:10 :
C'est une impression ou une grosse partie de ses commentaires hallucinants sont écrit directement par un service d'agip prop de Moscou ? Je demande a tous ses supposés russophiles pourquoi donc la "mère patrie" n'a aucun allié en Europe hors Biélorussie aujourd'hui alors qu'elle a contrôler les 2/3 du continent il y a une génération seulement si sa politique était si exceptionnelle ?

Au niveau spatial, je signale en passant que l'on fait décollé des Soyouz depuis Kourou.
Réponse de le 29/03/2015 à 19:06 :
pour preuve que la Russie coopère également avec la FRANCE à Kourou !!
Réponse de le 29/03/2015 à 19:12 :
Hmmm certaines réactions sont arrogantes, imbéciles et absolument déplacées. C'est bon signe, les élites collaborationnistes avec le régime totalitaire de la finance international sentent déjà le "tsunami" à venir et que c'est salutaire. Les USA ne gouvernent plus le monde, la France n'a rien à voir avec L'OTAN, et l'entente entre la Russie et la France conditionne la paix et la prospérité pour les 100 ans qui viennent. Hollande est intelligent et responsable. Dans 3 mois les ukrainiens demanderont aux russes de leur prêter de l'argent. Mais la fin des USA va générer d'autres conflits, zozo, et il faudra être plus rapide et conséquent pour y faire face. Avec la Russie et la Chine de notre coté, bien sûr !
Réponse de le 29/03/2015 à 21:18 :
A mon avis, ce voyage-éclair de Hollande en Russie c'était pour entrer dans un accord avec Poutine par rapport à la livraison des BPC, j'en suis presque sûr. Il doit avoir des avantages pour partie et d'autre dans cette histoire mais on les cache des américains. Cependant les premiers signes sont visibles : il n'y avait que des Européens à Minsk pour les accords, pas d'anglo-saxons ; les plus grands pays en Europe ont rejoint la banque chinoise malgré l'avis contraire de Washington. J'ai le sentiment que les Européens veulent se débarrasser de l'emprise impérialiste US mais il veulent le faire avec des garanties pour ne pas finir en dindon de la farce. D'ailleurs les américains font un double jeu avec la Russie mais surtout avec leurs "alliés" européens car des contrats d'exploitation continuent à être signés entre des compagnies pétrolifère américaines et russes, des projets entre la NASA et Roscosmos voient le jour et les américains continuent à importer et même à fabriquer des Kalashnikovs sous licence russe. Si les gouvernements européens ne se rendent pas compte de tous ces agissements alors on est les vrais les dindons de la farce.
Réponse de le 30/03/2015 à 12:29 :
@Lyonel
Normal que seuls Hollande et Merkel, soient à Minsk, ca concerne principalement l'Europe qui est désunie.
Vous pensez beaucoup trop, revenez dans le réel.
.....
Et pour ce qui est des secteurs non touchés par les sanctions, embargos et non-financement, l'Europe continue à faire des affaires avec la Russie, ainsi que la Russie avec l'Europe, donc je ne vois pas ou nous serions les dindons de la farce. C'est l'argument baratin des troll. Oui les américains qui ont peu d'échange avec la Russie, continuent eux aussi leurs affaires, et alors? Faut arrêter de penser que tout est figé entre l'Europe et la Russie.

Pour la France et les secteurs les plus techniques, les affaires continuent, liste allégée :
Médicaments.
Automobile, Avtovaz-Lada
Spatial, Airbus Défense et Ariane Espace.
Hélicos, moteurs Safran-Turboméca, Microturbo,….
Pétrole, Total, Schlumberger,….
Parapétrolier, Technip,….
Ferroviaire, Alstom, Thalès.
Titane aéronautique, FigeacAéro avec Rostec.
Haute tension, Alstom.
Tracteurs, Claas Tractor France.
Chars, blindés et chasseurs pour l’export, pod de désignation de cibles, caméras thermiques, caméras infrarouges, centrales de navigation inertielle, viseurs de casques,.....
Composites aéro, Fives Group avec Rostec.
Produits laitiers, Danone,…..

Suisse, Autriche, Allemagne, Italie,............... idem.
La Suisse continue de vendre des équipements militaires à la Russie et gère toujours les échanges matières et hydrocarbures.
L’Italie vient de vendre 160 hélicoptères pour l’offshore à Rosneft.
....................
Réponse de le 30/03/2015 à 21:28 :
Désolé, j'ai pas lu, juste les premières lignes m'ont suffit...
a écrit le 29/03/2015 à 18:08 :
Une nouvelle station dans l'environnement de la terre serait une erreur et un gaspillage, il n'y a plus rien à apprendre. Il faut porter le projet plus loin soit la Lune ou Mars , les connaissances et les techniques sont là . D'abord des robot pour construire des habitas sûr et ensuite un contingent international de scientifiques et d'ingénieurs .
a écrit le 29/03/2015 à 16:25 :
Le bafouement de la signature de La France s'agissant des Mistral, n'a que beaucoup trop duré. Ce contrat ne prévoyait ni clause de suspension, ni clause d'annulation
a écrit le 29/03/2015 à 14:56 :
Le jour où on arrivera à passer au stade industriel dans l'espace( production en micro-gravité), là, enfin, les choses vont prodigieusement s'accélérer( une économie spatiale qui s'auto-entretient) parce qu'on a encore l'impression que depuis la chute du mur de Berlin rien n'avance, ou si peu.
a écrit le 29/03/2015 à 12:24 :
Si les républicains prennent le pouvoir aux USA, alors la guerre sera encore plus d'actualité car ils semblent fous, ceux-là. Ils veulent aggraver à tout prix la situation en Ukraine en livrant des armes lourdes ! Mais je suis sûr qu'ils feront la guerre partout pour reprendre la domination du monde. La crainte d'une guerre atomique sera là. Une station spatiale USA-Russie, ce sera fini. Mais la Russie va se tourner vers la Chine, l'UE, peut-être d'autres pays (Brésil, Inde ...). Cela serait une occasion pour l'UE de ne plus dépendre des USA, ce qui me parait la priorité absolue (sortir de l'Otan qui cherche la guerre, et nous dirige en plus, aussi).
Réponse de le 29/03/2015 à 16:25 :
Tout à fait en accord avec vous. Je n'ajouterai qu'un seul détail toutefois de première importance : quand vous dites " la guerre sera encore plus d'actualité" je soulignerait : "la guerre en Europe sera encore plus d'actualité". Car ces néocons amerloques ne font jamais la guerre auprès d'eux mais ailleurs. Ils ont déjà bâillonné le Mexique et l'Amérique centrale, et ils ont déjà bien soudoyé leurs vassaux de Canadiens, alors la mort et la destruction sera toujours faite très éloignée d'eux : en Afrique, au Proche-Orient, en Asie ou en Europe. Mais les missiles russes sauront bien trouver la cible entre San Francisco et Washington si ils en décident anéantir la Russie et l'Europe. Heureusement pour nous qu'il existe la Russie car la France et son nucléaire ne ferait jamais le poids face aux yankees.
Réponse de le 29/03/2015 à 16:28 :
Bababa ! on en est là ! avec Poutine à cause de la faiblesse des Démocrates, vivement l'arrivée des Républicains pour remettre de l'ordre et mettre à sa place le petit dictateur .
Réponse de le 29/03/2015 à 17:23 :
Vous me faite rure jaune avec ses pathétiques arguments fourni par Moscou. Pourquoi quoi donc la Russie n'a t'elle su pas garder des alliés en Europe- hors Biélorussie- alors que l'URSS contrôler les deux tiers du continent si sa politique était si exceptionnelle ? Son comportement impérialiste est totalement irresponsable ! L'annexion d'un territoire d'un pays souverain est le début de la chute de la politique de bon voisinage en Europe ! Un régime extrémiste en France pourra envahir la Belgique en de servant de ce précédent !
a écrit le 29/03/2015 à 12:07 :
Bravo à l'auteur de l'article qui écrit: "Une navette spatiale s'est amarrée avec succès vendredi à l'ISS avec à son bord un astronaute américain et deux cosmonautes russes".
Les navettes spatiales "américaine" ont été mise hors service en 2011 et n'existent de ce fait plus ...
A ce jour l'homme va dans l'espace avec le lanceur Russe Soyouz
Réponse de le 29/03/2015 à 16:35 :
@ Guigou : en fait il s'agit d'une navette, du même nom de la fusée, Soyuz. En bon français, le mot navette signifie aussi un service de transport qui assure régulièrement la correspondance entre deux lignes, ou la liaison entre deux points plus ou moins rapprochés; par métonymie, le véhicule qui assure cette liaison. Une autre petite correction: ce n'était pas la Russie qui a annoncé son intention de construire en partenariat avec la NASA une nouvelle station spatiale orbitale pour remplacer la Station spatiale internationale (ISS), comme l'a écrit le littérat-auteur de cet article. Face aux sanctions de toutes sortes lancées contre la Russie par les néocons américains, Moscou avait alors décidé il y a à peu près une année, de se défaire de l'ISS pour entamer la construction d'une nouvelle station orbitale 100% russe à partir de 2017. L'intention de rejoindre le projet russe a partit donc de la NASA qui utilise des moteurs de fabrication russe pour ses lanceurs de satellites et la Soyuz comme navette. Malgré la propagande abusive de la maison Blanche, c'est toujours la Russie qui detient les techniques spatiales les plus sûres. N'en déplaise quelques-uns….
Réponse de le 29/03/2015 à 19:22 :
"c'est toujours la Russie qui detient les techniques spatiales les plus sûres"
C'est certainement pour cette raison que toutes les dernières bavures sont russes:
Le précèdent lancement de Galileo depuis Kourou n'est pas arrivé sur le bon orbite.
Précision: si le lanceur Soyouz est russe, plus des 3/4 des pièces qui le constituent sont françaises.
(technique, les russes ne détiennent plus grand chose, l'ex-directeur de spatial russe à été éjecté cause répétitions d'échecs). Le secteur spatial indien a aussi beaucoup récupéré de spatial français.
Ne pas inverser les rôles. Avec Airbus, Thalès et Ariane Espace, la France est championne du monde des commandes de satellites.
Airbus Défence (ex-Astrium) construit les satellites russes mais le lanceur Proton, depuis Baïkonour plante l' Express AM4R le 16 mai 2014.
Le précédent échec, juillet 2013, 3 satellites du système GLONASS plantés. Plusieurs capteurs d'accélération angulaire avaient été montés à l'envers. 3 d'un coup, belle performance!
Décembre 2012, Yamal-402 et un Spacebus 4000C3 sont balancés sur une orbite erronée.
Aout 2012, un lancement pour le compte de l'Indonésie + Russie, 2 satellites là aussi plantés sur une mauvaise orbite.
2011, autre lancement défectueux, les russes finissent par désorbiter le satellite volontairement et le crasher dans le Pacifique.
.........
Vous devriez mettre à jour vos données et être plus fairplay monsieur le pro-russe
Réponse de le 29/03/2015 à 21:25 :
C'est plutôt vous, le bien connu troll anti-Poutine (à cause de vos fautes d'orthographe et des propos qui assomment on vous reconnaît aisément) qui devriez mettre à jour vos "intox". Vous lisez trop de publications néocons US (The NYTimes, Washington Post, Fox News, CNN, etc) et vos connaissances sont biaisées, largement biaisées.
Je pouvais vous dire : "McCain, sors de ce corps !" mais je contenterai seulement de vous remercier pour votre discours, quel magnifique somnifère ! après plusieurs jours d'insomnie je bâille déjà….
Réponse de le 29/03/2015 à 23:06 :
Toutes les infos qui ont été ci dessus sur les catastrophes spatiales russes sont validées par l'ex-site de propagande russe la voie de la Russie. Satellites, sous-marins, centrale nucléaire, navires et sous-marins avec cœurs nucléaires coulés en mers qui polluent toute la planète, et pour qui, une fois de plus, l'Europe financera la dépollution. Il est fortement déconseillé de consommer du poisson péché dans les mers russes. La Russie de Poutine n'est vraiment pas très fiable.
Réponse de le 30/03/2015 à 8:41 :
Et selon vous, "le vrai troll anti-FN", la France de Hollande est-elle plus fiable que la Russie de Poutine ? Ou même l'OTAN, est-elle fiable pour autant ? vous faites de la propagande atlantiste la plus ordinaire, rabâchée, vos commentaires relèvent plutôt du délire que de l'information. Désolé, renseignez-vous comme il faut.
Réponse de le 30/03/2015 à 11:15 :
Je comprend que certaines vérités dérangent le FNPC, 2 espèces semblables en tous points, qui se plaisent à se mélanger, malgré leurs discours-postures,tronqués.
Votre passe temps favori étant de critiquer la France et l'Europe automatiquement à l'aide d'arguments trop souvent frelatés.
Objectivement l'Europe et la loco France font mieux que la Russie et les Etats-Unis, contrats de production de satellites signés et nombre de lancement-Kourou remportés. Sans plantages comme ceux des lanceurs Proton à Baïkonour.
Nos champions franco-européens sont excellents, ce qui devrait logiquement ravir tout bon citoyen responsable et objectif. Mais comme vous roulez pour Poutine........
Ou est la propagande? C'est un simple constat.
..
"c'est toujours la Russie qui détient les techniques spatiales les plus sûres"
Dans les fantasmes des troll FNPC.
Pour info, les clients exports des chars, blindés et chasseurs russes exigent souvent de l'avionique française plus performante (Thalès, Sagem), alors "Russie qui détient les techniques les plus sûres", c'est pour rire?
Erreur de trajectoire, comme pour les satellites lancés de Baïkonour, le 1er avril c'est après demain.
a écrit le 29/03/2015 à 11:38 :
Et pendant ce temps, les européens accroissent leurs sanctions et perdent des marchés. Ce que c'est bête, un européen...
Réponse de le 29/03/2015 à 19:40 :
Article la tribune:
"Arianespace fait déjà mieux en 2015 sur le plan commercial qu'en 2014"
"Arianespace a remporté dix contrats de lancement avant même la fin du premier trimestre 2015. Soit déjà un de plus que par rapport à toute l'année 2014."
.......
En 2014, 06-01-15, Arianespace, 11 lancements de satellites, davantage que ses trois principaux concurrents réunis. A signé 14 contrats de lancements et remporté 9 contrats sur 18 ouverts, soit 50% du marché commercial de l'année. Carnet de commandes de 33 des 63 satellites commerciaux géostationnaires à mettre en orbite dans les années à venir, plus de la moitié des satellites qui seront prochainement mis sur orbite.
2014, Airbus Space Systems, a engrangé 14 commandes de satellites (dont un américain).
"Le constructeur a battu à nouveau le record de longévité en orbite pour le satellite de télécoms Inmarsat 2-F2 : 23 ans et demi au lieu de 10 ans prévus à l'origine, contre 22 ans et demi pour Inmarsat 2-F1 déjà fabriqué par Airbus Space Systems. Ce record démontre à nouveau qu'Eurostar est la plate-forme la plus fiable au monde »
Chez Airbus, ils n’ont vraiment pas le sens des affaires !
2014, Thalès aura aussi signé de nombreux contrats
Heureusement que la prise des sanctions nous pénalisent, sans quoi nous devrions refuser des commandes et lancements.
Réponse de le 29/03/2015 à 22:16 :
Vous m'avez fait penser à ce mot immortel de Coluche : "De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent." Pensez-y. :-)
Réponse de le 29/03/2015 à 23:11 :
Vous êtes très léger, il nous semble que vous qui n'avez rien à dire.
Dans ce cas.......
Vous êtes transparent, pensez-y
Réponse de le 30/03/2015 à 21:37 :
Ma taille est de 188 cm, poids 96 kg, et mon Q.I. est autour de 150 – je me trouvez encore "léger" ?… hein ?… hmm ?… ;-)
a écrit le 29/03/2015 à 11:09 :
Pourquoi ne la fait-on pas sur la Lune dans une ancienne coulée de lave avec une cavité importante pouvant abrité une ville .
Réponse de le 31/03/2015 à 11:40 :
Encore faut t'il trouvé la dite cavité... Le projet de petite base au pôle sud lunaire lancé dans les années 2000 par la NASA serait un bon début :) Une station spatiale en orbite ne devant servir que de station service et d'escale pour les allers retour Terre Lune.
a écrit le 29/03/2015 à 10:40 :
Dans l'espace, personne ne vous entend rigoler...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :